comment faire

  • COMMENT FAIRE UNE CANDIDATURE SPONTANEE ?

    Candidature_shutterstock_136696271.jpg

    Vous avez déjà répondu à des dizaines d’offres d’emploi, sans résultat, et vous envisagez de passer à la vitesse supérieure.

    Vous avez raison : si rien ne bouge, pourquoi ne pas prendre une longueur d'avance en envoyant des candidatures spontanées ?

    Attention : la candidature spontanée ne doit jamais ressembler à un envoi massif de lettres identiques à des dizaines d’employeurs potentiels. Pour que votre candidature spontanée soit réussie, il va falloir la personnaliser.

    1. La personnalisation

    Première chose à faire : renseignez-vous sur l’entreprise. Quelle personne dirige le service pour lequel vous postulez ? Adressez-vous directement à lui dans votre lettre. Pourquoi voulez-vous travailler là-bas ? « Je me suis intéressé à votre entreprise car... », « J'apprécie votre culture d’entreprise »... Bref, pour retenir l’attention du recruteur, vous devez donner l’impression que vous n’avez pas choisi cette société par hasard.

    2. Délimitez votre terrain d'action

    Inutile d’envoyer trop de candidatures, surtout si celles-ci vous demandent de vraies recherches. Faites une sélection des secteurs et entreprises qui vous attirent (en fonction de vos goûts mais aussi de la conjoncture). Ciblez ensuite votre message sur du concret (ex: projet futur de l'entreprise). Ne négligez pas non plus les PME, qui embauchent davantage sur base de candidatures spontanées.

    3. Savoir à qui s'adresser

    Traditionnellement, on adresse sa candidature au directeur des ressources humaines. Mais l’idéal est de toucher directement la personne qui aura de l'influence sur votre éventuel recrutement, le directeur de la branche qui vous intéresse par exemple. Notez aussi que de plus en plus d’entreprise demandent de remplir un formulaire en ligne pour les candidatures spontanées.

    4. La bonne accroche

    Pour ne pas voir votre candidature finir à la poubelle, soyez percutant dès le premier paragraphe de votre lettre de motivation. Pour accrocher le recruteur, vous pouvez par exemple commencer votre lettre en rappelant la compétence-phare de votre CV ou en avançant une piste de réflexion pour résoudre un problème auquel l’entreprise est confrontée. N’hésitez pas à impliquer personnellement votre interlocuteur, surtout si vous avez déjà été en contact avec lui.

    5. Concision et efficacité

    Faites court, précis et direct. Plus de 20 lignes effrayeront le recruteur. De plus, cela prouve que vous avez l’esprit de synthèse ! Dans votre texte, parlez de vous (ce que vous avez fait), de l’entreprise (pourquoi elle vous intéresse) et de vous deux (ce que vous pourriez vous apporter mutuellement).

    6. Soignez la chute

    L'entretien d'embauche n'est pas l'objectif ultime : le but de cette candidature spontanée est d’obtenir une prise de contact. Dans votre lettre, restez le plus ouvert possible quant à votre éventuel futur rôle dans le groupe (« Je suis ouvert à tous types de collaboration ») et suggérez de rencontrer votre interlocuteur pour « échanger ». Si aucun poste n'est ouvert dans l'entreprise, vous pouvez au moins espérer que le recruteur se rappellera de vous pour une future opportunité.

    7. Personnalisez votre CV

    N’oubliez pas non plus d’adapter votre CV à chaque entreprise pour laquelle vous postulez. Et pour attirer l’attention, choisissez le bon titre de CV.

    8. Relancez

    Comme lors d’une candidature classique, n’hésitez pas à relancer le recruteur en question. Certains recruteurs vont même attendre une relance pour s’intéresser à une candidature spontanée. Ne soyez pas trop oppressant, mais après huit jours sans réponse, vous pouvez raisonnablement décrocher votre téléphone…

    Source & Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

  • SE SORTIR D’UNE CONVERSATION DIFFICILE EN TROIS ETAPES

    Dispute_shutterstock_110459105.jpg

    Vous êtes confronté à une conversation houleuse avec un client, un collègue, ou votre patron ?

