comment

  • VIRUS SUR FACEBOOK: VOICI COMMENT FAIRE POUR LE DÉSINSTALLER!

    Depuis ce lundi soir, Facebook est en émoi. Et pour cause !

    De nombreuses personnes se sont laissé surprendre par un virus, qui s’est propagé comme une traînée de poudres sur le réseau social de Mark Zuckerberg.

    Vous en êtes victime ou vous connaissez quelqu’un qui en a fait les frais ? Voici comment faire pour le désinstaller !

    Concrètement, certaines personnes ont reçu ce lundi soir le lien d’une vidéo « humoristique » créée par un ami. Une vidéo « personnalisée » puisque le prénom de l’utilisateur se trouvait dans la description de la vidéo. Cette vidéo exige le clic de l’utilisateur et renvoie vers une page ressemblant fortement à la plateforme YouTube. Pour lancer la prétendue … Lire la suite & savoir comment faire c'est ici ...

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be

  • COMMENT GÉRER LE STRESS DES E-MAILS ?

    Les e-mails, et surtout leur mauvaise gestion, peuvent constituer une source importante de stress, tout au long de la journée et jour après jour.

    Il faut savoir prendre ses distances.

    Des psychologues britanniques se sont à leur tour penchés sur le sujet. Ils ont interrogé quelque 2.000 salariés émanant de divers secteurs professionnels.

    Que constate-t-on ?

    • un employé sur deux reçoit des notifications systématiques lors de la réception des e-mails, quel que soit l’appareil (smartphone, tablette, PC…)
    • 60% consultent leur boîte de réception à de très nombreuses reprises tout au long de la journée
    • ceux qui vérifient leurs e-mails tôt le matin et en soirée affichent un degré de pression et de stress (bien) plus élevé que ceux qui s’en abstiennent

    Les personnes les plus exposées à l’influence néfaste de cette « sur-connexion » (tant sur le plan personnel que professionnel) sont celles qui disposent de peu d’autonomie et d’un faible contrôle sur leur environnement de travail.

    Quels conseils ? >>> Lire la suite ici ...

    Source > http://www.passionsante.be

  • COMMENT ANNONCER UNE MAUVAISE NOUVELLE A SES COLLABORATEURS?

    Réduction des coûts, licenciement, refus d’une promotion…

    C’est malheureusement inévitable : tôt ou tard, vous serez confronté à une mauvaise nouvelle au travail.

    Comment parvenir à l’annoncer à vos collaborateurs pour limiter les dégâts ?

    1. Ne traînez pas

    Plus vous attendrez, plus vous courrez le risque que des rumeurs, plus ou moins proches de la vérité, vous précèdent. Organisez donc une réunion pour partager la nouvelle le plus rapidement possible.

    1. Voyez plus loin

    Faites part d’une perspective sur le long terme. Imaginez la situation dans trois mois : où en serez-vous, qu’est-ce qui a effectivement changé… Cette projection permettra de réaliser que, quel que soit le problème, la situation n’est pas désespérée.

    1. Préparez-vous

    Réfléchissez à toutes les questions qui pourraient vous être posées, préparez des réponses détaillées et répétez à voix haute votre discours.

    1. Soyez honnête

    Annoncez la nouvelle avec honnêteté et franchise. Selon l’Institute for Employment Studies, l’honnêteté des managers renforce l’engagement de leurs équipes.

    1. Encouragez la discussion

    Encouragez vos collaborateurs à s’exprimer. Écoutez-les sans les interrompre, les juger ou faire des promesses irréalistes. Faites preuve d’attention et de compréhension à leur égard.

    1. Restez objectif

    Tenez-vous-en aux faits (vous êtes 15 % en dessous de vos objectifs) et évitez les remarques blessantes (vous êtes fainéant) ou trop personnelles (je me sens déçu).

    1. Faites face au déni

    Si une personne n’accepte pas la nouvelle, réexpliquez-lui la situation, en utilisant un ton ou un langage différent.

    1. Restez calme

    Même si vous êtes attaqué personnellement, rappelez-vous que la colère n’est en réalité pas dirigée contre vous, mais contre la situation.

