bureau

  • UN EMPLOYEUR PEUT SURVEILLER LES COMMUNICATIONS INTERNET DE SES EMPLOYES

    Un employeur à le droit de surveiller les communications internet de ses salariés pendant leur temps de travail, a estimé mardi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), qui a débouté un Roumain licencié pour avoir «chatté» au travail.

    Le requérant, un jeune ingénieur roumain, s’estimait victime d’une atteinte à sa vie privée: il avait été licencié en août 2007, après que son employeur eut repéré qu’il utilisait un service de messagerie instantané pour dialoguer non pas seulement avec ses contacts professionnels, mais aussi avec son frère et sa fiancée.

    Le règlement intérieur de l’entreprise «interdisait l’usage des ressources de celle-ci à des fins personnelles», précise la Cour.

    L’internaute avait contesté en Lire la suite

    Source > Belga sur > http://www.sudinfo.be/1463940 > Illustration > Reporters / Face to Face

  • LES NOUVELLES REGLES D'ETIQUETTE AU BUREAU

     

    shutterstock_146076248b.jpg

    Les règles d’étiquette au bureau peuvent parfois être très complexes dans un monde où la communication digitale se généralise et où les espaces de travail se transforment en open space.

    Vicky Oliver, conseillère carrière, s’est penchée sur ces prescriptions dans un nouveau livre : 301 Smart Answers to Tough Business Etiquette Questions. Ce recueil propose des trucs et astuces sur tous les sujets, allant de l’open space à l’étiquette en matière d’e-mails. Il s’intéresse aussi aux règles sociales applicables dans d’autres domaines et vous conseille ainsi sur comment vous tenir à table et que faire lorsque vous êtes assis entre deux collègues barbants lors d’un dîner d’affaires.

    Éteignez vos smartphones et autres gadgets

    L’un des plus grands changements de la vie de bureau au XXIe siècle réside dans l’ubiquité de gadgets comme les smartphones et les tablettes. Vicky Oliver met en garde contre les bourdes à éviter. Par exemple, même si tout le monde le fait, n’écoutez pas votre lecteur MP3 dans l’ascenseur. Elle explique : « Porter des écouteurs, c’est comme si vous vous étiez collé une pancarte "Ne pas déranger" sur le front. » Cela envoie un message à vos collègues que vous voulez que l’on vous laisse tranquille. C’est un geste relativement hostile.

    Ne vérifiez pas non plus vos e-mails dans l’ascenseur. « Vous agissez alors comme si vous étiez en cellule d’isolement. » Vous devez mettre vos GSM et autres gadgets sur silencieux et sortir de votre cocon, pour aller vers les autres. Les ascenseurs et les couloirs sont des hauts lieux de sociabilité et d’interactions positives avec les collègues. Sachez en faire bon usage.

    • Respectez les espaces privés dans l’open space …
    • Communiquez au bon moment …
    • Stop aux patrons harceleurs …
    • Laissez tomber la chemise hawaïenne … Lire les détails ici ...

    Source : Forbes > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    open space / Evoluer / Travailler & vivre / Comportements indésirables / Santé / Gestion d'équipe / Evaluation

  • COMMENT SUPPORTER LE GARS INSUPPORTABLE AU BOULOT ?

    Baffe_2015_05_shutterstock_103062071.jpg

    Dans un monde parfait, tout le monde s’entendrait bien.

    Les chiens joueraient avec les chats, les supporters du Standard auraient des conversations civilisées avec ceux d’Anderlecht et les visites chez vos beaux-parents se dérouleraient sans accroche.

    Mais on le sait, le monde est loin d’être parfait et votre environnement de travail n’échappe pas à la règle. Par exemple, votre collègue insupportable.

    Appelons-le Jean-Charles pour l’occasion, de la compta. Peut-être n’y a-t-il rien qui cloche chez lui. Mais à chaque fois que vous le croisez, vos poils se hérissent et vous êtes frappé d’une crise d’urticaire. À part ça, vous devez admettre que c’est un gars bien et qu’il fait son boulot correctement. Vous n’avez donc rien de spécial à lui reprocher. Et si vous allez voir votre boss pour lui dire que Jean-Charles vous sort par tous les pores quand il lâche son rire strident, c’est vous qui passerez pour un imbécile.

