chôses

  • CES 9 CHOSES QUI VOUS AGACENT AU BOULOT

    Le prestataire de services RH Attentia a repris sur son site un classement dans lequel vous vous retrouverez peut-être...

    Il concerne toutes ces choses qui vous agacent lorsque vous êtes au travail. 

    1. Personne ne remplit l'imprimante lorsqu’il n'y a plus de feuilles. Vous êtes toujours celui ou celle qui doit en remettre, après quoi l'imprimante crache une quinzaine de travaux d'impression en retard (dont parfois un livre entier). Ce n'est qu'une demi-heure plus tard que vous pouvez enfin retirer votre document de la machine.
    2. Être obligé(e) d'entendre des conversations téléphoniques ou privées. En soi, ce n'est pas un réel problème, mais personne n'a besoin savoir que le chien d'un collègue a de l'urticaire ou qu'une personne ne veut plus fréquenter tel ou tel restaurant parce que la nourriture était infecte la dernière fois qu’elle y est allée. N'hésitez pas à vous isoler.
    3. Les collègues qui refusent d'admettre qu'ils ont commis une erreur, ce qui vous oblige à résoudre le problème vous-même. Ou ceux qui ne prennent tout simplement pas leurs responsabilités et qui laissent certaines tâches inachevées justes avant le week-end, pour que vous vous en occupiez le lundi matin.
    4. Les odeurs désagréables. Celle du fumeur de l’autre côté du bâtiment, par exemple, qui laisse derrière lui des relents de tabac froid à chaque fois qu’il revient d'une pause-cigarette. Ou celle du collègue qui, tous les jours à quinze heures, avale une Cup a Soup, au curry de préférence. Ou encore celle du collègue qui retire ses chaussures en dessous de son bureau.
    5. Les collègues qui s'expriment en clichés commerciaux. Évitez ce genre de jargon, nous sommes tous des êtres humains.
    6. Les délais que personne ne respecte. L'équipe de projet a établi des délais précis mais, à la date convenue, vous ne voyez rien arriver. La première réponse à votre courriel de rappel suit deux jours plus tard, et ce, uniquement pour vous annoncer que le projet va arriver. Demain.
    7. Les bruits agaçants. Les gens qui tapent sur leur clavier comme s'il s'agissait d'une machine à écrire ancestrale : cela devrait être interdit. Idem pour les personnes qui dévorent avidement leur pomme ou leur carotte.
    8. Les courriels incompréhensibles. Vous recevez un courriel et vous vous demandez ce qu'a bien pu vouloir dire l'expéditeur. Vous renvoyez alors un courriel afin de demander des éclaircissements. La réponse se fait attendre et vous n'avancez pas. Et que dire des collègues qui vous mettent en copie d'un message sans que vous ne sachiez pourquoi.
    9. Les appareils qui ne fonctionnent pas. Impossible de transférer un appel. Google Drive refuse de procéder à la synchronisation. Un programme ne démarre pas. Le serveur est grillé. Le help desk vous répond calmement : "Nous avons signalé le problème." Et, bien entendu, cela arrive TOUJOURS quand vous avez quatre délais à respecter simultanément.

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) : classement / boulot

    Source: Arbo sur > http://www.jobsregions.be

  • 10 CHOSES QUE LES TRAVAILLEURS ESTIMENT PLUS IMPORTANTES QUE LE SALAIRE

    Employes_shutterstock_114914530.jpg

    Contrairement à ce l’on pense souvent, les travailleurs estiment beaucoup de choses plus importantes que leur salaire. S’ils sont traités avec égards, non seulement ils travailleront pour un salaire moins élevé, mais ils seront aussi plus heureux et plus productifs.

    Zoom sur les 10 choses que les travailleurs estiment plus importantes que leur salaire.

