combien

  • COMBIEN DE NOUVEAUX DEMANDEURS D'ASILE DANS VOTRE COMMUNE? VOICI LE PLAN DE REPARTITION (+ CARTE INTERACTIVE)

    Dans la commune de Hannut, le gouvernement a décidé de créer 6 nouvelles places pour les demandeurs d'asile, ce qui représente un total de 19 places dans la commune.

    Fin novembre, le conseil des ministres restreint a décidé d’imposer à chaque commune un quota de demandeurs d’asile à accueillir, afin d’ouvrir 5000 nouvelles places au printemps 2016.

    Voici le plan de répartition, toujours officieux, commune par commune.

    Il y a à ce jour près de 33.000 demandeurs d’asile sur notre territoire et d’autres continuent à arriver. Jusqu’ici, la Belgique a répondu à ses obligations, en ouvrant de …

    Source > F. DE H. sur > http://www.sudinfo.be/1449651

  • COMBIEN PEUT GAGNER UN ETUDIANT ? (BON A SAVOIR !)

    Job_etudiant_2015_shutterstock_195176249.jpg

    « En août, je travaillerai pendant un mois dans un job étudiant. Combien puis-je gagner en tant qu'étudiant ? »

    La réponse de SD Worx.

    En général, L'étudiant peut prétendre au salaire minimum en vigueur dans le secteur où il travaille, en tenant compte de la qualification professionnelle et l'âge.

    Pour déterminer le salaire de l’étudiant, il faut donc tout d’abord examiner quel est le salaire fixé par la CCT pour le secteur dans lequel travaille l’étudiant ou par les barèmes de l’entreprise. Certains secteurs ou barèmes d'entreprise prévoient un salaire minimum spécifique pour les étudiants ou les jeunes. D'autres secteurs prévoient un pourcentage de dégressivité qui doit être appliqué au salaire barémique du secteur.

    Si ceux-ci ne sont pas déterminés, mais que le secteur prévoit un salaire minimum mensuel garanti pour les plus de 21 ans (SMMG), ce SMMG doit être appliqué pour les plus de 21 ans. Pour ceux qui ont moins de 21 ans, les pourcentages suivants sont appliqués au SMMG (voir l’aperçu plus bas).

    Ces pourcentages ne doivent être appliqués que pour les étudiants qui travaillent au minimum un mois. Pour ceux qui travaillent moins d’un mois, rien n’est prévu.

    S’il n’y a pas de règlement des salaires spécifique pour le secteur, l’étudiant a droit à un pourcentage du salaire minimum garanti national s’il est engagé pour au moins un mois (montant en euros depuis le 1er janvier 2014).

     

    Âge 

    %

      Salaire mensuel 

    21 ans

    100%

    1 501,82 €

    20 ans

    94%

    1 411,71 €

    19 ans

    88%

    1 321,60 €

    18 ans

    82%

    1 231,49 €

    17 ans

    76%

    1 141,38 €

    16 ans

    70%

    1 051,27 €

     En collaboration avec SD Worx

    Source > Texte: SD Worx sur > http://www.references.be

    cct / horaire / job d'étudiant / salaire / jeunes /allocations familiales / belgique / Salaires / Job étudiant

     

  • VOICI COMBIEN GAGNE, EN MOYENNE, UN ÉTUDIANT JOBISTE CET ÉTÉ EN BELGIQUE

    photonews_10485454-018.jpg

    Quelque 469.000 étudiants ont presté 10,3 millions de journées de travail en 2014, soit une nouvelle augmentation par rapport à 2013 qui constituait déjà une année record, indiquent les statistiques de l’Office national de sécurité sociale (ONSS) et de l’Office des régimes particuliers de la sécurité sociale (ORPSS). L’augmentation concerne autant le nombre de jobistes (+2,8%) que la quantité de journées de travail déclarées (+5%). Il s’agit de la cinquième année consécutive de hausse pour le nombre de jours prestés par les jobistes.

