construction

  • HANNUT > UN PROJET IMMOBILIER POUR LA MAISON GAROT

    Un immeuble de 16 apparts et 4 maisons au départ de cette maison de maître à l’abandon

    Un nouveau projet immobilier d’envergure rue de Huy, à Hannut.

    Prologe, la société immobilière de Wanze, a introduit une demande de permis pour construire au départ de l’ancienne maison de maître Garot un immeuble à appartements (16) et 4 maisons unifamiliales. Cinq réclamations et une pétition ont été déposées lors de l’enquête publique.  

    B9713046899Z.1_20170901190133_000+GJ09MRDHH.1-0.jpg

    L’ambition de redonner du lustre à cette très belle maison de maître de la rue de Huy n’est pas neuve. Voilà plusieurs années qu’elle est à l’abandon mais son propriétaire, la famille Garot, a toujours souhaité aboutir à un projet immobilier dans lequel leur bâtisse puisse être intégrée.

    C’est dans ces conditions que la société immobilière wanzoise, Prologe, favorable également à la sauvegarde du bâtiment, a déposé le 26 juillet dernier une demande de permis pour un projet de construction double au départ de cette demeure du 19 e siècle.

    Rue de Huy, dans le parc attenant, Prologe prévoit de construire un immeuble de 16 appartements d’une ou deux chambres, avec un bâtiment secondaire pour occuper l’espace compris entre la Maison Garot et l’immeuble à appartements.

    À l’arrière, côté avenue des Tonneliers, quatre maisons unifamiliales avec jardin complètent ce projet urbanistique ambitieux.

    B9713046899Z.1_20170901190133_000+GJ09MRIIA.1-1.jpg

    Sur les 43 emplacements de parking prévus, 13 sont situés en sous-sol de l’immeuble à appartements, 20 en surface, soit 16 côté rue de Huy ; 4 côté avenue des Tonneliers. Chaque maison unifamiliale dispose d’un garage et d’un emplacement de parking.

    Ce nouveau projet urbanistique se singularise par le nombre important de dérogations aux prescriptions urbanistiques dictées par la Ville. Ces dérogations, au nombre de 7, valent principalement pour l’immeuble à appartements. Elles touchent à l’alignement du bâtiment par rapport à la rue, à sa profondeur et à son gabarit, à la volumétrie des toits, aux baies et lucarnes et à la densité de logements : 21 contre 19,75 autorisés.

    Selon le patron de la société Prologe, La suite sur votre journal la MEUSE H/W de ce samedi 02/09/2017

    La décision finale d’accorder ou non le permis à Prologe revenant en définitive au Collège communal.

    PÉTITION  > « Pas dans le style de la rue »  

    L’auteur de la pétition est René Frantzen, 66 ans, un riverain de l’avenue des Tonneliers. Ce que lui et les 32 signataires de la pétition reprochent … La suite sur votre journal la MEUSE H/W de ce samedi 02/09/2017

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal la MEUSE H/W de ce samedi 02/09/2017

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/120728

  • HANNUT > TROIS RÉCLAMATIONS CONTRE LE PROJET DE CONSTRUCTION « GOESSENS »

    En septembre, l’entreprise « Maçonnerie de Hesbaye » de Lens-Saint-Remy a déposé un permis de bâtir pour construire 26 appartements rue de Huy, à l’emplacement des anciens entrepôts et bureaux de l’entreprise de chauffage Goessens.

    L’enquête publique d’une durée de quinze jours vient de se clôturer.

    Trois réclamations ont été enregistrées au cours de cette enquête. Les craintes des riverains touchent à la mobilité dans le quartier. Vingt-six appartements, c’est au minimum autant de voitures en plus qui vont entrer et sortir des trois immeubles et s’engager dans la rue Albert Ier. Un indice : trente places de parking en sous-sol et 15 en surface sont prévues.

    « Un voisin proche a également formulé une remarque sur la préservation du bien immobilier » , relève également Laurence Meens, la responsable du service Urbanisme.

