donner

  • HANNUT: UN OCTOGENAIRE DONNE SON CODE SECRET A UN VOLEUR

    414099363_B974513517Z_1_20150113183209_000_GGT3PIS2H_1-0.jpg

    L'octogénaire donne son code secret au voleur qui venait de lui dérober sa carte bancaire...

    Lundi après-midi, un individu a accosté une dame de 81 ans rue Neuve à Hannut.

    Il lui a expliqué qu’il avait trouvé sa carte bancaire et que, avant de lui rendre, il voulait vérifier auprès de la police qu’il s’agissait bien de la sienne. Pour ce faire, il lui a dit avoir besoin de son numéro de carte, de son téléphone et de son code secret… L’octogénaire lui a donné. Lire la suite ici ...

    Source > A.BT sur > http://www.sudinfo.be/1189265

  • LE BLUES DU TRAVAILLEUR: COMMENT REDONNER DU SENS À SA FONCTION

    03_1433.jpg

    Les philosophes d’entreprise: une nouvelle fonction en voie d’apparition? S’ils sont encore rares au sein des sociétés, la problématique du « sens », dans l’acception philosophique du terme, est quant à lui déjà bien présente, dans les ateliers comme dans les bureaux.

     « L’exercice philosophique est périlleux en entreprise, de par la difficulté de la matière, pourtant de nombreux travailleurs se trouvent démunis au sein de l’organisation, sont perdus, dépassés par le temps et les événements », explique Luc Charon (Sextant Consulting), formateur agréé du Cequal, opérateur reconnu en matière de formation et d’accompagnement au management des entreprises par la qualité, la sécurité alimentaire, la sécurité au travail et l’environnement. « On peut parler de « non motivation», mais dans la plupart des cas, il s’agit d’une perte de sens. » Quelle est ma véritable contribution à cette entreprise à qui je me consacre tous les jours? Quelle est la signification de ce que je fais? « La difficulté est d’autant plus grande pour les employés qui fournissent un travail intellectuel, et donc plus abstrait », poursuit l’expert.

    Face à cette situation, le responsable des ressources humaines peut réagir, dans une certaine mesure du moins. « On peut aider l’employé à redéfinir et préciser sa place, sa mission et sa valeur ajoutée dans l’entreprise », développe Luc Charon. « On revient à la base: qui est la personne, quelle est sa contribution, ses compétences, ses influences. »

    Deux exercices se prêtent à la situation. « Par groupe, il s’agit de faire définir les valeurs qu’on veut attribuer à l’entreprise via la création fictive d’un nouveau département. Même si on peut craindre un clivage, j’ai remarqué que 80% de ces valeurs recoupaient celles déjà existantes et que les nouvelles étaient souvent complémentaires. Cet exercice a permis d’avancer », affirme le formateur. « Ensuite, l’exercice métaphorique est très puissant: il s’agit de représenter le service par un objet, un canif peut, par exemple, symboliser la diversité des profils de l’équipe. Cet élément concret permet de donner forme à une pensée abstraite et de cette façon, à tout moment, chaque membre de l’équipe peut se souvenir de qui il est et à quelle mission il est voué.»

    Infos: www.cequal.be via > http://www.jobsregions.be

  • DONNER SON TEMPS, C'EST AUSSI EN GAGNER

    envie-de-donner-un-peu-de-son-temps-.jpgAccorder du temps aux autres, et on pense en particulier aux bénévoles, donne le sentiment d’en disposer davantage pour soi-même.

    Le constat est extrêmement intéressant, et repose sur une série d’expériences conduites par une équipe de l’université de Pennsylvanie, en collaboration avec la Harvard Business School (Boston). Les chercheurs se sont intéressés à la perception subjective « d’avoir du temps ». Ils ont constaté, explique Santé Log, que « comparé au fait de consacrer du temps pour soi, d’en gagner ici ou là pour dégager du temps libre, le fait de consacrer du temps aux autres est bien plus efficace », singulièrement sur un plan qualitatif.

    D’autant qu’en plus, cette démarche renforce le sentiment de compétence et qu’elle rend plus disposé à s’engager dans des projets d’avenir, même malgré des horaires (professionnels ou familiaux) chargés.

    Cette étude est publiée dans la revue « Psychological Science ».

    Réagir à cet article > ICI

    Source > http://www.passionsante.be