demander

  • QUEL EST LE MEILLEUR MOMENT POUR DEMANDER UNE AUGMENTATION ?

    La fin de l’année approche, votre entretien d’évaluation aussi, vous êtes content de votre travail dans l’année écoulée…

    Vous sentez qu’il est temps de négocier une augmentation, et vous avez préparé des arguments pour convaincre votre patron de vous l'accorder.

    Reste une question cruciale à régler : quel est le meilleur moment pour demander une augmentation salariale ?

    Bien choisir son heure permet de mettre plus de chances de votre côté, ou même de pouvoir espérer recevoir plus d'argent que prévu. Mode d’emploi.

    Les moments à éviter

    Le climat n'est pas toujours favorable à entamer la démarche d'une augmentation. Mieux vaut éviter ces périodes...

    -Les périodes de crise pour votre entreprise : recul du chiffre d’affaires, plan de restructuration, départ de collaborateurs, chute des actions... Si votre société va mal, votre patron hésitera davantage à vous augmenter. 

    -Les moments de crise personnelle dans la vie de votre supérieur : divorce, maladie, problèmes familiaux... Gardez une certaine finesse et évitez ces périodes pour le solliciter. C'est également valable pour vos propres crises personnelles

    -Enfin, ne demandez jamais une augmentation au retour d’un long congé. Votre patron risque de vous trouver un peu trop audacieux : remettez-vous d'abord au travail !

    Choisir le moment naturel

    La clé est de faire en sorte que votre requête semble naturelle et légitime à votre patron. Pour cela, plusieurs techniques sont possibles...

    -Tout d'abord, renseignez-vous sur la politique salariale en vigueur au sein de votre entreprise. Souvent, les salaires de l’année suivante sont décidés à un moment précis. Agissez en conséquence : évitez de demander une augmentation en avril si les salaires sont adaptés en décembre

    -Vous pouvez bien sûr demander une augmentation après avoir accompli avec brio une mission que l’on vous a confiée ou lorsque vous changez de poste ou de statut

    -Prenez l'initiative de remettre sur le tapis des moments qui ont été prévus à l’avance (et que vous n’avez pas oubliés). Votre supérieur vous avait vaguement promis de renégocier votre salaire à la fin de votre période d’essai, mais il n'en parle plus maintenant qu'elle arrive à son terme ? N’hésitez pas à demander un entretien pour lui rappeler ce qui était prévu. 

    -Vous ne trouvez aucune occasion ? Rabattez-vous sur les dates anniversaires. Celle de votre précédente augmentation ou celle de votre entrée en service, par exemple.

    Et pendant l’entretien annuel ?

    La saison des entretiens de fonctionnement approche. Beaucoup d’employés pensent que c’est le moment idéal pour demander une augmentation. Est-ce le cas ? Oui et non.

    En effet, l’entretien doit surtout servir à faire le point sur vos compétences, établir le bilan de l’année écoulée et évoquer les challenges qui vous attendent. Certains managers préfèrent ne pas y associer directement la rémunération. Vous pouvez aborder le sujet lors de cet entretien, mais préférez convenir d’un autre rendez-vous pour discuter de l’augmentation en elle-même et pour développer tranquillement votre argumentation.

    Votre patron aura ainsi le loisir d’analyser vos résultats à son aise et sera plus enclin à vous accorder cette hausse salariale (si les résultats jouent en votre faveur, cela va sans dire !).

    Source: Latribune.fr > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    Liens utiles > augmentation salariale / stratégie / négociation / Evoluer / Salaires / Augmentation / Promotion

  • 5 RAISONS DE DEMANDER A VOS COLLEGUES COMBIEN ILS GAGNENT

    Collegues_2015_shutterstock_246237547.jpg

    Pour faire une belle carrière, il est primordial d’être conscient de ce que vous valez. Et cela passe notamment par… votre salaire.

    Gagnez-vous assez ? Votre fiche de paie reflète-t-elle votre valeur et vos compétences ?