    Que faire alors ? Vous devez travailler avec Jean-Charles, que vous le vouliez ou non. Alors suivez simplement ces étapes, une à une.  

    Étape n° 1 : menez une expérience scientifique

    Point question d’une véritable expérience scientifique ici. Mais tentez de rationnaliser votre répulsion et de comprendre ce qui vous irrite vraiment chez Jean-Charles. Évaluez vos réactions à plusieurs stimuli. Un jour, reluquez sa coiffure. Qu’est-ce qu’elle vous évoque ? Rien. Super. Menez d’autres expériences les jours suivants.

    Vous pourriez finalement apprendre à connaître Jean-Charles et découvrir que vous avez beaucoup de points communs (si, si). Avec le temps, vous pourriez même devenir amis (si, si). Vous pourriez vous rendre compte que la chose qui vous dérange vraiment chez lui, c’est simplement sa mauvaise haleine ! Vous apprendrez alors à relativiser : pouvez-vous véritablement en vouloir à quelqu’un parce qu’il ne consomme pas assez de Tic Tac ? 

    Étape n° 2 : Tentez de changer les attitudes

    La plupart du temps, un collègue embêtant ne sait pas qu’il vous tape sur les nerfs. C’est aussi ce qui rend l’affaire particulièrement délicate : même si nous disons tous que nous aimerions que quelqu’un nous prévienne quand nous avons un bout de salade coincé entre les dents, nous sommes malgré tout vexés lorsque quelqu’un se dévoue pour nous avouer la terrible nouvelle.

    Heureusement, changer les attitudes – la vôtre ou celle de Jean-Charles – est une façon subtile d’éviter la source d’embêtement afin de rester tous les deux productifs et heureux au travail. Par exemple, si c’est effectivement la mauvaise haleine de Jean-Charles qui vous embête, promenez-vous constamment avec des pastilles mentholées ou des chewing-gums. Lorsque vous entamez une conversation, prenez une pastille en vous excusant de votre « haleine de café » et offrez-lui en une poliment. Il se pourrait qu’à la longue, il commence lui aussi à s’acheter ce Saint Graal mentholé.

    Si Jean-Charles est plutôt du genre à se pencher exagérément sur votre bureau et à lire par-dessus votre épaule, vous pouvez essayer de vous tourner carrément vers lui et de lui demander de but en blanc s’il aime ce que vous êtes en train d’écrire.

    Souvenez-vous juste d’une chose : quelle que soit la source de votre énervement, l’empathie et la compassion sont d’une importance capitale. Nous avons tous nos petits défauts. Essayez donc de vous demander comment vous vous sentiriez à sa place. On ne sait jamais, vous avez peut-être une haleine de chacal, vous aussi !

    Étape n° 3 : jouez les managers

    Parfois, il vous est tout simplement impossible de mettre le doigt sur ce qui vous dérange vraiment chez Jean-Charles. Vous savez simplement que vous avez envie de lui refaire le portrait à chaque fois que vous le croisez. Mais alors que faire ?

    Si vous travaillez en étroite collaboration avec Jean-Charles – et si lui offrir un Tic Tac ou l’éviter tant que vous le pouvez ne semble pas réaliste – vous allez devoir prendre votre mal en patience.  

    Mais cette expérience fera également de vous u meilleur travailleur. Vous pourriez en effet essayer de jouer les managers, pour vous détacher de tout ça et prendre du recul. Si Jean-Charles est par exemple du genre à vous bassiner les oreilles avec ses histoires privées, écoutez brièvement ce qu’il a à dire, avant de lui indiquer que vous aimeriez revenir au sujet qui vous occupe, à savoir le travail. S’il vous fait part de ses problèmes personnels, voyez-le comme un client : montrez-vous empathique, à l’écoute, et revenez ensuite aux problématiques liées au travail. Au final, vous ressortirez de cette expérience avec des qualités précieuses en matière de négociation, de résolution de conflit et même de networking.