    1. Redonnez confiance

    Une mauvaise nouvelle est souvent transformée en reproche personnel. C’est pourquoi il est important que vous mainteniez la confiance et le moral de vos collaborateurs, par exemple en soulignant leurs points forts.

    1. Allez de l’avant

    Aidez votre équipe à surmonter la situation, par exemple en leur proposant un accompagnement par des coachs ou en les aidants à retravailler leur CV.

    1. Changez de place

    Plutôt que d’annoncer la nouvelle de la façon qui est la plus facile pour vous, mettez-vous dans la peau des collaborateurs qui doivent l’entendre et adoptez leur perspective. Trouvez donc une façon de partager la nouvelle qui soit plus facile pour eux.

    Source : Management Today > Texte: Elodie Fontaine sur >

    Liens utiles > licenciement / Evoluer / Gestion d'équipe / Compétences

  • RENDRE VOS E-MAILS EFFICACES EN 6 LEÇONS

    Comme la plupart des employés, vous passez peut-être une bonne partie de la journée à envoyer des e-mails… et à attendre une réponse.

    Comment rendre vos e-mails plus efficaces ?

    Vous avez parfois juste besoin d'une réponse ou d'un feed-back pour avancer dans votre travail... Mais votre mail se perd dans la messagerie surchargée de votre patron ou de vos collègues et reste sans réponse. Au lieu de rester coincé à l’attendre et de pester contre ces non-réponses, pourquoi ne pas appliquer nos six conseils ?

    1. Soyez bref

    Un conseil à appliquer à toutes les formes de communication, mais spécialement aux e-mails. Un long bloc de texte sans structure risque d'être moins lu : à la réception, le destinataire sera découragé et aura tendance à en remettre la lecture à plus tard (et souvent, à jamais). Soyez donc bref, concis et efficace. Utilisez des listes à puces, structurez votre texte en courts paragraphes, aérez-le...

    Vous n’y arrivez pas ? Peut-être essayez-vous simplement de traiter trop de sujets différents à la fois. Tenez-vous en à un seul sujet par e-mail et envoyez les autres séparément.

    2. Anticipez toutes les questions et réponses

    Soyez clair et fournissez toutes les informations nécessaires dès le premier e-mail. Sinon, vous risquez de recevoir une question à la place de la réponse dont vous avez besoin. Répondez donc à l’avance à toutes les questions potentielles : le travail fourni lors du premier e-mail ne sera plus à fournir ensuite ! Si vous demandez à votre patron de choisir un restaurant pour une réunion par exemple, joignez-y directement les sites web des endroits ainsi qu’une comparaison des prix.

    3. Soyez précis dans l’objet

    Prenez le temps de remplir la ligne de l’objet avec détails : cela permettra à votre interlocuteur de saisir directement la question de votre e-mail. Évitez les objets vagues comme « question pour toi » ou « idée pour la réunion », mais préférez quelque chose de très précis comme « besoin de feed-back : agenda du meeting budget de lundi ».  Ainsi, il sera également plus facile de retrouver le message dans votre boîte mail. 

    4. Mettre en évidence les points importants

    Vous abordez plusieurs sujets dans votre e-mail ? Assurez-vous que chacun des sujets abordés soit correctement mis en évidence. Mettez les mots-clés en gras, surlignez-les, structurez vos paragraphes. Cela attirera l’œil de votre interlocuteur sur l’essentiel du message et rendra la lecture (même en diagonale) plus agréable. Votre e-mail aura donc moins de chances de ne pas être lu.

    5. Commencez par écrire le nombre d’option

    Rien de plus frustrant que d’énumérer dans un e-mail les options possibles pour que votre interlocuteur réponde ensuite « ça m'a l’air bien » sans en choisir une... Pour éviter cela, clarifiez vos objectifs d’entrée de jeu. Mentionnez le nombre de réponses que vous souhaitez dès la première ligne de votre mail afin que votre destinataire sache exactement ce à quoi il doit répondre. Si vous éparpillez les questions à travers tout le mail, le destinataire est susceptible d'oublier de répondre à l'une ou l'autre question.

