bourdes

  • 10 BOURDES A EVITER DANS VOS E-MAILS PROFESSIONNELS

    Mail_2015_05_shutterstock_148267295-1.jpg

    À l’heure du langage SMS, les bourdes dans les e-mails professionnels sont légion.

    Outre les fautes d’orthographe caractérisées, nous nous retrouvons souvent face à un e-mail sans objet, sans pièce jointe ou avec des destinataires manquants.

    Voici 10 bourdes à éviter dans vos e-mails professionnels.

    1. Négliger l’objet du message

    L’objet du message est fondamental. Croulant sous les e-mails, nous avons de moins en moins de temps à consacrer à chacun d’eux. Un e-mail sans objet ira presque automatiquement à la poubelle. Par ailleurs, on objet efficace doit consister en quelques (deux ou trois) mots-clés incitatifs et informatifs. Évitez les phrases à rallonge, votre destinataire ne les lira pas jusqu’au bout.

    2. Rater votre adresse

    L’adresse (non pas l’adresse e-mail, mais la façon dont vous vous adressez à quelqu’un) est aussi déterminante. Un « Bonjour Monsieur/Madame » est à la fois informel est sec. Si vous ne connaissez pas bien votre destinataire, optez plutôt pour un « Cher Monsieur/Madame + nom ». Si vous le/la connaissez mieux, un « Cher/Chère + prénom » fera l’affaire. 

    3. Le langage SMS

    Les fautes d’orthographe dans les e-mails passent très mal. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une petite faute de frappe, mais ça s’arrête là. Bannissez définitivement le langage SMS. Relisez attentivement vos e-mails avant de les envoyer et ne laissez aucune faute. Si vous doutez d’un mot, vérifiez-le dans le dictionnaire ou dans le Bescherelle.

    4. Ne pas maîtriser le champ « Cci »

    Il est très fréquent d’envoyer des e-mails collectifs (pour des rapports, des annonces/suivis de réunions, etc.). Or, il sera très mal perçu de faire apparaître toutes les adresses aux yeux de tous. C’est ce qui arrivera si vous confondez le champ « Cc » et le champ « Cci ». Seul ce dernier vous permettra d’envoyer des e-mails à plusieurs personnes sans faire apparaître leur adresse.

    5. Se tromper de destinataire

    Se tromper de destinataire peut arriver plus souvent qu’on ne le pense. Vous tapez la première lettre dans « nom », vous le validez et… voilà votre e-mail envoyé au mauvais destinataire. Suivant la teneur plus ou moins confidentielle de votre message, ce genre d’incident peut avoir des conséquences relativement embarrassantes. Quoi qu’il en soit, il est important de vous en rendre compte rapidement et d’envoyer un mot d’excuse à votre mauvais destinataire.

    6. Une ponctuation excessive

    La langue française comprend très peu d’éléments de ponctuation. Nombreux sont ceux qui ne savent pas très bien quand mettre des virgules ou non et qui en servent dès lors à toutes les sauces. D’autres ne peuvent se résoudre à mettre un point à la fin d’une phrase et pondent ainsi des phrases kilométriques, qui ressemblent plus à des paragraphes qu’à des lignes. Par ailleurs, il faut rester prudent avec les points d’exclamation. Si certains peuvent les interpréter comme un signe d’enthousiasme, d’autres les verront comme des indices d’agressivité.

    7. Le langage SMS, suite

    Les smileys doivent être réservés aux collègues proches. Le langage SMS généralise et banalise les smileys, à tel point que l’on pense ne pas pouvoir transmettre une émotion particulière (ou un ton spécifique) par le seul usage des mots. Rappelez-vous à qui vous vous adressez et évitez de vous montrer familier envers quelqu’un avec qui vous seriez distant en face-à-face.

    8. Les mails « tartine »

    Un e-mail efficace doit être court et aéré. Il vous est possible de configurer la longueur des lignes sur votre ordinateur (on conseille en général entre 50 et 60 signes). Par ailleurs, pensez à subdiviser votre e-mail en paragraphes, afin de le rendre plus lisible et d’éviter à votre interlocuteur de se fatiguer l’œil.

