compétence

  • INFO BOULOT > 8 COMPÉTENCES ESSENTIELLES À UN JEUNE TRAVAILLEUR

    jeune_diplome_0.jpg

    Pour faire une brillante carrière, un jeune diplômé en 2013 n’a pas besoin des mêmes compétences que ses parents au même âge… Progrès technologiques, nouveaux médias et Internet : le marché du travail a bien changé depuis.

    A l’avenir, quelles sont les compétences que tout jeune travailleur doit maîtriser ?

    1. Codage

    Maîtriser html est déjà aujourd’hui un atout. Savoir coder s’impose de plus en plus comme la compétence phare de demain. L' IT est en effet le secteur d’avenir par excellence, le futur plus grand employeur potentiel. Mais même dans d'autres secteurs ou fonction, savoir programmer va vite devenir une compétence très utile.

    2. Internet

    Tout le monde sait taper une recherche dans Google... Mais internet renferme une quantité d'informations inimaginable, qu’il faudra savoir dénicher au bon endroit. Le travailleur du futur devra donc maîtriser la précision de la navigation et de l’orientation sur Internet. Pour être sûr de trouver la meilleure réponse à sa requête, mais aussi pour savoir analyser la crédibilité des résultats obtenus.

    3. Innovation

    Dans un futur plus ou moins lointain, il est très probable que les machines remplacent certains postes du marché de l’emploi. Mais la spécificité de l’humain par rapport à un robot est de pouvoir faire preuve d’innovation et d’une réflexion nouvelle. Adapter sa pensée pour apporter des solutions pertinentes est ce qui nous permettra de nous distinguer des machines.

    4. Adaptation au multiculturalisme

    Avec l’essor de la mondialisation, pouvoir s’adapter à différentes cultures est une compétence primordiale. La diversité est de plus en plus valorisée par les entreprises, qui savent qu’elle est un atout pour l'innovation car elle permet de multiplier les points de vue. Dans le monde de demain, le travailleur devra pouvoir travailler avec des collègues de différents horizons et faire preuve d’une certaine mobilité géographique.

    5. Mode de pensée "informatique"

    Grâce à internet, la quantité d’informations disponibles ne cesse d’augmenter. Il est désormais crucial de pouvoir classer, analyser et partager cette masse de données numériques : c’est le rôle des data scientists. Analyse statistique, data mining et raisonnement quantitatif seront donc des compétences très prisées à l'avenir.

    6. Nouveaux médias

    Pour communiquer, l’employé de demain devra pouvoir parfaitement exploiter la vidéo, le son, la photo sur Facebook, Twitter, Youtube, blogs, nouveaux médias etc. Savoir à quelle cible on s’adresse, via quel canal et par quel moyen est donc également une compétence importante pour fournir une communication précise, adaptée et de qualité.

    7. Transdisciplinarité  et formation continue

    A l’avenir, se spécialiser dans une seule discipline sera insuffisant. Il faudra être expert dans plusieurs branches, et continuer à se former tout au long de sa carrière professionnelle.

    8. Aptitude au travail nomade

    Les nouvelles technologies favorisent le télétravail, et les formes de travail plus flexibles et mobiles : une tendance qui prend de l’ampleur. Le travailleur de demain devra donc pouvoir travailler, interagir et diriger une équipe virtuellement.

    Source : journaldunet.com via > http://www.references.be

  • LES COMPETENCES LES PLUS PRECIEUSES EN 2013

    job_skills.jpg

    Le Wall Street Journal a dressé la liste des compétences qui vaudront le plus sur le marché du travail en 2013. Y a-t-il beaucoup de nouveauté ?

    En 2013, les employés qui voudront sortir du lot ne devront plus uniquement compter sur les compétences de base…Pour décrocher un job ou une promotion l’année prochaine, les experts recommandent de miser sur ces quatre compétences.

    1. Savoir communiquer clairement

    Il est question ici de la capacité à articuler clairement votre point de vue et à savoir créer des liens. Une qualité particulièrement nécessaire pour les chercheurs d’emploi. Une bonne communication est en effet essentielle pour transmettre votre vision du travail, votre enthousiasme et vos valeurs.

    Pourquoi les bons communicateurs seront-ils les perles de 2013 ? D'après les experts du Wall Street Journal, en raison des nouvelles technologies qui ont sérieusement diminué nos capacités de rédaction. Les gens travaillent dans l'urgence, s'adonnent au 'multitasking' et négligent leur orthographe. Habitués à Facebook et Twitter, de moins en moins de gens savent donner une présentation ou écrire un long texte.

    2. Savoir gérer son personal branding

    Il s’agit de votre 'marque personnelle', de la manière dont vous êtes représenté sur Internet. C’est dorénavant inévitable : les recruteurs passent systématiquement par Twitter, Facebook et autres Linkedin pour se faire une idée des candidats. Il est donc primordial de contrôler son image sur les réseaux pour plaire aux recruteurs.

    Il faudra en plus veiller à ce que votre 'personal branding' colle à l’image de l’entreprise que vous convoitez, car beaucoup de sociétés exigent aujourd’hui de leurs employés de renvoyer une image "corporate" sur les réseaux sociaux.

    3. Etre flexible

    Il faudra également pouvoir s’adapter très rapidement aux besoins changeants de son employeur, qui cherche quant à lui à satisfaire des clients aux besoins très versatiles. Ne pas craindre de sortir de sa zone de confort et savoir comment s’adapter est de plus en plus crucial.

    Tout comme la capacité à apprendre de nouvelles compétences. Les travailleurs doivent naturellement être ouverts à l’apprentissage de nouvelles choses.

    4. Etre proactif

    En 2013, les travailleurs devront trouver de nouvelles manières de générer de la croissance. Les employeurs attendent en effet toujours plus de productivité de la part de leurs employés.

    Se porter volontaire pour un projet, trouver des manières créatives d’aider son organisation, innover,... cherchez à vous différencier par votre proactivité.

    Lire aussi

     

    Source> http://www.references.be via > The Wall Street Journal