domicile

  • HANNUT > OUI AU ROMANTISME AVEC LE PETIT-DÉJ’ AU LIT !

    A Moxhe, Rest’ Ô Lit proposait le 12 et le 19 février un menu spécial Saint-Valentin livré à domicile

    Le romantisme a encore de beaux jours devant lui ! Nombre de Hannutois ont profité de la Saint-Valentin pour le montrer à leur moitié. Rest’Ô Lit leur a donné un coup de main en proposant un petit déjeuner spécial Saint-Valentin livré à domicile.  

    Tout est parti d’un coup de tête, d’une envie non assouvie. Valérie Cloetens (43) et Joëlle Hanquet (42), deux amies Hannutoises, ont lancé un service de petit déjeuner livré à domicile le dimanche entre 8h30 et 12h30. « Un jour, on a voulu profiter d’un service comme celui-là. On savait que ça existait à Liège et dans le Brabant Wallon. Une belle occasion de rester au lit ou à la maison et de profiter d’un délicieux petit déjeuner.

    Mais c’était si loin que les frais de livraison étaient vraiment coûteux », explique Joëlle. Relativement déçues, les quadragénaires ont choisi de combler cette lacune dans la région en proposant elles-mêmes ce service. « On a lancé le concept fin octobre et les gens se sont montrés très réactifs, on a eu une vingtaine de commandes rien que le premier dimanche. »

    Idéal pour la Saint-Valentin et surprendre sa moitié, Joelle et Valérie ont eu l’idée de concocter un menu spécial Saint-Valentin les deux dimanches englobant le jour en question. « On a eu au total une cinquantaine de réservations. Les gens préfèrent restés chez eux en amoureux et en plus c’est moins … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 20/02/2017

    Ce service est disponible à Hannut et jusqu’à 25km aux alentours. Toutes les infos sur la page Facebook > https://www.facebook.com/restolithannut/ et le site internet > http://www.rest-o-lit.be/

    Source > CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 20/02/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/46806

  • HANNUT > VISITE DE SAINT NICOLAS CHEZ VOUS > DANS VOTRE ASSOCIATION OU ENTREPRISE

  • HANNUT > UN SERVICE DE LIVRAISON DE BURGERS À LA MAISON !

    Il vous l’avait annoncé le 23 juillet dernier et c’est désormais officiel !

    Le Hannutois de 22 ans, Renaud Maréchal a obtenu toutes les dérogations pour commencer son service de livraison à domicile.

    Mais pas de n’importe quoi. Il proposera, dès mercredi, entre 17h et 22 h, de livrer vos burgers à domicile pour autant que vous résidiez à Hannut Centre. Une grande première en région Huy-Waremme !

    Vous avez envie d’une version revisitée du burger, alors « Marshall Corp » est le livreur qu’il vous faut. Il vous propose des burgers haut de gamme façon US. Voici ce qu’il propose : Texas menu pour 12 euros (Patates et Texas Burgers avec pain chili, 2 purs bœuf, 2 cheddars, oignon, bacon, roquette, sauce samouraï) et boisson comprise.

    Infos : 0498/20.07.33.

    Le site > http://www.marshallcorp.be/

    Sur Facebook > https://www.facebook.com/marshallcorporation/

    Source > C.L./DR sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 07/10/2016 > Photos Renaud Maréchal.

