culture

  • «L'EUROPE MET EN DANGER NOTRE CULTURE DE LA FRITE!»

    Le ministre flamand du Tourisme, Ben Weyts (N-VA), a écrit au commissaire européen chargé de la Sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis.

    La raison de sa colère ? L’Union européenne voudrait bannir la présence de l’acrymalide dans la chaîne alimentaire et menacerait, du coup, la cuisson « à la belge » des frites. Pour le ministre flamand du Tourisme, nos frites pourraient, à l’avenir, avoir un tout autre goût !

    C’est dans les colonnes du quotidien flamand « De Zondag » que Ben Weyts (N-VA) se présente en nouveau défenseur de la frite. Son problème ? La Commission européenne veut combattre l’acrymalide, une substance chimique qui se forme naturellement dans les aliments riches en amidon au cours des processus de cuisson à haute température, notamment la friture. Une substance que l’Organisation Mondiale de la Santé considère comme probablement cancérigène pour l’homme.

    Et pour nos célèbres frites, il serait conseillé de blanchir les pommes de terre avant de les plonger dans l’huile. Et la double cuisson devrait passer à la trappe…

    «  Je soutiens pleinement ce combat  », explique Ben Weyts dans la lettre qu’il a rédigé à l’intention de Vytenis Andriukaitis, le commissaire européen chargé de la Sécurité alimentaire. «  Mais il est important de procéder avec prudence et de ne pas prendre des mesures qui auraient des conséquences non voulues et considérables pour notre riche tradition gastronomique.  ». Pour Ben Weyts, l’interdiction serait carrément « un crime ».

    Polémique teintée d’euroscepticisme ?

    Pour l’Eurodéputé Bart Staes (Groen), Ben Weyts fait simplement de l’agitation eurosceptique ! «  Que Ben Weyts, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, empoisonne avec un argument un débat et met en danger la lutte contre le cancer de façon polémique, est inacceptable.  »

    Pour l’eurodéputé flamand, il s’agit d’un «  bashing anti-Europe dans la plus pure tradition rabique eurosceptique  », comme toutes les polémiques qui ont poussé les Britanniques à voter en faveur du Brexit !

    Source > Guillaume Barkhuysen sur http://www.sudinfo.be/1866491

  • CONFÉRENCE CE DIMANCHE 13/12 > AVEC LE CERCLE HORTICOLE DE HANNUT > LA CULTURE EN COUCHE ET SERRE.

    Georges Kaisin. Culture en couche et serre.

    13 décembre 2015 de 10 h 00 min – 12 h 00 min

    Maison Provinciale, 48 rue Zénobe Gramme, Hannut

    Ouvert à tous, entrée gratuite.

    Renseignements: Isi Barchy, Roland Bada, Daniel Messelier 019/513063,  019/513328, 019/516165

    roland.bada@gmail.com  messelier.debecker@skynet.be

    Le cercle horticole est soutenu par la Commune de Hannut, la Province de Liège et la fédération des cercles horticoles.

    Source > http://www.hannut.be

  • LE MOT DE BRUNO HEUREUX > 4 « RÉFLEXIONS » …

    Projet221.jpg

    La place de la culture

                    Il y a 15 ans déjà, Directeur d’une école secondaire, j’organisais chaque année une journée culturelle appelée « Brouillon de culture ». Durant trois périodes de deux heures, sous la direction d’animateurs compétents, chaque jeune était mis en situation de découverte et d’expression dans des secteurs très différents de l’art : écriture, poésie, théâtre, création musicale, chanson, danse, rythme, peinture, sculpture... l’occasion d’initiation pour certains, de perfectionnement pour d’autres.

    La table

                    Chaque année, des parents bien intentionnés et attentifs à la formation de leurs B1Gwx43IgAADy3x.jpgenfants me disaient : « Monsieur le Directeur, ne serait-il pas plus profitable pour les élèves de consacrer ce temps au latin, à la mathématique, à la pratique des langues ? » Ma réponse se faisait sous la forme d’un petit dessin, celui d’une table aux pieds inégaux. Mon commentaire soulignait que l’éducation reçue tantôt à la maison, tantôt à l’école, ou encore dans les mouvements de jeunesse... n’avait pas toujours le même objectif, la même forme, la même force de pénétration, en fonction des différents lieux où elle s’initiait ; que cette différence était encore accentuée par l’histoire familiale, le degré culturel et d’études des parents, le milieu social, l’environnement citadin ou rural...

