carburants

  • Imprimer

    ATTENTION > À PARTIR DE CE 12 OCTOBRE, LES NOMS DES CARBURANTS CHANGENT À LA POMPE

    C’est une directive européenne à laquelle nous allons devoir nous habituer.

    A partir du 12 octobre, les noms des carburants vont changer. Ou plus exactement, leur signalétique. « Diesels » et « sans-plomb » seront désormais identifiés grâce à des formes géométriques.

    Les étiquettes des carburants subiront une modification à partir du 12 octobre afin d’être harmonisées, tant pour leurs dénominations que pour leur couleur, dans l’ensemble de l’Union européenne, annonce mercredi le SPF Economie. Les essences Super 95-E10 et Super 98 deviennent respectivement E10 et E5 tandis que le diesel (10S) s’appellera désormais B5. Le LPG garde, lui, son nom. Un lettrage noir sur un fond blanc sera en outre adopté pour toutes les étiquettes.

    FB_IMG_1538942153050.jpg

      Dans les 28 pays européens

    Avec ce changement, l’objectif de l’Union européenne est d’aider les consommateurs à choisir le carburant approprié à leurs véhicules dans toute l’Europe. Les nouvelles étiquettes seront en effet déployées dans les 28 Etats membres ainsi qu’en Islande, au Liechtenstein, en Norvège, Macédoine, Serbie, Suisse et Turquie.

    Les couleurs jaune et verte des pistolets et des étiquettes disparaitront. Elles feront place à des modèles blancs avec des lettres noires. Il y aura en outre des formes d’étiquettes spécifiques selon le carburant: un cercle pour l’essence, un carré pour le diesel et un diamant pour ceux de type gazeux.

    Chacune de ces formes sera remplie d’une lettre: un E pour l’essence, suivie d’un chiffre pour le taux d’éthanol en %, et un B pour le diesel, accompagné d’un chiffre représentant la teneur en biocarburant. La 95-E10 devient ainsi E10 et la 98 se mue en E5 tandis qu’on retrouvera le diesel 10S sous la dénomination B5. (Voir tableau)

    Ces nouvelles étiquettes seront placées à proximité immédiate du bouchon à carburant et dans le manuel d’utilisation sur les véhicules neufs, c’est-à-dire mis sur le marché ou immatriculés à partir du 12 octobre. Elles seront également apposées dans les stations-services, sur le corps de pompe et sur le pistolet distributeur. On les retrouvera enfin chez les concessionnaires automobiles.

    « Diesel » et « essence » ne disparaîtront pas

    Cette nouvelle dénomination ne causera-t-elle pas une certaine confusion parmi les consommateurs? «Il faudra probablement s’y adapter», concède-t-on au SPF Economie. «Mais il y aura une période de transition pendant laquelle les deux noms seront utilisés. Il y aura également une campagne d’information en ligne.»

    Pour la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco), les mots diesel et essence ne vont pas disparaître pour de bon pour autant. «Ils ne sont pas interdits. Et, au début, les pompes les mentionneront encore bien sûr», y assure-t-on.

    Brafco trouve que cette dénomination unique est une avancée, surtout avec les variantes du diesel qui sont proposées actuellement. Mais le secteur n’est par contre pas satisfait du prix des autocollants (3 euros) que facture le Bureau de Normalisation. «Ils profitent de la situation car ils ont un monopole», dénonce la fédération.

    Source > https://www.sudinfo.be/id77941

  • Imprimer

    ÉNIÈME HAUSSE DES PRIX DU DIESEL ET DU MAZOUT MARDI

    1231903648_ID7558421_essenc_144308_H3RD3L_0.JPG1,789 euro le litre: le prix de l’essence bat un nouveau record

    Les prix maximum du diesel et du mazout augmenteront d’environ 0,1 cent le litre mardi. Les records ne seront cependant pas battus, a indiqué lundi le SPF Économie. Le prix maximum du diesel grimpera à 1,553 euro le litre et le mazout coûtera maximum 0,9208 euro le litre pour des commandes de minimum 2.000 litres.

    Le prix de la super 98 augmentera également de 0,1 cent le litre, pour s’établir à maximum 1,809 euro le litre. Le prix maximum de la super 95 reste inchangé, à un niveau record de 1,789 euro le litre.

    Les adaptations de prix sont la conséquence de “ l’indexation semestrielle des marges de distribution et de l’indexation trimestrielle de la contribution pour les stocks stratégiques ”, précise le SPF Économie.

    Le carburant le moins cher de votre région > Voir sur > http://www.sudinfo.be/services/carburant

    Source > Sudpresse > Publié le Lundi 2 Avril 2012 à 15h05 Belga > Photo d’illsutration (Vincent Rocher)

  • Imprimer

    LE « CLIQUET INVERSÉ » POUR ALLÉGER LA NOTE DES CARBURANTS !

    images.jpgEt pourquoi pas ! MAINTENANT ?

    Le « cliquet inversé » est-il une solution ?

    Ce système, qui permet, par une ristourne sur les accises, de compenser partiellement l'augmentation de TVA conséquente à la hausse du prix des carburants, a été défendu hier par Touring. Ce dernier intervenait, avant sa suppression en fin d'année 2011, lorsque le prix du litre de diesel dépasse 1,5 euro (1,7 euro pour l'essence, prix jamais atteint).

    Cependant, la consolation reste faible pour le portefeuille des consommateurs : en 2011, le mécanisme n'a joué qu'à deux reprises et n'a, au total, allégé la note que de 0,5 centime par litre (0,005 euro). Soit 25 centimes pour un plein de 50 litres…

     Comment l'Etat pourrait-il aider le consommateur ? > L'Etat a une possibilité pour réduire le prix des carburants : baisser les taxes. Concrètement, sur 1,713 euro par litre d'essence 95, 0,9109 euro revient à l'Etat, selon les chiffres de PetrolFed. Pour l'essence 98, c'est 0,9143 euro de 1,733 euro que l'Etat récupère, tandis que 0,6968 euro sont des taxes dans un litre de diesel à 1,550 euro.

    Mais l'Etat voudra-t-il diminuer les taxes sur les carburants ? Est-ce son rôle ? Politiquement, rien n'est moins sûr…

    Source partielle > http://www.lesoir.be/actualite/belgique/ > 21/02/12