    Les étudiants travaillent d’abord via le secteur de l’intérim (33%). Le commerce (20%) et l’horeca (14%) constituent leurs autres points de chute favoris. L’été représente naturellement la saison pendant laquelle le travail des étudiants est le plus populaire. Pas moins de 59% des jours prestés le sont pendant le troisième trimestre (juillet-septembre).

    L’ONSS constate également que le travail des étudiants lors des trois autres trimestres a augmenté de 3,4% en 2014.

    Le salaire moyen d’un jobiste atteint 1.616 euros. Au total les rémunérations étudiantes déclarées à l’ONSS s’élèvent à 759 millions d’euros. Ils peuvent travailler jusqu’à 50 jours par an avec une réduction des cotisations sociales (2,71%).

     «Quelque 5% des étudiants ont épuisé leur contingent de 50 jours», précise l’ONSS. En moyenne, un étudiant travaille 22 jours par an.    

    Source > (Belga) sur > http://www.jobsregions.be

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    job / étudiant / Belgique / ONSS / intérim / commerce / horeca.

  • 5 RAISONS DE DEMANDER A VOS COLLEGUES COMBIEN ILS GAGNENT

    Collegues_2015_shutterstock_246237547.jpg

    Pour faire une belle carrière, il est primordial d’être conscient de ce que vous valez. Et cela passe notamment par… votre salaire.

    Gagnez-vous assez ? Votre fiche de paie reflète-t-elle votre valeur et vos compétences ?

    Pour le savoir, demandez à vos collègues combien ils gagnent.

    C’est une question délicate bien sûr, mais elle se révélera bénéfique pour votre carrière.

    Voici 5 raison de transgresser le tabou salarial.

    1. Parce que savoir, c’est maîtriser

    Connaître les salaires des personnes qui vous entourent au travail permet évidemment de se retrouver dans une meilleure position pour négocier le nôtre. Vous êtes capable d’évaluer plus précisément votre valeur sur le marché du travail, de vous positionner au sein de votre équipe, d’avoir une idée de votre valeur aux yeux de votre supérieur...

    Ces informations seront précieuses la prochaine fois que vous négocierez une augmentation.

    2. Parce que cela peut booster votre carrière

    En général, on ne discute pas ouvertement de salaire avec ses collègues car c’est un sujet sensible qui peut fâcher ou susciter de la jalousie. Pourtant, ces émotions peuvent être une bonne chose. Si vous apprenez que vous gagnez bien moins que vos collègues, vous avez alors toutes les cartes en main pour demander une augmentation ou chercher un autre emploi… Et la motivation en plus.

    Si votre entreprise ne vous apprécie pas à votre juste valeur, et ne vous rémunère donc pas à hauteur de vos compétences, elle mérite que vous la quittiez, non ?

    3. Parce que cela révèle les discriminations

    Pourquoi Stéphanie ne gagne-t-elle pas autant que Jules, alors qu’ils occupent la même fonction et que Stéphanie est reconnue pour son travail rigoureux ? Les discriminations salariales sur base du sexe ou de l’origine existent toujours en Belgique. On estime d’ailleurs que l’écart salarial est de 8% en Belgique. Une discussion à bâton rompu avec ses collègues autour du salaire peut ici mener la personne discriminée à une prise de conscience : il existe des lois anti-discriminations qui punissent ce genre d’agissements.

    4. Parce que c’est nécessaire lors de la négociation du salaire à l’embauche

    Comment faire si vous n’êtes pas encore engagé et que vous n’avez par conséquent pas encore de collègues ? Il vous faut être au courant des salaires d'application dans votre fonction/secteur lorsque vous négocierez votre propre salaire à l'embauche. Pour estimer vos prétentions salariales, des outils existent comme notre Compas des Salaires. Comment bien négocier son salaire à l’embauche ?

    5. Parce que le tabou s’essouffle

    La transparence est une valeur de plus en plus appréciée dans les entreprises. Certaines boîtes divulguent d’ailleurs publiquement les salaires de tous : parmi elles SumAll, une entreprise new-yorkaise qui a affiché les salaires de tous ses employés et donne des explications sur les éventuelles différences de salaire à qui en demande.