                    Je concluais en disant que construire quoi que ce soit sur une table aux pieds inégaux était périlleux et se terminait souvent par une chute. C’est la raison pour laquelle s’imposait la nécessité de rééquilibrer et stabiliser la table avec quelques « cartons », du style cartons de bière, ou avec du papier journal plié en huit, ce qui rendait possible, sécurisé et sécurisant un échafaudage ultérieur. En éducation, ces cartons s’appellent souvent bénévolat et culture. Deux mots qui, dans le contexte socio-économique actuel, semblent dépassés, d’un autre temps et qu’on envisagera de remettre à l’honneur quand les temps seront meilleurs : demain ? Aux calendes grecques ? Jamais ?

    Or, en renforçant sa base, ces « cartons » apparemment minables, voire inutiles, assurent l’équilibre d’une vie.... Au terme de cette explication, certains parents repartaient sceptiques, d’autres convaincus que cette journée « Brouillon de culture » n’était pas du temps perdu.

                    Il m’est arrivé, depuis ma retraite, de rencontrer plusieurs anciens de mes élèves. Et, grandes sont ma surprise et ma satisfaction, lorsque je leur demande d’évoquer quelques moments forts de leur passage à l’école, de constater que la plupart citent cette journée culturelle, et souvent en premier lieu.

    La culture

                    La culture, ce n’est pas que l’art ; elle est également le partage et l’expression, medium-123919.pngsinon identiques du moins similaires, d’une forme de pensée, d’un regard porté sur les choses et les événements, de valeurs reçues d’un passé commun et enrichies au gré de l’évolution et des chambardements de notre histoire, de comportements traditionnels et contemporains qui font que les gens se sentent membres d’une même « famille ». Sentiment d'appartenance qui, de nos jours, s’exprime trop souvent, hélas, sous forme de méfiance voire de rejet des dépositaires d’une autre culture : « Ils ne pensent pas, ne mangent pas, ne s’habillent pas comme nous...Ils ne veulent pas s’intégrer... Ils ne respectent pas notre culture et veulent nous imposer la leur... » Propos révélateurs d'un problème bien d’actualité, celui de la rencontre et du mélange harmonieux de différentes cultures ; ce qui prouve la place prépondérante de la culture dans la vie des peuples, dans celle, quotidienne, des gens.

                    La culture est donc vitale pour une société ; en sous-estimer l’importance, en diminuant encore les moyens, pourtant déjà trop faibles, destinés à son développement, à son existence et même à sa simple survie, c’est mettre en péril les fondements de cette société. Rappelons-nous l’histoire des peuples : lorsqu’une dictature s’installe, quelle que soit la  partie du monde, sa priorité première est de faire main basse sur la culture, pour la cadenasser dans les normes étroites de la pensée unique du dictateur, en réduisant au silence les artistes de tous bords et les médias trop critiques. Ceci est une preuve a contrario de  ce que la culture est la sève de toute société qui se dit civilisée et se veut démocratique.

    Délinquance anti-culturelle

                    Sabrer dans les budgets culturels, notamment dans la création artistique - on le petition-image-16915cf61090d51c690838e088a1744d.jpgfait partout en temps de crise - comme le prévoit l’actuel gouvernement Michel, c’est prendre le risque d’étouffer en quelques années - si ce gouvernement tient jusqu’au terme de la législature - ce que plus de deux mille ans d’histoire européenne et d’humanisme belge ont contribué à construire avec patience et sagesse. La destruction, par les Talibans, des bouddhas géants en Afghanistan a été un crime d’une rare violence contre la culture. Heureusement, on n’en est pas encore là en Belgique ; mais les mesures anti-culturelles prises chez nous sont déjà de la délinquance, de la petite criminalité anti-culturelle. Je dis souvent, en spectacle : « La culture, c’est comme l’alcool, certains ne supportent pas ! » Dans notre cas belge, aurais-je raison ? J’espère que non !

                    Je terminerai par un (affreux) jeu de mots, osé, sans doute, mais parlant, résumé de ce qui reste de la culture lorsqu’on s’y attaque, de front ou sournoisement, comme notre gouvernement est décidé à le faire : au fil des sapes qui l’érodent, la Culture se réduit progressivement en Cultur, Cultu, Cult pour finir en Cul !!! Est-ce là le niveau culturel de certains de nos dirigeants, celui auquel ils veulent rabaisser la population de notre pays ?

