colère

  • Imprimer

    LIÈGE/HANNUT - JUSTICE > EXPLOSION DE LA RUE LÉOPOLD > LA COLÈRE DU PÈRE D’UNE VICTIME

    Le papa d’Alexis Robert a écrit au procureur général De Valkeneer

    Le Hannutois Benoît Robert ne décolère pas. Il dénonce ce qu’il appelle les conflits d’intérêt dans la justice liégeoise en charge de l’explosion de la rue Léopold. 

    high_d-20180126-3K8RNP.jpgIl y a exactement huit ans, le 27 janvier 2010, un immeuble de la rue Léopold à Liège s’effondrait suite à une explosion de gaz et endommageait fortement l’immeuble voisin.

    Le bilan était très lourd : 14 victimes, dont le jeune Hannutois Alexis Robert, et plusieurs dizaines de blessés.

    Les parents et la soeur d’Alexis Robert se sont constitués parties civiles. Robert, le papa, vient d’écrire mardi dernier au Procureur général de Liège, Christian De Valkeneer, pour exprimer ses inquiétudes et sa colère.

    « Responsabilités réduites »

    « Nous avons l’impression de n’en être nulle part et nous avons été choqués par l’évolution du dossier. La police judiciaire fédérale de Liège a fait un excellent travail. Madame le Procureur du Roi, Danièle Reynders, avait eu l’amabilité de … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 29/01/2018

     « Pas loin de la prescription »

    « D’autant qu’on n’est pas loin de la prescription qui est de dix ans » , précise son avocate, Me Maria Speranza Spadazzi qui poursuit : « mon client … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 29/01/2018

    Source > MARC Gérardy dans votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 29/01/2018

  • Imprimer

    COLÈRE : ON VOIT VRAIMENT ROUGE ???

    colere-rouge.jpg

    Les personnalités plus agressives et plus colériques auraient effectivement tendance à « voir rouge ».

    C’est du moins la conclusion de cette équipe de l’université d’Etat du Dakota du Nord, qui a conduit une série d’expériences destinées à explorer l’association entre la couleur rouge et les traits de caractère. Attardons-nous sur trois d’entre elles.

    • La première a consisté à demander à des participants la couleur qu’ils préféraient entre le rouge etle bleu. Des tests de personnalité ont ensuite été réalisés, et il a été observé que les personnes qui ont choisi le rouge avaient tendance (ce n’est pas une généralité !) à manifester davantage d’agressivité, d’hostilité, de réactions colériques.

    • Ce même groupe a visionné des images aux couleurs délavées, sans prédominance du bleu ou du rouge. Résultat : ceux qui ont plutôt distingué le rouge avaient obtenu des scores d’agressivité plus marqués lors du test de personnalité.

    • Les volontaires ont été confrontés à des scénarios virtuels (sur ordinateur) avec la possibilité d’adopter des comportements variés en fonction des situations. Même topo : les « rouges » semontrent plus hargneux que les « bleus » (par exemple pour ce qui concerne le fait de frapper un personnage pour l’écarter de sa route).

    Comme l’explique le coordinateur de ces recherches, « l’un des messages essentiels, c’est que la couleur porte un sens psychologique qui va bien au-delà de l’esthétique ». Il avance une hypothèse à propos du rouge : « L’association avec l’agressivité pourrait remonter à nos ancêtres, à l’époque des chasseurs-cueilleurs, qui ont associé la couleur rouge au danger, sous la forme d’une plante toxique, d’un insecte, d’un animal blessé ou encore d’un homme en sang. Des menaces qui ne peuvent pas laisser indifférent et qui déclenchent des réflexes de survie. » Ce lien aurait persisté au fil de l’évolution

    Source: Journal of Personality (http://onlinelibrary.wiley.com/subject/code/PS50/titles) via Maxi Sciences sur > http://www.passionsante.beImage > http://www.bing-bang-mag.com