    Après tout, le salaire fait partie intégrante de votre travail. C’en est même la base : vous ne travailleriez pas gratuitement. Pourquoi rechigne-t-on alors tellement à aborder ce sujet entre collègues ?

    Avec l’arrivée sur le marché du travail de lagénération Y, cette tendance au tabou du salaire tend à disparaître. Les jeunes travailleurs ont moins de problème à discuter de leur fiche de paie entre eux, et réclament plus de transparence dans l’entreprise en général. Une bonne idée, non ?  

    Source: journaldunet.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    argent / transparence / collègues / différence salariale / salaires / secret / Salaires / Travailler & vivre

  • COMBIEN DE BELGES CHERCHENT ACTIVEMENT UN AUTRE JOB ?

    Enquete_1_5_cherche_job_shutterstock_226044772.jpg

    Indépendamment de la distinction entre un comportement de recherche volontaire(c.-à-d. unepersonne qui cherche un nouvel emploi parce qu’elle souhaite changer de travail) et un comportement de recherche forcée(c.-à-d. une personne qui cherche un emploi sans avoir envie de changer, par exemple en cas de menace de licenciement ou de faillite), on constate aussi clairement différents degrés d’intensité ou d’« urgence » dans l’intention de départ, allant de « ne pas envisager un nouvel emploi à moyen terme » (43,2 % des travailleurs) à « chercher activement un autre emploi actuellement » (21,3 %) en passant par « envisager un nouvel emploi à moyen terme » (20,2 %) et « souhaiter un nouvel emploi actuellement » (15,3 %).

    Plus d’un travailleur sur cinq déclare chercher activement un autre emploi. La grande majorité de ceux-ci (presque 90 %) le font de façon volontaire. Par ailleurs, seul un petit groupe de travailleurs ne souhaite à vrai dire pas changer de travail, mais cherche tout de même un autre emploi par nécessité.

     

    Enquete_Graph_1_5_cherche_emploi.jpg

     

    Source : Enquête des salaires 2014, Références et KU Leuven > Texte: Rédaction sur >http://www.references.be

    Autre enquête > Le-Belge-est-il-satisfait-de-son-job

  • QUEL SERA LE MONTANT ET LA DURÉE DE MES ALLOCATIONS DE CHÔMAGE ?

    1130521310_ID3450868_p-20050427-009u1c_025D8X_0.jpg

    Je viens d’être licencié. A combien vont s’élever mes allocations de chômage et combien de temps vais-je y avoir droit ?

    La réponse de Chantal Vekemans, legal adviser SD Worx

    Facteurs déterminants

    Le montant des allocations de chômage est calculé sur base du dernier salaire reçu, de l’ancienneté et de la situation familiale. En principe, les indemnités sont accordées pour une durée illimitée.

    Les allocations de chômage sont calculées sur base du dernier salaire brut gagné. Ce salaire brut est plafonné. Cela signifie qu’on ne tiendra pas compte d’un salaire plus élevé que le plafond.

    Pour avoir droit aux allocations de chômage, le demandeur doit pouvoir prouver un certain nombre de jours de travail en tant que salarié (c’est le « stage ») et ce pendant une certaine période (ce que l’on appelle la « période de référence ») qui précède immédiatement la demande d’indemnités. Pour un emploi à temps plein ininterrompu, l’Onem compte 78 jours de travail par trimestre.

    Votre situation familiale détermine aussi le montant de vos allocations de chômage. Dans la législation du chômage, trois situations familiales sont distinguées : l’employé avec charge familiale, l’employé cohabitant et l’employé célibataire. Un chercheur d’emploi sans charge familiale va par exemple recevoir une plus grande allocation qu’un célibataire. Un chercheur d’emploi qui cohabite avec quelqu’un qui dispose d’un revenu recevra aussi une indemnité plus basse.

    Le montant de l’indemnité de chômage et la période de chômage

    Le montant de la prime de chômage est équivalent à un certain pourcentage de votre dernier salaire. Ce salaire n’est pas toujours pris en compte dans son entièreté car il existe un plafond salarial.