    Pour le savoir, demandez à vos collègues combien ils gagnent.

    C’est une question délicate bien sûr, mais elle se révélera bénéfique pour votre carrière.

    Voici 5 raison de transgresser le tabou salarial.

    1. Parce que savoir, c’est maîtriser

    Connaître les salaires des personnes qui vous entourent au travail permet évidemment de se retrouver dans une meilleure position pour négocier le nôtre. Vous êtes capable d’évaluer plus précisément votre valeur sur le marché du travail, de vous positionner au sein de votre équipe, d’avoir une idée de votre valeur aux yeux de votre supérieur...

    Ces informations seront précieuses la prochaine fois que vous négocierez une augmentation.

    2. Parce que cela peut booster votre carrière

    En général, on ne discute pas ouvertement de salaire avec ses collègues car c’est un sujet sensible qui peut fâcher ou susciter de la jalousie. Pourtant, ces émotions peuvent être une bonne chose. Si vous apprenez que vous gagnez bien moins que vos collègues, vous avez alors toutes les cartes en main pour demander une augmentation ou chercher un autre emploi… Et la motivation en plus.

    Si votre entreprise ne vous apprécie pas à votre juste valeur, et ne vous rémunère donc pas à hauteur de vos compétences, elle mérite que vous la quittiez, non ?

    3. Parce que cela révèle les discriminations

    Pourquoi Stéphanie ne gagne-t-elle pas autant que Jules, alors qu’ils occupent la même fonction et que Stéphanie est reconnue pour son travail rigoureux ? Les discriminations salariales sur base du sexe ou de l’origine existent toujours en Belgique. On estime d’ailleurs que l’écart salarial est de 8% en Belgique. Une discussion à bâton rompu avec ses collègues autour du salaire peut ici mener la personne discriminée à une prise de conscience : il existe des lois anti-discriminations qui punissent ce genre d’agissements.

    4. Parce que c’est nécessaire lors de la négociation du salaire à l’embauche

    Comment faire si vous n’êtes pas encore engagé et que vous n’avez par conséquent pas encore de collègues ? Il vous faut être au courant des salaires d'application dans votre fonction/secteur lorsque vous négocierez votre propre salaire à l'embauche. Pour estimer vos prétentions salariales, des outils existent comme notre Compas des Salaires. Comment bien négocier son salaire à l’embauche ?

    5. Parce que le tabou s’essouffle

    La transparence est une valeur de plus en plus appréciée dans les entreprises. Certaines boîtes divulguent d’ailleurs publiquement les salaires de tous : parmi elles SumAll, une entreprise new-yorkaise qui a affiché les salaires de tous ses employés et donne des explications sur les éventuelles différences de salaire à qui en demande.

    Après tout, le salaire fait partie intégrante de votre travail. C’en est même la base : vous ne travailleriez pas gratuitement. Pourquoi rechigne-t-on alors tellement à aborder ce sujet entre collègues ?

    Avec l’arrivée sur le marché du travail de lagénération Y, cette tendance au tabou du salaire tend à disparaître. Les jeunes travailleurs ont moins de problème à discuter de leur fiche de paie entre eux, et réclament plus de transparence dans l’entreprise en général. Une bonne idée, non ?  

    Source: journaldunet.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    argent / transparence / collègues / différence salariale / salaires / secret / Salaires / Travailler & vivre

  • COMMENT DEMANDER UN FEED-BACK APRES AVOIR RATE UN ENTRETIEN ?

    Entretien_shutterstock_78690667.jpg

    Il n’est jamais facile d’échouer à un entretien d’embauche.

    Difficile, en effet, de garder le moral après un rejet, en particulier si ce n’est pas la première fois. Pourtant, l’expérience peut s’avérer utile, si vous demandez un feed-back.

    Quand demander un feed-back

    Le feed-back vous servira surtout si l’entreprise vous connaît un peu, si vous avez passé plusieurs épreuves de sélection.

