dans

  • SAINT NICOLAS CHEZ VOUS POUR LES ŒUVRES DU KIWANIS HANNUT GEER-MEHAIGNE

    Visite de Saint Nicolas à votre domicile, dans votre Club ou Association

    Sur demande & réservation uniquement

    Les 27-28 & 29 novembre

    Les 04-05 & 06 décembre

    Au profit intégral de nos œuvres sociales

    PAF > Famille = 25€ >> Club ou Association (Groupe d’enfants) = 50€

    Réservation indispensable chez M. André LERUTH > par tél au > 0495/74 62 00

    Notre site sur le Web >http://www.kiwanis.be/hannut/

    Sur Facebook > https://www.facebook.com/khannut

  • COMMENT JUSTIFIER UN TROU DANS UN CV ?

    TrouCV_shutterstock_148966727.jpg

    Chômage, année sabbatique, congé parental, arrêt maladie…

    Autant de situations qu'il faut justifier dans un CV. Comment éviter que les « trous » dans votre CV ne fasse mauvaise impression ? En disant toujours la vérité, mais sans commettre d'impair.

    Ne jamais mentir

    Ne jamais masquer un « trou » dans un CV ni truquer les dates d'une période de chômage. Car en cas de contrôle de référence, on verra qu'il y a tromperie et cela retire toute crédibilité à une candidature. Quel que soit le motif d'interruption de carrière, il est fondamental de dire la vérité et d'expliquer quels moyens ont été mis en œuvre pour trouver un emploi. En évitant de fournir trop de détails sur sa vie personnelle. C'est vraiment LA règle à respecter.

    Inversez le ton

    Qu'il s'agisse d'un congé parental, d'un congé sabbatique ou d'une période de maladie : il faut l'indiquer dans son CV. Mais avec tact. En cas de maladie, parlez de « période d'inactivité », sans entrer dans le détail. En revanche, n'indiquez pas vos périodes de chômage. Mais mentionnez si cette période a été l'occasion de suivre des formations ou que vous êtes resté actif dans les réseaux, association, etc.

    N'entrez pas dans les détails

    Il importe de présenter honnêtement les raisons de votre période d'inactivité, mais sans entrer dans les détails. Cette indication pourra être faite dans la lettre de motivation ou, s'il s'agit d'une candidature en ligne, dans le corps de l'e-mail ou bien dans l'espace « commentaires » du site web. En général, deux phrases suffisent pour dissiper les inquiétudes d'un recruteur et exprimer votre désir et votre faculté à retravailler. Si le recruteur vous pose d'autres questions pendant l'entretien, répondez-lui de façon honnête et positive.

    Pensez au non professionnel

    Un CV est lu à deux niveaux : sur les compétences du candidat, mais aussi sur sa personnalité, ses valeurs, ses engagements. Si la liste de vos diplômes, compétences et postes précédemment occupés reste la base immuable de tout CV, de nombreux employeurs prêtent aussi un intérêt à ce qu'un potentiel futur employé sait « faire d'autre ». Si vous avez fait du bénévolat ou repris des études, si vous êtes resté impliqué dans une association professionnelle, mentionnez-le dans votre CV.

    Source > Rafal Naczyk > Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

     

    Bénévoles : bien dans leur tête, bien dans leur corps

    La pratique du bénévolat quelques heures par semaine s’accompagne d’effets extrêmement positifs pour le bénévole, en particulier s’il s’agit d’un senior.

    Faire du bien aux autres tout en s’en faisant à soi-même : le bénévolat réunit tous les avantages. Une équipe de l’université de Toronto a réalisé une méta-analyse d’une centaine d’études réalisées sur ce sujet à travers le monde. Elles ont évalué les effets du bénévolat sur la santé physique et psychologique.

    Le croisement des résultats montre que globalement, les bénévoles expriment un bien-être psychologique plus prononcé (les cas de dépression sont moins fréquents, par exemple), affichent une meilleure condition physique (notamment en ce qui concerne les limitations fonctionnelles chez les plus âgés) et présentent un meilleur état de santé général (ils sont ainsi moins exposés à l’hypertension artérielle).