    Le 1er avril 2013, le plafond salarial était de 2 466,59 euros par mois. C’est d’application pendant les premiers 6 mois de la première période d’indemnités. Le plafond intermédiaire est de 2 298,90 euros par mois et est valable pendant les 6 mois suivants. Le plafond de base est de 2 148,27 euros par mois et est valable après la première année d’indemnités.

    Tous les chômeurs complets reçoivent pendant les trois premiers mois de chômage 65 % de leur dernier salaire gagné (et limité selon les plafonds salariaux). Pendant les neuf mois suivants, ils reçoivent 60 % de leur dernier salaire gagné (toujours limité).

    Après cette première période d’une année, vient une deuxième période de 2 mois, allongée de 2 mois pour chaque année d’expérience professionnelle en service. Cette deuxième période est de 36 mois maximum et est divisée en 5 phases.

    • Pendant la première phase de 12 mois (2 mois « fixes » et maximum 10 mois en fonction de l’ancienneté) le chômeur complet reçoit les montants suivants :
      • Cohabitant avec charge familiale reçoit 60 % de son dernier salaire
      • Célibataire reçoit 55 % de son dernier salaire
      • Cohabitant sans charge familiale reçoit 40 % de son dernier salaire. 
    • Pendant les quatre phases suivantes de maximum 24 mois au Total ( = maximum 4 périodes de chacune maximum 6 mois) les indemnités baissent en 4 temps jusqu’à une indemnité forfaitaire.

    A partir de la troisième période après maximum 48 mois de chômage ( = 12 mois première période + maximum 36 mois de deuxième période), le chômeur complet reçoit une indemnité forfaitaire.

    En pratique ?

    Le chômeur qui souhaite recevoir des indemnités doit en faire la demande auprès de l’organisme de paiement de son choix. Les organismes de paiement sont soit la Caisse auxiliaire de paiement des allocations de chômage (CAPAC), soit les syndicats.

    Texte: SD Worx sur > http://www.references.be Photo > http://www.lesoir

  • COMBIEN DE TEMPS CONSACRE LE RECRUTEUR À LA LECTURE DE VOTRE CV ?

    shutterstock84.jpg

    Les recruteurs sont des gens très occupés, tout particulièrement ceux des grandes entreprises... Submergés par un très grand nombre de candidatures, ils ne disposent en général que de très peu de temps pour lire un CV. De combien de temps au juste?

    Le cabinet de recrutement Robert Half a mené une étude sur le sujet auprès de près de 1.500 recruteurs de huit pays différents.

    A peine 23 % des recruteurs belges consacrent plus de 10 minutes à la lecture d’un CV

    En Belgique, la plupart des recruteurs prennent de 4 à 5 minutes pour lire un CV. En tout, 74 % le font en 10 minutes ou moins.

    • ·         26 % = 4 à 5 minutes
    • ·         20 % = 9 à 10 minutes
    • ·         16 % = 1 à 3 minutes
    • ·         12 % = 6 à 8 minutes
    • ·         11 % = 11 à 15 minutes
    • ·         6 % = 16 à 20 minutes
    • ·         6 % = plus de 20 minutes

    De loin, les responsables RH les plus pressés sont les Néerlandais : 61% des recruteurs des Pays-Bas lisent un CV en 5 minutes ou moins !

    Comment capter l’attention du recruteur ?

    "Mettez-vous à la place du recruteur : il est INDISPENSABLE que votre CV soit simple, précis et percutant. Le recruteur doit comprendre au premier coup d’œil pour quelle fonction vous postulez, ce que vous pouvez apporter à son entreprise" explique Olivier Gélis, Directeur Général de Robert Half International France.

    Pour faire sortir son CV du lot et faire en sorte qu’il retienne l’attire l’attention du recruteur, appliquez-vous à créer une mise en page agréable et une présentation originale mais claire et structurée. Un autre atout peut être d’y ajouter un titre bien choisi.

    Lire aussi

    Source > http://www.references.be

  • A COMBIEN DE JOURS DE CONGÉS AI-JE DROIT?

    faqcongespayes.jpgAprès une période d'inactivité, je viens de reprendre une activité professionnelle... J'ai quand même droit à des jours de vacances? Combien?