    Le projet prévoit effectivement la démolition des anciens entrepôts et bureaux Goessens ainsi que celle de la maison mitoyenne, propriété également de la famille Goessens. La disparition de ce patrimoine inquiète ce riverain.

    Enfin, la 3e et dernière observation touche à la densité (26 appartements sur une parcelle de 32 ares) que la Commission Consultative de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité avait déjà … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 28/12/2016

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 28/12/2016

    Lire notre article précédent sur ce sujet > HANNUT > UN PROJET DE 26 APPARTEMENTS AUX ANCIENS BÂTIMENTS DES Ets GOESSENS

    L’article complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be

  • HANNUT > LES RIVERAINS ENSEMBLE CONTRE LE PROJET DE STATION-ESSENCE RUE DE LANDEN

    Ils ont envoyé un courrier de réclamation à la Ville. Il rassemble une trentaine de signatures

    Les riverains se mobilisent et manifestent leur mécontentement grandissant envers le projet d’une station-essence et d’une grande surface d’environ 400m², le long de la rue de Landen, à Hannut. La station doit être construite sur un ancien terrain de remblais instable et peut-être dangereux.

    Ce qui ne les rassure pas.

     « Le terrain dont il est question est connu et reconnu comme ‘terrain de remblais’ avec tout ce que cela comporte : carcasses de voiture, troncs d’arbres, immondices, déchets de matériaux de construction, de tout et n’importe quoi. Ce terrain est une véritable bombe à retardement. Il est aberrant d’envisager d’enterrer des citernes contenant des milliers de litres de carburant dans ces terres » , s’emporte Bernadette Duchêne, porte-parole d’un groupe de riverains à l’origine d’un courrier de réclamations contenant une trentaine de signatures. « Cette pétition s’ajoute à la dizaine de réclamations individuelles qu’on a reçues lors de l’enquête publique » , déclare l’échevine en charge de l’urbanisme, Florence Degroot (MR).

    Ce projet de station a été déposé par la SPRL Verlaine, dirigée par Paul et son fils Franck Pirotte, propriétaires du terrain de 5.400m². « Leurs autres projets n’ont jamais abouti mais on ne sait pas pourquoi. On n’était pas forcément contre pourtant » , explique Yves Bayet. Ce groupe de riverains dit ne pas être contre un projet en soi, pour autant qu’il s’insère dans le cadre et qu’il « respecte les législations existantes » .

    LE PROJET

    Si le projet aboutit à Hannut, la station comprendra 4 îlots de pompe qui permettront à huit voitures de s’approvisionner en même temps. Chaque pompe disposera de son terminal de paiement.

    Le propriétaire prévoit aussi dans ses plans la construction d’un magasin d’alimentation « probablement un Delhaize » annonce-t-il, qui engendrera la création de 9 emplois.

    Les riverains ne comprennent toutefois pas comment il leur est possible d’envisager d’ensevelir des cuves de carburant, dans ce sol instable et à caractère explosif selon les dires des riverains, « vu tous les déchets de toutes sortes accumulés depuis des années » . « Un monsieur a voulu faire construire, à proximité de ce terrain en empiétant sur les remblais. Aujourd’hui ce pan de mur est fissuré » , explique exaspérée Bernadette Duchêne. Une réalité que Pierre connaît fort bien puisque … La suite sur votre Journal LA MEUSE H/W de ce 16/11/2016

    Source > CYNTHIA CHAROT sur votre Journal LA MEUSE H/W de ce 16/11/2016

  • HANNUT > LE CHANTIER DE LA CRÈCHE DÉMARRE

    Initié en 2011, le projet de crèche du CPAS entre enfin dans sa phase décisive

    Un nouveau chantier en perspective pour le CPAS de Hannut : le chantier de la nouvelle crèche démarre ce 7 novembre pour une ouverture prévue en septembre 2017. La pose de la première pierre aura lieu ce samedi 5 novembre.

    La capacité d’accueil de la future crèche est de 57 places.

    La nouvelle crèche sera construite rue d’Avernas, dans le prolongement de la Résidence-Loriers. Le chantier a été confié à l’entreprise Wust de Malmedy, soit la même société qui avait déjà remporté le marché de la résidence Loriers.