    Si vous avez réussi une première sélection, cela veut dire que vos compétences et votre expérience professionnelle correspondent aux exigences de la fonction. Les raisons pour lesquelles vous n’avez pas décroché le job peuvent dès lors vous aider à vous améliorer (vous avez peut-être trop parlé, vous donniez peut-être l’impression de ne pas vous intéresser à l’entreprise, vous ne maîtrisiez peut-être pas Photoshop aussi bien que le candidat qui a été retenu à votre place).  

    À qui demander un feed-back

    En général, la personne la mieux placée pour vous donner un feed-back est le recruteur. Celui-ci pourra non seulement vous éclairer sur l’entretien que vous avez passé avec lui, mais il se sera aussi probablement renseigné sur l’impression que vous avez laissée à d’autres employés de la compagnie avec qui vous avez éventuellement été en contact.

    À quel moment demander un feed-back

    Le meilleur moment pour demander un feed-back est juste après avoir reçu un message d’échec à un entretien. Il vaut mieux demander un feed-back par e-mail que par téléphone ou de visu. Les recruteurs sont toujours mal à l’aise pour expliquer les raisons de leur rejet et préfèrent les coucher par écrit.

    Quoi qu’il arrive, il est toujours préférable de répondre à un rejet de candidature, afin de maintenir de bonnes relations avec tous les employeurs potentiels.

    Comment demander un feed-back

    Non seulement les recruteurs sont-ils mal à l’aise de vous donner un feed-back, mais ils pourraient aussi le voir comme une perte de temps si tous les candidats en demandaient effectivement un.

    Commencez par remercier le recruteur de vous avoir accordé son temps et son attention. Demandez-lui ensuite subtilement, sans en avoir l’air, de vous donner un feed-back de vos performances. Vous pourriez essayer un : « Si vous avez un feed-back à me donner au sujet de mes manquements, j’aimerais m’en servir pour m’améliorer en vue de prochaines candidatures. » 

    Quoi qu’il en soit, essayez de rester positif, de ne pas vous insurger face à votre rejet, de ne pas vous laisser abattre, de rester lucide sur vos défauts et vos manquements, et de mettre à profit cette expérience désagréable, pour faire mieux la prochaine fois !

    Source : Business Insider > Texte: Céline Préaux via > http://www.references.be

  • QUEL EST LE MEILLEUR MOMENT POUR DEMANDER UNE AUGMENTATION ?

    Tirelire_shutterstock_179523254.jpg

    La fin de l’année approche, votre entretien d’évaluation aussi, vous êtes content de votre travail dans l’année écoulée…

    Vous sentez qu’il est temps de négocier une augmentation, et vous avez préparé des arguments pour convaincre votre patron de vous l'accorder. Reste une question cruciale à régler : quel est le meilleur moment pour demander une augmentation salariale ?

    Bien choisir son heure permet de mettre plus de chances de votre côté, ou même de pouvoir espérer recevoir plus d'argent que prévu. Mode d’emploi.

    Les moments à éviter

    Le climat n'est pas toujours favorable à entamer la démarche d'une augmentation. Mieux vaut éviter ces périodes...

    •Les périodes de crise pour votre entreprise : recul du chiffre d’affaires, plan de restructuration, départ de collaborateurs, chute des actions... Si votre société va mal, votre patron hésitera davantage à vous augmenter.

    •Les moments de crise personnelle dans la vie de votre supérieur : divorce, maladie, problèmes familiaux... Gardez une certaine finesse et évitez ces périodes pour le solliciter. C'est également valable pour vos propres crises personnelles.

    •Enfin, ne demandez jamais une augmentation au retour d’un long congé. Votre patron risque de vous trouver un peu trop audacieux : remettez-vous d'abord au travail !

    Choisir le moment naturel

    La clé est de faire en sorte que votre requête semble naturelle et légitime à votre patron. Pour cela, plusieurs techniques sont possibles...

