cia

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS > FESSES-TIVITES A LA CIA

    200px-CIA_svg.jpgFesses-tivités à la CIA

                     Le  général Paetrus, le patron de la CIA, a démissionné de son poste après avoir reconnu une liaison « inappropriée » avec sa biographe. Non, on ne l’a pas forcé à démissionner, il l’a fait de sa propre initiative.

    Pourquoi ? Parce qu’aux USA, dans les hautes sphères du pouvoir, l’infidélité conjugale est infamante, une tâche rouge sur le CV, un point faible exploité par les opposants et rivaux, un « péché » pour les censeurs de la presse, people mais aussi « sérieuse ». Lors de l’enquête menée par le FBI, un autre général a été également soupçonné de comportement « équivoque » …

                     Tout engagement ferme, notamment celui du mariage, mérite d’être respecté par toutes les parties qui l’ont pris et/ou signé. Ceci dit et sans cautionner le comportement des hauts gradés visés, les réactions moralisatrices et pudibondes des médias ainsi que du landerneau politique et militaire américains interpellent. En effet, en Europe, pareille infidélité n’aurait pas les mêmes conséquences voire n’aurait pas de conséquence du tout sur la carrière de telle ou telle personnalité ; il arriverait même que certains s’enorguelliraient d’être acteurs d’une telle situation. C’est que les mœurs européennes et américaines sont très éloignées les unes des autres : des mentalités séparées par tapagenocturnedik.jpgl’Atlantiques, certes, mais surtout par la façon de considérer l’infidélité conjugale, qu’elle soit passade occasionnelle, aventure liée au « démon de midi » ou liaison durable menée clandestinement et parallèlement à une vie conjugale normale. Outre-Atlantique, les grands principes bafoués et les religions chrétiennes poussent de hauts cris et condamnent les coupables ; en Europe, rien de cela : l’esprit gaulois et/ou « porté sur la chose » tolère ces aventuriers du cœur et du sexe, en(sou)rit et puis tourne la page puisque « qu’il s’agit de la vie privée » de séducteurs invétérés ! Heureusement, oserais-je dire, car si la norme américaine avait dû s’appliquer en France, ce grand pays voisin aurait pu compter par dizaine les démissions de ses rois, présidents de la république et autres dirigeants de premier plan. Et chez nous ?

                     Mais, plus fondamentalement, cet événement m’interpelle et me choque vraiment ; en effet, c’est ce même pays, les USA, ces mêmes dirigeants, ces mêmes médias, ce même peuple qui, tout en donnant l’apparence d’une vertu et d’un code de bonne conduite défendus jusqu’au sommet de l’Etat, tolèrent que des prisonniers soient internés dans des conditions inhumaines, torturés depuis de longues années dans le bagne de Guantanamo. Pour quels motifs ? Souvent pour des raisons de (soi-disant ?) terrorisme, parfois sans aucune raison avérée, toujours sans procès, ni défenseurs, ni droits dignes de « la plus grande démocratie au monde » et normalement prévus dans la constitution.

                  petraeus11.jpg   La morale, la justice, les lois de la guerre et les droits de l’homme ne sont-ils pas beaucoup plus fondamentaux  que quelques fesses-tivités au sommet de la CIA et de l’armée des GI qui ont fait la une dans la presse mondiale ? Vu leurs réactions dans les deux cas cités, une majorité d’Américains, du moins de leurs gouvernants et médias, ne le pensent pas ; en tout cas, l’incohérence de leurs attitudes ne semble leur poser aucun problème de conscience. Ces comportements, expressions contradictoires d’une morale à géométrie variable, font-ils partie du fameux « rêve américain » ?  On a peine à le croire et pourtant…

                     Il n’est pas toujours facile de comprendre les USA, un peuple capable du meilleur ( par exemple, nous délivrer de l’envahisseur teuton deux fois au cours du XXème siècle) mais aussi du pire (rappelons-nous G.W.Bush et sa guerre mensongère en Irak). Comme tous les peuples ? Paut-être ! Mais le peuple américain et ses dirigeants ont une telle tendance à se prendre pour le nombril du monde et à se proclamer les meilleurs de la planète, quelque soit le domaine, que leurs comportements différents et inadéquats dans les deux exemples évoqués ci-dessus laissent perplexe pour ne pas dire écoeuré !

     Source & texte de > Bruno Heureux.