crise

  • QUE VAUT MON DIPLOME DANS UN MONDE EN CRISE ?

    Jeune_diplome_2015_shutterstock_124343218.jpg

    La réponse est heureusement très claire : la valeur du diplôme est plus que jamais préservée.

    À condition cependant d'adopter une démarche plus proactive qu'en période de surchauffe.

    Pas question d'attendre que les employeurs viennent à vous : prenez votre sort en main, déterminez votre projet personnel, analysez vos compétences-clés... et rendez-vous !

    Ah, cette crise qui n'en finit pas ! De quoi sans doute décourager les plus enthousiastes... et pourtant. La valeur du diplôme n'a jamais été aussi élevée. Le point avec les conseillers des cellules d'aide à la recherche d'emploi de l'ULB, de l'UCL et de l'ULg.

    1. Le marché est-il en panne ?

    2. Les étudiants sont-ils inquiets ?

    3. Le diplôme seul a-t-il de la valeur ?

    4. Comment, dès lors, aborder le marché de l'emploi ?

    Retrouver le détail de l’ensemble des points ci-dessus sur > http://www.references.be

    Source > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be

    jeune diplômé / marché de l'emploi / crise / université / trouver un emploi / Choisir / Formations / Fonctions / Premier emploi

  • BRISER LE TABOU DE LA CRISE

    Claude_Halmos.jpg

    Dans son dernier livre, la psychanalyste Claude Halmos montre que la crise économique provoque des conséquences psychologiques aussi sévères que les désordres familiaux et intimes.

    Mais la détresse sociale serait devenue le nouveau tabou de nos sociétés. Une omerta à briser d’urgence.

    Ce fut l’une des premières psys à intervenir dans les médias. Claude Halmos, qui fut chroniqueuse de 1992 à 1997 dans l’émission La grande famille sur Canal+  et intervient depuis 2002 sur France Info, a connu et accompagné la montée de la culture psy. Car aujourd’hui, plus personne n’ignore la réalité des secrets de familles, des caprices de l’amour et de l’ambivalence des sentiments. Mais la psychanalyste constate qu’un nouveau tabou a remplacé celui de l’intime : aucun psy pour parler aujourd’hui de la souffrance qu’engendrent les fins de mois difficile, le chômage ou les nouvelles méthodes de management ; aucun média pour relayer cette détresse, à l’heure où les journalistes sont priés de mettre l’accent sur les solutions quitte à taire les problèmes. À 68 ans, Claude Halmos veut briser ce silence radio : non, tout n’est pas dans la tête et la méthode Coué n’a jamais guéri personne ! Ce n’est qu’à partir du moment où nous reconnaîtrons que les temps sont durs que des solutions collectives pourront être trouvées.

    Selon vous, nous sommes aujourd’hui dans un déni de réalité face à la crise. Pourquoi ? ...

    Lire la suite

  • CE LUNDI 02 > GRANDE CONFÉRENCE « UNE CRISE PEUT EN CACHER UNE AUTRE »

    cch1.jpg

    Economie : « Une crise peut en cacher une autre » par MichelLeis

    Diplômé de L’Université Paris Dauphine, Chef de projet dans une multinationale  et écrivain, Michel Leis est aussi l’auteur d’un ouvrage remarqué dans la sphère économique : « le paradoxe du guépard », analyse d’une crise expliquée sous différentes perspectives : économique, politique mais aussi citoyenne. « Il fallait se dépêcher de tout changer afin que rien ne change. ».

    Lundi 2 décembre 2013 à 14h

    CCH.jpgInfos et réservations : 019/51.90.63 ou info@cchannut.be

    Lieu : Auditorium Jean Rosoux (académie) de Hannut, rue des Combattants 1. Billetterie : 8€.

  • LA CRISE POUSSE LE BELGE À DEVENIR INDÉPENDANT COMPLÉMENTAIRE

    201941625_ID7574035_portefeuille_065057_H3RPDH_0.JPGLa crise pousse de plus en plus de Belges à prendre une activité d’indépendant complémentaire afin de s’assurer des revenus supplémentaires. On dénombre actuellement 219.285 indépendants complémentaires, soit près de 15% de plus qu’en 2007.

    Cette hausse est notamment liée à la pression grandissante sur le budget du ménage, peut-on lire vendredi dans le journal Het Nieuwsblad. “ De plus en plus de personnes jugent nécessaire de gagner quelques euros de plus ”, explique Comeos, la fédération du commerce et des services. L’Union flamande des indépendants complémentaires UniZeb ajoute que de certaines personnes prennent une activité indépendante complémentaire par crainte de perdre leur travail à l’avenir.

    Le Syndicat neutre des Indépendants (SNI) plaide de son côté pour que les indépendants complémentaires qui font le pas de passer à une activité indépendante à titre principal soient aidés financièrement.

    Source > Sudpresse > Publié le Vendredi 6 Avril 2012 à 08h42 > Belga > Photo prétexte (Photonews)

  • COMMENT PROFITER DE LA CRISE POUR PRENDRE LE POUVOIR ?

    Moi et mes supérieurs N°5/5 > 5. Comment profiter de la crise pour prendre le strategie.jpgpouvoir ?

    Ah ! Le chef est en difficulté ? Son bilan se détériore ? Je vais te me le bouffer, tu vas voir ! Alors, comment réaliser le putsch parfait ? « En temps de crise, il faut être visible », assène Aniana Taelman ! « Montrez vos compétences. Montrez que vous savez entreprendre, parce que c’est ça qui est important dans des périodes comme celle-ci : beaucoup se cachent, donc les vrais leaders émergent. Et ce sont ceux-là qui vont décrocher une promotion. »

    Source > http://www.references.be/carriere > Texte: Max Denver