    Voici comment ne pas perdre vos moyens et transformer ce mauvais moment en un événement constructif.

    Face à une relation professionnelle en colère, on a souvent tendance soit à esquiver, soit à répondre sur le même ton agressif. Mais raccrocher le téléphone ou quitter la pièce sont les pires réactions envisageables, tout comme adopter le niveau d’énervement de la personne en face de vous.

    Que faire alors en cas de dispute ? Voici trois conseils à suivre pour faire face à une conversation difficile.

    1. Neutralisez la colère en deux phrases

    Pour anihiler l’agressivité de votre interlocuteur et le remettre dans un contexte de dialogue, agissez en deux temps. Tout d’abord, excusez-vous du fait que la personne soit dans un tel état (qu’elle ait raison ou non, pour elle, vous êtes la cause de sa colère) : Je suis désolé que cela te contrarie. Excuse-moi pour ce malentendu.

    Ensuite, invitez votre interlocuteur à trouver une solution à ce problème avec vous. « Regardons ce qui s’est passé et essayons de régler ça ». Quelque peu calmé, il devrait réaliser que le plus important dans un premier temps est de réparer les dégâts et que l’agressivité n’aidera en rien.

    2. Excusez-vous, si vous le méritez

    Ne vous excusez jamais pour quelque chose que vous n’avez pas fait. Mais si vous avez vraiment fait une erreur, une fois que vous vous en êtes rendu compte, mieux vaut vous excuser et accepter un blâme. Cela peut arriver à tout le monde de faire uneerreur de jugement ou d’inattention.

    Attention : cette technique marchera seulement si c’est la première ou la deuxième fois que vous faites cette erreur… Votre interlocuteur doit pouvoir penser que vous êtes sincèrement prêt à vous améliorer.

    3. Confrontez les harceleurs

    Les deux techniques précédentes s’appliquent à une personne en colère à un moment précis, mais charmante le reste du temps. Si vous êtes face à une personne qui vous réprimande constamment, vous intimide ou vous harcèle carrément, la confrontation se révélera plus efficace.

    Parlez-lui seul à seul et mettez-le face à son comportement sans perdre votre calme. Par exemple : Durant cette réunion, tu as dit que j’étais stupide. Cela m’a blessé et c’est inacceptable. Ne le refais plus jamais. 

    Votre harceleur réalisera ainsi qu’il a franchi une ligne, que vous ne niez pas l’importance de ses attaques et que la prochaine fois qu’il recommencera, il y aura des conséquences pour lui (par exemple, vous le confronterez directement dans la réunion).

    Source : inc.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • RECHERCHE D'EMPLOI SANS RESULTATS ? FAITES LE BILAN !

    Phone_shutterstock_57704635_0.jpg

    Cela fait quelques mois que vous cherchez activement un emploi, mais vous êtes toujours au point mort. Votre motivation commence à baisser, et votre compte en banque aussi...

    Vous hésitez entre déchirer votre CV et votre lettre de motivation pour tout reprendre à zéro, ou vous obstiner encore et encore à envoyer les mêmes candidatures

    Pour cesser de faire du surplace, le cabinet de recrutement Robert Half vous encourage plutôt à faire un audit de recherche d’emploi. Il s’agit de verbaliser votre situation et vos démarches auprès d’un tiers (une relation personnelle ou professionnelle) et de lui demander son avis sur votre façon de faire.

    Voici les questions les plus importantes à vous poser pour faire le bilan de votre recherche d’emploi et en rectifier le tir.

    • Dois-je m’inquiéter des non-réponses ?

    Les périodes de recrutement s’allongent de plus en plus. D’après les experts de Robert Half, vous pouvez commencer à vous poser des questions après un mois sans réponse, en cas de candidature ciblée ou de réponse à une offre.

    • Ai-je suffisamment ciblé ma demande ?

    Postulez-vous aux bonnes offres ? Les postes proposés correspondent-ils à vos compétences et à votre expérience ? Visez-vous au-dessus ou en dessous de vos capacités ? Si c'est le cas et que vous postulez "à côté", envoyer un excellent dossier ne changera rien à votre absence de résultats. Posez donc la question à quelqu’un qui connaît votre secteur professionnel et qui sait quel poste serait adapté à votre profil.

