compétences

  • REDISTRIBUTION DES COMPETENCES AU COLLEGE DE HANNUT

    En raison de ses nouvelles fonctions de bourgmestre et de la surcharge de travail qu’elles impliquent, Manu Douette (MR), le bourgmestre de Hannut, abandonne une partie de ses compétences, en particulier l’enseignement communal, une compétence qu’il assumait depuis 16 ans.

    Cette décision a entraîné une série de remaniements au sein du Collège.

    Il le confesse : la décision d’abandonner l’enseignement, a été Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de M-CL.G. Sur > http://www.sudinfo.be/1492242

    Voir le récapitulatif sur le site communal > Composition - Rôle du Collège Communal - Rôle du Bourgmestre

  • COLLÈGE COMMUNAL DE HANNUT > RÉPARTITION DES COMPÉTENCES > MODIFICATIONS AU 01/02/2016

    En date du 1er février le Collège communal a revu la distribution des compétences, vous trouverez la nouvelle répartition en suivant ce lien :

    Voir sur le site source > http://www.hannut.be/politique/college-communal/composition/

  • LES 10 COMPETENCES LES PLUS DEMANDEES

    Quelles compétences sont les plus recherchées sur le marché du travail ?

    Le bureau de recrutement et de sélection Hays a établi un top 10 des soft skills et hard skills dont manquent les entreprises.

    Simon Lance, directeur de Hays China, explique que ces manques de compétences sont un problème mondial. Le cabinet Hays est actif dans 31 pays. Cette liste reprend les compétences les plus fréquemment demandées par nos clients.

    Soft skills

    1. Langues

    Maîtriser des langues s'avère souvent être une compétence décisive lors du processus de recrutement. C’est malheureusement le point faible de nombreux candidats en Belgique francophone…  C'est votre cas ? Jetez un œil sur nos conseils pour apprendre facilement une nouvelle langue !

    1. Psychologie et communication

    Les employeurs cherchent des travailleurs qui présentent bien, s’expriment avec aisance, savent travailler en équipe et construire des relations durables avec les clients. Les compétences sociales ne sont jamais à négliger dans la recherche d'emploi.

    1. Gestion d’équipe et leadership

    Au niveau managérial, il existe souvent un manque de compétences de leadership. Mais que demande–t-on à un bon manager ?

    1. Organisation

    Partout dans le monde, on accorde beaucoup d’importance à la gestion du temps. Avec les circonstances économiques actuelles, les employeurs cherchent des travailleurs qui savent organiser leur temps de travail de manière à être le plus efficace et productif possible.

    Hard skills

    1. Finance et budget

    De plus en plus d’entreprises cherchent des collaborateurs possédant des compétences en finances, et la plupart des pays constatent un manque de main-d’œuvre dans ce secteur.

    1. IT

    Les organisations du monde entier déplorent un manque de professionnels maîtrisant Java, NET et  C++, ainsi que des compétences informatiques spécifiques à chaque entreprise.

    1. Développement durable

    Un secteur assez nouveau mais en pleine expansion. Des spécialistes en énergie renouvellable et en construction verte sont demandés un peu partout.

    1. Achat et négociation

    Les entreprises cherchent de plus en plus à réduire leurs coûts et à faire des économies. Elles recherchent donc souvent des professionnels capables de conclure de bonnes affaires.

    1. Recherche et développement

    Toutes les entreprises rencontrent un sérieux manque de personnel en recherche et développement.

    1. Soins de santé

    C’est une tendance qui se confirme : l‘espérance de vie allonge et le besoin de professionnels des soins de santé augmente.

    Source > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    Liens utiles > connaissance des langues / Evoluer / Gestion d'équipe / Networking / Promotion / Compétences / Recruter soi-même / Intérim / Choisir / Fonctions / Conseils carrière

  • STATUT UNIQUE ET ANALYSE DES COMPÉTENCES

    interim.png

    Le statut unique, on l’a dit, a des répercussions pour le secteur de l’intérim.

