congé

  • COMMENT BIEN PREPARER SON CONGE SABBATIQUE ?

    Conge_sabbatique_%202015_02_21_shutterstock_95719522.jpg

    Grâce aux crédits-temps, il est possible d’interrompre sa carrière pour explorer de nouveaux horizons.

    Quitter son employeur pour une longue période peut malgré tout se révéler périlleux pour la carrière.

    À quoi faut-il veiller avant de se lancer dans l’aventure ?

    Voyage, projet personnel, tour du monde, mission humanitaire, formation… Bien préparée, une pause-carrière est une merveilleuse expérience, bénéfique à de nombreux niveaux. La loi prévoit les crédits-tempspour permettre aux travailleurs de la mener à bien. Mais attention: prendre un congé sabbatique ne se fait pas sur un coup de tête. Tout doit être soigneusement préparé, y compris le retour au bureau. Voici quelques conseils pour que votre break ne nuise pas à votre carrière...

    1. Avant le break : définir ses objectifs

    Assurez-vous de vouloir partir pour de bonnes raisons. Posez-vous la question de savoir si c'est bien pour votre épanouissement personnel que vous souhaitez une pause, et non pour fuir une situation professionnelle insatisfaisante. Prenez le temps de mûrir votre projet.

    Attention aussi à la période pendant laquelle vous choisissez de partir : si vous êtes en pleine ascension professionnelle, votre demande de break pourrait être perçu par vos supérieurs comme un manque d’ambition. Il veut toutefois mieux partir une fois que vous avez fait vos preuves dans l'entreprise... Faites le point sur votre situation professionnelle et privée, sur votre marge de manœuvre dans les deux domaines avant de prendre cette décision.

    2. L’annoncer à son patron

    C'est une étape délicate, car l'employeur peut prendre votre demande comme un signe de démotivation. Faites-le le plus tôt possible : cela vous permettra de terminer les projets en cours et de passer tranquillement le relais à un collègue. Amenez les choses progressivement : parlez-en d’abord sans avancer de date précise, simplement en évoquant le fait que vous désirez vraiment prendre un congé sabbatique et ce que votre employeur pourrait en retirer, avant de préciser les choses.

    Il est primordial de garder de bonnes relations avec votre patron. Soyez sûr de vous, sûr de votre projet et enthousiaste. Même si vous hésitez à revenir chez votre employeur après, n’en laissez rien paraître: jouez la sécurité.

    3. Pendant le break : ne gaspillez pas votre temps

    Abandonner d’un coup l'horaire 9 h-18 h et les journées réglées comme du papier à musique peut être déstabilisant. On s’habitue vite à ne rien faire... Pour ne pas perdre votre temps, il est très important de prévoir un planning et des échéances à respecter pour votre congé sabbatique, et de vous y tenir. Préparez des objectifs précis et tenez-vous à votre agenda : votre congé sera alors réellement bénéfique.

    Prendre une pause carrière n'est pas une raison pour se couper du monde: continuez à entretenir voter réseau social, voire même à fréquenter vos collègues (aux fêtes d'entreprise par exemple), même si vous êtes très occupé.

    4. Préparez votre retour

    Couper totalement les ponts avec votre entreprise est une très mauvaise idée. Au retour, vous risquez de vous sentir déconnecté, de ne plus vous sentir à votre place en plus de devoir affronter la méfiance de vos collègues et patrons.

    Cartes postales, e-mails, invitations à déjeuner… Donnez des nouvelles, mais tenez-vous aussi au courant de ce qu’il se passe dans votre société : si votre supérieur direct est remplacé, ce serait dommage de ne pas le savoir.

    5. Après le break : soyez volontaire

    Le train-train quotidien risque de vous sembler un peu fade après votre interruption de carrière. Vous risquez aussi de ne pas réintégrer vos fonctions antérieures, ou de vous voir confier des responsabilités minimes. Pour éviter cela, montrez directement votre motivation, redoublez d’énergie, lancez-vous avec enthousiasme dans les nouveaux projets de l’entreprise.

    Vous n'êtes plus satisfait de votre ancienne situation, et la réintégrer vous pèse? Votre expérience vous a sans doute transformé en profondeur. Demandez à examiner avec votre supérieur les possibilités d'évolution au sein de votre société, ou envisagez un autre choix de carrière.

    Source : Capital.fr > Texte: Magali Henra sur > http://www.references.be

  • DANS QUEL SECTEUR A-T-ON LE PLUS DE CONGÉS?

    shutterstock_1190911991.jpg

    De combien de jours de congé bénéficient les travailleurs dans les différents secteurs?

    Sans surprise, c’est dans l’enseignement que les congés sont les plus nombreux, avec 60 jours par an.

    La moyenne générale des secteurs est bien inférieure, puisqu’elle s’élève à 28,7 jours de congés par an. Un chiffre toutefois bien plus généreux que dans l’horeca, où les travailleurs doivent se contenter de 21 jours de congé par an seulement.

