bur-out

  • INFO BOULOT > 5 PIEGES QUI MENENT LES JEUNES AU BURN-OUT

    burn_out.jpg

    D’après une étude de l’université de Liège et de l'université de Gand, 19.000 travailleurs belges souffrent d’un burn-out. Cela semble être un chiffre relativement bas, mais il ne prend en compte que les employés dont le diagnostic de burn-out a été certifié par un docteur.
    Le burn-out, qui n’est pas à confondre avec la dépression, est un problème qui prend de l’ampleur dans les pays occidentaux. L’américain Ben Fanning fait partie de ceux qui l'ont subi. Après être arrivé complètement au bout du rouleau dans sa position de manager, il a lancé une toute autre carrière en tant que ‘burn-out coach’. Selon lui, les travailleurs avec des années d’expérience au compteur ne sont pas les seuls qui courent le risque de foncer dans le mur. Même les débutants peuvent perdre les pédales avant d’avoir atteint trente ans. Ben Fanning liste ici les cinq plus gros pièges de carrière pour les ambitieux vingtenaires.

    1. Faire ce que vos parents attendent de vous

    Vos parents veulent bien sûr le meilleur pour vous, mais leurs décisions ne sont pas les vôtres. "Fais ce que tu as envie de faire" est certes une expression un peu clichée, mais elle a un grand fond de vérité. Suivez le chemin de carrière qui vous plaît, pas celui que vos parents ont tracé pour vous.

    2. Ne pas voir plus loin que son diplôme

    Fanning a étudié les finances internationales à l’Université, mais a finit en tant que coach et entraîneur. "C’est terrible de se dire que les choix d’études que l’on fait à à peine vingt ans détermineront le reste de votre carrière". Tâchez de rester ouverts à toutes les possibilités, même celles qui ne paraissent pas évidentes de premier abord.

    3. croire que sa formation est achevée

    Pour éviter le burn-out, il faut continuer à apprendre, découvrir de nouvelles choses tout au long de sa vie, et ne jamais se satisfaire de ce que l’on sait. La question 'pourquoi?' doit perpétuellement être sur vos lèvres.

    4. Faire seulement ce que votre patron ou votre RH vous demande

    Tout comme vos parents, votre chef et le département RH ont leur propre agenda, qui est parfois à des kilomètres du vôtre. Ne perdez jamais vos propres buts personnels des yeux.

    5. Choisir un métier en fonction du statut, du titre de fonction et de l’argent

    Il peut être tentant de choisir un emploi qui suscite l’admiration et assure un salaire confortable. Mais si ce job vous rend malheureux, ce sera tout sauf agréable. Aimer faire son job est bien plus important que le salaire ou les avantages extra-légaux qui l'accompagnent

    Courez-vous le risque ? Venez faire notre test du burn-out !

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be