    1. Se sentir fier

    Lorsqu’on leur demande ce qu’ils font dans la vie, les travailleurs préfèrent s’enorgueillir que s’excuser. Ils veulent que leurs interlocuteurs soient au moins un peu impressionnés, même si c’est parce que le travailleur a accepté un travail qui est généralement perçu comme ingrat.

    2. Être traité avec égards

    Même si tout le monde sait que la vie est injuste, les travailleurs ne veulent pas que leur boss la leur rende plus injuste encore. Les travailleurs détestent le favoritisme. Ils s’attendent à ce que les avantages et les promotions soient décernés aux personnes qui travaillent dur et pas aux fayots.

    3. Respecter le boss

    Les travailleurs veulent être respectés par leur boss, bien sûr. Mais ils ressentent tout autant le besoin de respecter leur boss à leur tour. Les travailleurs ont besoin de croire que leur boss est un leader digne de leur loyauté.

    4. Être entendu

    Les travailleurs détestent les boss qui n’ont pas le temps d’écouter ce qu’ils ont à dire ou qui ne s’y intéressent tout simplement pas. Ils ne s’attendent pas à ce que leur patron s’enquière toujours de leur avis. Mais si celui-ci ne tient jamais compte de leur point de vue, ils estimeront (à juste titre) qu’il se fiche d’eux.

    5. Avoir une vie privée

    Pour de nombreux patrons (surtout pour les entrepreneurs), le travail est un mode de vie. Cependant, les travailleurs considèrent souvent leurs amis et leur famille comme des éléments essentiels de la « vraie » vie. Même lorsqu’ils s’investissent dans leur travail, ils deviennent nerveux quand le travail empiète trop sur leur vie privée.

    6. Être coaché, pas micromanagé

    Les travailleurs veulent être encadré par leur patron quand primo, ils demandent de l’aide, deuxio, ils pataugent tellement qu’ils ont peur de demander de l’aide. Les travailleurs ne veulent surtout pas d’un boss qui se penche sur leur épaule à chaque instant.

    7. Voir Mr L’embrouille se faire virer

    Dans presque toutes les entreprises, rôdent un ou deux imbéciles qui pourrissent la vie de tout le monde. Plus que tout, les travailleurs veulent que leur boss vire ces trouble-fêtes. Si le patron ne le fait pas, les travailleurs penseront que celui-ci ne remplit pas son rôle, qu’il est faible. Il devient alors un trouble-fête à son tour.

    8. Être moins stressé

    Les travailleurs détestent le sentiment d’avoir trop de choses à faire et de manquer de temps pour les accomplir. Les patrons doivent planifier les choses avec attention, anticiper les problèmes et fixer des objectifs réalistes, afin de ne pas imposer de stress supplémentaire inutile à leurs travailleurs.

    9. Se sentir un peu en sécurité

    Aucun travailleur sain d’esprit ne s’attend pas à être engagé à vie dans la même entreprise. Malgré tout, il est difficile de se concentrer et de s’investir dans son travail lorsque l’on sent une épée de Damoclès pendre au-dessus de notre tête. Les travailleurs ont besoin de savoir qu’ils ne perdent pas leur temps lorsqu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes.

    10. Gagner la compétition

    Enfin, ne sous-estimez jamais la force du travail d’équipe, en particulier lorsque celui-ci implique le fait de faire mordre la poussière à une équipe adverse. Les travailleurs ne veulent pas seulement jouer en équipe… ils veulent jouer dans l’équipe qui gagne.

    Source : Inc.com > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 6 CHOSES APPRISES A L’ECOLE QU’IL VAUDRAIT MIEUX OUBLIER

    04_1515.jpg

    Vous rappelez-vous la douce époque où, assis à votre pupitre, vos pieds ne touchaient pas encore le sol?

    Lorsque vous appreniez par cœur les tables de multiplication et les exceptions au pluriel des mots en 'ou'? Il se peut aussi que vous ayez intégré de mauvaises "leçons" à l'école. Où en tout cas que ces enseignements ne profitent pas à votre carrière...