    La moitié des travailleurs interrogés dans le cadre de l’enquête des salaires peut choisir librement la date de ses congés. Près de 10% voient leurs congés imposés par des accords collectifs. C’est principalement dans les secteurs de la construction et de l’enseignement que les travailleurs ont peu de choix. A l’inverse, les fonctionnaires bénéficient d’une liberté totale dans le choix de leurs dates de congé.

    Nombre moyen de jours de congé par secteur

    Secteur > Jours de congés

    • Enseignement > 60
    • Autorités régionale > 33
    • Autorités locales > 32
    • Chimie > 30
    • Services publics > 30
    • Banques > 30
    • Administration fédérale > 30
    • Pharma > 28
    • Socio-culturel > 27
    • Télécom > 26
    • Tourisme > 26
    • Soins de santé > 26
    • Soins de bien-être > 26
    • ICT > 25
    • Métal > 25
    • Transports > 25
    • Médias > 24
    • Alimentation > 23
    • Construction > 23
    • Bois > 23
    • Textile > 23
    • Commerce > 22
    • Horeca > 21

    Source : Grande enquête des salaires K.U.Leuven/Références/Vacature, novembre 2010 Via > http://www.references.be

  • INFO BOULOT > QUEL SECTEUR A LE PLUS DE JOURS DE VACANCES ?

    shutterstock_71614207.jpg

    Quand il s'agit d'évaluer notre satisfaction pour notre job, le nombre de jours de congé dont on dispose a aussi son importance. En Belgique, quel est le secteur qui bénéficie du plus grand nombre de jours de congé? Voici les résultats de notre grande Enquête des salaires 2012.

    La moyenne des secteurs est de 27,1 jours de congé par an. Un chiffre légèrement inférieur à celui de notre enquête des salaires de 2010 (28,7).

    Le secteur qui compte le plus de jours de congé par an est évidemment le secteur de l'enseignement, qui en a 57,6. Par contre, les travailleurs de ce secteur n'ont que 26,9% de leurs congés qui ne sont pas fixés par leur employeur (qu'ils peuvent donc prendre quand ils veulent). Beaucoup de vacances donc, mais peu de libertés! C'est également le cas pour le secteur de la construction, qui ne peut choisir que 41,4% de ses jours de congé.

    A l'autre bout du classement, on retrouve les travailleurs de l'Horeca, du tourisme et des loisirs, qui ne disposent que de 21,8 jours de congé par an. Ils sont en revanche à 80,1% libres de choisir quand ils veulent les prendre.

    Le tableau ci-dessous reprend, par secteur et en moyenne, le nombre de jours de congé annuels auquel ont droit les travailleurs chez leur employeur actuel. La deuxième colonne indique le pourcentage de jours de vacances que le travailleurs peut choisir librement (qui ne sont pas imposés par l'employeur).

    Projet2.jpg

    Source tableau: Enquête des salaires 2012 de Références/Vacature/KUL

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be

  • A COMBIEN DE JOURS DE CONGÉS AI-JE DROIT?

    faqcongespayes.jpgAprès une période d'inactivité, je viens de reprendre une activité professionnelle... J'ai quand même droit à des jours de vacances? Combien?

    La réponse de Kristiaan Andries de SD Worx

    Dans le secteur privé, les règles suivantes s’appliquent pour les droits aux congés :

    1 . Jours de congés légaux

    Le nombre de jours de congés légaux auquel vous avez droit dépend du nombre de jours de travail que vous avez prestés l’année d’avant.

    Jours qui entrent en compte dans le calcul des jours prestés :

     Non seulement les journées effectivement prestées, mais aussi les jours d’inactivité rémunérés et toute une série de jours d’inactivité non rémunérés donnent droit à des jours de congés.

    Les absences précitées sont :

    • ·         maladie et accident pour une période de 12 mois
    • ·         congé et repos de maternité
    • ·         congé éducatif
    • ·         périodes de chômage économique
    • ·         jours de congés légaux et complémentaires
    • ·         jours de récupération dans le secteur de la construction
    • ·         jours de récupération dans le cadre de la réduction du temps de travail

    Les périodes de crédit-temps complet ou de congé parental ne donnent en revanche pas droit à des jours de congés.

    Le nombre de jours de congés que vous pouvez effectivement prendre dépend en outre du régime de travail sous lequel vous êtes engagé(e).

     Chaque travailleur ayant travaillé une année complète l’année d’avant a droit à maximum 4 semaines de congés légaux. Les travailleurs à temps partiel ont les mêmes droits que les travailleurs à temps plein, mais au prorata de leurs prestations.

    2. Les jours de congés complémentaires en cas de début ou de reprise d’une activité professionnelle, également appelés vacances européennes.