    Le sentiment d’être apprécié s’inscrit comme l’un des éléments majeurs d’amplification du bien-être, qui accentue l’envie (le besoin) de s’investir. Un cercle vertueux, donc. Il faut aussi tenir compte de facteurs – très - importants comme le fait de rester physiquement actif et de maintenir des relations sociales (prévenant ou brisant l’isolement).

    Les auteurs de ces recherches considèrent que de deux ou trois heures de bénévolat par semaine constituent un très bon rythme.

    Source: Psychological Bulletin (www.apa.org/pubs/journals/bul)  Via > http://www.passionsante.b

  • 10 BOURDES A EVITER DANS VOS E-MAILS PROFESSIONNELS

    shutterstock_148267295b.jpg

    À l’heure du langage SMS, les bourdes dans les e-mails professionnels sont légion.

    Outre les fautes d’orthographe caractérisées, nous nous retrouvons souvent face à un e-mail sans objet, sans pièce jointe ou avec des destinataires manquants.

    Voici 10 bourdes à éviter dans vos e-mails professionnels.

    1. Négliger l’objet du message

    L’objet du message est fondamental. Croulant sous les e-mails, nous avons de moins en moins de temps à consacrer à chacun d’eux. Un e-mail sans objet ira presque automatiquement à la poubelle. Par ailleurs, on objet efficace doit consister en quelques (deux ou trois) mots-clés incitatifs et informatifs. Évitez en effet les phrases à rallonge, votre destinataire ne les lira pas jusqu’au bout.

    2. Rater votre adresse

    L’adresse (non pas l’adresse e-mail, mais la façon dont vous vous adressez à quelqu’un) est aussi déterminante. Un « Bonjour Monsieur/Madame » est à la fois informel est sec. Si vous ne connaissez pas bien votre destinataire, optez plutôt pour un « Cher Monsieur/Madame + nom ». Si vous le/la connaissez mieux, un « Cher/Chère + prénom » fera l’affaire. 

    3. Le langage SMS

    Les fautes d’orthographe dans les e-mails passent très mal. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une petite faute de frappe, mais ça s’arrête là. Bannissez définitivement le langage SMS. Relisez attentivement vos e-mails avant de les envoyer et ne laissez aucune faute. Si vous doutez d’un mot, vérifiez-le dans le dictionnaire ou dans le Bescherelle.

    4. Ne pas maîtriser le champ « Cci »

    Il est très fréquent d’envoyer des e-mails collectifs (pour des rapports, des annonces/suivis de réunions, etc.). Or, il sera très mal perçu de faire apparaître toutes les adresses aux yeux de tous. C’est ce qui arrivera si vous confondez le champ « Cc » et le champ « Cci ». Seul ce dernier vous permettra d’envoyer des e-mails à plusieurs personnes sans faire apparaître leur adresse.

    5. Se tromper de destinataire

    Se tromper de destinataire peut arriver plus souvent qu’on ne le pense. Vous tapez la première lettre dans « nom », vous le validez et… voilà votre e-mail envoyé au mauvais destinataire. Suivant la teneur plus ou moins confidentielle de votre message, ce genre d’incident peut avoir des conséquences relativement embarrassantes. Quoi qu’il en soit, il est important de vous en rendre compte rapidement et d’envoyer un mot d’excuse à votre mauvais destinataire.

    6. Une ponctuation excessive

    La langue française comprend très peu d’éléments de ponctuation. Nombreux sont ceux qui ne savent pas très bien quand mettre des virgules ou non et qui en servent dès lors à toutes les sauces. D’autres ne peuvent se résoudre à mettre un point à la fin d’une phrase et pondent ainsi des phrases kilométriques, qui ressemblent plus à des paragraphes qu’à des lignes. Par ailleurs, il faut rester prudent avec les points d’exclamation. Si certains peuvent les interpréter comme un signe d’enthousiasme, d’autres les verront comme des indices d’agressivité.

    7. Le langage SMS, suite

    Les smileys doivent être réservés aux collègues proches. Le langage SMS généralise et banalise les smileys, à tel point que l’on pense ne pas pouvoir transmettre une émotion particulière (ou un ton spécifique) par le seul usage des mots. Rappelez-vous à qui vous vous adressez et évitez de vous montrer familier envers quelqu’un avec qui vous seriez distant en face-à-face.

