canabis

  • Imprimer

    CIPLET > 3 ANS DE PRISON AVEC SURSIS POUR UNE CULTURE DE CANNABIS

    Le tribunal correctionnel de Huy a condamné mercredi trois individus qui avaient été impliqués dans une culture de 667 plants de cannabis à Ciplet (Braives) en 2016 et 2017.

    Les individus avaient installé plusieurs chambres de culture dans une luxueuse villa louée à des propriétaires partis en Espagne et qui ignoraient les activités qui se déroulaient chez eux.

    L’affaire avait éclaté le 11 juillet 2017 lorsque la police avait arrêté deux individus qui chargeaient une camionnette avec du matériel de culture et des pots contenant des plants de cannabis. En tout, 667 plants avaient été découverts dans la camionnette et dans la villa que les deux protagonistes vidaient au moment de l’arrivée des policiers.

    Dans cette luxueuse villa, appartenant à … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/181843

    . Selon les calculs du parquet, le système aurait généré des gains évalués à 177.000 euros.

    Un Jalhaytois âgé de 29 ans a été condamné pour avoir installé cette culture de cannabis. Il a écopé d’une peine de 3 ans de prison avec sursis pour la moitié. Son complice, impliqué lui aussi dans la culture, a été condamné à une peine de 2 ans avec sursis pour la moitié.

    Le «loueur» des lieux affirmait qu’il n’était pas … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/181843

    Source > BELGA via > http://huy-waremme.lameuse.be

    Sur ce blog, l’article de la découverte juillet 2017 > UNE CULTURE DE 700 PLANTS DE CANNABIS À CIPLET > Sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2017/07/12

  • Imprimer

    HUY-WAREMME-HANNUT > STUPÉFIANTS > 36 CULTURES DE CANNABIS DÉTRUITES EN 3 ANS !

    Beaux coups de filet de nos polices depuis 2014 : une 30aine de plantations a été démantelée 

    Détecter une plantation de cannabis n’est pas simple. Souvent cachées dans des habitations « normales », au cœur des villages, ces cultures passent souvent inaperçues… Mais pas tant que ça ! Entre 2014 et 2016, nos policiers ont tout de même démantelé 36 exploitations en la matière.  

    Ce n’est un secret pour personne, les stupéfiants sont un bien triste fléau, face auxquels aucune région n’est épargnée. Et les enquêtes en la matière occupent régulièrement nos zones de police à Huy-Waremme-Hannut

    Des chiffres viennent d’ailleurs d’être publiés : ils concernent le nombre de démantèlements opérés, commune par commune, entre 2014 et 2016.

    Au total, chez nous, 36 plantations de cannabis ont été découvertes, puis détruites, aux quatre coins de notre arrondissement. Comme représenté dans le tableau ci-contre, c’est dans l’entité d’Amay que le nombre le plus important de cultures a été enregistré (6). Puis, avec quatre démantèlements respectifs, à Héron, Huy et Saint-Georges. Pour finir avec trois exploitations à Hamoir.

    « Ce qu’on constate »,… La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 12/12/2017

    Les auteurs de ces plantations souvent hors normes (au minimum 1.000 plants de cannabis) s’arrangent, en effet, pour paraître « tout à fait normaux ». « Nous retrouvons des cultures dans des habitations louées à des particuliers durant plusieurs mois. Sans se faire remarquer, ils s’installent dans … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 12/12/2017

    … / … Autre exemple, en avril 2016 à Villers-le-Peuplier (Hannut), ce sont des coups de feu tirés par les membres du gang qui avaient permis à la police de trouver la plantation clandestine.

    Source > E.D.> Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 12/12/2017

    Un autre article dans votre journal > Les plants sont arrachés et brûlés > Dans la grande majorité des cas, c’est à la Protection civile que revient la mission de

    L’article au grand complet pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/165247

  • Imprimer

    HANNUT: JUSQU'À 7 ANS DE PRISON CONTRE DES TRAFIQUANTS DE DROGUE

    Trois Liégeois impliqués dans l’organisation d’une culture de cannabis à Villers-le-Peuplier (Hannut) et dans un trafic international de stupéfiants ont été condamnés mardi par la cour d’appel de Liège à des peines de 40 mois, 6 ans et 7 ans d’emprisonnement.

    Leur trafic s’était étendu à travers plusieurs pays européens, dont la Suisse.

    Le 11 avril 2016, la police avait démantelé une culture de plus de 1.000 plants de cannabis située dans une maison particulière à Villers-le-Peuplier. L’enquête sur cette cannabiculture, qui employait notamment des ouvriers roumains, avait rebondi après l’audition d’une dame.