    La réponse de Kristiaan Andries de SD Worx

    Dans le secteur privé, les règles suivantes s’appliquent pour les droits aux congés :

    1 . Jours de congés légaux

    Le nombre de jours de congés légaux auquel vous avez droit dépend du nombre de jours de travail que vous avez prestés l’année d’avant.

    Jours qui entrent en compte dans le calcul des jours prestés :

     Non seulement les journées effectivement prestées, mais aussi les jours d’inactivité rémunérés et toute une série de jours d’inactivité non rémunérés donnent droit à des jours de congés.

    Les absences précitées sont :

    • ·         maladie et accident pour une période de 12 mois
    • ·         congé et repos de maternité
    • ·         congé éducatif
    • ·         périodes de chômage économique
    • ·         jours de congés légaux et complémentaires
    • ·         jours de récupération dans le secteur de la construction
    • ·         jours de récupération dans le cadre de la réduction du temps de travail

    Les périodes de crédit-temps complet ou de congé parental ne donnent en revanche pas droit à des jours de congés.

    Le nombre de jours de congés que vous pouvez effectivement prendre dépend en outre du régime de travail sous lequel vous êtes engagé(e).

     Chaque travailleur ayant travaillé une année complète l’année d’avant a droit à maximum 4 semaines de congés légaux. Les travailleurs à temps partiel ont les mêmes droits que les travailleurs à temps plein, mais au prorata de leurs prestations.

    2. Les jours de congés complémentaires en cas de début ou de reprise d’une activité professionnelle, également appelés vacances européennes.

    Ce nouveau droit aux congés, introduit depuis 2012, permet aux travailleurs qui débutent ou reprennent une activité de bénéficier, à certaines conditions, de maximum 4 semaines de congés durant la même année calendrier que l’année durant laquelle les prestations ont été effectuées.

    Exemples

    Un jeune diplômé qui commence à travailler le 1er octobre 2012 pourra prendre une semaine de congés complémentaires la dernière semaine de décembre.

    Un travailleur bénéficie du 1er juillet au 31 décembre 2012 d’un crédit-temps complet. Le 1er janvier 2013, il reprend son emploi à temps plein. Il n’a normalement droit qu’à 10 jours de congés légaux, ou 2 semaines. S’il continue à travailler durant toute l’année, il aura droit à maximum 2 semaines de congés complémentaires suite à la reprise d’activité.

    3. Vacances jeunes ou vacances seniors

    Les vacances jeunes et seniors permettent également aux travailleurs qui n’ont pas acquis suffisamment de droit aux congés légaux de prendre des congés complémentaires à concurrence de maximum 4 semaines. Les conditions sont toutefois plus strictes que pour le droit aux congés complémentaires.

    Attention !

     ° On ne peut faire valoir son droit aux congés complémentaires ou aux vacances jeunes et seniors que si les jours de congés légaux sont épuisés. Il s’agit en outre d’un régime facultatif. On ne peut jamais vous obliger à prendre ces congés.

     ° Le système des vacances jeunes et seniors d’une part et des congés complémentaires de l’autre sont distincts et assortis chacun de leurs propres conditions. Les travailleurs concernés peuvent, s’ils satisfont aux conditions propres à chaque système, choisir durant la même année entre les deux régimes ou les combiner. Le travailleur ne peut jamais bénéficier de plus de 4 semaines de congés en cumulant les deux systèmes.

    • ·         ° La différence entre les deux systèmes réside dans le pécule de vacances lié à ces droits aux congés complémentaires :
    • ·         ° pour les vacances jeunes et seniors, vous ne recevez pas d’argent de votre employeur, mais bien une allocation de l’ONEM.
    • ·         ° les congés complémentaires en cas de début ou de reprise d’une activité professionnelle donnent droit à votre salaire habituel, mais cet argent sera ultérieurement soustrait de votre double pécule de vacances. Vous financerez donc vous-même vos congés

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be/carriere