    8. Les mails « tartine »

    Un e-mail efficace doit être court et aéré. Il vous est possible de configurer la longueur des lignes sur votre ordinateur (on conseille en général entre 50 et 60 signes). Par ailleurs, pensez à subdiviser votre e-mail en paragraphes, afin de le rendre plus lisible et d’éviter à votre interlocuteur de se fatiguer l’œil.

    9. « See ya » 

    La formule de politesse est essentielle dans votre e-mail. Essayez de trouver le juste équilibre entre une familiarité excessive (« See ya », « À un de ces , biloute ! ») et les formules alambiquées (« Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Cher Monsieur X, en l’expression de mes sentiments les plus respectueux »). En général, on s’en sort plutôt bien avec un « Bien à vous/toi », qui convient aussi bien au vouvoiement qu’au tutoiement.

    10. Une signature bâclée

    Il n’est pas question ici de rater son propre nom (en général, on apprend à l’écrire dès la maternelle), mais bien sa « signature ». Il faut penser à la configurer sur son ordinateur. Gage de professionnalisme, elle est une sorte de carte de visite. Vous pouvez y ajouter votre fonction, le nom de votre entreprise, celui de votre département, votre adresse professionnelle, votre numéro de téléphone du bureau ainsi que celui de votre gsm professionnel (si vous en avez un).

    Source : Cadremploi.fr > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • INFO BOULOT > 10 BOURDES A EVITER DANS VOS E-MAILS PROFESSIONNELS

    11.jpg

    À l’heure du langage sms, les bourdes dans les e-mails professionnels sont légion.

    Outre les fautes d’orthographes caractérisées, nous nous retrouvons souvent face à un e-mail sans objet, sans pièce jointe, ou avec des destinataires manquants.

    Voici 10 bourdes à éviter dans vos e-mails professionnels :

    1. Négliger l’objet du message

    L’objet du message est fondamental. Croulant sous les e-mails, nous avons de moins en moins de temps à consacrer à chacun d’eux. Un e-mail sans objet ira presque automatiquement à la poubelle. Par ailleurs, on objet efficace doit consister en quelques (deux ou trois) mots-clés incitatifs et informatifs. Évitez en effet les phrases à rallonge, votre destinataire ne les lira pas jusqu’au bout.

    2. Rater votre adresse

    L’adresse (non pas l’adresse e-mail, mais la façon dont vous vous adressez à quelqu’un) est aussi déterminante. Un « Bonjour monsieur/madame » est à la fois informel est sec. Si vous ne connaissez pas bien votre destinataire, optez plutôt pour un « Cher monsieur/madame + nom ». Si vous le/la connaissez mieux, un « cher/chère + prénom » fera l’affaire. 

    3. Le langage sms

    Les fautes d’orthographe dans les e-mails passent très mal. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une petite faute de frappe, mais ça s’arrête là. Bannissez définitivement le langage sms. Relisez attentivement vos e-mails avant de les envoyer et ne laissez aucune faute. Si vous doutez d’un mot, vérifiez-le dans le dictionnaire ou dans le Bescherelle.

    4. Ne pas maîtriser le champ « Cci »

    Il est très fréquent d’envoyer des e-mails collectifs (pour des rapports, des annonces/suivis de réunions, etc.). Or, il sera très mal perçu de faire apparaître toutes les adresses aux yeux de tous. C’est ce qui arrivera si vous confondez le champ « Cc » et le champ « Cci ». Seul ce dernier vous permettra d’envoyer des e-mails à plusieurs personnes sans faire apparaître leur adresse.

    5. Se tromper de destinataire

    Se tromper de destinataire peut arriver plus souvent qu’on ne le pense. Vous tapez la première lettre dans « nom », vous le validez et… voilà votre e-mail envoyé au mauvais destinataire. Suivant la teneur plus ou moins confidentielle de votre message, ce genre d’incident peut avoir des conséquences relativement embarrassantes. Quoiqu’il en soit, il est important de vous en rendre compte rapidement et d’envoyer un mot d’excuse à votre mauvais destinataire.