    Ce nouveau droit aux congés, introduit depuis 2012, permet aux travailleurs qui débutent ou reprennent une activité de bénéficier, à certaines conditions, de maximum 4 semaines de congés durant la même année calendrier que l’année durant laquelle les prestations ont été effectuées.

    Exemples

    Un jeune diplômé qui commence à travailler le 1er octobre 2012 pourra prendre une semaine de congés complémentaires la dernière semaine de décembre.

    Un travailleur bénéficie du 1er juillet au 31 décembre 2012 d’un crédit-temps complet. Le 1er janvier 2013, il reprend son emploi à temps plein. Il n’a normalement droit qu’à 10 jours de congés légaux, ou 2 semaines. S’il continue à travailler durant toute l’année, il aura droit à maximum 2 semaines de congés complémentaires suite à la reprise d’activité.

    3. Vacances jeunes ou vacances seniors

    Les vacances jeunes et seniors permettent également aux travailleurs qui n’ont pas acquis suffisamment de droit aux congés légaux de prendre des congés complémentaires à concurrence de maximum 4 semaines. Les conditions sont toutefois plus strictes que pour le droit aux congés complémentaires.

    Attention !

     ° On ne peut faire valoir son droit aux congés complémentaires ou aux vacances jeunes et seniors que si les jours de congés légaux sont épuisés. Il s’agit en outre d’un régime facultatif. On ne peut jamais vous obliger à prendre ces congés.

     ° Le système des vacances jeunes et seniors d’une part et des congés complémentaires de l’autre sont distincts et assortis chacun de leurs propres conditions. Les travailleurs concernés peuvent, s’ils satisfont aux conditions propres à chaque système, choisir durant la même année entre les deux régimes ou les combiner. Le travailleur ne peut jamais bénéficier de plus de 4 semaines de congés en cumulant les deux systèmes.

    • ·         ° La différence entre les deux systèmes réside dans le pécule de vacances lié à ces droits aux congés complémentaires :
    • ·         ° pour les vacances jeunes et seniors, vous ne recevez pas d’argent de votre employeur, mais bien une allocation de l’ONEM.
    • ·         ° les congés complémentaires en cas de début ou de reprise d’une activité professionnelle donnent droit à votre salaire habituel, mais cet argent sera ultérieurement soustrait de votre double pécule de vacances. Vous financerez donc vous-même vos congés

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be/carriere

  • ALLONGEMENT DU CONGÉ PARENTAL, ..... À SUIVRE

    Congé parental: le conseil des ministres se penche sur l'allongement à 4 mois

    paternite.jpgLa question du passage de 3 à 4 mois de la durée du congé parental à temps plein, imposée par une directive européenne qui devait être transposée en droit belge pour le 8 mars, figure au programme du conseil des ministres de vendredi, a-t-on appris lundi auprès de la ministre de l'Emploi Monica De Coninck.

    La CSC a déploré lundi que le gouvernement fédéral n'ait pas encore fait transposer la directive européenne sur le congé parental alors que cette transposition en droit belge devait intervenir pour le 8 mars.

    Ce congé est "important pour les parents qui travaillent souvent tous les deux et souhaitent combiner travail et vie familiale", a souligné le syndicat chrétien. La semaine dernière, dans une réaction aux décisions prises dans le cadre du conclave budgétaire, la FGTB avait déjà réclamé la mise en application de cette mesure et regretté l'absence de budget pour le financement d'un quatrième mois de congé parental.

    Source > Sudpresse > Publié le Lundi 19 Mars 2012 à 19h20 > Photo Rossel

  • CONGÉS : LE BELGE EST TRÈS MAL LOTI

    30 jours de congé: le Belge est très mal loti par rapport à nos voisins

    552007731_ID7477440_conge_191320_H3Q447_0.JPGQuatre semaines de congés payés, c’est le régime légal en Belgique aussi. 20 jours auxquels viennent s’ajouter les 10 jours fériés légaux. Soit 30 jours pendant lesquels on ne travaille pas. Nos voisins français, eux, bénéficient de 40 jours de congé annuels.

    Au sein de l’Europe, la Belgique se situe dans le bas du classement en matière de congé. Parmi les pays voisins, seuls les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, avec leurs 28 jours de congé annuels, font moins bien. Nos voisins français bénéficient, eux, de 40 jours de congé annuels, pour un travail hebdomadaire de 35 heures/semaine.

    Pourtant, selon les secteurs, les situations peuvent être fort différentes. Ainsi, dans les grands magasins, on ne travaille plus que 35 heures par semaine, alors que le régime légal est de 38 heures. Et dans le secteur bancaire, les 20 jours de congé légaux peuvent grimper jusqu’à 36 jours.

    Lire notre dossier dans les éditions Sudpresse de ce mardi.

    Source > Sudpresse > Publié le Mardi 13 Mars 2012 à 09h01 > Photonews