    Celle-ci avait formulé des aveux sur son implication, tout en révélant qu’elle était aussi impliquée dans un trafic international de cocaïne alors qu’elle servait de «mule» pour transporter la marchandise dans des pays étrangers. Une cache avait été aménagée sous le siège passager d’une Mercedes. Après observations policières, ce véhicule avait été intercepté à Genève (Suisse) alors qu’un autre conducteur transportait deux pains de cocaïne pour un total d’un kilo.

    L’enquête avait permis de démontrer que de nombreux trajets avaient été effectués depuis la Belgique par cette association de malfaiteurs pour exporter des stupéfiants. Sept auteurs avaient été jugés devant le tribunal correctionnel de Huy pour ces faits. Trois d’entre eux étaient concernés par la procédure en appel.

    En première instance, celui qui avait été désigné comme «le boss» de la bande avait écopé d’une peine de 7 ans et son second avait été condamné à une peine de 6 ans de prison. Après avoir réexaminé l’affaire, la cour a inversé les rôles et les peines entre ces deux hommes.

    Le chef désigné après examen du dossier par la cour a été condamné à 7 ans de prison. Le second a écopé d’une peine de 6 ans. La peine prononcée initialement contre le troisième prévenu a été ramenée de 42 à 40 mois de prison ferme.

    Source libre en ligne > Belga sur > http://www.sudinfo.be/1994001

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/156315

    Les articles précédents sur ce Blog

    1 avril 2016 > HANNUT: DES COUPS DE FEU SUITE À LA DÉCOUVERTE D'UNE PLANTATION DE CANNABIS À VILLERS-LE-PEUPLIER > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2016/04/11

    11 mai 2016 > HANNUT > CULTURE DE CANNABIS (SUITE) JUSQU’À 6 ANS DE PRISON > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2017/05/11

    04 mai 2017 > HANNUT – STUPÉFIANTS > LA PLANTATION DE CANNABIS MÈNE À UN TRAFIC DE COCAÏNE > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2017/05/04

    15 juin 2017 > HANNUT > 150h DE TRAVAIL POUR TRAFIC AVEC DES MINEURS >  http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2017/06/15

  • Imprimer

    HANNUT > IL « DÉPANNAIT » LES MINEURS EN STUPÉFIANTS

    Anthony, de Hannut, a 23 ans. Il y a trois ans d’ici, il consommait du cannabis mais fournissait aussi « quelques amis, des connaissances, pour les dépanner », dit-il.

    Cela a duré plus d’une année. Sauf que ces fameux contacts en question étaient mineurs au moment des faits. Deux d’entre eux n’avaient d’ailleurs que 13 ans quand Anthony leur vendait des stupéfiants.

    Aujourd’hui, il est donc inculpé pour trafic, devant le tribunal correctionnel de Huy. Ce mercredi, c’est l’air penaud qu’il s’est expliqué face au juge. Il affirme qu’il n’a pas tiré de bénéfices de ce commerce. « Quand j’allais chercher du cannabis pour moi, j’en prenais pour eux. Cela ne me rapportait pas d’argent. Cela comblait ma consommation personnelle car je prenais un peu dans leurs sachets », a-t-il assuré.

    Le parquet ne l’entend pas de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 18/05/2017

    Source > E.D. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 18/05/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/83283

  • Imprimer

    HANNUT > CULTURE DE CANNABIS (SUITE) JUSQU’À 6 ANS DE PRISON

    Trois Roumains, engagés pour le travail, restaient sur place nuit et jour pour entretenir les plants

    La découverte d’une plantation de cannabis, à Villers-le-Peuplier en avril 2016, a débouché sur une enquête (et une seconde affaire) comme on pense n’en voir que dans les films.

    Ce mercredi, les 7 impliqués dans cette histoire, dont un coiffeur hannutois de 48 ans, ont fait face au tribunal correctionnel. Ils risquent tous des peines de prison, de 10 mois à 6 ans.

    Il était près de 4h du matin, le 11 avril 2016 quand des riverains de la rue Aux Ruelles à Villers-le-Peuplier sont réveillés par des bruits et agissements suspects dans la maison située au nº13. En réalité, des hommes armés et cagoulés avaient fait irruption sur les lieux afin de tenter d’y voler… du cannabis. Arrivés sur place, les policiers ont découvert des traces d’impact dans les murs et, surtout, une importante culture (plus de 1.000 plants), installée dans le grenier. « Ils ont été découverts derrière une trape, dissimulée par une armoire dans le garage », a expliqué le substitut au tribunal correctionnel de Huy, ce mercredi.

    Deux hommes, recroquevillés dans un fauteuil et ne s’exprimant pas en français, se trouvaient sur place. Un troisième a été interpellé, plus tard, à la clinique Notre-Dame de Waremme.

