chauffeurs

  • LES RESPONSIBLE YOUNG DRIVERS ONT RAMENÉ UN MILLIER DE FÊTARDS À DOMICILE

    1246112173_B971715044Z_1_20140101073713_000_GRL1NN1JM_1-0.jpg

    Pas moins de 200 Responsible Young Drivers (RYD) ont ramené à domicile environ 400 voitures et 1.000 fêtards, a indiqué l’organisation mercredi matin dans un communiqué.

    Les bénévoles disposaient de 80 véhicules, de minuit à 6h du matin afin de ramener les fêtards chez eux. «Cette année encore, les bénévoles RYD ont fourni un travail considérable, ils sont restés sur le qui-vive toute la nuit et une partie de la matinée», indique l’organisation

    Cependant, RYD rappelle que son but n’est pas de «reconduire toute la Belgique à domicile mais bien de répondre présent en dernier recours, lorsqu’il n’est pas possible de trouver aucune autre solution.» Si le bilan est donc positif, RYD estime que «l’idéal serait que chacun devienne son propre conducteur responsable, que chacun soit un conducteur sobre.»

    Environ 200 jeunes de 17 à 29 ans étaient bénévoles pour ce passage à la nouvelle année.

    Source > Belga via > http://www.sudinfo.be/892807

  • LE MOT DE BRUNO SUR «L'ACTU» > CHAUFFEURS DE BUS & LES POMPIERS.

    Environ-8-000-personnes-ont-manifest-leur-soutien-aux-travailleurs-Seraing-.jpg

    Les deux événements récents ont fait parler d’elle, la grève.

    Celle-ci est un droit fondamental acquis au terme de luttes sociales dures et de longue haleine; ne serait-ce que par respect pour celles et ceux qui ont permis sa reconnaissance juridique, ce droit doit être considéré comme un plus dans une société démocratique ; donc, pas question de toucher à son essence-même.

    Pourtant, au fil du temps, la conception et l’interprétation du droit de grève ont évolué, donnant naissance, dans certains cas, à des dérives choquantes ; son utilisation pour un oui, pour un non, sans préavis légal, suite à des événements d’importance très relative et pour défendre des intérêts trop particuliers, en prenant des populations en otage, est tout simplement inacceptable. Cet usage abusif dévalorise ce moyen ultime et indispensable d’expression de la volonté des travailleurs ; surtout, il contribue à affaiblir la position des ouvriers qui, à l’avenir et à bon escient, en auront besoin dans des combats légitimes pour leur emploi, leurs conditions de vie et de travail, leur dignité.

    CHAUFFEURS DE BUS

    1555725908_ID6321270_tecliege_065308_H33GKU_0.JPG

    «Un jour, la Wallonie va dominer le monde… mais pas demain… il y a grève!!» Cette phrase suscite toujours l’éclat de rire lorsque je la prononce en spectacle. Pourquoi? Parce que les spectateurs, comme les gens «normaux» qui, à la quasi unanimité, sont favorables au droit de grève, se rendent compte que, dans notre Wallonie, certains en font un usage excessif.

    La dernière grève sauvage des chauffeurs de bus liégeois est un exemple frappant de ce que stigmatisent non seulement les patrons mais aussi la grande majorité des usagers. Il est inadmissible et insupportable de prendre le public en otage «par solidarité» avec des travailleurs fautifs alors qu’un dialogue franc et respectueux aurait dû (pu) régler le problème en douceur. Le droit de grève est intimement lié au droit au travail et il est choquant de voir des chercheurs d’emploi être sabotés dans leurs démarches par quelques personnes qui, elles, ont un emploi et abusent de leur position pour bafouer l’esprit du service public et nuire à leurs concitoyens.

    Que les ouvriers d’Arcelor Mittal usent du droit de grève face à un patron truand sans scrupule, d’accord sur toute la ligne. Mais le faire pour défendre l’inacceptable, non, non et non! Il y a dans notre société et plus précisément dans le monde du travail des règles à respecter, des règlement à observer, par les dirigeants et par leur personnel; le droit de grève n’est pas un instrument qui doit permettre de violer en toute impunité les lois et conventions; il a des buts et usages beaucoup plus justifiés, nobles et respectables. En résumé, droit de grève, oui; son usage abusif, non!

     

    POMPIERS.

    Pompiers de Hannut 2013.jpg

    La récente grève des pompiers liégeois et les manifestations de leurs collègues de l’ensemble du pays sont l’expression d’un ras le bol bien compréhensible. Ces hommes, qui risquent souvent leur vie pour protéger leurs concitoyens, méritent des conditions de travail et un statut autres que ceux dont ils «bénéficient» actuellement. Leurs revendications sont on ne peut plus légitimes.

    Pourtant, le capital sympathie dont les pompiers bénéficient largement a été écorné par les excès de quelques excités qui ont, à Liège, brûlé une partie de leur matériel et, à Bruxelles, forcé sauvagement l’accès à la zone neutre aux environs du 16 rue de la Loi. Ce triste constat, entendu à maintes reprises dans différents milieux durant ces derniers jours, risque surtout de nuire à l’ensemble d’une corporation dont les membres, au contraire, se comportent en «chevaliers» du feu et méritent notre respect, notre soutien et notre reconnaissance.

    La violence appelle la violence; et si toutes les personnes qui, un jour ou l’autre, en ont ras-le-bol, pour des raisons justifiées ou pas, se mettent à tout casser, à se comporter en inciviques, en individus non civilisés, en véritables bêtes , où va-t-on? Quel bel exemple pour notre jeunesse!!!

    Source & texte de > Bruno Heureux.

     

  • APPEL AUX BÉNÉVOLES CHEZ ALLO TAXI & TAXI SENIORS HANNUT

    Projet1.jpg

    Source > Hannut Actu