    Vous trouverez des gens insupportables partout. Et si vous avez le malheur de devoir travailler 40 h/semaine avec l’un de ces énergumènes, essayez de comprendre rationnellement ce qui vous dérange vraiment. Mais voyez surtout cette expérience comme un terrain de jeu pour entraîner vos qualités de management.

    Source : The Daily Muse > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 3 TYPES DE SIESTES A TESTER AU BUREAU

    Sieste_bureau_shutterstock_221454478_0.jpg

    Dormir au travail n'est pas seulement agréable, c'est aussi très bon pour votre productivité !

    Attention toutefois à ne pas vous réveiller encore plus fatigué... Quel type de sieste choisir lorsque le coup de pompe se fait ressentir ?

    Les bienfaits de la sieste sont nombreux : elle réduit votre fréquence cardiaque, votre tension artérielle, elle combat le stress... Votre activité cérébrale est stimulée, votre vigilance et votre mémoire sont améliorées.

    Que du bonheur donc ! Particulièrement après votre repas de midi, si vous en avez l’occasion, rien de tel qu’une sieste pour aborder l’après-midi en pleine forme. La pratiquer est pourtant un art périlleux... Quel type de sieste choisir ? En fonction du temps dont vous disposez et de vos besoins, voici 3 exemples de siestes.

    1. La sieste Flash

    Durée : de quelques secondes à 2 minutes.

     But : se détendre, détresser.

    • Placez votre front sur le dos de vos mains posées sur le bureau. Relâchez épaules, cou, mâchoires et dos.

     • Concentrez-vous sur votre respiration : inspirez en gonflant le ventre, puis le thorax, ce qui va faire se soulever vos épaules, et expirez en évacuant tout l’air.

     • Répétez plusieurs fois en essayant de faire le vide, en vous concentrant uniquement sur votre respiration.

     Pas toujours facile à maîtriser, si vous n’arrivez pas à vous endormir, relaxez-vous en respirant profondément. À force d’entraînement, vous réussirez à vous endormir ainsi.

    2. La sieste Relax

    Durée : de 10 à 30 minutes.

     But : retrouver sa vigilance.

    • Assis bien calé dans votre fauteuil, fermez les yeux. Visualisez toutes les parties de votre corps.   • Relâchez vos muscles et placez le dos des mains sur les genoux en laissant tomber la tête vers l’avant. Laissez-vous gagner par le sommeil.

    La sieste Royale

    Durée : de 1 h 30 à 2 h, soit un cycle complet de sommeil.

     But : récupérer un retard de sommeil.

    • Isolez-vous dans votre bureau ou une pièce calme si vous êtres en open space, voire votre voiture. L’idéal est de la commencer vers 13 h 30.

     • Allongez-vous dans la pénombre et au calme, et respirez profondément en rentrant le ventre.

     • Laissez-vous aller : si vous avez du retard de sommeil, vous vous endormirez très rapidement. Sinon, n’essayez pas de  « forcer » car vous risqueriez de vous énerver.

     • Au réveil, prenez le temps d’ouvrir les yeux tranquillement et de vous étirer avant de vous lever.

    Source : etre-bien-au-travail.fr > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • 7 SIGNES QUE VOUS PASSEZ TROP DE TEMPS AU BUREAU

    Heures_supp_shutterstock_53174011.jpg

    Vos collègues vous suggèrent à demi-mot de lever le pied, votre patron sursaute à la vue de vos cernes et votre famille soutient qu’elle ne fait plus que vous croiser depuis des mois.

    Malgré tout, vous ne voyez pas où est le problème : c’est vrai, vous adorez votre boulot et vous passez pas mal de temps au bureau. Où est le mal ?

    Voici 7 signaux indéniables qui vous avertissent qu’il est vraiment temps de reconsidérer votre équilibre travail-vie privée. Combien s’appliquent à vous ?

    1. Vous composez un préfixe pour appeler votre mère

    Vous décrochez le téléphone, vous entrez le préfixe habituel et vous attendez de pouvoir joindre une ligne extérieure… Avant de vous souvenir que vous êtes chez vous.

