cimentier

  • INFO BOULOT > CIMENTIER – FAÇADIER > UN JOB MANUEL PLEIN D’AVENIR

    cimentier.jpg

    L’exigence des normes vertes conduira à un besoin croissant de façadiers

    Le cimentier-façadier met en œuvre des produits de cimentage ainsi que les dérivés nécessaires à la finition ou la rénovation de façades de bâtiments

    Le façadier assure principalement la finition extérieure des bâtiments afin de protéger, d’imperméabiliser et d’isoler les façades, de décorer les supports.

    Il travaille avec différents matériaux comme du plâtre, du ciment, du mortier, du sable et de l’eau. Il fixe les panneaux d’isolation avant de les recouvrir d’un enduit comme du crépi.

    On lui demandera d’être capable de supporter les conditions d’environnement de la production (chaleur et poussière) mais le travail a plusieurs atouts: il se fait en milieu ouvert (site cimentier, chantier) ou parfois fermé (atelier) et il y a des possibilités d’évolution dans la hiérarchie (chef d’équipe ou chef d’atelier de production).

    Sur le plan des qualités, on demandera au cimentier-façadier d’avoir une bonne condition physique, d’aimer les tâches manuelles, d’avoir une bonne coordination et une bonne acuité visuelle.

    Il pourra travailler pour le secteur de la construction ou de la rénovation ainsi que pour l’industrie du béton.

    Par ailleurs, depuis quelques années, le métier s’est davantage tourné vers les préoccupations environnementales tandis que l’attitude des entrepreneurs a l’égard de la construction durable a évolué favorablement.

    1200 SALARIÉS

    Sur le marché de l’emploi, d’après les données ONSS, fin 2009, on compte 1.200 postes de travail salarié en travaux de plâtrerie en Wallonie. Ces postes représentent 1,8 % des postes du secteur de la construction. Selon la Confédération de la Construction, le secteur reste un vivier d’emplois, le potentiel de croissance de ces activités est élevé. Côté demandes d’emploi, début 2012, le Forem dénombrait 155 demandeurs d’emploi inoccupés (D.E.I.) inscrits en tant que cimentier-façadier. Du côté des opportunités, en 2011, le Forem a géré 47 opportunités d’emploi pour le métier de cimentier façadier. Parmi celles-ci, 40 % sont des demandes de contrat PFI (Plan Formation Insertion). Hors PFI, il s’agit, dans 68 % des cas, de contrats à durée indéterminée. L’expérience est toujours demandée.

    Enfin bonne nouvelle, le besoin de main-d’œuvre qualifiée risque d’augmenter suite aux nombreux chantiers qui pourraient débuter afin de répondre aux exigences environnementales. «

    + LAURENCE BRIQUET

    FORMATIONS

    Secondaire: 5e-6etechnique en plafonnerie à Forest (Atelier Marollien).

    CEFA (Centre d’éducation et formation en alternance): formation d’ouvrier plafonneur à Boussu, Charleroi,  Morlanwelz, Fontaine-l’Évêque, Verviers, Liège (2 écoles), Huy, Bastogne, Couvin,

    Namur.

    Contrats d’apprentissage industriel: contrat possible dans la construction accessible également aux moins de 18 ans. Infos: http://ffc.constructiv.be

    IFAPME (formation en alternance et horaires décalés): apprentissage en plafonneur-cimentier à Braine-le-Comte, Libramont, Liège et Verviers. Formation de chef d’entreprise plafonneur-cimentier à Braine-le-Comte, Libramont et Verviers. Formations continues dans différents centres: cimentage extérieur sur isolant; plafonnage; PEB l’isolation des murs.

    Promotion sociale de niveau secondaire: ouvrier(ère) plafonneur (se) à Charleroi et Liège. Centres de compétences: Constru-Form à Châtelineau et à Grâce-Hollogne. Pour travailleurs et demandeurs d’emploi. Centre de Référence Construction à Bruxelles.

    Organismes d’insertion socioprofessionnelle: Atelier de formation chez Boulot à Bruxelles (02/217 24 62) et entreprise d’insertion Poly-Bonnevie (02/411.53.26).

    Formations sectorielles: Construtec à Jambes, Institut Patrimoine Wallon à Amay. Info: www.siep.be

    Source > http://www.jobsregions.be