    6. Une ponctuation excessive

    La langue française comprend très peu d’éléments ponctuation. Nombreux sont ceux qui ne savent pas très bien quand mettre des virgules ou non et qui en servent dès lors à toutes les sauces. D’autres ne peuvent se résoudre à mettre un point à la fin d’une phrase et pondent ainsi des phrases kilométriques, qui ressemblent plus à des paragraphes qu’à des lignes. Par ailleurs, il faut rester prudent(e) avec les points d’exclamation. Si certains peuvent les interpréter comme un signe d’enthousiasme, d’autres les verront comme des indices d’agressivité.

    7. Le langage sms – suite

    Les smileys doivent être réservés aux collègues proches. Le langage sms généralise et banalise les smileys, à tel point que l’on pense ne pas pouvoir transmettre une émotion particulière (ou un ton spécifique) par le seul usage des mots. Rappelez-vous à qui vous vous adressez et évitez de vous montrer familier envers quelqu’un avec qui vous seriez distant(e) en face-à-face.

    8. Les mails « tartine »

    Un e-mail efficace doit être court et aéré. Il vous est possible de configurer la longueur des lignes sur votre ordinateur (on conseille en général entre 50 et 60 signes). Par ailleurs, pensez à subdiviser votre e-mail en paragraphes, afin de le rendre plus lisible et d’éviter à votre interlocuteur de se fatiguer l’œil.

    9. « See ya » 

    La formule de politesse est essentielle dans votre e-mail. Essayez de trouver le juste équilibre entre une familiarité excessive (« See ya », « à 1 de ces 4, biloute ! ») et les formules alambiquées (« dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, cher Monsieur X, en l’expression de mes sentiments les plus respectueux »). En général, on s’en sort plutôt bien avec un « Bien à vous/toi », qui convient aussi bien au vouvoiement qu’au tutoiement.

    10. Une signature bâclée

    Il n’est pas question ici de rater son propre nom (en général, on apprend à l’écrire dès la maternelle), mais bien sa « signature ». Il faut penser à la configurer sur son ordinateur. Gage de professionnalisme, elle est une sorte de carte de visite. Vous pouvez y ajouter votre fonction, le nom de votre entreprise, celui de votre département, votre adresse professionnelle, votre numéro de téléphone du bureau ainsi que celui de votre gsm professionnel (si vous en avez un).

    Source : Cadremploi.fr via > http://www.references.be

  • COMMENT JUSTIFIER UNE PÉRIODE D'INACTIVITÉ DANS VOTRE CV?

    shutterstock_81385741.jpg

    Chômage, année sabbatique, congé parental, arrêt maladie… Autant de situations qu'il faut justifier dans un CV.

    Comment éviter que les "trous" dans votre CV ne fasse mauvaise impression ? En disant toujours la vérité, mais sans commettre d'impair.

    1. Ne jamais mentir

    Ne jamais masquer un "trou" dans un CV ni truquer les dates d'une période de chômage. Car en cas de contrôle de référence, on verra qu'il y a tromperie et cela retire toute crédibilité à une candidature. Quel que soit le motif d'interruption de carrière, il est fondamental de dire la vérité et d'expliquer quels moyens ont été mis en œuvre pour trouver un emploi. En évitant de fournir trop de détails sur sa vie personnelle. C'est vraiment LA règle à respecter.

    2. Inversez le ton

    Qu'il s'agisse d'un congé parental, d'un congé sabbatique ou d'une période de maladie : il faut l'indiquer dans son CV. Mais avec tact. En cas de maladie, parlez de "période d'inactivité", sans entrer dans le détail. En revanche, n'indiquez pas vos périodes de chômage. Mais mentionnez si cette période a été l'occasion de suivre des formations ou que vous êtes resté actif dans les réseaux, association, etc.

    3. N'entrez pas dans les détails

    Il importe de présenter honnêtement les raisons de votre période d'inactivité, mais sans entrer dans les détails. Cette indication pourra être faite dans la lettre de motivation ou, s'il s'agit d'une candidature en ligne, dans le corps de l'e-mail ou bien dans l'espace "commentaires" du site web. En général, deux phrases suffisent pour dissiper les inquiétudes d'un recruteur et exprimer votre désir et votre faculté à retravailler. Si le recruteur vous pose d'autres questions pendant l'entretien, répondez-lui de façon honnête et positive.