    9. « See ya » 

    La formule de politesse est essentielle dans votre e-mail. Essayez de trouver le juste équilibre entre une familiarité excessive (« See ya », « À un de ces, biloute ! ») et les formules alambiquées (« Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Cher Monsieur X, en l’expression de mes sentiments les plus respectueux »). En général, on s’en sort plutôt bien avec un « Bien à vous/toi », qui convient aussi bien au vouvoiement qu’au tutoiement.

    10. Une signature bâclée

    Il n’est pas question ici de rater son propre nom (en général, on apprend à l’écrire dès la maternelle), mais bien sa « signature ». Il faut penser à la configurer sur son ordinateur. Gage de professionnalisme, elle est une sorte de carte de visite. Vous pouvez y ajouter votre fonction, le nom de votre entreprise, celui de votre département, votre adresse professionnelle, votre numéro de téléphone du bureau ainsi que celui de votre GSM professionnel (si vous en avez un).

    Source : Cadremploi.fr > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 10 BOURDES A EVITER DANS VOS E-MAILS PROFESSIONNELS

    shutterstock_148267295b.jpg

    À l’heure du langage SMS, les bourdes dans les e-mails professionnels sont légion.

    Outre les fautes d’orthographe caractérisées, nous nous retrouvons souvent face à un e-mail sans objet, sans pièce jointe ou avec des destinataires manquants.

    Voici 10 bourdes à éviter dans vos e-mails professionnels.

    1. Négliger l’objet du message

    L’objet du message est fondamental. Croulant sous les e-mails, nous avons de moins en moins de temps à consacrer à chacun d’eux. Un e-mail sans objet ira presque automatiquement à la poubelle. Par ailleurs, on objet efficace doit consister en quelques (deux ou trois) mots-clés incitatifs et informatifs. Évitez en effet les phrases à rallonge, votre destinataire ne les lira pas jusqu’au bout.

    2. Rater votre adresse

    L’adresse (non pas l’adresse e-mail, mais la façon dont vous vous adressez à quelqu’un) est aussi déterminante. Un « Bonjour Monsieur/Madame » est à la fois informel est sec. Si vous ne connaissez pas bien votre destinataire, optez plutôt pour un « Cher Monsieur/Madame + nom ». Si vous le/la connaissez mieux, un « Cher/Chère + prénom » fera l’affaire. 

    3. Le langage SMS

    Les fautes d’orthographe dans les e-mails passent très mal. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une petite faute de frappe, mais ça s’arrête là. Bannissez définitivement le langage SMS. Relisez attentivement vos e-mails avant de les envoyer et ne laissez aucune faute. Si vous doutez d’un mot, vérifiez-le dans le dictionnaire ou dans le Bescherelle.

    4. Ne pas maîtriser le champ « Cci »

    Il est très fréquent d’envoyer des e-mails collectifs (pour des rapports, des annonces/suivis de réunions, etc.). Or, il sera très mal perçu de faire apparaître toutes les adresses aux yeux de tous. C’est ce qui arrivera si vous confondez le champ « Cc » et le champ « Cci ». Seul ce dernier vous permettra d’envoyer des e-mails à plusieurs personnes sans faire apparaître leur adresse.

    5. Se tromper de destinataire

    Se tromper de destinataire peut arriver plus souvent qu’on ne le pense. Vous tapez la première lettre dans « nom », vous le validez et… voilà votre e-mail envoyé au mauvais destinataire. Suivant la teneur plus ou moins confidentielle de votre message, ce genre d’incident peut avoir des conséquences relativement embarrassantes. Quoi qu’il en soit, il est important de vous en rendre compte rapidement et d’envoyer un mot d’excuse à votre mauvais destinataire.

    6. Une ponctuation excessive

    La langue française comprend très peu d’éléments de ponctuation. Nombreux sont ceux qui ne savent pas très bien quand mettre des virgules ou non et qui en servent dès lors à toutes les sauces. D’autres ne peuvent se résoudre à mettre un point à la fin d’une phrase et pondent ainsi des phrases kilométriques, qui ressemblent plus à des paragraphes qu’à des lignes. Par ailleurs, il faut rester prudent avec les points d’exclamation. Si certains peuvent les interpréter comme un signe d’enthousiasme, d’autres les verront comme des indices d’agressivité.