    •Tout d'abord, renseignez-vous sur la politique salariale en vigueur au sein de votre entreprise. Souvent, les salaires de l’année suivante sont décidés à un moment précis. Agissez en conséquence : évitez de demander une augmentation en avril si les salaires sont adaptés en décembre.

    •Vous pouvez bien sûr demander une augmentation après avoir accompli avec brio une mission que l’on vous a confiée ou lorsque vous changez de poste ou de statut.

    •Prenez l'initiative de remettre sur le tapis des moments qui ont été prévus à l’avance (et que vous n’avez pas oubliés). Votre supérieur vous avait vaguement promis de renégocier votre salaire à la fin de votre période d’essai, mais il n'en parle plus maintenant qu'elle arrive à son terme ? N’hésitez pas à demander un entretien pour lui rappeler ce qui était prévu.

    •Vous ne trouvez aucune occasion ? Rabattez-vous sur les dates anniversaires. Celle de votre précédente augmentation ou celle de votre entrée en service, par exemple.

    Et pendant l’entretien annuel ?

    La saison des entretiens de fonctionnement approche. Beaucoup d’employés pensent que c’est le moment idéal pour demander une augmentation. Est-ce le cas ? Oui et non.

    En effet, l’entretien doit surtout servir à faire le point sur vos compétences, établir le bilan de l’année écoulée et évoquer les challenges qui vous attendent. Certains managers préfèrent ne pas y associer directement la rémunération. Vous pouvez aborder le sujet lors de cet entretien, mais préférez convenir d’un autre rendez-vous pour discuter de l’augmentation en elle-même et pour développer tranquillement votre argumentation.

    Votre patron aura ainsi le loisir d’analyser vos résultats à son aise et sera plus enclin à vous accorder cette hausse salariale (si les résultats jouent en votre faveur, cela va sans dire !).

    Source: Latribune.fr > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • QUEL EST LE MEILLEUR MOMENT POUR DEMANDER UNE AUGMENTATION ?

    Mardi 24.jpg

    La fin de l’année approche, votre entretien d’évaluation aussi, vous êtes content de votre travail dans l’année écoulée… Vous sentez qu’il est temps de négocier une augmentation, et vous avez préparé des arguments pour convaincre votre patron de vous l'accorder. Reste une question cruciale à régler : quel est le meilleur moment pour demander une augmentation salariale ?

    Bien choisir son heure permet de mettre plus de chances de votre côté, ou même de pouvoir espérer recevoir plus d'argent que prévu. Mode d’emploi.

    Les moments à éviter

    Le climat n'est pas toujours favorable à entamer la démarche d'une augmentation. Mieux vaut éviter ces périodes :

    • Les périodes de crise pour votre entreprise : recul du chiffre d’affaire, plan de restructuration, départ de collaborateurs, chute des actions... Si votre société va mal, votre patron hésitera davantages à vous augmenter.

    • Les moments de crise personnelle dans la vie de votre supérieur : divorce, maladie, problèmes familiaux... Gardez une certaine finesse, et évitez ces périodes pour le solliciter. C'est également valable pour vos propres crises personnelles

    • Enfin, ne demandez jamais une augmentation au retour d’un long congé. Votre patron risque de vous trouver un peu trop audacieux : remettez-vous d'abord au travail !

    Choisir le moment naturel

    La clé est de faire en sorte que votre requête semble naturelle et légitime à votre patron. Pour cela, plusieurs techniques sont possibles...

    • Tout d'abord, renseignez-vous sur la politique salariale en vigueur au sein de votre entreprise. Souvent, les salaires de l’année suivante sont décidés à un moment précis. Faites en conséquence: évitez de demander une augmentation en avril si les salaires sont adaptés en décembre.

    • Vous pouvez bien sûr demander une augmentation après avoir accompli avec brio une mission que l’on vous a confié, ou lorsque vous changez de poste ou de statut.

    • Prenez l'initiative de remettre sur le tapis des moments qui ont été prévus à l’avance (et que vous n’avez pas oublié). Votre supérieur vous avait vaguement promis de renégocier votre salaire à la fin de votre période d’essai, mais il n'en parle plus maintenant qu'elle arrive à son terme ? N’hésitez pas à demander un entretien pour lui rappeler ce qui était prévu.