    Le coût total des travaux s’élève à 1.686.000 euros (1,3 million rien que pour le gros œuvre), soit 300.000 euros en moins que les estimations de départ.

    Ils seront subsidiés à concurrence de 1.060.000 euros. Le solde sera pris en charge par le CPAS qui financera sa part sur fonds propre, soit en vendant des terres qui lui appartiennent. Il n’y aura donc pas d’emprunt. Le chantier devrait durer dix mois. « Selon le planning, le bâtiment doit effectivement être terminé pour le 31 août 2017. Tout dépend évidemment de la météo. Mais si ce calendrier est respecté, l’entrée des enfants dans la nouvelle crèche pourrait avoir lieu en septembre/octobre » , table Pascal Baranger, responsable des marchés publics et des bâtiments au CPAS de Hannut.

    La capacité d’accueil de la future crèche sera de 57 places, soit 9 de plus qu’aujourd’hui. L’actuelle crèche de la rue de l’Aîte totalise 36 places. Auxquelles s’ajoutent les 12 places de la Maison Communale d’accueil de l’enfance d’Avernas. À l’avenir, ces deux entités séparées se retrouveront donc sous un même toit.

    Crèche5.jpg

    Les enfants seront hébergés au rez-de chaussée dont l’espace a été découpé en quatre zones. Elles correspondent à chaque section (ou tranche d’âge). L’étage sera réservé au personnel : local vestiaire, salle de réunion et coin repas y seront aménagés. Les repas aux enfants seront préparés et livrés par la cuisine de la Résidence Loriers.

    Une des principales caractéristiques du bâtiment : son importante surface vitrée qui garantira un maximum de luminosité aux petits. Comme il ne s’agit pas d’une construction passive, un débordement du toit (sur 2 mètres) protégera les fenêtres du rayonnement direct du soleil. « Nous avons écarté le passif car il ne convient pas à une crèche. Pourquoi ? Parce qu’avec le passif on n’aurait pas … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 26/10/2016

    Crèche 4.jpg

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 26/10/2016 > Photos > Atelier d’architecture D.D.V.

  • HANNUT > LE CHANTIER DE CONSTRUCTION DE LA CRÈCHE PEUT DÉBUTER

    Le ministre des infrastructures de la petite-enfance, René Collin, vient d’approuver l’adjudication concernant les travaux de la nouvelle crèche du CPAS de Hannut.

    Les travaux vont pouvoir débuter prochainement.

    Cette nouvelle bâtisse, située à côté du nouveau home Loriers, rue d’Avernas, accueillera les 36 places de l’actuelle crèche Do Ré Mi dont les locaux ne sont plus fonctionnels ni adaptés aux normes actuelles. 21 nouvelles places supplémentaires s’ajouteront les accordées suite à l’appel à projets du Plan Cigogne 3 volet 2 en février 2015.

    Pour concrétiser ce projet, la Wallonie intervient à hauteur de 1.058.500 € sur un coût estimé de 1.680.288 € TVAC. La part du CPAS sera financée sur fonds propre grâce à la vente de terres du CPAS. Il n’y aura donc pas d’emprunt.

    Le chantier devrait durer un an et demi.

    Source > Journal LA MEUSE H/W de ce 08/09/2016 > Illustration Montage JCD > MCG

  • HANNUT: DES CRAINTES AUTOUR DU PROJET DE REVITALISATION DE LA GARE

    La réunion d’information préalable à l’étude d’incidence sur la revitalisation du quartier de l’ancienne gare de Hannut se tenait ce mercredi à l’administration communale.

    Projet2.jpg

    Les craintes des riverains concernaient essentiellement la végétation et la mobilité.

    Hannut Projet gare 60 1.jpg

    Ce mercredi s’est déroulée la réunion d’information préalable à l’étude d’incidence sur la revitalisation du quartier de l’ancienne gare de Hannut. Au fur et à mesure que la présentation avançait, l’atmosphère devenait électrique. Plusieurs mains de riverain se sont rapidement dressées pour exprimer leur inquiétude face aux … Lire la suite ici ...

