burn

  • BURN OUT ET RÉGIME NE FONT PAS BON MÉNAGE

    burn-out.jpgLes femmes souffrant d’un burn out sont plus à risque de comportements alimentaires favorisant la prise de poids. Et quand elles veulent maigrir, c’est compliqué.

    Les conséquences du burn out, c’est-à-dire le syndrome d’épuisement professionnel, sont de mieux en mieux cernées : répercussions professionnelles (démotivation, décrochage, perte d’emploi…), sociales (isolement), familiales, ou encore médicales (dépression, risque cardiovasculaire…). Une équipe finlandaise s’est quant à elle intéressée à l’influence du burn out sur le poids.

    Quelque 230 femmes, âgées en moyenne de 45 ans, ont été réparties en trois groupes équivalents, selon qu’elles étaient obèses, en surpoids, ou de poids normal. Des questionnaires standardisés ont permis de recueillir, à l’entame de l’étude et un an plus tard, des données sur leur comportement alimentaire et sur le burn out. L’évolution de leur IMC a fait l’objet de plusieurs relevés. Le résultat le plus important souligne que les dames en burn out s’exposent bien davantage que les autres à des comportements alimentaires favorisant la prise de poids, en particulier par une tendance à manger sous l’effet de l’émotion et de manière incontrôlée.

    Le Dr Boris Hansel (JIM) explique qu’au-delà de cette implication du burn out dans le risque de prise de poids, « les chercheurs insistent sur l’importance de dépister systématiquement le burn out au début de toute prise en charge nutritionnelle, afin de le traiter en priorité ». Autrement dit, il ne sert pas à grand-chose d’entamer un régime amaigrissant sans être au préalable intervenu sur le burn out. « Une conclusion raisonnable et pleine de bon sens », poursuit le Dr Hansel, qui ajoute cependant qu’elle doit encore être formellement démontrée.

    Ces travaux ont été publiés dans la revue « American Journal of Clinical Nutrition ». http://ajcn.nutrition.org/

    Réagir à cet article sur > ICI

    Source > http://www.passionsante.be/