chance

  • « DONNER UNE CHANCE AUX JEUNES EST UNE RESPONSABILITE SOCIETALE »

    Alexander%20von%20Maillot.jpg

    On dit qu'au moins un produit Nestlé est présent dans chaque ménage belge.

    Mais qui se cache derrière cette multinationale de 330 000 collaborateurs, dans notre pays ? Rencontre exclusive avec Alexander von Maillot qui, à la tête de Nestlé Belgilux, s'est engagé à donner une première opportunité à 200 jeunes en Belgique.

    De nationalité allemande, mais parlant un français impeccable, Alexander von Maillot de la Treille dirige Nestlé Belgilux depuis le 15 octobre 2013. Comme le grand patron du groupe à l'échelle internationale, c'est par un stage qu'il y a commencé sa carrière : une formule dont il continue plus que jamais de souligner l'intérêt.

    La Belgique et Nestlé, une longue histoire ?

    Cela fait près de 90 ans que nous sommes présents en Belgique, depuis 1925 très précisément. Nous y exploitons une usine qui produit de l'eau minérale, à Étalle. Et nous sommes surtout très contents de l'accueil qui est réservé à nos produits par le consommateur belge. Nous enregistrons une croissance de 3 % de notre chiffre d'affaires cette année, ce qui constitue une bonne performance, tirée par la qualité, la diversité et l'innovation de nos produits. Nous sommes d'autant plus satisfaits que le marché belge est mature, et que la bataille est donc rude pour y gagner des parts de marché.

    Les profils les plus importants pour vous sont-ils, dès lors, actifs dans la vente et le marketing ?

    Dans une entreprise qui, comme Nestlé Belgilux, emploie 750 personnes, tous les profils sont importants. Nous avons besoin de collaborateurs motivés et performants tout autant dans la vente et le marketing que dans les ressources humaines, la finance ou la supply chain (logistique, NDLR), entre autres. Nestlé est un groupe global qui est fortement ancré localement et qui, à ce titre, accorde beaucoup d'importance au recrutement de profils bien adaptés à chaque marché : chaque pays dispose d'une grande autonomie pour déterminer la manière dont il interagit avec le consommateur.

    Lire la suite de l'article ici ...

    Source > Benoît July > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be

  • 10 FACTEURS « ABSURDES » QUI INFLUENCENT VOS CHANCES D’ETRE ENGAGE

    job%20interview.jpg

    Bien sûr, vous avez plus de chances d’être recruté pour un poste si vous avez les compétences et les diplômes requis pour celui-ci.

    Sans oublier qui vaut mieux arriver à l’heure, bien habillé et bien préparé.

    Mais saviez-vous qu'il existe aussi beaucoup de paramètres à priori anodins qui influencent malgré tout la décision du recruteur ? Découvrez lesquels.

    1. L’heure de l’entretien

    Si vous pouvez choisir l’heure de votre entretien, prenez rendez-vous le mardi à 10h30. Un moment optimal selon Glassdoor, puisque nous sommes en général plus productifs et moins stressés le mardi. La tranche horaire de 10h30 permet aussi au recruteur d’avoir eu le temps de lire ses mails, de prendre un café et de régler les affaires urgentes avant de vous accueillir.

    2. Votre sentiment de puissance

    Vous avez les compétences, la confiance en vous, mais vous sentez-vous puissant ? Amy Cuddy, professeur à Harvard, recommande d'adopter des postures de puissance pendant 2 minutes avant l'entretien (seul, bien sûr). Bras ouverts, coudes à l'extérieur, menton levé: selon Cuddy, vous résisterez ainsi mieux à la douleur, aux critiques et aux risques et vous tiendrez un discours plus captivant.

    3. Votre façon de traiter le réceptionniste

    Pour savoir à qui ils ont affaire, certains recruteurs se renseignent sur ce que le réceptionniste a pensé de vous. Tony Hsieh, CEO de Zappos, déclare d’ailleurs qu’il interroge systématiquement le chauffeur de la navette qui a été récupérer le candidat à l’aéroport. Même si l’entretien s’est merveilleusement bien passé, il ne recrute pas une personne si elle a maltraité le chauffeur.

    4. Ce que vous buvez

    Si le recruteur vous propose quelque chose à boire, ne demandez pas du café (sauf s'il s’en prépare un de toute façon). Cela risque de l’agacer de devoir passer 10 minutes à vous préparer un café, surtout si une journée chargée l’attend. C’est en tout cas ce que pensent les auteurs du livre « Crazy Good Interviewing : How acting a little crazy can get you the job »…

    5. La couleur de vos vêtements

    D’après une enquête de CareerBuilder, mieux vaut porter du bleu, du noir, du gris ou du brun lors d’un premier entretien. Les couleurs plus criardes, en particulier l’orange, sont à éviter. Mais tout ceci dépend bien sûr de la fonction pour laquelle vous postulez. 

    6. Votre assise 

    Vous devez bien entendu faire preuve de politesse. Pour cela, montrez que vous respectez votre recruteur et son environnement en attendant d’être invité à vous asseoir pour le faire, ou en attendant qu’il le fasse en premier. Sur votre siège, tenez-vous droit et occupez le plus d’espace possible. 

    7. L’âge du recruteur 

    Trois générations se côtoient aujourd’hui sur le marché du travail. En termes de réunions, de rapport à la hiérarchie, de technologie et de rémunération, chaque génération possède ses propres valeurs et centres d’intérêt :pour mettre plus de chances de votre côté, adaptez vos réponses à l’âge du recruteur. 

    8. Les questions que vous posez 

    C’est une chose de pouvoir répondre correctement aux questions que vous posera le recruteur. Mais n’oubliez pas non plus de poser vous-même des questions à la fin de l’entretien, pour prouver que vous êtes intéressé et renseigné sur l’entreprise. Voici quelques exemples de questions intelligentes à poser. 

    9. La météo 

    D’après l’université de Toronto, on a moins de chance de réussir un entretien s'il pleut : en moyenne, 1% de chances en moins que les jours ensoleillés. Ce n’est pas grand-chose, mais si possible, évitez les jours de météo maussade pour votre entretien.

    10. Les concurrents

    Vous n’avez aucune prise sur ce paramètre, pourtant il peut se révéler déterminant. En effet, l’appréciation de votre entretien dépend aussi des autres candidats qui passent l’entretien ce jour-là. D’après une étude publiée dans Psychological Science, les recruteurs peinent à évaluer favorablement ou défavorablement plusieurs candidats dans la même journée. Par un souci d’équilibre inconscient, ils biaisent leur appréciation. Pas de chance si vous passez le même jour qu’un génie, donc…

    Source: journaldunet.com – Via > http://www.references.be