caroline

  • AGENDA > LES PLANCHES A NU > CE QUE LA POSTÉRITÉ RETIENDRA DE CARO.

    521809.jpg

    Par Les Planches à Nu, mercredi 13 février 2013, 18:15 ·.

    Un trait de caractère du personnage incarné par Caroline dans l'adaptation de La Dame de chez Maxim - Feydeau (représentations en Mars 2013)

    Caroline Dardenne, dite «Caro» pour les intimes, est la présidente de la troupe amateur des Planches à Nu. Elle jongle avec bonne humeur entre ses diverses passions: le théâtre bien sûr mais aussi et surtout sa «petite» famille où trois blondinets se chargent de garder son emploi du temps bien rempli. Les dates des prochaines représentations des Planches à Nu approchent à grand pas. Nous vous présenterons en effet très bientôt une adaptation originale de La Dame de chez Maxim de Feydeau et les répétitions de cette comédie de boulevard croustillante s'intensifient. La pression monte et l'anticipation également: nous nous réjouissons tant de vous entendre rire et réagir, et nous espérons pouvoir partager ces merveilleux moments avec vous. N'oubliez pas de réserver au plus vite, car la salle des Amis Réunis se remplit déjà à un rythme encourageant! Nous vous remercions de votre enthousiasme et nous nous faisons une véritable joie de vous (re)voir bientôt.

    Caroline a intégré la troupe des Planches à Nu il y a 10 ans déjà et est donc en pleine préparation de spectacle, où elle se glisse dans la peau d'un des personnages principaux de la pièce.

    Caro, d'où te vient ta passion pour le théâtre?

    Depuis toute petite, j'ai toujours aimé faire des imitations de toutes sortes. Je me prenais souvent au jeu d'imiter des acteurs connus. J'avais d'ailleurs une prédilection toute particulière (et plutôt amusante) pour Aldo Maccione. Lorsque j''étais enfant, mes parents m'ont inscrite à des cours de diction. J'ai ensuite poursuivi sur la même voix en tant qu'adulte avec la déclamation. C'est durant ces cours, que j'ai rencontré des membres de la troupe des Planches à Nu et tout naturellement, j'ai intégré l'équipe existante. Je suis actuellement la Présidente de la troupe. Avec tous les membres, nous tentons saison après saison de mener à bien un spectacle qui plaira au public mais qui permettra aussi aux comédiens de prendre du plaisir. Plus nous nous investissons, plus le projet choisi nous enthousiasme et plus le public est réceptif, évidemment. Le théâtre, c'est souvent un travail d'introspection mais c'est avant tout un échange.

    Flyers recto RVB.jpgLes Planches à Nu sont en plein préparation d'une adaptation pour le moins loufoque de la Dame de chez Maxim de Feydeau. Quel rôle t'a-t-on attribué?

    Je suis Madame Petypon, l'épouse quelque peu exaltée du célèbre docteur Petypon. Madame Petypon est très croyante, voire même crédule, à la limite du mystique. Mais elle est aussi généreuse et volubile. Et même si ses réactions excessives peuvent en agacer plus d'un, elle a un grand cœur et est toujours prête à rendre service. C'est un personnage extrêmement amusant à interpréter, même si l'énergie incessante de Madame Petypon demande beaucoup de travail et de concentration. Elle évolue dans la pièce avec une naïveté déconcertante et souvent drôle. Elle navigue avec sa spontanéité légendaire à travers les frasques de son mari – sans se rendre compte des situations farfelues dans lesquelles elle se retrouve embarquée. Et bien sûr, elle arrive toujours à un moment inopiné et participe ainsi sans le savoir à des quiproquos de plus en plus compliqués. Mais malgré sa courtoisie et sa bonne éducation, gare à qui lui manque de respect: Madame Petypon est aussi une femme passionnée qui peut avoir la main légère!

    Peux-tu nous raconter une petite anecdote sympa qui te serait arrivée pendant tes années aux Planches à Nu?

    Mon plus beau souvenir reste le spectacle «Mélasse», un western chicon belge que nous avions présenté il y a plusieurs années. J'adorais mon personnage de riche propriétaire terrienne, très maîtresse-femme. Et surtout, je n'oublierai jamais ce début de fou-rire que nous avons eu vers la fin d'une des représentations. Fou-rire que nous avons pu heureusement plus ou moins maîtriser sans quoi je ne pense pas que nous aurions pu terminer la pièce. Ce sont de grand moments de stress, mais aussi – et paradoxalement – des instants privilégiés de bonheur intense. Et nous espérons avoir bien d'autres anecdotes à vous raconter après vous avoir présenté La Dame de chez Maxim dans quelques semaines...

    Visitez notre page Facebook, cliquez sur j'aime et partagez... merci!

    https://www.facebook.com/theatrehannut

    Evènement La Dame de chez Maxim (dates et autres informations):

    https://www.facebook.com/events/133456823482208/

    Réservations: mailto:lesplanchesanu@gmail.com

    Source > https://www.facebook.com