courtois

  • WASSEIGES > LE MAYEUR JOSEPH HAQUIN A VIDÉ SON BUREAU

    Joseph Haquin est un homme incontournable à Wasseiges, tant il fait partie du paysage politique de la commune depuis des années.

    Un paysage qu’il s’apprête à quitter puisqu’il cédera sa place de bourgmestre à Thomas Courtois ce mardi 7 février. Le moment de vider son bureau et l’occasion pour de nombreux souvenirs de remonter à la surface…  

    Bien qu’il ne regrette pas un instant sa décision de mettre fin à son mayorat, la chose se concrétisant, un pincement au cœur envahit Joseph Haquin, bourgmestre de la commune de Wasseiges en vidant son bureau.

    « Je ne vais pas laisser tous mes papiers et toutes mes affaires que j’ai amassées durant tout ce temps dans le bureau. J’ai carrément retrouvé un règlement de police qui date de 2000, c’est dire tout ce qui s’est accumulé » , rigole le doyen des maïeurs de l’arrondissement de Huy-Waremme.

    Cela fait déjà une quinzaine de jours que Joseph Haquin s’y est attelé. Parmi ses trouvailles, essentiellement des documents de travail, des lettres de remerciements, de jolis cadres et bien entendu des photos.

    « Que de souvenirs ! Je n’ai pas grand-chose comme décorations dans mon bureau. C’est surtout un lieu de travail, mais j’y avais quand même des petites choses comme des trophées. » C’est qu’en 16 années de mayorat, Joseph Haquin a vu la commune se transformer, et il n’en est pas peu fier.

    Vu les montagnes de documents, vider le bureau pour faire place à son successeur ne fut pas une mince affaire.

    « C’est surtout que je ne triais jamais au fur et à mesure », rigole-t-il. Néanmoins, ceci aura permis au maïeur démissionnaire de retrouver des documents et des cadeaux qui lui ont réchauffé le cœur.

    « J’ai mis du temps parce que j’en ai profité pour redécouvrir les lettres de remerciements que j’avais reçues. Evidemment ça me touche. C’est comme quand je suis retombé sur toute une série de photos. Je les regarde et je me souviens… »

    Mais tous les souvenirs ne sont pas aussi roses. En effet, durant ses différents mandats, Joseph Haquin a vécu des événements qui ont marqué de manière plus négative la commune de Wasseiges. « Il y a eu ces inondations dans le village de Meeffe. Je me souviens encore de ce jour-là quand une employée m’a appelé pour me prévenir. Ou encore l’effondrement des marnières, ces galeries souterraines, qui avait causé l’éboulement d’une maison dans leur chute. »

    Mais un bourgmestre, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 06/02/2017

    Source > CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 06/02/2017

    Sur ce blog, deux publications sur le sujet >

    23 Nov 2016 > WASSEIGES: JOSEPH HAQUIN DEMISSIONNE, THOMAS COURTOIS DEVIENT LE NOUVEAU BOURGMESTRE > http://hannut.blogs.sudinfo.be

    24 Nov 2016 > WASSEIGES > « EN 34 ANS, ON A REFAIT LA COMMUNE » JOSEPH HAQUIN (MR) QUITTE LA POLITIQUE HEUREUX >  http://hannut.blogs.sudinfo.be

     

  • WASSEIGES « HERVÉ. JAMAR M’A DONNÉ GOÛT À LA POLITIQUE »

    Échevin depuis 10 ans, ce commercial de profession, va bientôt accéder au poste de bourgmestre

    Thomas Courtois (MR), c’est le nom à retenir car très prochainement le trentenaire reprendra le flambeau et deviendra bourgmestre de la commune de Wasseiges. L’occasion pour nous de faire le point sur sa vie, sa carrière et les aspirations futures pour ce Wasseigeois de pure souche.  

    Avez-vous été surpris d’apprendre que Joseph Haquin, actuel bourgmestre, vous laissait sa place pratiquement 2 ans avant les prochaines élections ?

    Oui. Il me témoigne beaucoup de confiance en agissant ainsi. Il me permet aussi de faire mes preuves avant les élections, bien que tous les dossiers, soient déjà lancés.

    Il ne s’en est jamais caché.

    Quelle profession exercez-vous en complément de votre échevinat ?

    Je suis commercial dans le service agricole chez Leadership.

    J’ai toujours été très présent sur le terrain, j’ai de la chance à ce niveau, mon patron est très conciliant. Je compte bien poursuivre de la sorte.

    En quelques mots, pouvez-vous résumer votre parcours politique?

    Je me suis présenté pour la première fois aux élections en 2006 à l’âge de 26 ans et j’ai directement été élu. Mais la grande surprise, c’était en 2012, quand j’ai fait le 2e meilleur score alors que j’étais 6e sur la liste, c’est d’ailleurs ce qui me permet de devenir bourgmestre.

    Qu’est-ce qui vous a poussé à faire de la politique ?

    C’est Hervé Jamar. Il a une certaine aura et est réellement au service des citoyens, peu importe leur couleur politique. C’est ce que j’ambitionne également.

    Cela a-t-il eu un impact sur votre vie de famille ?

    S’il y a bien une chose qui prime avant tout pour moi, c’est ma famille. Ma compagne, Melissa Kinnart (NDLR : elle fait partie de la famille du mayeur de Lincent), m’a connu à mes débuts. Elle m’a toujours soutenu et c’est vrai, a aussi fait des sacrifices. Elle est institutrice primaire à Lincent. On a deux filles, Chloé (4) et Charline (1). Dès qu’on va quelque part, c’est tous ensemble. Elles sont prêtes à prendre la relève (rires).

    Bien que les différents projets soient déjà en route pour les deux ans à venir, concrètement, comment comptez-vous vous affirmer ?

    Je souhaite qu’on travaille davantage sur la communication. Le citoyen doit pouvoir s’exprimer davantage et qu’on démarche encore plus de subsides pour le financement de projets, tel que le PCDR. Tout coûte de plus en plus cher, il est important qu’on fasse des efforts en ce sens.

    Par ailleurs, j’envisage la construction d’une salle des fêtes, ça manque sur la commune.

    Pour le reste, c’est à voir avec le Collège, on fonctionne en équipe.

    Étant du même parti (MR) que la majorité fédérale, que pensez-vous de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 28/11/2016

    Source > PROPOS RECUEILLIS PAR CYNTHIA CHAROT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 28/11/2016

    A Lire, deux autres articles parallèles au sujet sur votre journal !

    Le tennis et le football : deux belles passions…

    Les cotes : « J’apprécie Cloux mais…»…