    • Mon dossier de candidature est-il bon ?

    Aucune invitation à un entretien ? Votre CV et votre lettre de motivation sont peut-être à remettre en cause. Adaptez-vous votre CV pour chaque nouvelle offre d’emploi ? Votre lettre de motivation vous met-elle suffisamment en valeur ? Faites lire votre dossier de candidature à plusieurs personnes de confiance et demandez-leur de pointer les erreurs, les informations manquantes ou superflues. Faites ensuite une synthèse de leurs remarques pour remanier votre candidature.

    • Suis-je doué en entretien ?

    Vous avez passé beaucoup d’entretiens, mais aucun ne s’est soldé par une offre ? Vous êtes peut-être mauvais lors de l’étape cruciale du premier contact physique avec le recruteur. Pour le savoir, demandez à un ami ou à un contact professionnel de simuler avec vous un entretien d’embauche. Rappelez-vous la façon dont vous avez répondu aux questions que l’on vous a posées. Demandez ensuite à votre ami quelle impression vous faites et ce que vous devriez changer.

    • Comment changer tout cela ?

    Identifier les problèmes est une chose, travailler à les résoudre en est une autre. Mais prendre le temps d'améliorer le point faible de vos candidatures peut se révéler salvateur pour votre recherche d'emploi, surtout si celle-ci a tendance à s'éterniser. Établissez un plan d’action pour rectifier le tir. Soyez très précis dans les actions que vous aurez à effectuer. Vous pouvez là encore solliciter de l’aide pour vérifier vos progrès et avancements.

    Source : Challenges.fr > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • JE SOUHAITE CRÉER UNE ASSOCIATION …….. QUE FAIRE ?????

    350x250.jpg

    Je souhaite créer une association. Quelles démarches dois-je accomplir ? A qui m’adresser ?

    La création et la gestion d’ASBL ou de fondations obéissent à des législations spécifiques, à la différence des associations de fait.

    ASSOCIATION DE FAIT
    On parle d’association de fait lorsque 2 personnes au moins s’associent pour poursuivre un but d’intérêt général. A la différence de l’ASBL, l’association de fait ne dispose pas de la personnalité juridique. Elle n’est pas considérée comme titulaire de droits et d’obligations. Elle ne peut donc ni acquérir des droits sur des biens meubles ou immeubles ni conclure des contrats. L’absence de personnalité juridique a aussi pour conséquence que les membres sont personnellement responsables des dettes de l’association. Entre les membres d’une association de fait, il existe une indivision qui concerne tous les biens possédés dans le cadre de l’objet de l’association.

    FONDATION
    La constitution d’une fondation résulte de la volonté d’une ou plusieurs personnes physiques ou morales d’affecter un patrimoine à la réalisation d’un but désintéressé déterminé. La fondation ne peut pas procurer de gain matériel ni aux fondateurs ni aux administrateurs ni à toute autre personne. Il existe 2 types de fondations : les fondations reconnues d’utilité publique, lesquelles tendent à la réalisation d’une œuvre à caractère philanthropique, philosophique, religieux, scientifique, artistique, pédagogique ou culturel et qui portent l’appellation de fondation d’utilité publique et les autres fondations qui portent l’appellation de fondation privée. Les fondations sont constituées par acte authentique. Les fondations d’utilité publique doivent, en outre, être reconnues par arrêté royal. Les statuts d’une fondation doivent également contenir certaines mentions énumérées dans la loi.

    Une fondation ne comprend pas de membres. Elle est administrée par un conseil d’administration, composé de 3 personnes au moins et qui peut accomplir tous les actes nécessaires à la réalisation des buts de la fondation.

    ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF - ASBL
    Pour créer une ASBL, vous devez avoir un objectif et vous regrouper en tant que personnes physiques et/ou morales.

    Dans une ASBL, les membres ne doivent pas chercher à se procurer un gain matériel. L’ASBL ne peut donc pas produire des bénéfices en vue de les distribuer à ses administrateurs et à ses membres, comme c’est le cas pour les entreprises privées. Elle ne doit pas non plus se livrer, à titre principal, à des opérations industrielles et commerciales. En revanche, une ASBL peut employer du personnel rémunéré (ouvriers, employés).