    Ces trois Roumains, âgés de 20 à 32 ans, ont en réalité été engagés pour s’occuper de la plantation. Après avoir travaillé sur …

    Le propriétaire des lieux, un Hannutois de 48 ans, risque 40 mois de prison, après en avoir déjà subi trois … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 11/05/2017

    Source > E.D. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 11/05/2017

    Un article complet avec deux autres développements pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/80591

    La coke, dans une cache de l’auto & Ils ont plaidé l’acquittement

     

    Dernier article édité sur le sujet > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

    L’article révélateur du 11 avril 2016 > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

  • Imprimer

    HANNUT > DU CANNABIS CHEZ ELLE > 18 MOIS AVEC SURSIS

    Axel (23) et Pauline (23) vont pouvoir souffler.

    Leur maman, Rose, une Hannutoise habitant dans une villa à Lens-st-Remy, ne terminera finalement pas derrière les barreaux.

    Cette mère de famille aux abois avait, en 2012, loué son garage à un vendeur de cannabis pour 1.000 euros par mois.

    Elle l’avait rencontré lors du marché de Noël de Liège. « La seule condition était que je ne pose pas de question », avait-elle expliqué le 8 septembre dernier au tribunal correctionnel de Huy devant lequel elle devait répondre de détention et participation à un trafic et vol d’électricité.

    Ce qui avait motivé son geste ? Le bien-être de ses enfants. « Au début, je pensais qu’il s’agissait d’un cas de recel et, quand j’ai découvert les plantations, j’ai d’abord pris peur avant de me dire que ce n’était que pour 6 mois. De plus, j’ai deux enfants que j’élève seule et des difficultés financières. » Un contexte qu’Axel et Pauline ont très vite compris.

    Lors de l’audience, le substitut du Procureur du Roi avait requis … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 06/10/2016

    Source > C.L. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 06/10/2016

    Lire notre article du 08 septembre sur le sujet > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

  • Imprimer

    HANNUT > ELLE LOUE SON GRENIER 1.000€/MOIS À UN VENDEUR DE CANNABIS

    Une mère de famille hannutoise risque 2 ans de prison pour avoir aidé à la culture de 325 plants 

    L’appât du gain a été plus fort que tout pour une famille vivant à Lens-st-Remy (Hannut).

    Rose a loué en 2012 son grenier à des cultivateurs de cannabis au prix de 1.000 euros par mois et ce, pendant 5 mois. En tout, 325 plants ont été découverts lors d’une perquisition en août 2012. Aujourd’hui, Rose risque 2 ans de prison.

    C’est le mercredi 8 août 2012 que le calvaire commence pour une famille vivant dans une villa située rue Jérôme Lambrechts à Lens-st-Remy (Hannut). Et pour cause, les enquêteurs de la police de Hesbaye-Ouest ont fait la découverte de 325 plants de cannabis. Une culture entière était installée dans le grenier de Rose, propriétaire et mère de famille. Les enquêteurs avaient pu mettre la main sur ce petit trafic grâce à un courrier anonyme qu’ils avaient reçu dénonçant la situation.

    Rose avait accepté de louer son grenier à des cultivateurs de cannabis au prix de 1.000 euros par mois. Une sacrée rentrée d’argent pour cette mère de famille aux abois.

    C’est lors du marché de Noël de Liège, où Rose tenait un stand avec son compagnon Nicolas, qu’elle a rencontré Jonathan. Celui-ci lui a fait une proposition plutôt alléchante. « La seule condition était que je ne pose jamais de question », expliquait-elle ce mercredi matin au tribunal correctionnel de Huy devant lequel elle devait répondre de détention et participation à un trafic de stupéfiant et de vol d’électricité au préjudice de Resa. Sur la porte du grenier, il y avait un cadenas, c’est ce qui a mis la puce à l’oreille à cette mère de famille. Lors de l’audience, Rose a avoué : « Je n’ai pas … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 08/09/2016

    Source > C.L. dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 08/09/2016

  • Imprimer

    HANNUT: DES COUPS DE FEU SUITE À LA DÉCOUVERTE D'UNE PLANTATION DE CANNABIS À VILLERS-LE-PEUPLIER

    Il est près de 4h30 du matin ce lundi lorsque la police est appelée à intervenir au numéro 13 de la rue Les Ruelles à Villers-le-Peuplier.

    Plusieurs coups de feux ont été entendus et du cannabis aurait été retrouvé sur place.

    Les riverains de la rue Les Ruelles, à Villers-le-Peuplier ont été réveillés en pleine nuit vers … Lire la suite ici ...

    Source & illustration > C.L. sur > http://www.sudinfo.be