directeur

  • HANNUT I: LE DIRECTEUR NOMMÉ ILLÉGALEMENT

    15947111.jpgL’échevin de l’enseignement Manu Douette (MR) n’a peut-être pas fini de se faire du souci avec la direction de Hannut I qui regroupe les écoles d’Avernas, Lens-St-Remy et Thisnes.

    Si le Conseil d’État suit l’avis de l’auditeur, la décision du conseil communal de nommer Jean-Philippe Schrynen au poste de directeur de Hannut I sera cassée.

    Avec cet avis de l’auditeur qui lui est favorable, Nathalie Mottet, la candidate malheureuse à ce poste de directeur de Hannut I, a toutes les raisons d’espérer de voir son recours en annulation aboutir. Les avis de l’auditeur, dit-on, sont souvent suivis. L’arrêt du Conseil d’État est attendu dans les prochaines semaines.

    Pour rappel, c’est en novembre 2012 que l’institutrice maternelle de Lens-St-Remy a décidé d’intenter une action devant le Conseil d’Etat contre la Ville. Qu’elle accuse de ne pas avoir respecté le décret fixant le statut des directeurs. En clair, selon la plaignante, d’avoir, entre le 1er août et le 31 décembre 2012, nommé illégalement au poste de directeur temporaire (en remplacement de Paulo Vigneront, détaché depuis 2009 auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles) un candidat qui n’avait pas les titres requis. Jean-Philippe Schrynen, puisqu’il s’agit de lui, aurait dû détenir trois attestations

    La suite dans La Meuse Huy-Waremme d’hier samedi.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/826483

  • HANNUT: J-PH. SCHRYNEN ÉLU DIRECTEUR DE HANNUT I

    1570026157_ID8351808_schrynen_193301_H46T3A_0.jpgEt voilà une bonne chose de réglée pour la Ville de Hannut. Ce mardi soir, les conseillers ont voté, à huis clos, pour le poste de directeur des écoles de Hannut I.

    Le verdict est tombé hier matin. C’est Jean-Philippe Schrynen, le remplaçant de l’ancien directeur, qui a été le plus rassembleur. Mais “ tout était joué d’avance ”, selon Nathalie Mottet, l’autre candidate. Découvrez l’intégralité de l’article dans notre édition régionale de ce jeudi 29 novembre.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Jeudi 29 Novembre 2012 à 07h56(D.R.)

  • COMMENT M’ADAPTER À L’ARRIVÉE D’UN NOUVEAU BOSS ?

    Comment m’adapter à l’arrivée d’un nouveau boss ?

    images.jpgC’est déjà pas drôle tous les jours, avec les prévisions catas, les chiffres qui plongent, tout le monde qui se demande qui va sauter, et quand ce sera son tour, et voilà que débarque un nouveau supérieur ! Bon, le précédent, il avait mille travers mais, au moins, on savait comme il fonctionnait. Et on pouvait y trouver un intérêt. Mais là, maintenant ? Un nouveau boss ? En pleine période de crise ! Tous aux abris ? « Laissez-lui du temps », conseille Aniana Taelman, Talent Acquisition Manager chez Securex (1). « Trois mois. Pour qu’il comprenne les rouages du service, de l’entreprise, pour que vous compreniez aussi, vous, ce qu’il attend de l’équipe, de vous, ses objectifs, sa vision générale et surtout son style de communication. Lorsqu’on sait tout ça, on s’adapte plus facilement. Parce que le but, c’est que les employés s’adaptent au nouveau chef, pas l’inverse. » Ne pas le condamner tout de suite, donc. Et si, au bout, désolé, mais on estime que celui-ci aussi – évidemment – est incompétent ?

     « Contrôlez-vous. Avant de juger le patron, jugez-vous, vous-mêmes. Parfois, ceux qui critiquent le plus le nouveau chef, c’est qu’ils voulaient le job ! Donc, évaluez ‘‘l’incompétence’’ présumée du patron. Elle peut n’être que jalousie ou préjugés sur le background du nouvel arrivant (son précédent employeur, le secteur dans lequel il officiait…). Il ne faut pas se mentir. Important aussi : demander conseil à des collègues, ou des personnes de confiance hors de l’entreprise. Si, là, les avis confirment votre impression, votre conviction, alors allez en parler au service des ressources humaines, mais pas avant. »

    Et en parler au chef du chef ? « Hum, non, plutôt pas. Ça peut-être contre-productif. images (1).jpg
    Le boss a quand même toujours plus de pouvoir que l’employé. » D’accord. Mais, allez, entre nous, honnêtement : un homme ou une femme qui vient d’ailleurs, pour être tout de suite au-dessus de nous, c’est suspect, non ? Méfiance quand même ? « Pas du tout ! En général, c’est très positif. C’est un apport de nouvelles idées, d’une nouvelle vision. Et comme, en ces temps de crise, toutes les entreprises doivent ‘‘changer’’ quelque chose, c’est très sain d’avoir quelqu’un qui n’a pas connu les stratégies précédentes, les habitudes. Il peut aider à changer plus vite que quelqu’un qui est dans les meubles depuis dix ans ou plus. » Bon, ben, bienvenue alors. Et à votre dispo.

    Source > http://www.references.be/carriere > Texte: Max Denver