    Voici 6 choses que votre instituteur vous a peut-être inculquées, mais que vous feriez mieux d'oublier.

    1. "Les responsables ont la science infuse"

    Tous les enfants admirent leur institutrice qui "sait tout". Mais après un certain stade, il faut faire preuve d’un peu plus de jugeote et d'esprit d'analyse. Plus tard, on apprend vite que ce n’est pas parce que votre patron est votre supérieur hiérarchique qu’il a réponse à tout.

    2. "On n’apprend qu’en classe"

    Les compétences que vous avez acquises en construisant des cabanes, en attrapant des grenouilles, en vous faisant des amis et en imaginant des jeux sont inestimables. Et elles seront aussi très utiles à votre future carrière professionnelle.

    3. "Les meilleurs éléments respectent strictement les règles"

    Pour être un élève modèle, il faut suivre les consignes à la lettre. Mais en grandissant, on comprend qu’un travail jugé "scolaire" n’est pas spécialement un bon travail... D’autant plus que la subordination aveugle n’est évidemment pas compatible avec le panache et l’ambition!  

    4. "Le chemin vers le succès est tout tracé"

    Pour réaliser une brillante carrière, on répète aux enfants qu'il faut obligatoirement aller à l’université. Cela aide indubitablement, bien sûr, mais beaucoup de personnes s’épanouiront davantage dans des emplois techniques ou manuels. Sans compter tous ces CEO qui sont devenus milliardaires sans avoir obtenu le moindre diplôme…

    5. "Soyez sages"

    Respectez l’autorité, ne la remettez jamais en question. Ne dénoncez aucune situation qui vous semble mauvaise si elle est instaurée par l’école. Gardez vos opinions dissidentes pour vous. En un mot : restez tranquille. Ce type d'enseignement n'encourage pas les idées subversives ou révolutionnaires, pourtant nécessaire à l'innovation et la créativité.

    6. "Les contrôles mesurent votre intelligence"

    Comment des tests standardisés pourraient-ils mesurer le potentiel des enfants ? Recevoir de mauvaises notes ne signifie en rien que celui-ci n’est pas un génie. Einstein en était la preuve!

    Source : Forbes > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • 5 CHOSES A FAIRE LORSQUE VOUS ETES VICTIME D’UNE INJUSTICE

    discriminationb.jpg

    Un jour ou l’autre, des gens mentiront à votre sujet, vous planteront un coup de poignard dans le dos, se tromperont sur vos motivations ou vos intentions.

    Leurs réactions seront disproportionnées, ils vous blâmeront, médiront à votre propos et répandront la rumeur. Et vous vous sentirez trahi(e), indigné(e) et rageur (/se).

    Ces sentiments vous mèneront à aux mauvaises réactions. Vous voudrez vous venger. Vous défendre. Vous assurez que tout le monde sache que l’on se trompe à votre sujet. Votre réaction excessive vous desservira : vous perdrez votre crédibilité, ce qui semblera accréditer la légitimité des rumeurs.

    Voici donc comment gérer des situations d’injustice à votre égard :

    1. Arrêtez de vous énerver. Commencez à écouter

    Ne faites rien pendant au moins 24 heures. Ne vous défendez pas. Ne vous vengez pas. Trouvez un endroit calme où vous pouvez vous réfugier pour réfléchir. Faites le point sur ce que l’on dit de vous. Ne laissez pas les émotions guider votre action, car elles vous rendront irrationnel(le). Vos actions seront empreintes de colère et d’amertume. Arrêtez donc de vous énerver et commencez à écouter. Soyez attentif(/ve) à ce qui n’est pas dit de vous. Soyez réceptif (/ve) par rapport aux sentiments et aux émotions exprimés par d’autres. Prenez quelques instants pour vous concentrer sur les autres – pas sur vous. Ce que vous entendrez sera important pour la suite.