    «Si on n’a pas encore d’analyse par rapport à ça, on sent déjà qu’il y a moins de réticence par rapport à l’intérim», note Francie- Laurie De Clercq. 

    Pour Marc Riquet, «beaucoup d’entreprises ne connaissent pas bien les implications du statut unique mais l’intérim va avoir un nouveau rôle à jouer. Les gens vont le voir autrement. On aura peut-être une image moins négative et on sera davantage impliqué dans la gestion des ressources humaines. L’intérim sera vu comme un moyen d’avoir un contrat à plus longue durée». 

    Ce que constatent de plus en plus les agences d’intérim, c’est que leur rôle a évolué. «On fait plus de recrutement et de sélection qu’avant», note la Business Developper chez AGO Intérim. «Il faut analyser les compétences de la personne avant de l’envoyer en entreprise. Il y a 15 ans, un candidat se présentait dans une agence, on l’envoyait quasi directement en entreprise. A l’heure actuelle, on analyse davantage. Notre métier évolue». En cause ? La crise et la forte concurrence. «On doit jouer sur la qualité, le savoir-faire et le savoir-être du candidat». 

    La récente chasse aux chômeurs n’est peut-être pas étrangère à tout cela. «Auparavant, quelqu’un qui n’avait aucune compétence pouvait trouver un job», poursuit Christophe Muller. «Avec la chasse aux chômeurs, on voit de plus en plus de gens arriver en agences avec des trous énormes dans leur CV. C’est plus dur de les remettre au travail aujourd’hui car on cherche, par exemple, des ouvriers qualifiés ou des employés trilingues. Si on choisit d'élever ses enfants pendant quelques années, par la suite, il faut passer par une formation avant de se relancer sur le marché de l'emploi». 

    Le problème aussi, c’est de trouver les bons candidats. «Des candidats fiables, surtout», ajoute Christophe Muller. «A Charleroi, par exemple, les gens sont plus mobiles que dans le Brabant wallon. La mobilité dépend fortement d’une région à l’autre. Du coup, les employeurs ne cherchent plus des candidats qui habitent trop loin de l’entreprise».  

    Source > L.B. sur > http://www.jobsregions.be

    intérim / emploi / mobilité / CV / employeur.

  • LES 10 COMPETENCES LES PLUS DEMANDEES ACTUELLEMENT !

     

    Competences_shutterstock_235856695.jpg

     

    Quelles compétences sont les plus recherchées sur le marché du travail ?

    Le bureau de recrutement et de sélection Hays a établi un top 10 des soft skills et hard skills dont manquent les entreprises.

    Simon Lance, directeur de Hays China, explique que ces manques de compétences sont un problème mondial. Le cabinet Hays est actif dans 31 pays. Cette liste reprend les compétences les plus fréquemment demandées par nos clients.

    Soft skills

    1. Langues

    Maîtriser des langues s'avère souvent être une compétence décisive lors du processus de recrutement. C’est malheureusement le point faible de nombreux candidats en Belgique francophone…  C'est votre cas ? Jetez un œil sur nos conseils pour apprendre facilement une nouvelle langue !

    2. Psychologie et communication

    Les employeurs cherchent des travailleurs qui présentent bien, s’expriment avec aisance, savent travailler en équipe et construire des relations durables avec les clients. Les compétences sociales ne sont jamais à négliger dans la recherche d'emploi.

    3. Gestion d’équipe et leadership

    Au niveau managérial, il existe souvent un manque de compétences de leadership. Mais que demande–t-on à un bon manager ?

    4. Organisation

    Partout dans le monde, on accorde beaucoup d’importance à la gestion du temps. Avec les circonstances économiques actuelles, les employeurs cherchent des travailleurs qui savent organiser leur temps de travail de manière à être le plus efficace et productif possible.

    Hard skills

    5. Finance et budget

    De plus en plus d’entreprises cherchent des collaborateurs possédant des compétences en finances, et la plupart des pays constatent un manque de main-d’œuvre dans ce secteur.

    6. IT

    Les organisations du monde entier déplorent un manque de professionnels maîtrisant Java, NET et  C++, ainsi que des compétences informatiques spécifiques à chaque entreprise.