    Toute ASBL doit se doter de statuts qui mentionnent notamment :

    • les objectifs poursuivis par l’association ; 
    • les noms, prénoms, date et lieu de naissance des fondateurs ainsi que leur domicile ; 
    • la dénomination sociale, la forme juridique et l’adresse de tout membre fondateur personne morale ;
    • le montant maximum des cotisations ou versements à effectuer par les membres ; 
    • la destination du patrimoine en cas de dissolution (= à quoi sont destinés les fonds et les biens de l’ASBL), sachant que ce patrimoine doit être affecté à une fin désintéressée ;
    • le mode de nomination, de cessation de fonctions et de révocation des administrateurs, l’étendue de leurs pouvoirs, la manière de les exercer en agissant soit individuellement, soit conjointement ou collégialement, ainsi que la durée de leur mandat. Il en sera de même si l’association désigne des délégués à la gestion journalière et des personnes habilitées à la représenter. Ces personnes seront administrateurs ou non, membres ou non.

     L’ASBL obtient la personnalité juridique à compter du jour où ses statuts, les actes relatifs à la nomination des administrateurs et, le cas échéant, des personnes habilitées à représenter l’association, sont déposés au greffe du tribunal de commerce de l’arrondissement de son siège social.
    Le dépôt peut se faire de manière électronique via le site 
    www.egreffe.be

    Les ASBL ont des obligations comptables liées à leur taille :

    • les plus petites ont une comptabilité simplifiée. Leurs comptes annuels doivent être déposés au greffe du tribunal de commerce ;
    • les associations plus importantes doivent confier leurs comptes à un ou plusieurs commissaires. Leurs comptes annuels doivent être déposés à la Banque nationale (les greffes des tribunaux pourront en obtenir copie).

    Si cette obligation de dépôt n’est pas remplie durant 3 exercices sociaux consécutifs, l’ASBL peut être dissoute.

    L’ASBL peut recevoir des libéralités (= des dons ou legs). La comptabilisation de ces dons et legs est une matière particulièrement complexe. Si vous êtes concerné, vous avez tout intérêt à vous informer auprès du Service public fédéral Justice afin d’être en règle avec la législation.

    INSCRIPTION A LA BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES
    Toute ASBL ou fondation doit être inscrite à la Banque-Carrefour des Entreprises. Elle recevra un numéro d’identification appelé numéro d’entreprise. Si vous optez pour le dépôt des statuts en ligne, au terme de la procédure, grâce à 
    www.egreffe.be, vous serez enregistré auprès de la Banque-Carrefour des Entreprises et vous recevrez le numéro d’entreprise de l’association par mail.

    L'inscription devra contenir entre autres les données suivantes :

    • le nom ; 
    • la dénomination ou raison sociale ; 
    • l’adresse du siège social ; 
    • la date de création ; 
    • les coordonnées des fondateurs, des mandataires et des fondés de pouvoir ;
    • les activités.
    • toute modification de ces données doit immédiatement être signalée à la Banque-Carrefour des Entreprises, en ce compris la cessation des activités.

     Contacts

    Pour des infos sur la réglementation en matière d’association
    Service public fédéral Justice
    Service Droits économiques

    Boulevard de Waterloo 115  
    1000 Bruxelles
    Tél. 02 542 66 97
     
    info@just.fgov.be

    www.justice.belgium.be

    Pour des infos sur la Banque-Carrefour des Entreprises
    Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie
    Contact Center : 0800 12 033 (appel gratuit)
    Helpdesk Banque-Carrefour des entreprises  
    Tél. 02 277 64 00
    helpdesk.bce@economie.fgov.be  
    economie.fgov.be


    Pour des infos sur la réglementation en matière de dons et legs
    Service public fédéral Justice
    Service de droit patrimonial
    Boulevard de Waterloo 115
    1000 Bruxelles
    Tél. 02 542 66 97
    info@just.fgov.be 
    www.justice.belgium.be

    En savoir plus :

     

    Source > http://www.belgopocket.be