    2. Ne vous lancez pas dans de longues explications défendant votre cause

    Vous pourriez penser qu’il est logique de vous poser et de coucher sur le papier votre version de l’histoire. Cela ne vous aidera probablement pas du tout. En réalité, consacrer du temps à écrire tous les détails scabreux de l’histoire ne vous fera passer que pour étroit(e) d’esprit. Vous rajouterez une couche à la mauvaise ambiance. Même si vous avez raison.

    Si vous avez un blog populaire ou si vous écrivez des articles, vous disposez d’un médium privilégié pour clarifier votre position. Mais vous feriez mieux de ne pas céder à la tentation. Ceux qui lisent vos écrits et sont dans votre camp ne vous apprécieront pas davantage pour ce que vous avez écrit. Ceux qui vous désapprouvent sont peu susceptibles de changer soudain d’avis après la lecture de votre texte. Les choses ne se dérouleront pas comme vous le souhaitez. Vous perdrez votre temps.

    3. Adressez-vous directement (et en privé) à la personne concernée

    Si vous essayez de résoudre un quiproquo avec quelqu’un, adressez-vous directement à cette personne. Il ne sert à rien de gaspiller votre énergie à tenter de vous défendre auprès de tous les autres, alors que vous pourriez simplement vous expliquer auprès de la personne à l’origine des rumeurs négatives à votre propos. Envoyez-lui un e-mail. Décrochez le téléphone et appelez-le(/la).

    4. Excusez-vous et changez si nécessaire. Sinon, ne jouez pas la comédie

    Vous commettez parfois des erreurs. Parfois, vous n’êtes pas mal compris(e), vous avez simplement mal agi. Vous pouvez maudire la personne qui vous a dénoncé(e) ou tout simplement présenter vos excuses et tourner la page. Tentez également de ne plus commettre ce genre d’erreur à l’avenir.

    Si toutefois vous estimez que vous n’avez pas commis d’erreur et que vous n’avez pas à changer, ne le faites pas. Prétendre que vous avez l’intention de changer alors qu’il n’en est rien ne fera qu’aggraver la situation.

    5. Restez fidèle à vous-même

    Les rumeurs à votre sujet blessent profondément votre égo. Vous seriez tenté(e) de changer, pour ne plus avoir à les affronter. La meilleure solution est toutefois de rester fidèle à vous-même. Ne changez pas d’attitude parce que l’on vous observe. N’adoptez pas de nouvelles habitudes parce que vous pensez que les gens vous apprécieront plus. Restez simplement vous-même.

    Poursuivez vos rêves. Continuez à relever les défis que vous vous étiez posés avant tout cela. Continuez à apprendre, à vivre, à mener les autres. Ne renoncez pas à ce que vous êtes et à ce que vous cherchez à atteindre pour des rumeurs qui s’éteindront plus vite que vous ne le pensez.

    Source : Edgy Conversations sur > http://www.references.be

  • PATRONS … 5 CHOSES QUE VOS EMPLOYES VOUS CACHENT

    shutterstock_169051361b.jpg

    Il fait bon vivre dans votre entreprise. Vos employés font bien leur boulot, l’ambiance est au beau fixe, vous organisez régulièrement des réunions pour dresser le bilan, les chiffres sont dans le vert et aucune plainte ne monte à vos oreilles. Globalement, on peut dire que vous faites un(e) bon(ne) patron(ne).

    En êtes-vous si sûr(e) ? Il est des griefs que vos employés vous taisent, de peur de se voir réprimander en les exprimant ouvertement. Et pourtant, il est essentiel que vous les entendiez, tant pour le bien-être de vos employés que pour celui de votre société à long terme. Ouvrez grand vos oreilles, nous avons fait le bilan des plaintes les plus récurrentes que les employés cachent à leur patron.