    7. Le langage SMS, suite

    Les smileys doivent être réservés aux collègues proches. Le langage SMS généralise et banalise les smileys, à tel point que l’on pense ne pas pouvoir transmettre une émotion particulière (ou un ton spécifique) par le seul usage des mots. Rappelez-vous à qui vous vous adressez et évitez de vous montrer familier envers quelqu’un avec qui vous seriez distant en face-à-face.

    8. Les mails « tartine »

    Un e-mail efficace doit être court et aéré. Il vous est possible de configurer la longueur des lignes sur votre ordinateur (on conseille en général entre 50 et 60 signes). Par ailleurs, pensez à subdiviser votre e-mail en paragraphes, afin de le rendre plus lisible et d’éviter à votre interlocuteur de se fatiguer l’œil.

    9. « See ya » 

    La formule de politesse est essentielle dans votre e-mail. Essayez de trouver le juste équilibre entre une familiarité excessive (« See ya », « À un de ces , biloute ! ») et les formules alambiquées (« Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Cher Monsieur X, en l’expression de mes sentiments les plus respectueux »). En général, on s’en sort plutôt bien avec un « Bien à vous/toi », qui convient aussi bien au vouvoiement qu’au tutoiement.

    10. Une signature bâclée

    Il n’est pas question ici de rater son propre nom (en général, on apprend à l’écrire dès la maternelle), mais bien sa « signature ». Il faut penser à la configurer sur son ordinateur. Gage de professionnalisme, elle est une sorte de carte de visite. Vous pouvez y ajouter votre fonction, le nom de votre entreprise, celui de votre département, votre adresse professionnelle, votre numéro de téléphone du bureau ainsi que celui de votre gsm professionnel (si vous en avez un).

    Source : Cadremploi.fr > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • INFO BOULOT > 10 BOURDES A EVITER DANS VOS E-MAILS PROFESSIONNELS

    11.jpg

    À l’heure du langage sms, les bourdes dans les e-mails professionnels sont légion.

    Outre les fautes d’orthographes caractérisées, nous nous retrouvons souvent face à un e-mail sans objet, sans pièce jointe, ou avec des destinataires manquants.

    Voici 10 bourdes à éviter dans vos e-mails professionnels :

    1. Négliger l’objet du message

    L’objet du message est fondamental. Croulant sous les e-mails, nous avons de moins en moins de temps à consacrer à chacun d’eux. Un e-mail sans objet ira presque automatiquement à la poubelle. Par ailleurs, on objet efficace doit consister en quelques (deux ou trois) mots-clés incitatifs et informatifs. Évitez en effet les phrases à rallonge, votre destinataire ne les lira pas jusqu’au bout.

    2. Rater votre adresse

    L’adresse (non pas l’adresse e-mail, mais la façon dont vous vous adressez à quelqu’un) est aussi déterminante. Un « Bonjour monsieur/madame » est à la fois informel est sec. Si vous ne connaissez pas bien votre destinataire, optez plutôt pour un « Cher monsieur/madame + nom ». Si vous le/la connaissez mieux, un « cher/chère + prénom » fera l’affaire. 

    3. Le langage sms

    Les fautes d’orthographe dans les e-mails passent très mal. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une petite faute de frappe, mais ça s’arrête là. Bannissez définitivement le langage sms. Relisez attentivement vos e-mails avant de les envoyer et ne laissez aucune faute. Si vous doutez d’un mot, vérifiez-le dans le dictionnaire ou dans le Bescherelle.

    4. Ne pas maîtriser le champ « Cci »

    Il est très fréquent d’envoyer des e-mails collectifs (pour des rapports, des annonces/suivis de réunions, etc.). Or, il sera très mal perçu de faire apparaître toutes les adresses aux yeux de tous. C’est ce qui arrivera si vous confondez le champ « Cc » et le champ « Cci ». Seul ce dernier vous permettra d’envoyer des e-mails à plusieurs personnes sans faire apparaître leur adresse.

