camp

  • Imprimer

    HESBAYE : UN CAMPING HUMANITAIRE POUR MIGRANTS FIN MAI

    A l’initiative, notamment, d’une Crisnéenne originaire de Jodoigne, il se crée en Hesbaye un camping humanitaire qui pourra accueillir une quinzaine « d’amis venus de loin et ayant tout perdu ». Traduisez : des migrants.

    De douze à quinze personnes pourront séjourner d’ici la fin du mois, du vendredi soir au lundi matin, dans une prairie avec accès aux sanitaires (douche, WC, Wifi…) et la possibilité de cuisiner  : « Le but est de rendre visible aux yeux des autorités locales ces êtres humains vulnérables et si mal accueillis par notre Etat », indique notamment la coordinatrice du camping sur le site internet www.vivre-a-wasseiges.be, « Mais aussi de permettre aux riverains de La suite sur le site source pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/230378

    Peu d’informations

    La localisation de ce camping sera précisée quelques jours avant son inauguration qui se déroulera sous forme d’un mini-tournoi de foot et d’un barbecue convivial le dimanche 27/05. L’équipe organisatrice communiquera d’avantage sur le projet fin du mois.

    Sachez toutefois que des points de récolte ont été créés dans toute la région. Vous pouvez y … La suite sur le site source pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/230378

    … / … Les points de collecte actuels se situent : à Wasseiges chez Adeline De Coster Tack, à Waremme chez Leila Houbart, à Geer chez @Geneviève, à Fexhe-le-haut-clocher chez Sophie Deltour, à Orp chez Stéphanie Vdh, à Jodoigne chez Catho Hensmans, à Huy chez Jean Michel Lawarée et à Crisnée chez Sophie Godefroid.

    Source en ligne de > Laurent Cavenati  sur http://huy-waremme.lameuse.be

    Photo d’illustration, des migrants au parc Maximilien - PhotoNews

  • Imprimer

    PLUS DE 270.000 JEUNES BELGES PARTENT EN CAMP CET ÉTÉ

    1835481077_ID7912258_scout_171015_H3Z0NU_0.JPGTous mouvements de jeunesse confondus, plus de 270.000 jeunes Belges, dont 100.000 francophones, sont partis ou partiront dans l’un des 5.800 camps organisés cet été en Belgique ou à l’étranger.

    Plus de 40 communes profiteront cette année de l’opération « Well’Camps », dont l’objectif est de désigner un intermédiaire - souvent un étudiant - qui aide et informe les mouvements de jeunesse dans leurs contacts avec les autorités communales et les habitants.

    Cette année, il n’y a pas eu de nouvelles normes spécifiques établies quant à la tenue de camps. « L’encadrement des jeunes reste la priorité », rappelle Annick Hoornaert, porte-parole de l’ASBL « Les Scouts », qui compte 55.000 membres en fédération Wallonie-Bruxelles, dont 44.500 jeunes. « Il doit normalement y avoir un animateur pour 12 jeunes, mais dans les faits, il y en a davantage. »

    La formation d’un animateur aux questions de sécurité et de bien-être, ainsi que sa sensibilisation aux questions d’éducation et de développement psychologique des enfants et des adolescents est un processus continu. « Il se peut donc que des camps soient organisés avec des chefs dont la formation n’est pas terminée. Mais chaque unité, qui regroupe plusieurs groupes de jeunes locaux, doit être encadrée par un chef âgé de plus de 27 ans », nuance Annick Hoornaert.

    Ces animateurs doivent prévenir les communes de la tenue d’un camp sur leur territoire afin de s’assurer que les zones de jeux et de camps choisies respectent bien les normes de sécurité

    Source > Sudpresse > Publié le Vendredi 13 Juillet 2012 à 17h13 Belga