    J’exagère ! Oui, certainement ! Mais sans doute pas autant que d’aucuns le penseront ! Ne dit-on pas que la manipulation d'un peuple est d'autant plus aisée que celui-ci est maintenu dans l'ignorance et l'inculture ? Alors, pour éviter notre asservissement moral et culturel, osons exiger plus et mieux que l'ersatz de culture qui nous est concédé « ur éviter notreédé du pouvoir ; y en a marre des essée que celui-ci est maintenu dans éntemporains appris, pour nous occuper » pendant les manigances au sommet du pouvoir ; nous méritons plus et mieux que téléréalités et séries télévisuelles, plus et mieux que pain et jeux, plus et mieux que promesses électorales non tenues et complices de mensonges éhontés, plus et mieux que valeurs factices, virtuelles, égoïstes, plus et mieux que... Cul !!!

    Source & texte de > Bruno Heureux. Photo site > fondation-cultura

     

  • HANNUT: UNE CULTURE DE CANNABIS A ETE DECOUVERTE DANS LA MAISON INCENDIEE

    1546508617_B974015260Z_1_20141110135454_000_GQ43EI286_1-0.jpg

    Une culture de cannabis a été mise au jour samedi matin lors d’une intervention incendie dans une habitation de Merdorp (Hannut).

    Le cultivateur présumé n’a pas encore pu être identifié.

    Un incendie d’origine accidentelle s’est déclaré … Lire la suite ici ...

    Source > belga sur > http://www.sudinfo.be/1144307

  • CERCLE HORTICOLE DE HANNUT > CONFERENCE CE DIMANCHE 09/11 > LA CULTURE DES TOMATES

    Proje00t1.jpg

    Ce dimanche 09 novembre de 10 h à 12 h. > Maison Provinciale rue Zénobe Gramme 48 avec >  André Sansdrap. La Culture des tomates.

    La saison 2014 /2015 des conférences du cercle horticole de Hannut à repris le dimanche 12 octobre.

    Accès gratuit pour tous > Pour tout renseignement : roland.bada@gmail.com ou 019 / 516165, messelier.debecker@skynet.be

    Programme conférences saison 2014 / 2015

    14 décembre 2014. Michel Brasseur. Soins des plantes vertes fleuries.

    11 janvier 2015. Georges Kaisin. Un jardin bio.

    08 février 2015. Sylviane Wälti. Assainir votre maison par les plantes.

    08 mars 2015. Lambert Lonneux. Démonstration de taille petits fruits et arbustes.

    12 avril 2015. Olivier Packu. La mare.

    10 mars 2015. Michel Tiquet. Les arbustes décoratifs.

    Juin 2015. Visite à finaliser.

    Maison Provinciale, 48 rue Zénobe Gramme, Hannut > Second dimanche du mois de 10 h à midi. > Ouvert à tous, entrée gratuite.

    Renseignements:

    Isi Barchy, Roland Bada & Daniel Messelier 019/513063, 019/513328 & 0 19/516165 roland.bada@gmail.com> messelier.debecker@skynet.be

  • LETTRE DE MOTIVATION : MONTREZ QUE VOUS PARTAGEZ LA CULTURE DE L’ENTREPRISE!

    shutterstock_129517946b.jpg

    Rédiger la lettre de motivation constitue sans doute la partie la plus complexe d’une candidature. 

    En quelques phrases, vous devez en effet convaincre un parfait inconnu que vous êtes fait(e) pour un poste précis, au sein d’une entreprise particulière et que vous êtes capable de vous intégrer à une équipe dont vous ignorez la composition. La lettre de motivation doit tourner autour de deux axes principaux : vous devez montrer à votre futur employeur potentiel en quoi vous serez un élément fondamental dans son entreprise et comment vous vous fondrez dans la culture de celle-ci, culture que vous êtes censé(e) partager pleinement. Or, comment défendre la culture d’une société dans laquelle l’on n’a pas encore mis les pieds ? 

    Voici 3 règles d’or qui vous mèneront jusqu’aux portes de n’importe quelle entreprise. 