    1. Je déteste les réunions

     Vous pensez sans doute que vos réunions hebdomadaires (ou bi-, tri-, quadri-hebdomadaires) sont un outil essentiel pour mettre tout le monde à la page. Pourtant, la majorité de vos employés les considèrent comme superflues. Il y a quelques jours, nous affirmions que les cadres passaient en moyenne seize ans de leur vie en réunion alors que trois quarts d’entre eux estimaient que ces meetings étaient une perte de temps. Diminuez le nombre de vos meetings et optimisez l’organisation de ceux-ci, afin qu’ils soient véritablement bénéfiques à tout le monde

    2. Je suis sous-payé(e)

    Il est probable que vos employés pensent être sous-payés. Une étude américaine récente révèle que 76% des travailleurs arrivent tout juste à joindre les deux bouts avec leur salaire et n’ont pas d’économies. Un sondage Gallup montre par ailleurs que 22% de la rotation du personnel serait dû à une insatisfaction salariale. Or, cette rotation (le départ d’anciens employés et l’arrivée de nouveaux) coûte en moyenne 20% du salaire annuel d’un travailleur. Au vu de cela, il paraît plus avantageux pour tout le monde d’augmenter directement vos bons employés et de les garder ainsi dans votre giron.    

    3. J’aimerais beaucoup vous donner un feedback mais j’ai peur d’être honnête

    Les employés attachent beaucoup d’importance au droit de cité au sein de leur entreprise. Mais la plupart d’entre eux ne se sentent pas suffisamment à l’aise pour partager leurs véritables sentiments avec leur patron. Vos employés ont peut-être des superbes idées et des plans innovants pour améliorer votre entreprise. Vous ne le saurez jamais à moins que vous n’instauriez un climat de confiance, favorable à la liberté d’expression.

    4. Je n’ai pas envie d’aller à la fête du bureau

    Vous pensez peut-être que les fêtes du bureau sont fun, mais en réalité elles n’amusent que rarement les employés qui y participent sous la contrainte. Alors que certains employés désirent rentrer chez eux dès leur journée de travail achevée, d’autres se prennent trop au jeu et finissent par s’adonner à un spectacle embarrassant. Une étude menée en 2010 par Adecco fait état du fait que 40% des employés ont assisté à de telles dérives ou en ont été eux-mêmes les victimes. Au lieu d’organiser une grosse fête par an, choisissez quelques événements plus intimes et facultatifs, comme des happy hours de temps à autre, qui laisseront le loisir à vos employés de participer ou de sécher librement.

    5. J’aurais aimé que vous nous teniez au courant

    Les employés veulent se sentir impliqués. Mais, souvent, vos qualités en matière de communication laissent à désirer. Une étude publiée par CNN indique que 32% des travailleurs déplorent la mauvaise communication verbale et écrite au sein de leur entreprise. Les défauts de communication d’une société peuvent lui coûter 25% à 40% de son budget annuel.  

    Vous devez trouver un moyen d’améliorer la communication dans votre boîte. Soyez clair(e) sur vos objectifs et faites-en part à tous vos employés. Réunissez régulièrement tout le monde et assurez-vous que chacun comprenne bien la voie que suit votre société.

    Source : Business Insider sur > http://www.references.be

  • 20 CHOSES QUE L'ON IGNORE ENCORE À 20 ANS

    shutterstock_116392654.jpg

    On l’a assez répété : les jeunes travailleurs actuels (qu’on a surnommé la génération Y) sont très différents de leurs parents au même âge.

    Beaucoup de choses ont changé. Les digital natives fonctionnent autrement, sont plus impatients, plus créatifs et un brin plus impertinents avec leurs supérieurs hiérarchiques.

    Mais sont-ils dans le bon chemin? Le magazine Forbes a listé 20 leçons de carrière que les jeunes ont parfois du mal à saisir.