    2. Vous n’arrivez plus à faire de grasses matinées

    Vous êtes tellement habitué à vous lever tôt tous les matins que le samedi, votre horloge biologique vous réveille au moment même où votre réveil sonne d’habitude, malgré le fait que vous aviez prévu de faire une grasse matinée.

    3. Vous prenez du poids

    Vous êtes un peu à l’étroit dans vos pantalons ? Le travail de bureau vous rend sédentaire. Combiné à un manque d’exercice, il a souvent pour conséquence de faire grossir les travailleurs. Plus le nombre d’heures passées derrière votre écran est grand, plus le risque de prise de poids est élevé. N'oubliez pas de bouger!

    4. Vous êtes super-pote avec l’équipe de nuit

    Vous connaissez très bien toute l’équipe de la sécurité de nuit, le gardien du parking de nuit, la réceptionniste de nuit... Il est peut-être temps de vous poser des questions !

    5. Vous avez mal partout

    Vous souffrez de divers maux : dos, nuque, poignets... C'est le signe que vous restez trop longtemps statique derrière votre écran. Saviez-vous que votre chaise de bureau est une réelle menace ?

    6. Vous êtes seul sur le chemin du retour

    Pour beaucoup, rentrer chez soi signifie foule, embouteillages et jouer des coudes dans les transports en commun. Si vous avez systématiquement une place dans le train et personne sur la route, c’est peut-être parce que vous quittez le travail une fois que tout le monde est déjà chez soi depuis longtemps…

    7. Vous avez une réserve de boissons énergétiques

    Cela fait longtemps que le café ne vous fait plus d’effet. Malheureusement pour vous, si votre bureau met à la disposition de ses employés une machine à café, il ne fournit pas encore les boissons énergétiques. Vous vous êtes donc constitué une petite réserve personnelle en cas de coup de mou.

    Si vous devez trop souvent y avoir recours, prenez garde, car les substances contenues dans ce genre de breuvage sont très mauvaises pour la santé.

    Source : RealBusiness.co.uk > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • LES TICS DE LANGAGE QUI RUINENT VOTRE CREDIBILITE (+Vidéo de NORMAN)

    shutterstock_65145133b.jpg

    Votre façon de vous habiller et de vous tenir a certes un impact sur l’image que vous véhiculez.

    Mais, plus encore, la manière dont vous vous exprimez et dont vous rendez compte de vos idées et de vos analyses est déterminante pour votre crédibilité professionnelle. Or, celle-ci peut être entachée par des simples tics de langage, qui passent inaperçus dans votre vie privée (ou qui, au mieux, vous donnent une image sympathique), mais qui nuisent à votre sérieux dans le monde du travail. Voici les faux pas que vous devez absolument éviter.

    1. Le jargon 

    Le jargon est un « vocabulaire propre à une profession, à une discipline ou à une activité quelconques, généralement inconnu du profane, argot de métier » (Larousse). Généralement, nous l’utilisons pour créer une ambiance de connivence et pour montrer notre maîtrise d’un domaine spécifique. Exemple : « Les stats pour les relations B2B sont down. Il faudrait engager un sales de plus. Je briefe le RH. » Si certains trouvent ce langage « cool », la majorité de vos collègues grincent des dents. Utilisez plutôt des mots qui figurent dans le dictionnaire et privilégiez les mots français s’ils existent. Ils sont là pour ça.

    2. Les clichés

    Ce sont les métaphores tellement utilisées qu’elles sont galvaudées. Exemple : « vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué », « la vie appartient à ceux qui se lèvent tôt », « une entreprise, c’est comme une montgolfière », « le travail c’est la santé ». Ces expressions génériques videront de sens votre discours et le déforceront. Elles donneront aussi l’impression à votre auditoire que vous n’avez pas fait l’effort de préparer un véritable discours réfléchi. Bannissez complètement les métaphores ou n’utilisez que les plus insolites.