    1. Lisez, lisez et lisez toujours plus 

    Pour vous familiariser avec la culture de l’entreprise, commencez par parcourir le site internet de celle-ci. Le contenu aura probablement été rédigé par les membres de l’équipe et reflètera dès lors en bonne partie le caractère de la boîte. Privilégiez les pages biographiques. Y retrouve-t-on des photos en noir et blanc, style portrait d’identité, et une liste formelle de toutes les réussites professionnelles des membres de l’entreprise ? Ou les employés sont-ils représentés sous la forme de caricatures flanquées d’une FAQ relative à leurs films, leurs plats et leurs groupes de musique préférés ? Rendez-vous également sur le blog et les comptes Twitter et Facebook de l’entreprise. 

    Inspirez-vous ensuite de l’impression que vous a laissée cette enquête approfondie pour montrer à votre futur employeur potentiel que vous comprenez bien comment fonctionne sa société et que vous pourrez parfaitement vous intégrer au niveau humain. 

    Par exemple, si l’entreprise est hyper axée sur le business, allez droit au but et énumérez toutes vos réalisations (les gros contrats que vous avez décrochés, les clients dont vous vous êtes occupé(e) etc.) et évitez de vous lancer dans une louange lyrique sur votre fascination pour l’entreprise elle-même. Si vous postulez dans une ONG à vocation écologique, écourtez la partie relative à votre parcours purement professionnel pour plutôt exposer vos idéaux en matière de protection de l’environnement et précisez les causes qui vous tiennent le plus à cœur et pourquoi. 

    2. Révélez votre personnalité

    Pour vous imposer comme le/la candidat(e) idéal(e), vous devez à la fois présenter un parcours professionnel attrayant (en cohésion avec le poste brigué, bien sûr) et vous armer de qualités humaines essentielles à une collaboration fructueuse. 

    L’une des questions principales que se pose le recruteur lorsqu’il se trouve face à votre lettre de motivation est de savoir si vous vous intégrerez bien à l’équipe. Vous devez dès lors bien insister sur la façon dont vous comptez contribuer au bon fonctionnement de l’équipe d’un point de vue humain et relationnel.

    Ainsi, si vous postulez une fonction qui implique de nombreux déplacements professionnels en équipe, dites à quel point vous aimez voyager en groupe et donnez quelques exemples.

    3. N’enfreignez pas la règle d’or

    Quoi que vous fassiez, n’enfreignez jamais la règle d’or : ne réutilisez en aucun cas vos lettres de motivation. Jamais.

    La tentation est grande, surtout si vous êtes activement à la recherche d’un job et que vous avez plusieurs candidatures sur le feu. Pourquoi ne pas réutiliser la lettre que vous avez mis plusieurs heures à rédiger l’autre jour et simplement changer deux ou trois phrases pour l’adapter à la fonction convoitée, vous dites-vous ? Parce que le recruteur s’en rendra compte, à tous les coups. Il verra bien que vous utilisez des phrases toutes faites. Par ailleurs, vous courrez le risque de laisser des traces, par distraction. Vous pourriez tout bêtement (cela arrive si souvent !) laisser un « je vous prie d’accepter, cher Monsieur Duvossel, mes salutations distinguées » alors que vous vous adressiez à une « Chère Madame Vanderpelen » en introduction. Vous serez immédiatement grillé(e), votre lettre ira directement du bureau du recruteur à la poubelle. En effet, comment convaincre un employeur que vous voulez absolument travailler pour lui alors que vous ne vous donnez pas la peine d’écrire une lettre qui lui est pleinement destinée ? 

    Même si vous postulez les mêmes fonctions dans plusieurs entreprises différentes, vous devez laisser une impression d’authenticité en travaillant sur la nuance, en mettant en exergue ce qui distingue précisément ces entreprises les unes des autres. Donnez des exemples qui justifient pourquoi vous voulez travailler pour cette boîte en particulier et pas pour ses concurrents. Nommez les clients de l’entreprise que vous appréciez particulièrement. Si vous remarquez sur LinkedIn que vous avez été à la même université que l’un des patrons, mentionnez-le. Si vous vous rendez compte que vous avez la même formation, faites-y également allusion. 

    Plus vous pourrez vous projeter comme membre de l’entreprise, plus votre lettre de motivation paraîtra honnête et convaincante et plus vous aurez de chances d’être convié(e) à un face-à-face avec votre futur employeur.

    Source : The Daily Muse via > http://www.references.be

     

  • AGENDA > BRAIVES > LA CULTURE J’Y PRENDS «P’ART » ATELIER D’ECRITURE

    CCBraives.jpg

    A l’aube de cette nouvelle année, l’expression et la créativité seront plus que jamais mises à l’honneur dans les différents ateliers du Centre culturel.