    1. Le temps n’est pas illimité

    Les vingtenaires ont tendance à s’imaginer qu’ils ont tout le temps devant eux pour savoir ce qu’ils veulent et l’obtenir. Mais le temps file, et les opportunités doivent être saisies à la première occasion : très vite, elles se feront plus rares.

    2. Le talent ne fait pas tout

    Vous êtes compétent, ouvert, doué, multitâche ? Très bien, mais rappelez-vous que sans efforts ni persévérance, votre talent deviendra juste un potentiel gâché. Il vous faut travailler dur.

    3. On est plus productif le matin

    C’est bien joli de rester au bureau jusque minuit, mais tout un tas de choses ne peuvent pas s'accomplir dans ce créneau horaire (appeler les clients, organiser des réunions et des business lunch). S'adapter aux horaires de bureaux a du bon.

    4. On ne fait pas carrière "dans les réseaux sociaux"

    Il s'agit seulement une nouvelle manière de faire du marketing, pas une fin en soi. Définir sa fonction comme "spécialiste des réseaux sociaux" ne sera plus pertinent dans 5 ans.

    5. Il ne faut pas avoir peur du téléphone

    Manque d'habitude? Les jeunes sont souvent mal à l'aise au téléphone. Cessez de vous cacher derrière votre ordinateur, vos mails et vos sms. Les vraies affaires se font de vive voix.

    6. Ne comptez pas vos heures

    Quand on commence un job, on a beaucoup à apprendre et beaucoup à prouver. Travaillez donc plus dur que les autres.

    7. N’attendez pas que l’on vous dise quoi faire

    Pas de crédibilité sans responsabilités. Prenez des initiatives, ne restez jamais en stand-by sous prétexte que personne ne vous a dit quoi faire ensuite.

    8. Assumez vos erreurs

    Ce n’est pas un problème de faire des gaffes au début de sa carrière, tant qu’on accepte la critique et qu’on est capable de se remettre en question sans essayer de se justifier. Les erreurs font grandir et évoluer.

    9. Les patrons tyranniques sont une bonne chose

    Ils peuvent vous apporter beaucoup au début de votre carrière. Vous apprendrez beaucoup, repousserez vos limites, et construirez une base solide pour votre future vie professionnelle.

    10. Le job hopping n’est pas toujours une bonne chose

    Il faut rester 2-3 ans au même endroit pour maîtriser réellement des compétences. Quitter un job après une année indique que vous n’avez pas assez de discipline, ou de loyauté.

    11. Les gens sont plus importants que les à-côtés

    Un bon leader avec une réelle vision est un meilleur atout pour votre carrière que de sympas avantages extra-légaux. Les entreprises avec salles de jeux sont tendances, mais privilégiez toujours celle qui a à sa tête le patron qui peut vous aider dans les premiers pas de votre carrière.

    12. Faites les efforts nécessaires à votre récompense

    Quand on vous demande d'accomplir des tâches qui vous rebutent un peu, ne perdez pas de vue ce que la réalisation de cette mission apportera à votre carrière. Pour garder votre motivation, restez focalisé sur votre objectif professionnel.

    13. Dites ce que vous pensez et dites-le en face 

    Si vous avez un problème au boulot, parlez-en directement et de façon professionnelle à votre boss. Ne colportez pas vos plaintes et vos rumeurs dans les couloirs. Communiquer correctement vous ouvrira beaucoup d'opportunités.

    14. Bossez vos compétences techniques

    Maîtriser Photoshop, HTML, CSS, iOS, Google Adwords, Final Cut Pro etc... pèsera très lourd sur un CV. Plus lourd que Microsoft Office

     

    15. La taille et la qualité de votre réseau est primordial

     

    Pour avancer, les gens que vous connaissez importent plus que ce que vous connaissez. Investissez du temps dans le relationnel pour vous construire un bon réseau professionnel.

     16. Cherchez un mentor

    Autour de vous, des personnes plus âgées ont déjà atteint les buts professionnels que vous vous êtes fixés. Un mentor est une source d’inspiration, de conseils et de soutien.

