ceinture

  • HANNUT: UNE PEINE DE TRAVAIL POUR LE BEAU-PÈRE QUI CORRIGE SON BEAU-FILS À COUPS DE CEINTURE

    1243871360_.jpg

    Bruno, un chauffagiste hannutois poursuivi pour avoir corrigé son beau-fils de 7 ans à coups de ceinture a été condamné hier par le tribunal correctionnel de Huy à une peine de travail de 300 heures, ou, subsidiairement s’il ne l’exécute pas, à 2 ans de prison.

    En aveux, Bruno a toujours reconnu avoir frappé le 29 février 2012 le gamin de sa compagne. Devant le tribunal il avait expliqué le contexte. Le soir du 29 février 2012, il a constaté que l’enfant avait déféqué dans sa chambre, dans une manne à linge. Il l’a grondé et lui a demandé de ramasser ses excréments et de nettoyer. Ne le voyant pas descendre pour venir chercher le matériel de nettoyage, il est remonté dans la chambre où il a trouvé l’enfant étendu sur son lit. «  À ce moment-là, j’ai pété un câble », avait-il confessé devant le tribunal. Il a empoigné une ceinture, l’a pliée en deux et a frappé l’enfant sur tout le corps à plusieurs reprises.

     « Il aurait ensuite obligé l’enfant à sortir de la maison quasi sans vêtements », écrit le juge Dumont dans le jugement rendu hier.

    Le gamin est effectivement retrouvé ce soir-là quasi nu par un automobiliste de passage qui prévient la police.

    Aux enquêteurs, l’enfant explique les raisons qui l’ont amené à faire ses besoins dans sa chambre. Son beau-père l’avait enfermé à clef dans sa chambre à coucher qu’il partage avec sa petite sœur, de crainte que cette dernière ne sorte et tombe dans l’escalier.

    Sur ce point, le prévenu s’est défendu : «  j’avais mis, au besoin, un babyphone, il pouvait m’appeler ».

    Une seconde scène de coups lui est reprochée trois mois plus tard. Cette fois, c’est l’école du gamin qui donne l’alerte. Des traces de coups ont été aperçues sur le corps de l’enfant et notamment sur l’épaule gauche, l’avant-bras gauche, la joue droite. Un hématome est aussi visible sur l’œil gauche. Interrogé, l’enfant explique que c’est la punition de son beau-père «  pour avoir mal rangé le garage  ».

    Le Hannutois a toujours nié ces faits de mai 2012 mais des preuves, notamment des tests ADN, l’accablent.

    Source > Rédaction e ligne sur > http://www.lameuse.be/829648 Photo C.F.