    La culture comme une éclaircie  pour oublier la crise, la culture pour donner  l’envie de partager, l’envie de créer,  l’envie de sortir.

    Venez expérimenter, échanger, modeler, transmettre votre énergie. Venez faire circuler les corps et les idées, en favorisant la rencontre et la découverte où plus que la performance, c’est l’échange qui doit primer.

    Ateliers : Flamenco – Céramique enfant – Dessin-peinture enfant – Ecriture – Djembé – Guitare – Théâtre  enfants & ados – Teenage rock team – Aérobic.

    ECRITURE

    Reprise le mardi 29 janvier 2013

    Envie de coucher vos mots, vos idées, des anecdotes sur le  papier…Vous n’osez pas ? Vous ne vous en croyez pas capable ? Un petit coup de pouce pour franchir le pas ? Venez donc vous essayer à l’atelier d’écriture.

    L’animatrice met votre imagination en mouvement grâce à des propositions ludiques d’écriture. Loin des règles de grammaire ou d’orthographe, (re)trouvez le plaisir d’écrire !

    • ·         Un mardi sur deux, de 19H30 à 21H30 à l’ancienne gare de Braives.
    • ·         Animatrice : Renée Darge
    • ·         PAF : 50 € pour 10 séances, 25 € pour les demandeurs d’emploi
    • ·         Tél. : 019/54.92.52 ou 50
    • ·         Fax. : 019/54.92.51
    • ·         Chemin du via, 20 > 4260 BRAIVES

    EXPRESSION CERAMIQUE Enfants

    Reprise le mercredi 9 janvier

    • ·         A la maison de village d’Avennes, rue de la Justice de Paix, 4
    • ·         Public ciblé : les enfants de 6 à 13 ans

    Organisé les 3 premiers mercredis du mois de 14H à 16 H, il est animé par Jeanne Fraipont, diplômée de l’académie des beaux-arts de Huy.

    Cet atelier permet aux enfants de développer leur créativité, leur dextérité et la confiance en soi dans le respect de chacun.

    PAF : 75€/10 séances (cuisson, terre et émaux compris)

    GUITARE CLASSIQUE

    Reprise les 10 et 11 janvier 2013

    Nous proposons l’initiation ou le perfectionnement de la guitare sèche sans aucune notion de solfège au préalable.

    • ·         Le jeudi et le vendredi.
    • ·         Animateur : Laurent Streel – PAF : 75 € pour le semestre
    • ·         Lieu : Ancienne gare de Braives

    Renseignements et inscriptions : Centre culturel Braives-Burdinne 019/54.92.52 ou ludi.bourgeois@skynet.be

    www.culture-braives-burdinne.be

  • HANNUT > AGENDA> CARNET DE VOYAGE À TRAVERS LA CULTURE

    culture-doit-elle-ceder-devant-crise-economique_1_659559.jpg

    Du 9 novembre au 1er décembre 2012

    site carnet de voyage travers culture recto.jpgDécouvertes et créations artistiques dans l’Est du Brabant wallon

    Au Centre de Lecture publique de Hannut, rue de Landen 43

    Illustration de Lorka (Atelier Sorcier asbl - C.E.C.)

    Au départ de 8 escales culturelles (découvertes d’œuvres, d’artistes, de films, de spectacles), des adultes ont créé un carnet de voyage personnel en forme de sac à dos, dont chaque page illustre une rencontre.

    Avec les carnets de :

    Claire Bastin • Christiane De Coster • Andrée Goessens • Catherine Lagasse • Patricia Lengelé • Pierre Michaux • Mira Primault • Josiane Van Melle • Anne Versailles • Patricia Zenniger

    Et la complicité des artistes :left_menu_top_images.jpg

    Mathias Desmarres • Catherine Magis et la troupe de Complicités • Michèle N’Guyen • Nele Paxinou et les Baladins du Miroir • Michel Peetz • Xavier Rijs • Colienne Vancraenenbroeck • Max Vandervorst

    • Heures d’ouverture de l’exposition :
    • Lundi 9h -13h, Mercredi 9h - 13h et 14h - 18h,
    • Jeudi et Vendredi 14h - 18h, Samedi 9h – 13h

     Renseignements :

    Maison du Conte et de la Littérature : 010/81 41 47 maisonduconte. mailto:mariecuche@skynet.be

    Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service général des Lettres et du Livre