    17. Imitez votre idole professionnelle

    "Qu’est-ce que Steve Jobs ferait à ma place ?" En cas de doute, agissez comme la personne que vous admirez le plus d’un point de vue professionnel.

    18. Lisez plus, tweetez moins 

    La nouvelle génération consomme de l’information en moins de 140 caractères. Ouvrir un bouquin nécessite de la patience, de l’imagination et de la réflexion, des qualités qui seront très utiles à vos futurs succès professionnels.

    19. Ne dépensez que 75% de ce que vous gagnez

    On ne dépense pas toujours ses premiers salaires de la bonne façon. Ne vous mettez pas sur le dos des achats trop coûteux, et préparez-vous à gagner moins si cela signifie avoir un meilleur job, offrant de plus grandes possibilités de carrière. Laissez-vous en permanence une marge de 25% pour ne pas avoir la corde au cou le moment venu.

    20. Préservez votre réputation

    C’est la valeur la plus précieuse de votre carrière. Elle peut vous ouvrir des portes comme les refermer. Une fois perdue, elle est dure à récupérer, soyez donc très prudent.

    Source > http://www.references.be

  • SIX CHOSES APPRISES À L’ÉCOLE QU’IL VAUDRAIT MIEUX OUBLIER

    04.jpgVous rappelez-vous la douce époque où, assis à votre pupitre, vos pieds ne touchaient pas encore le sol? Lorsque vous appreniez par cœur les tables de multiplication et les exceptions au pluriel des mots en 'ou'? Il se peut aussi que vous ayez intégré de mauvaises "leçons" à l'école. Où en tout cas que ces enseignements ne profitent pas à votre carrière...

    Voici 6 choses que votre instituteur vous a peut-être inculquées, mais que vous feriez mieux d'oublier.

    1. "Les responsables ont la science infuse" > Tous les enfants admirent leur institutrice qui "sait tout". Mais après un certain stade, il faut faire preuve d’un peu plus de jugeote et d'esprit d'analyse. Plus tard, on apprend vite que ce n’est pas parce que votre patron est votre supérieur hiérarchique qu’il a réponse à tout.

    2. "On n’apprend qu’en classe" > Les compétences que vous avez acquises en construisant des cabanes, en attrapant des grenouilles, en vous faisant des amis et en imaginant des jeux sont inestimables. Et elles seront aussi très utiles à votre future carrière professionnelle.

    3. "Les meilleurs éléments respectent strictement les règles" > Pour être un élève modèle, il faut suivre les consignes à la lettre. Mais en grandissant, on comprend qu’un travail jugé "scolaire" n’est pas spécialement un bon travail... D’autant plus que la subordination aveugle n’est évidemment pas compatible avec le panache et l’ambition! 

    4. "Le chemin vers le succès est tout tracé" > Pour réaliser une brillante carrière, on répète aux enfants qu'il faut obligatoirement aller à l’université. Cela aide indubitablement, bien sûr, mais beaucoup de personnes s’épanouiront davantage dans des emplois techniques ou manuels. Sans compter tous ces CEO qui sont devenus milliardaires sans avoir obtenu le moindre diplôme…

    5. "Soyez sages" > Respectez l’autorité, ne la remettez jamais en question. Ne dénoncez aucune situation qui vous semble mauvaise si elle est instaurée par l’école. Gardez vos opinions dissidentes pour vous. En un mot : restez tranquille. Ce type d'enseignement n'encourage pas les idées subversives ou révolutionnaires, pourtant nécessaire à l'innovation.

    6. "Les contrôles mesurent votre intelligence" > Comment des tests standardisés pourraient-ils mesurer le potentiel des enfants ? Recevoir de mauvaises notes ne signifie en rien que celui-ci n’est pas un génie. Einstein en était la preuve!

    Source  > http://www.references.be >  Forbes