    3. Le hoquet

    C’est quand, euh… vous insérez des mots, euh… j’vais dire… dans votre phrase… euh… quand vous êtes en train de… euh… penser… à…euh…ce que vous allez dire… euh… précisément. Si vous ne voulez pas que vos auditeurs prennent leur stylo pour commencer à compter le nombre de « euh » que vous prononcez en 5 minutes, vous devez absolument éviter ce genre de tics de langage. Préférez simplement faire une pause, sans émettre de son quelconque. Vous aurez l’air d’être un(e) sage, qui choisit ses mots avec méticulosité. Vous pouvez essayer de vous débarrasser de cette fâcheuse habitude en vous enregistrant quelques fois.

    4. Les questions rhétoriques

    Quoi de plus énervant que les questions qui n’en sont pas vraiment (à part les tics de hoquet) ? Ces questions rhétoriques se terminent généralement par un son plus aigu ou carrément par une interrogation. Exemple : « Il m’a dit ça, tu vois ? », « Non mais sérieux, y a moyen ? », « c’est quand même grave, hein ? ». Ces questions rhétoriques donnent l’impression que vous n’avez pas confiance en vous ou que vous ne pensez pas pouvoir vous exprimer correctement et que vous vérifiez constamment si vous obtenez l’approbation de votre interlocuteur. Si vous voulez vous assurer du consentement de celui-ci, posez une question directe et ouverte, comme « qu’en penses-tu ? ». En d’autres termes, choisissez entre des affirmations et des questions. Ne mélangez pas les genres.

    5. Les mots déguisés

    Ce sont des tentatives visant à berner les employés en habillant des faits négatifs afin de les rendre plus acceptables. Exemple : un recul n’est pas un retour en arrière, mais une « stratégie provisoire d'avancement à potentialité différée ». Le souci, c’est que vous ne tromperez personne avec de tels termes. Vous serez plutôt perçu(e) comme un(e) lâche, qui n’a pas le courage de ses opinions ou de ses décisions. Vous gagnerez en respect et en crédibilité en adoptant un langage honnête et franc

    6. Les fausses excuses

    C’est ce que font les gens quand ils se sentent socialement obligés de s’excuser mais qu’ils ne sont pas vraiment désolés. Exemple type : « Je suis désolé si j’ai offensé quelqu’un ». De telles excuses aggravent les choses : vous insultez la personne visée en la blâmant de s’offusquer, alors qu’elle est déjà blessée de votre offense originelle. De vrais excuses impliquent que vous mentionniez précisément le fait pour lequel vous êtes désolé(e) et que vous fassiez sincèrement amende honorable. 

    Enfin, pour être certain(e) de ne pas commettre de faux pas, vous pouvez suivre les précieux conseils de YouTuber avisé NORMAN :http://www.youtube.com/watch?v=YVwbxp1FyiE#t=19

    Source : Inc.com via > http://www.references.be

  • 5 FAÇONS DE VOUS FAIRE RESPECTER AU TRAVAIL

    shutterstock_190459373b.jpg

    Avoir le respect de vos collègues, de votre patron ou de vos employés est fondamental pour votre bien-être au travail.

    Il conditionne les bonnes relations avec vos paires et la qualité de votre travail lui-même, a fortiori si vous travaillez en équipe ou si votre travail est étroitement lié à celui d’un autre. Le respect est toutefois assez difficile à gagner et, surtout, à préserver. Telle un château de cartes, une réputation que nous avons mis des années à construire peut s’écrouler en un instant. Voici donc 5 façons de vous faire respecter au travail.

    1. Définissez vos valeurs

    Les gens suivent la force et la compétence. Pensez à ce qui fait de vous une meilleure, une plus forte personne. Dressez la liste des valeurs que vous voulez incarner et défendre et des habitudes dont vous voulez vous défaire. Relisez régulièrement cette liste et essayez de vous y conformer au maximum.

    2. Découvrez votre passion

    Vous atteindrez plus facilement vos objectifs si vous avez en vous une passionmotrice, dans laquelle vous puiserez l’énergie qui vous permettra de tenir le coup sur la durée. Les employés passionnés ont tendance à s’impliquer plus dans la vie de l’entreprise et gagnent ainsi davantage de respect et de considération de la part de leurs collègues.