  • SAINT NICOLAS CHEZ VOUS POUR LES ŒUVRES DU KIWANIS HANNUT GEER-MEHAIGNE

    Visite de Saint Nicolas à votre domicile, dans votre Club ou Association

    Sur demande & réservation uniquement

    Les 04-05 & 06 décembre

    Au profit intégral de nos œuvres sociales

    PAF > Famille = 25€ >> Club ou Association (Groupe d’enfants) = 50€

    Réservation indispensable chez M. André LERUTH > par tél au > 0495/74 62 00

    Notre site sur le Web >http://www.kiwanis.be/hannut/

    Sur Facebook > https://www.facebook.com/khannut

  • SAINT NICOLAS CHEZ VOUS POUR LES ŒUVRES DU KIWANIS HANNUT GEER-MEHAIGNE

    Visite de Saint Nicolas à votre domicile, dans votre Club ou Association

    Sur demande & réservation uniquement

    Les 27-28 & 29 novembre

    Les 04-05 & 06 décembre

    Au profit intégral de nos œuvres sociales

    PAF > Famille = 25€ >> Club ou Association (Groupe d’enfants) = 50€

    Réservation indispensable chez M. André LERUTH > par tél au > 0495/74 62 00

    Notre site sur le Web >http://www.kiwanis.be/hannut/

    Sur Facebook > https://www.facebook.com/khannut

  • SAINT NICOLAS CHEZ VOUS POUR LES ŒUVRES DU KIWANIS HANNUT GEER-MEHAIGNE

    Visite de Saint Nicolas à votre domicile, dans votre Club ou Association

    Sur demande & réservation uniquement

    Les 27-28 & 29 novembre

    Les 04-05 & 06 décembre

    Au profit intégral de nos œuvres sociales

    PAF > Famille = 25€ >> Club ou Association (Groupe d’enfants) = 50€

    Réservation indispensable chez M. André LERUTH > par tél au > 0495/74 62 00

    Notre site sur le Web >http://www.kiwanis.be/hannut/

    Sur Facebook > https://www.facebook.com/khannut

  • LES JOBS A DOMICILE LES MIEUX PAYES

    Travailler à domicile présente certains avantages

    Pas d’embouteillage pour se rendre au bureau, moins de sources de distraction, possibilité d’envoyer pour ainsi dire des e-mails dans son lit… Le rêve ?

    Vous ne croyez pas si bien dire : les exemples d’universitaires qui travaillent à la maison et gagnent aussi bien, voire mieux leur vie que ceux qui officient dans un bureau sont légion. Voici quelques-uns des emplois à domicile les mieux payés.

    Audit manager

    L’audit manager réalise des audits financiers et opérationnels pour des entreprises. Il est responsable du planning et de l’exécution d’audits internes et collabore avec des actionnaires afin d’en interpréter l’impact et les résultats. De nombreux auditeurs travaillent en grande partie de chez eux.

    Senior medical writer

    Les entreprises et éditeurs actifs dans le secteur pharmaceutique ou médical sont à la recherche constante de copywriters spécialisés dans le domaine scientifique ou médical. Bon nombre de senior medical writers travaillent principalement à domicile. Ils traitent les informations issues de sources médicales, rédigent des textes, se chargent de la rédaction finale de textes écrits par d’autres rédacteurs et collaborent avec le management en vue de développer et suivre des projets. Une bonne plume et un diplôme dans une orientation scientifique ou médicale sont requis.

    Ingénieur de projet – Conseiller en environnement

    Le conseiller environnemental est chargé de l’accompagnement du processus et de la coordination des permis environnementaux et urbanistiques, des études politiques et géologiques. Il prodigue des conseils stratégiques en matière d’environnement et de sécurité aux entreprises et rédige des offres. Lorsqu’il n’œuvre pas sur le terrain, il a la possibilité de travailler de chez lui.

    Software engineer

    Un software engineer développe, réalise et entretient des programmes informatiques, identifie les erreurs et les corrige. Une mission que l’on peut parfaitement exécuter chez soi. Le senior software engineer dirige généralement une équipe de développeurs. La connaissance des différents langages de programmation est indispensable.

    Chercheur en biologie

    Vous vous penchez sur les processus biologiques ou les causes de phénomènes du même nom. Vous étudiez la littérature scientifique, formulez des questions de recherche et utilisez des méthodes et modèles scientifiques pour y répondre, confiez éventuellement à des assistants des missions de recherche et travaillez en concertation avec les donneurs d’ordre.

    Source & Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

    télétravail / audit / chef de projet / Postuler

  • IDEE EMPLOI > INFIRMIER SPÉCIALISÉ À DOMICILE

    infirmier.jpg

    Les infirmiers spécialisés sortent rarement des hôpitaux. Il y a cependant de plus en plus de patients dont l’état de santé exige des soins techniques à domicile.

    Il y a donc un créneau à saisir pour l’infirmier indépendant spécialisé en soins intensifs et désireux de travailler au domicile des malades.

    Eric Crouquet est l’un de ceux-là. Riche d’une expérience d’une vingtaine d’années en soins intensifs, d’abord à l’UCL Mont-Godinne, puis dans une clinique privée à Lausanne et, enfin, dans une plus petite structure à Bruxelles – où il s’est rendu compte que la population musulmane prenait grand soin de ses proches –, cet infirmier d’Yvoir a opté, voici deux ans, pour le statut d’indépendant. Parce qu’il s’est rendu compte que de nombreux patients, une fois sortis de l’hôpital – et ils sortent de plus en plus vite –, demandaient des soins très techniques que bien peu d’infirmiers étaient capables de leur donner.