    6. Décrochez votre téléphone

    Si vous sentez que le sujet va nécessiter plusieurs laborieux échanges d’e-mails, il vaut sans doute mieux en parler de vive voix. Certaines affaires se gèrent mieux par téléphone ou en personne. Vous ferez en plus preuve d’assertivité et d’initiative !

    Source: The DailyMuse > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    Liens utiles > e-mails / interlocuteur / Travailler & vivre / Santé / Networking / Technologie /Conseils carrière

  • 4 COUPS DURS QUAND ON REPREND DES ETUDES

    MBA, master complémentaire, formation universistaire...

    De plus en plus de travailleurs reprennent des études après quelques années de vie active.

    Pour mettre à jour leurs compétences, booster leurs CV ou complètement réorienter leur carrière. Mais la transition du statut de professionnel avec salairerégulier à celui d’étudiant peut être rude. Quels sont les pires impacts de cette décision ? Comment les minimiser ?

    1. Pas de salaire

    Tout d'abord, sachez que si vous démissionnez pour reprendre des études, vous ne bénéficierez pas du chômage. En revanche, si vous êtes chômeur complet indemnisé, que vous avez fini vos études depuis 2 ans et que vous vous dirigez vers une profession en pénurie, vous pouvez continuer à percevoir des allocations pendant vos études.

    Si ce n'est pas le cas pour vous, le plus grand choc sera évidemment de ne plus être payé tous les mois. À moins que vous ne puissiez compter sur le soutien financier de votre partenaire ou de votre famille, vous devrez bien préparer vos nouvelles études en prenant soin d'avoir fait assez d'économies pour assurer votre année. Si vous êtes un peu juste, établissez un budget serré et tenez-y vous.

    Si cela s’y prête, vous pouvez également suivre des cours le soir et le week-end, en continuant de travailler la journée : puisque de plus en plus de professionnels retournent à l'école, l'offre de cours s'est adaptée. Les cursus sont de plus en plus flexibles, pour permettre aux étudiants de concilier travail et études.

    2. Travailler les nuits et les week-ends

    En reprenant des études, le temps va vous manquer. Cours, recherches, réunions étudiantes, conférences la journée, études et travaux de groupe le soir et les week-ends... Dur d’avoir une vie sociale à ce rythme-là.

    Pour être sûr de relâcher la pression de temps en temps, aménagez-vous un moment depause obligatoire, par exemple du vendredi soir au samedi matin : votre créneau sans travail ni culpabilité pour vous détendre et voir vos amis. Pour le reste, il va falloir devenir expert en gestion du temps, et saisir toutes les occasions pour en gagner. Soyez plus efficace dans votre étude, en profitant de vos trajets en transports en commun et de vos pauses entre deux cours pour avancer sur vos devoirs. Soyez également plus efficace dans votre vie privée : voyez moins fréquemment les personnes que vous n’avez pas spécialement envie de voir, faites votre shopping online...

    3. Avoir de bonnes notes

    Au travail, vous étiez jugé sur vos résultats, une fois par an, lors de votre entretien d'évaluation. Si les résultats étaient médiocres, vous vous faisiez remonter les bretelles mais vous aviez la possibilité de vous améliorer l'année suivante : votre patron connaissait votre valeur et vous faisait confiance. La sentence de vos notes sera par contre définitive et implacable. Et comme vous avez fait beaucoup de sacrifices pour pouvoir prendre ces cours, l'approche des examens vous stresse...

    Réfléchissez. En tant qu'ancien travailleur, vous savez que l'importance des notes est toute relative, sauf si de bonnes notes sont nécessaires pour décrocher tel ou tel job. Si ce n'est pas le cas, ne vous tracassez pas. Tant que vous obtenez votre diplôme, vous n'aurez pas de regrets à avoir. Vous pouvez par contre vous fixer d'autres objectifs plus concrets, comme rencontrer plusieurs dirigeants d'entreprise ou réussir vos travaux de groupe.