    Source > J.G. sur > http://www.lameuse.be

  • CE MERCREDI 20 A HANNUT > RÉUNION PRÉALABLE À L’ÉTUDE D’INCIDENCES SUR LE PROJET DE CRÉATION D’ENVIRON 60 LOGEMENTS

    Réunion préalable à l’étude d’incidences sur l’environnement dans le cadre d’une demande de permis d’urbanisation

    La société Thomas et Piron Bâtiment, dont le siège social est établi Rue Fort d’Andoy, 5 à 5100 Wierde (Namur) projette d’introduire auprès de la commune d’Hannut, une demande de permis d’urbanisation à Hannut sur des terrains d’environ 2,8 ha situés entre les rues Jo­seph Wauters et du Tilleul.

    Le projet vise la création d’environ 60 logements et d’une résidence services.

    Dans le cadre de la demande de permis d’urbanisation et conformément au code de l’Envi­ronnement, ce projet fera l’objet d’une ETUDE D’INCIDENCES SUR L’ENVIRONNEMENT.

    Dans le cadre des dispositions légales à la participation au public en matière d’environne­ment, toute personne intéressée est invitée à la réunion d’information qui sera organisée

    Le 20 avril 2016 à 20h à l’Hôtel de Ville de Hannut – Salle Jean Renard – Rue de Landen, 23 à 4280 HANNUT.

    Cette réunion d’information a pour objet :

    1°) de permettre au demandeur de présenter son projet ;

    2°) de permettre au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions concer­nant le projet ;

    3°) de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l’étude d’incidences ;

    4°) de présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu’il en soit tenu compte lors de la réalisation de l’étude d’incidences.

    Toute personne peut, dans un délai de quinze jours à dater du jour de la tenue de la réunion précitée, émettre ses observations et suggestions destinées à la réalisation de l’étude d’in­cidences en les adressant par écrit avec son nom et adresse au COLLEGE COMMUNAL (Rue de Landen, 23 à 4280 HANNUT)

    L’auteur d’observations ou de suggestions adressera également copie de son courrier à la société Thomas et Piron Bâtiment (Rue Fort d’Andoy, 5 à 5100 Wierde).

    Des informations sur le projet de Thomas et Piron Bâtiment peuvent être obtenues auprès de la personne suivante : Céline Mertens, gestionnaire de projets. c.mertens@thomas-piron.eu

    Source > Hannut Actu mars

  • LA CONSTRUCTION MANQUE CRUELLEMENT DE PERSONNEL

    Construction_shutterstock_108956567.jpg

    Le secteur de la construction est l’un des piliers de l’économie belge.

    Il représente en effet plus de 75 000 entreprises, emploie quelque 200 000 personnes et occupe 50 000 indépendants, soit plus de 7 % de l’ensemble de la population active (SPF Économie, 2013).

    Or, de très nombreux emplois dans la construction comptent parmi les professions en pénurie. Un phénomène essentiellement dû au nombre insuffisant de diplômés dans les orientations techniques.

    Les offres de chefs de projet ou de chantier sont ainsi légion. Ces fonctions impliquent de nombreuses responsabilités qui requièrent non seulement une expertise technique, mais aussi une expérience probante. Parmi les autres métiers en pénurie figure celui de deviseur-métreur, principalement chargé de calculer les prix sur la base de plans et cahiers des charges. Une fonction qui requiert généralement un bachelier professionnel, ce qui ne court pas les rues.

    Très convoités également : les dessinateurs techniques maîtrisant les programmes comme AutoCAD, qui pourront quant à eux faire carrière dans les entreprises de construction, mais aussi chez les fabricants de matériaux de construction et les bureaux d’études. La pénurie d’ingénieurs civils confirme la carence généralisée en candidats pour cette catégorie de métiers, qui concerne aussi les techniciens, entre autres spécialisés dans les installations de chauffage, ventilation et climatisation (CVC).

    Consultez ici les emplois dans le secteur de la construction.

    Source & Texte: Luc Meyermans sur > http://www.references.be

    construction / chef de projet / dessinateur / technicien / Postuler / Construction