    3. Fixez-vous un objectif

    Le monde du travail est devenu de plus en plus alambiqué et abstrus. Au cours de votre carrière, vous foulerez des chemins sinueux, parfois jalonnés de désillusions et de déceptions. Fixez-vous un objectif et maintenez le cap en toute circonstance. Si votre but est par exemple de proposer un meilleur service clientèle que n’importe quelle autre société, gardez cette idée à l’esprit. Votre ténacité et votre caractère positif et volontaire vous feront rapidement gagner le respect de vos congénères.

    4. Projetez-vous dans l’avenir

    Prenez un peu de temps pour vous projeterdans l’avenir. Essayez de visualiser votre situation lorsque vous aurez enfin gagné le respect et la considération de vos paires. Agissez ensuite comme si la chose était acquise. En adoptant une attitude respectable, vous éveillerez en effet naturellement le respect de vos collègues.

    5. Intéressez-vous aux autres

    Avez-vous déjà remarqué que quand vous regardiez une photo de groupe dans laquelle vous apparaissiez, vous vous regardiez toujours en premier ? Les êtres humains sont des êtres égocentriques par excellence. Tournez ce défaut à votre avantage en flattant l’égocentrisme des autres : intéressez-vous de près à vos collègues et complimentez-les pour le travail bien fait. Veillez toutefois à rester sincère. La flatterie gratuite sera vite démasquée et vous desservira au final. Vous gagnerez également personnellement à vous intéresser aux autres : vous en apprendrez davantage sur votre entreprise et sur la dynamique qui l’anime.

    Source : Business Insider via > http://www.references.be

  • 5 CONSEILS POUR UNE BONNE AMBIANCE ENTRE COLLÈGUES

    36_1058.jpg

    Vous passez une grande partie de votre temps avec vos collègues. Il vaut donc mieux que l’ambiance entre vous soit bonne. Un petit geste amical de temps en temps peut faire des miracles. Voici 5 façons de montrer à vos collègues votre appréciation.

    Saviez-vous qu’en plus, un petit geste amical chaque jour réduit de moitié les absences pour cause de maladie? Les travailleurs viennent plus volontiers au travail s’ils reçoivent régulièrement un mot d’encouragement. Cela les rend heureux, renforce leur confiance en soi et les motive à travailler encore mieux et à prendre de nouvelles initiatives.

    Voici quelques façons de montrer votre appréciation à vos collègues:

    1. Remercier

    Ce n’est pas difficile. Lorsqu’un collègue fait quelque chose pour vous, même si cela va de soi, un simple ‘Merci beaucoup’ peut faire la différence. La prochaine fois, votre collègue vous aidera à nouveau avec plaisir.

    2. Faire un compliment

    Faire de temps en temps un compliment à un collègue améliore l’ambiance de travail. Vous pouvez le complimenter sur le bon travail qu’il a fourni. Un compliment ne demande pas forcément un long discours. Un simple sourire fait souvent des miracles. Un clin d’oeil ou un pouce levé sont également recommandés. Car la règle qui vaut en matière de compliments: ce que vous donnez, vous le recevrez en retour.

    3. Soutenir

    Offrez votre soutien, une oreille attentive, si un collègue en a besoin. Savoir qu’il y a quelqu’un sur qui l’on peut compter lorsque l’on va moins bien aide à se relever plus vite.

    4. Montrer votre bonne humeur

    Essayez de montrer votre bonne humeur et de travailler avec le sourire. Penser à l’effet qu’a sur vous la bonne humeur d’autres collègues.

    5. Apporter quelques douceurs

    On dit généralement qu’on séduit un homme par son estomac. Cette règle vaut également pour vos collègues. Apportez quelques sucreries pour votre anniversaire. Ou juste pour le plaisir. Autre idée qui marche: achetez quelques viennoiseries pour vos collègues le matin et mangez-les ensemble.

    Texte: Mies Cosemans - Source: ISW Limits via > http://www.references.be