    4. Trouver un nouveau job

    Une fois votre nouveau diplôme en poche, il sera temps de retourner sur le marché du travail. Ce bout de papier devrait vous permettre d’enfin décrocher le job de vos rêves, mais malgré tout se relancer dans la course aux candidatures peut s’avérer très stressant. D’autant plus qu’en général, vous postulerez dans un nouveau secteur ou une nouvelle fonction, que vous connaissez peu : comment savoir quelles opportunités s’offre à vous et quelles entreprises cibler pour postuler ?

    Vérifiez d'abord que vous avez profité de tous les coups de pouce que pouvait vous offrir votre école (journée carrière, visite d'entreprises, réseau alumni, offres d'emploi, correction de CV...). Dès le début de vos études, réfléchissez à votre future carrière post-études. Tout au lond de votre cursus, inspirez-vous des cours, des professeurs et des conférenciers que vous serez amenés à suivre pour vous forger une idée précise de votre futur emploi.

    Source: The Daily Muse > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    Liens utiles > universitémba / Evoluer / Formations / Compétences /Conseils carrière

  • PRODUCTIVITE: COMMENT TRAVAILLER MOINS EN ACCOMPLISSANT PLUS

    Partir tôt du boulot sans passer pour un tire-au-flanc ?

    C'est possible. Et ce n'est plus l'apanage des cadres supérieurs. Voici comment abandonner vos méthodes de fourmi laborieuse et adopter un mode de vie sain, productif et sans stress.

    1. Cessez de culpabiliser

    Rester tard ne vous donnera pas une image de manager performant. Au contraire. À vous voir continuellement sur la brèche, on peut se demander si vous n'avez pas de problème d'organisation ou si vous n'avez pas atteint votre seuil d'incompétence. Dès le début, limitez la quantité de travail que l'on vous donne. Après il sera trop tard. Si vous pouvez accomplir une tâche en trois jours, dites que vous pouvez la faire en cinq. Profitez du temps restant pour peaufiner et rendez votre travail un peu plus tôt.

    2. Soyez parfait quand c’est nécessaire

    Les perfectionnistes qui s'attardent sur de petits détails peuvent passer à côté des choses les plus importantes. Soyez plus malin. Sélectionnez les tâches qui peuvent être accomplies sans être trop minutieux et passez la plus grande partie de votre temps sur le reste. Quand vous réaliserez que votre travail le moins parfait est quand même très bon, votre insatisfaction s’atténuera. Des résultats inattendus donnent plus de satisfaction que ceux auxquels on s'attend.

    3. Évitez les tâches multiples

    Éviter d'être interrompu n'est pas toujours possible. Certes, l'e-mail est très efficace, mais il faut environ 25 min pour se remettre au boulot après avoir été distrait. Au total, on peut perdre jusqu’à 2 h 10 par jour. Il faut donc apprendre à se reconcentrer rapidement. Soyez discipliné : restez fixé sur votre travail en cours et accordez-vous des plages de travail sans lecture d'e-mails. Car même si l'activité cérébrale augmente lorsque vous vous concentrez sur plusieurs tâches, votre performance en souffre.

    4. Réajustez votre horloge professionnelle.

    Identifiez vos pics de productivité au long de la journée et calez vos horaires et les tâches que vous avez à accomplir en fonction de cette grille. Soyez cependant conscient que votre rythme ne convient pas forcément à vos collaborateurs. Si vous êtes performant le soir, libérez-vous du temps en emportant occasionnellement du travail chez vous. Attention malgré tout à ne pas abuser de cette solution. Assurez-vous que votre absence ne retarde pas le travail de vos équipes.

    Source > Texte: Rafal Naczyk sur > http://www.references.be

    Liens utiles > productivité / Evoluer / Travailler & vivre / Gestion d'équipe / Evaluation / Compétences

  • COMMENT SE PREPARER A UN SALON DE L'EMPLOI?

     

    Ce 17 septembre, le salon de l'emploi Talentum Liège se déroulera à Liège Expo-Halles des Foires.

     

    Chasser le job de ses rêves, cela requiert une certaine préparation. Êtes-vous prêt à postuler dans ce grand salon de l’emploi ?

    1. Soignez votre tenue

    Même si ce n’est pas un entretien d’embauche classique, ce n'est pas une raison pour se présenter aux recruteurs en vieux jean troué. Chemise et visage rasé de près pour les hommes, blazer et maquillage discret pour les femmes : tous nos conseils habillement se trouvent ici.