    4. Pensez au non professionnel

    Un CV est lu à deux niveaux : sur les compétences du candidat, mais aussi sur sa personnalité, ses valeurs, ses engagements. Si la liste de vos diplômes, compétences et postes précédemment occupés reste la base immuable de tout CV, de nombreux employeurs prêtent aussi un intérêt à ce qu'un potentiel futur employé sait "faire d'autre". Si vous avez fait du bénévolat ou repris des études, si vous êtes resté impliqué dans une association professionnelle, mentionnez-le dans votre CV.

    rnk

    Source > http://www.references.be

  • HANNUT: LES ÉCOLES SECONDAIRES MANQUENT DE PLACE

    ecole.jpg

    Après la première phase d’inscription en secondaire (du 27 février au 16 mars), deux écoles de Hannut, l’Athénée et le lycée Sainte-Croix Notre-Dame, sont déjà à saturation. Avec pour l’une comme pour l’autre, une liste d’attente. Cette situation inquiète la conseillère cdH, Annaïg Tounquet. Jeudi soir, lors du conseil communal, elle a interpellé la majorité MR-PS.

    A l’Athénée, rue de Tirlemont, douze élèves n’ont pas obtenu de place dans l’école de leur premier choix. Cette liste d’attente, en phase I d’inscription, est une première pour l’établissement. En 2012, il avait déjà connu cette situation, «  mais en phase II », précise la préfette Sabine Haot. Rue Paul Brien, au lycée Sainte-Croix, ce sont huit élèves qui restent sur le carreau alors qu’en 2012 pour faire face à une liste d’attente, l’école avait augmenté sa capacité d’accueil de dix unités.

    Cette saturation des écoles hannutoises inquiète la conseillère cdH Annaïg Tounquet qui propose de réunir tous les opérateurs d’enseignement secondaire de Hannut. Sur ce point, Manu Douette l’a rassurée : une table ronde, c’est dans ses projets.

    Source > http://www.sudinfo.be

  • AGENDA > LIRE DANS LES PARCS > En été, laissez-vous… raconter !

    Lire dans les parcs.jpg

    Au plaisir de vous retrouver, en août, dans le cadre enchanteur du domaine provincial d’Hélécine, pour de petites balades contées et de  belles découvertes livresques !

    Renseignements pratiques :

    • Lieu : Domaine provincial d’Hélécine Rue Armand Dewolf, 2 - 1357 HELECINE
    • Dates : vendredis et samedis août 2012, du 03 au 24, soit le 03, 04, 10, 11, 17, 18 et 24/08 

    Horaires :

    • 14h00 – 17h00 (bibliobus)
    • 14h30 (balades contées)   

    Ages : tous publics  

    Actions :

    • Balades contées, pour petites et grandes oreilles;
    • Lectures vivantes pour les petits (0 à 12 ans);
    • Consultation et emprunt de documents pour les enfants et les adultes

    Coût : gratuité

    Contact : Centre de Lecture publique de Hannut – Bibliothèque itinérante (019/51.23.16)

    Source > Cécile Jacquet, responsable de la Bibliothèque itinérante > clp.hannut@bibli.cfwb.be

  • AGENDA > A REGARDER ABSOLUMENT !!! ON NOUS MENT DEPUIS DES DÉCENNIES....

    imagesCAL7RSVU.jpg"La Mort Est Dans Le Pré"

    Si vous avez la télévision, réservez la soirée de ce mardi 17/04 vers 23h sur "France 2" car il y aura un "avant" et un "après" le film "La mort est dans le pré" dont voici la bande annonce :

    http://www.youtube.com/watch?v=U3Ezfjz0xvA

    Tous ceux qui l'ont vu lors du congrès sur les pesticides qui s'est tenu récemment au Sénat disent que plus rien ne pourra être comme avant après sa diffusion.

    Faites circuler ce message le plus possible, principalement aux agriculteurs que vous avez dans votre entourage car ce sont eux les premières victimes des saloperies avec lesquelles ils travaillent. Ce ne sera pas facile pour eux d'accepter ce qui est dit et montré, mais cela leur sauvera peut-être la vie et celle de leur famille.

    A chacun d’en faire « sa religion » ……. > Bonne ou Mauvaise soirée !