    • Vous ne trouvez aucune occasion ? Rabattez-vous sur les dates anniversaires. Celle de votre précédente augmentation ou celle de votre entrée en service, par exemple.

    Et pendant l’entretien annuel ?

    La saison des entretiens de fonctionnement approche. Beaucoup d’employés pensent que c’est le moment idéal pour demander une augmentation. Est-ce le cas ? Oui et non.

    En effet, l’entretien doit surtout servir à faire le point sur vos compétences, établir le bilan de l’année écoulée et évoquer les challenges qui vous attendent. Certains managers préfèrent ne pas y associer directement la rémunération. Vous pouvez aborder le sujet lors de cet entretien, mais préférez convenir d’un autre rendez-vous pour discuter de l’augmentation en elle-même et pour développer tranquillement votre argumentation.

    Votre patron aura ainsi le loisir d’analyser vos résultats à son aise, et sera plus enclin à vous accorder cette hausse salariale (si les résultats jouent en votre faveur, cela va sans dire !).

    Source: Latribune.fr Via > http://www.references.be

  • LES 6 PIRES MOMENTS POUR DEMANDER UNE AUGMENTATION

    shutterstock_143940817b.jpg

    La fin de l’année approche à grands pas. C’est aussi la période des évaluations annuelles.

    C’est peut-être le moment de demander une augmentation de salaire, pensez-vous. Sauf si… voici quand ne surtout pas demander une augmentation.

    1. Si on vous propose mieux ailleurs

    Ne faites pas de chantage à votre patron. Si vous demandez une augmentation sous prétexte que l’on vous propose mieux ailleurs, celui-ci risque de se débarrasser de vous. Il perdra confiance en votre loyauté. Scénario le plus probable : il vous augmentera le temps de trouver votre remplaçant(e).

    2. Lorsque vous venez de boucler avec succès un gros dossier

    Même si vous avez raison d’être fier de la réussite d’un dossier que vous venez de clôturer ou d’un projet que vous avez mené à terme, il serait très maladroit de demander une augmentation de salaire à ce moment-là. Une augmentation de salaire vise à récompenser un travail continu, mais un succès ponctuel. En revanche, vous pourriez demander une prime.

    3. Après une traversée du désert

    Ces derniers mois, vous n’étiez pas au top de votre forme. Vous avez eu votre lot de problèmes personnels et n’étiez pas très concentré(e) sur votre travail. Toutefois, cela fait deux semaines que vous avez remonté la pente et que vous vous donnez à fond. Ce n’est néanmoins pas le moment de demander une augmentation. Laissez d’abord couler un peu d’eau sous les ponts et inscrivez votre remontée dans la durée. Regagnez la confiance de votre parton.

    4. Lorsque l’entreprise coule

    Cela peut paraître évident, mais le pire moment pour demander une augmentation est sans doute lorsque l’entreprise rencontre de graves difficultés économiques. Le souci, c’est que vous ne connaissez peut-être pas l’état des finances de votre boîte et que vous risquez de tomber comme un cheveu dans la soupe en demandant une augmentation au moment où l’entreprise s’apprête à procéder à des licenciements. Essayez donc d’abord de tâter le terrain.

    5. Quand votre patron a l’esprit ailleurs

    De même, lorsque votre patron traverse une crise personnelle, il ne sera pas disposé à écouter votre requête. Celle-ci tombera à l’eau et vous devrez laisser passer un temps raisonnable avant de réitérer votre demande. Autant attendre directement le bon moment.

    6. Si vous venez d’être augmenté(e)

    Si vous avez été augmenté(e) au cours des six derniers mois, gardez votre demande pour plus tard. Votre patron risque de vous prendre pour un(e) opportuniste, plus intéressé(e) par l’argent que par votre travail.

    Source > http://www.references.be