consultant

  • LA CONSULTANCE : UN TREMPLIN POUR JEUNES SURDOUES ?

    Les grands cabinets de conseil attirent chaque année de nombreux diplômés. 

    Un bon salaire ? Un bon réseau ? Les jeunes, dûment sélectionnés, y voient surtout un tremplin pour bâtir leur carrière. 

    Si le secteur bancaire a connu d’importants remous au cours des dernières années, la consultance continue en revanche à bien se porter. Les jeunes talents, ingénieurs ou diplômés du secteur économique, frappent donc nombreux à la porte de ces cabinets à la réputation internationale.

    De nombreux étudiants visent la cible habituelle de McKinsey, Boston Consulting Group, Bain & Company – spécialisés dans le conseil stratégique – mais aussi les grandes boîtes d’audit, confirme Bruno van Pottelsberghe, doyen de la Solvay Brussels School of Economics & Management.

    Ces boîtes, ce sont Deloitte, Ernst & Young, KPMG et PricewaterhouseCoopers (PwC) : les fameux Big Four de l’expertise comptable. Le rôle de tous ces géants de la consultance ? Assister les entreprises sur un plan stratégique ou fiscal, dans un contexte économique toujours plus complexe et volatile... Et pour cela, on compte beaucoup sur l’esprit analytique et le sens logique des ingénieurs de gestion, même si les profils ont aujourd’hui tendance à se diversifier (avec, ici et là, quelques sociologues, polytechniciens, philosophes).

    Une porte d’entrée > Si le secteur de la consultance continue d’être attractif, c’est d’abord en raison du …

    Un taux de rotation élevé > Par ailleurs, le secteur de la consultance offre parmi les meilleures …

    Un œil sur les campus > Par ailleurs, si de nombreux ingénieurs démarrent leur carrière dans …

    Pour développer les articles ci-dessus c’est > ICI

    Source > Texte: julie luong sur > http://www.references.be

    Liens utiles > consultance / audit / secteur financier / banques / comptable / Hauts salaires / Banques & Finances

  • VOUS VOUS SENTEZ L'AME D'UN CONSULTANT ?

    Consultance_2015_shutterstock_210976657.jpg

    Les temps sont durs pour les entreprises.

    Comment continuer à trouver de nouveaux clients ?

    Le positionnement de leurs produits est-il encore adéquat ? Et fonctionnent-elles correctement ? Parce que certaines sociétés ne possèdent pas l’ensemble du savoir-faire en interne, elles font appel à des entreprises de consultance. Mais tout le monde n’est pas fait pour être consultant.

    Pour faire vos preuves dans le domaine de la consultance, vous devez avant tout aimer travailler en équipe. La plupart des missions sont en effet traitées en équipe, selon une approche multidisciplinaire, et gagnent en complexité en raison de la mondialisation, mais aussi des évolutions technologiques et de l’environnement de marché. Un consultant doit consacrer suffisamment de temps à parfaire ses connaissances afin de pouvoir fournir un travail optimal. Il devra par ailleurs disposer d’excellentes compétences analytiques et avoir une grande facilité à résoudre les problèmes, mais aussi pouvoir diriger une équipe, et dès lors posséder des qualités de management.

    La priorité des entreprises de consultance ? Les clients, avec qui le consultant doit parvenir à établir et maintenir une relation de travail fructueuse. Une communication transparente est essentielle à cet effet. Et le type de diplôme d’enseignement supérieur importe souvent dans une moindre mesure, car de nombreux cours et formations sont organisés afin d’apprendre ou de peaufiner les compétences propres au domaine de la consultance.

    La consultance, ça vous parle ? Cliquez ici pour consulter les emplois disponibles. 

    Source > Texte: Rédaction > http://www.references.be

    consultance / Postuler / Distribution (Détail & Gros)

  • FOOT: ROLAND DOCQUIER NOUVEAU CONSULTANT DE LA MEUSE HUY-WAREMME

    110905230_ID8013330_webroland_193438_H40YZF_0.jpgQui dit nouvelle saison dit obligatoirement nouveautés chez Sudpresse! Nous avons donc profité du mercato estival pour recruter le Marchinois Roland Docquier en tant que consultant de luxe! L’ancien buteur, entraîneur et directeur technique de Huy va préfacer pour nous les différents week-ends de compétition...

    Pour l’ouverture du championnat de P1, il a ainsi décidé de s’intéresser au derby Waremme-Solières. En concoctant quelques questions à son ancien protégé, Philippe Caserini.

    Dans cette interview, on apprend notamment que Philippe Caserini “ aurait donné sa vie ” pour Roland Docquier ou encore qu’il considère qu’“ un joueur qui ne se remet pas en question est un perdant. ”

    Source > Sudpresse > Publié le Samedi 18 Août 2012 à 05h01