    UN CONCEPT TRÈS SUISSE

     « Ces patients nécessitent du matériel adapté, ainsi que des attentions et des réflexes très hospitaliers », explique-t-il. Certains, par exemple, ont besoin qu’on leur fasse des perfusions, des intra veineuses, des trachéotomies… D’autres sont porteurs d’un porth à cath, c’est-à-dire d’un cathéter implanté sous la peau et indispensable pour recevoir des produits vitaux.

    Si la prise en charge est al maîtrisée par l’infirmière à domicile, il y a de gros risques d’infection et de complication. « Les médecins spécialisés trouvent très difficilement des infirmiers pour donner ce type de soins.

    De même, les personnes grabataires et celles en fin de vie demandent des traitements lourds et des techniques spécifiques qui doivent être effectuées en collaboration avec l’équipe qui les entoure ».

    LE BESOIN D’UN PERSONNEL RÔDÉ

    Ces patients, qui ont quitté l’hôpital pour se sentir mieux chez eux, bien souvent entourés de leur famille, ont besoin d’un personnel rôdé. « A ces personnes, nous n’hésitons pas à fournir tous les services nécessaires: garde-malade, recherche de repas à domicile adaptés, service de buanderie, courses à la pharmacie ou recherche de bénévoles…

    Il s’agit d’un concept très suisse, qui fait une large place aux souhaits du patient. Et tous ces soins sont remboursés intégralement puisque nous sommes conventionnés et agréés par toutes les mutuelles.»

    DES CENTRALES DE SOINS

    Si Eric Crouquet parle au pluriel c’est parce qu’il s’est associé avec une autre infirmière spécialisée en soins intensifs, Nathalie Desmet, qui a, quant à elle, opté pour un statut d’indépendant à titre complémentaire.

    « Les patients ont besoin de soins tous les jours, il faut donc travailler en équipe sinon on n’en sort pas », explique-t-il, tout en regrettant qu’il n’existe pas, dans la région namuroise, des centrales de soins comme à Bruxelles. « Ces centrales font appel à des infirmières spécialisées (NDLA : hospitalières, infirmières de soins intensifs, palliatifs, pédiatriques... ) pour permettre ce qu’on appelle désormais les hospitalisations à domicile sécurisantes et sans crainte de complications ». 

    CHRISTIAN SONON

    PROFIL : LE SOUCI DU TRAVAIL BIEN FAIT

    Pourquoi un infirmier spécialisé en soins intensifs choisirait-il de prendre le statut d’indépendant et de venir travailler au domicile des patients ? « D’abord pour quitter le stress du milieu hospitalier », répond Eric Crouquet. «Ensuite, pour l’aspect humain, le contact, le respect de la personne. A domicile, vous êtes accueillis par des gens qui vous vous parlent plus facilement, vous font confiance, vous remercient…» Mais l’infirmier insiste : il faut être expérimenté, chevronné et avoir une conscience professionnelle aiguë. «La qualité principale, c’est le souci du travail bien fait, la recherche du confort optimal pour le patient. Mais il ne faut pas voir peur des pathologies lourdes, bien sûr ».

    Si la demande est bien réelle, il n’en reste pas moins vrai que la clientèle ne court pas encore les rues. « J’ai eu beaucoup de patients au début, j’en ai moins aujourd’hui. Certains, vu leur grand âge ou leur état de santé, sont décédés.

    C’est le propre des indépendants de devoir sans cesse trouver de nouveaux clients. Nous devons nous faire connaître des personnes qui ont besoin de notre expérience, mais ce n’est guère facile. »

    Pour ce faire, Eric et Nathalie ont créé leur site internet, ils ont distribué leur carte de visite chez les pharmaciens de la région et certains médecins les recommandent aux patients quittant l’hôpital. « Il faudrait que les médecins et chirurgiens donnent la liste des infirmiers à domicile comme ils donnent une liste de médicaments à prendre », estime Eric, « mais ce n’est pas leur souci premier… » (C.S.)

    Source > http://www.jobsregions.be