    7. Développement durable

    Un secteur assez nouveau mais en pleine expansion. Des spécialistes en énergie renouvellable et en construction verte sont demandés un peu partout.

    8. Achat et négociation

    Les entreprises cherchent de plus en plus à réduire leurs coûts et à faire des économies. Elles recherchent donc souvent des professionnels capables de conclure de bonnes affaires.

    9. Recherche et développement

    Toutes les entreprises rencontrent un sérieux manque de personnel en recherche et développement.

    10. Soins de santé

    C’est une tendance qui se confirme : l‘espérance de vie allonge et le besoin de professionnels des soins de santé augmente.

    Source > Texte: Magali Henrar sur > http://www.references.be

  • COMMENT RECONNAITRE UN BON TRAVAILLEUR ?

    Recrutement_Bon-Employe_shutterstock_146633885.jpg

    En tant qu’employeur, comment pouvez-vous minimaliser les risques d’engager une personne qui se révélera finalement un mauvais choix ?

    Il y a plusieurs façons de vérifier si un candidat dispose vraiment des connaissances et des compétences nécessaires à un poste. Mais comment savoir si vous faites une erreur de casting en engageant quelqu’un ? Comment deviner si cette personne sera capable de s’intégrer à l’équipe et de relever les défis qui lui seront confiés ?

    1. Voyez au-delà de la qualification

    C’est bien joli d’être qualifié, mais ces qualifications ne seront vraiment utiles que si le candidat dispose aussi de qualités sociales.

    Si vous concentrez vos recherches sur les hard skills, vous trouverez probablement quelqu’un de très capable, explique  Dorien Lameris, HR Manager de KPN Consulting. Mais ne perdez jamais de vue qu’il faut aussi pouvoir collaborer au sein d'une équipe et pouvoir convaincre les autres. C’est pourquoi les softs skills sont également indispensables. Prenez cela en compte quand vous penserez avoir trouvé le candidat parfait.

    2. Essayez de découvrir comment le candidat réagirait

    Il y a énormément de techniques de recrutement pour découvrir comment une personne réagit dans certaines situations.

    La méthode la plus efficace est la méthode STAR, explique Frank Leenhoven, chef d’équipe chez Evides Waterbedrijf. STAR pour situation, tâche, action et résultat. En posant des questions STAR à un candidat, un recruteur voit facilement comment un candidat réagit à différentes situations.

    3. Soumettez les candidats à un test pratique

    Si vous voulez être certain qu’un postulant pourra faire face aux tâches qui l’attendent, testez-le en pratique.

    Ce que vous aimeriez savoir, c’est si le candidat en question dispose des bonnes connaissances et compétences, pointe Rémon van Riemsdijk, consultant en changement.Une mise en situation de deux ou trois heures est une bonne façon de savoir si le candidat sera ou non un atout pour l’entreprise

    Créez tout d’abord un cadre dans lequel vous pourrez tester les compétences de votre candidat, mais aussi ses softs skills. Cela vous semble peut-être une perte de temps, mais cela peut vous éviter un échec de recrutement. 

    Lire la suite

  • 8 COMPETENCES SOCIALES DETERMINANTES POUR VOTRE CARRIERE

    Skills_shutterstock_128132975.jpg

    Vous pensez être qualifié pour un poste, fait pour diriger une équipe ou mériter une promotion parce que vous avez des années d’expérience et des compétences développées ?

    Bien que ces qualités soient effectivement importantes pour progresser dans votre carrière, elles ne font pas tout. Vous devez aussi posséder des compétences sociales, également appelées « soft skills ».

    Les soft skills sont les qualités qui désignent votre attitude envers les autres, vos collègues, vos clients ou votre boss. Ce sont elles qui déterminent votre capital sympathie et qui vous feront passer pour un être sociable ou renfermé. Bien souvent, elles seront plus déterminantes dans une promotion que vos compétences exécutives.