    2. Renseignez-vous

    Toutes les entreprises qui participent à l’événement sont déjà annoncées ici : prenez tous les renseignements dont vous avez besoin avant Talentum ! Quelles entreprises vous intéressent ? Quelles offres d’emploi sont proposées ? Le fait de connaître la société à laquelle vous déposez votre CV jouera en votre faveur. 

    3. Imprimez vos CV

    N'oubliez pas d'imprimer un nombre suffisants de CV généraux et d'emporter vos cartes de visite si vous en possédez.

    4. Préparez votre présentation en 30 secondes chrono

    Les salons de l'emploi sont des événements de networking : préparez un cours discours qui vous présente, ainsi que votre domaine de compétence et vos expériences. Il doit être court, précis et efficace. Vous le répéterez pour vous introduire auprès de tous les recruteurs. Restez professionnel ! Comment convaincre un recruteur en 30 secondes ?

    5. Collectez les cartes

    Lorsque vous rencontrerez les recruteurs, n’oubliez pas de demander à chacun sa carte de visite. Vous pourrez ainsi les recontacter pour demander s'ils sont intéressés par votre candidature. Comment relancer un recruteur après un entretien ?

    6. Sur place, pensez pratique

    N’oubliez pas d’avaler quelque chose avant votre arrivée au salon de l’emploi : vous serez plus concentré si votre ventre ne gargouille pas pendant un entretien. Évitez aussi de fumer avant ou pendant le salon : l'haleine de cendrier rebutera les recruteurs.

    Maintenant que vous êtes fin prêt(e), rejoignez-nous au salon Talentum Liège ce jeudi 17 septembre dès 12 h 30 !

    Source > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    Liens utiles >

    cv / présentation / postuler / talentum / entretien / recruteurs / salon / talentum / salon de l'emploi / Choisir / Garde-robe / Networking / Postuler / Recruter soi-même / CV / Entretien d'embauche / Fonctions / Conseils carrière

  • COMMENT JUSTIFIER VOTRE DEMISSION AUPRES DE VOTRE FUTUR EMPLOYEUR ?

    Chaque matin, vous vous rendez au bureau.

    Votre salaire tombe chaque mois. Votre situation est stable. Presque une aubaine, vous dira-t-on, en ces temps de crise.

    Alors, pourquoi vous lancer dans la recherche d’un nouvel emploi ? Un nouveau job peut être stressant et risqué. Quelles sont les circonstances qui vous ont poussé à privilégier l’inconnu ? Votre recruteur se pose indéniablement cette question et vous la posera certainement. Une « mauvaise » réponse peut vous mettre hors-jeu. Inversement, une « bonne » réponse peut vous aider à décrocher le Graal.

    Mais, dans le fond, pourquoi cette question peut-elle être embarrassante ? Il paraît évident que vous aviez vos raisons de quitter votre emploi. Elles étaient probablement multiples. L’ennui, c’est que vous pouvez faire mauvaise impression auprès de votre recruteur si vous lui avouez les (vraies) raisons de votre démission, sans y mettre les formes. Vous pourriez vous emmêler les pinceaux et vous enfoncer dans des explications aussi vagues que confuses. Votre recruteur se rendra compte de votre malaise et de vos tentatives maladroites d’éluder la question. Il se demandera ce que vous cachez et, progressivement, vous perdrez votre crédibilité comme candidat potentiel.  

    Vous devez donc vous improviser équilibriste : il vous faut jongler entre authenticité et diplomatie. Vous devez éviter les écueils potentiels, tout en fournissant une réponse qui paraisse honnête, à vous et à votre recruteur.

     Voici quelques trucs qui pourraient vous aider.

    1. Mettez votre employeur actuel en valeur

    2. Évitez de mentionner des personnes en particulier

    3. Concentrez-vous toujours sur vos perspectives

    4. Parlez de développement personnel

    5. Attention à l’effet girouette

     

    Développer les 5 points > ICI

    Source & Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    recrutement / Postuler / Travailler & vivre / Santé / Entretien d'embauche / Démission / Conseils carrière