    Voici 8 compétences sociales déterminantes pour votre carrière :

    1. L’empathie

    La capacité de se mettre à la place des autres est fondamentale dans le monde des affaires. Plus vous avez une personnalité complexe, plus vous avez de l’expérience et plus vous pourrez vous identifier à vos interlocuteurs. La capacité de se mettre à la place des autres peut simplement vouloir dire que vous respectez l’opinion de votre interlocuteur, même si vous ne la partagez pas et que vous lui faites savoir que vous comprenez sa position.

    2. Le sens de la communication

    C’est sans doute la compétence sociale la plus fondamentale. Le sens de la communication vous permet de bien vous entendre avec vos collègues, de persuader les autres d’écouter vos idées, d’augmenter votre capital sympathie.

    3. La patience

    Si vous savez garder votre calme et rester patient(e) lorsque d’autres s’emballent sous l’effet du stress, vous vous ferez certainement remarquer positivement par votre boss. Celui-ci appréciera que vous gardiez la tête froide et veniez avec des solutions concrètes là où vos collègues paniquent ou s’énervent.

    4. La confiance

    Pour avancer dans votre carrière, vous devez faire confiance à vos collègues et à votre patron. Vous serez amené(e) à travailler en équipe ou à déléguer certains projets. La confiance est dès lors primordiale. De même, vous devez inspirer la confiance. Votre boss, vos collègues doivent pouvoir compter sur vous.

    5. L’écoute

    Entendre n’est pas écouter. La plupart des gens entendent ce que dit leur interlocuteur et commencent à formuler mentalement leur réponse avant même que celui-ci ait fini d’exprimer son idée. Or, la clé est l’écoute. Nous avons une bouche et deux oreilles, pour véritablement répondre aux attentes, aux questions, aux remarques de notre interlocuteur, nous devons d’abord l’écouter et comprendre la teneur précise de son message.

    6. Sincèrement s’intéresser aux autres

    Les gens savent quand on s’intéresse vraiment à eux. Si vous ne vous intéressez pas sincèrement à ce qu’ils disent, pensent ou ressentent – en posant des questions adéquates et en écoutant les réponses – votre interaction aura l’effet opposé à celui attendu. Veillez à retenir les noms, les dates et les événements importants de la vie de vos interlocuteurs.

    7. La flexibilité

    Ce qui est appréciable dans un contexte précis ne le sera pas forcément dans un autre. Par exemple, si vous dites-vous sentir proche de votre oncle qui est en prison, vous risquez de faire tache lors d’un diner d’affaires, alors que l’anecdote peut vous servir si vous êtes effectivement amené à séjourner quelque temps derrière les barreaux (on ne vous le souhaite pas, ceci dit). Les bon(ne)s communicateur(/trice)s ont la capacité à changer de main en fonction du contexte et de piocher dans une série d’options communicationnelles. Ils/elles s’adaptent constamment à leurs interlocuteurs.

    8. La force de persuasion

    Il y a beaucoup de chances qu’à un moment donné dans votre carrière vous serez amené(e) à persuader des gens. Vous devrez leur vendre vos idées, vos services ou vos produits. Que vous visiez une promotion, défendiez un projet, vendiez des vêtements dans un magasin, vous devez être capable de construire des arguments solides qui convaincront votre interlocuteur du fait que vous faites la différence.

    Source > Forbes > Texte: Céline Préaux > Sur > http://www.references.be

  • CANDIDAT IDEAL : 10 COMPETENCES, 5 TRAITS DE CARACTERE

    Candidat_ideal_shutterstock_128038892.jpg

    Une nouvelle étude, menée par la National Association of Colleges and Employers (États-Unis), vient de sortir au sujet des compétences les plus recherchées par les recruteurs.

    Cette enquête se focalise en particulier sur les jeunes diplômés, mais les compétences mentionnées sont aussi appréciées chez tous les travailleurs au sens large. Alors que nous pourrions nous attendre à des compétences spécifiques liées à la modernisation du monde du travail (qualités en software, en programmation, en gestion de réseaux sociaux, génération geek, etc.), il s’avère que les recruteurs ne lâchent pas leurs classiques : en tête du classement, nous retrouvons la capacité de travailler en équipe, de trouver des solutions, d’organisation et de priorisation.

    Voici donc les 10 compétences les plus appréciées des recruteurs :

    1. La capacité de travailler en équipe
    2. La capacité de prendre des décisions et de résoudre des problèmes
    3. La capacité de prévoir, d’organiser et de prioriser le travail
    4. La capacité de communiquer verbalement avec des gens internes et externes à l’entreprise
    5. La capacité d’obtenir et d’analyser des informations
    6. La capacité d’analyser des données quantitatives
    7. Connaissances techniques liées au job
    8. Efficacité avec les programmes software
    9. La capacité de générer et/ou d’éditer des rapports écrits
    10. La capacité de vendre des produits (ou des idées) et d’influencer les autres

    Des compétences universelles

    L’avantage de ces compétences est qu’elles ne sont pas liées à des études spécifiques. Tout un chacun peut se réclamer de ces qualités et tenter de les mettre en rapport avec des événements particuliers de leur parcours. Ainsi, si vous avez été employé au restaurant de votre campus, vous pouvez insister sur le fait que vous avez travaillé en équipe avec cinq personnes et que vous avez appris à gérer les commandes des clients. Si vous avez travaillé dans une bibliothèque, vous pourrez encore plus insister sur la taille du personnel et sur le fait que vous avez dû traiter les demandes variées d’une cinquantaine d’étudiants en moyenne, chaque jour. Un job d’été dans un camp de vacances peut aussi nécessiter le travail en équipe, la prise de décision, l’organisation et la planification. En somme, ces compétences sont universelles et peuvent être acquises dans tout type d’études et de parcours.

    Des qualités qui montrent que vous vous fondez dans la culture de l’entreprise

    Mais les recruteurs ne s’arrêteront pas à vos compétences. Ils seront également à la recherche de traits de caractère spécifiques, qui feront de vous un meilleur candidat à leurs yeux. Une autre étude démontre ainsi que la majorité des employeurs (88 % d’entre eux !) recherchent des candidats qui « s’intégreraient bien dans la culture de l’entreprise ».

    Cinq traits de caractère paraissent ainsi particulièrement attrayants aux yeux des recruteurs. Le top 3 est constitué du professionnalisme (86 %), du dynamisme (78 %) et la confiance en soi (61 %).

    Une bonne première impression

    Selon Kathy Harris, directrice du département management de la société Harris Allied (Manhattan, États-Unis), ces qualités sont essentielles pour faire une bonne première impression. Elles peuvent être déterminantes pour l’image que l’on donne au recruteur dans les 30 premières secondes de l’entretien. Elle développe : « Le candidat qui a le plus de chances de l’emporter est celui qui commence l’interview en tendant la main pour une poignée de mains, qui a récolté des infos au sujet de l’employeur et de la société et qui est habillé conformément au style de l’entreprise. » 

    Attention au CV et à la lettre de motivation

    Les autres traits de caractères déterminants ne relèvent pas de l’apparence, mais plutôt du CV ou de la lettre de motivation. Si vous voulez vous présenter comme quelqu’un d’autonome (58 %), Harris vous conseille d’adapter le vocabulaire de votre CV pour attirer l’attention sur les expériences qui montrent que vous avez pu travailler de manière indépendante ou que vous avez excellé sans encadrement direct.

    Enfin, la dernière qualité qui semble essentielle est la curiosité intellectuelle (57 %). Pour évoquer ce trait de caractère, vous devriez souligner (notamment dans la partie « loisirs et centres d’intérêts ») votre capacité à résoudre des problèmes et votre intérêt constant pour les nouvelles technologies ou pour les solutions qui permettent d’avancer dans un environnement de travail évolutif. L’optique est de démontrer que vous évoluerez en même temps que l’entreprise, que vous vous adapterez au changement et que vous êtes donc un employé dans lequel on peut investir à long terme.

    Source : Forbes > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    Retrouver nos articles sur l'emploi >http://hannut.blogs.sudinfo.be/info-boulot/