    5. Se tromper de destinataire

    Se tromper de destinataire peut arriver plus souvent qu’on ne le pense. Vous tapez la première lettre dans « nom », vous le validez et… voilà votre e-mail envoyé au mauvais destinataire. Suivant la teneur plus ou moins confidentielle de votre message, ce genre d’incident peut avoir des conséquences relativement embarrassantes. Quoiqu’il en soit, il est important de vous en rendre compte rapidement et d’envoyer un mot d’excuse à votre mauvais destinataire.

    6. Une ponctuation excessive

    La langue française comprend très peu d’éléments ponctuation. Nombreux sont ceux qui ne savent pas très bien quand mettre des virgules ou non et qui en servent dès lors à toutes les sauces. D’autres ne peuvent se résoudre à mettre un point à la fin d’une phrase et pondent ainsi des phrases kilométriques, qui ressemblent plus à des paragraphes qu’à des lignes. Par ailleurs, il faut rester prudent(e) avec les points d’exclamation. Si certains peuvent les interpréter comme un signe d’enthousiasme, d’autres les verront comme des indices d’agressivité.

    7. Le langage sms – suite

    Les smileys doivent être réservés aux collègues proches. Le langage sms généralise et banalise les smileys, à tel point que l’on pense ne pas pouvoir transmettre une émotion particulière (ou un ton spécifique) par le seul usage des mots. Rappelez-vous à qui vous vous adressez et évitez de vous montrer familier envers quelqu’un avec qui vous seriez distant(e) en face-à-face.

    8. Les mails « tartine »

    Un e-mail efficace doit être court et aéré. Il vous est possible de configurer la longueur des lignes sur votre ordinateur (on conseille en général entre 50 et 60 signes). Par ailleurs, pensez à subdiviser votre e-mail en paragraphes, afin de le rendre plus lisible et d’éviter à votre interlocuteur de se fatiguer l’œil.

    9. « See ya » 

    La formule de politesse est essentielle dans votre e-mail. Essayez de trouver le juste équilibre entre une familiarité excessive (« See ya », « à 1 de ces 4, biloute ! ») et les formules alambiquées (« dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, cher Monsieur X, en l’expression de mes sentiments les plus respectueux »). En général, on s’en sort plutôt bien avec un « Bien à vous/toi », qui convient aussi bien au vouvoiement qu’au tutoiement.

    10. Une signature bâclée

    Il n’est pas question ici de rater son propre nom (en général, on apprend à l’écrire dès la maternelle), mais bien sa « signature ». Il faut penser à la configurer sur son ordinateur. Gage de professionnalisme, elle est une sorte de carte de visite. Vous pouvez y ajouter votre fonction, le nom de votre entreprise, celui de votre département, votre adresse professionnelle, votre numéro de téléphone du bureau ainsi que celui de votre gsm professionnel (si vous en avez un).

    Source : Cadremploi.fr via > http://www.references.be

  • LES 6 PIRES ERREURS DE COMMUNICATION EN 2012

    gehakt_3454440.jpg

    Cette semaine, Lidl a commis une petite bourde avec son action Twitter Luxe pour tous... Même si quelques spécialistes de la communication ont affirmé que la débâcle du supermarché lui avait apporté une publicité positive.

    Les six exemples suivants reprennent des actions de communication de 2012 qui ont complètement échoué. Elles prouvent une fois de plus que les entreprises doivent rester très prudentes en communiquant sur leur marque ou leurs produits...

    1. McDStories

    En janvier, McDonald’s a lancé sur Twitter le hashtag #McDStories. Le but était que les clients tweetent de chouettes anecdotes sur leurs visites dans la chaîne de fast-food, mais finalement le hashtag a surtout été utilisé pour diffuser des plaintes et des histoires horribles. Une recherche sur #McDStories mène à une liste interminable de messages sur la nourriture pas fraîche et les ongles dans les BigMacs. Après deux heures, McDonald’s décida d’arrêter la promotion de cette campagne, mais le mal était déjà fait.

    2. Non à la grève

    Au début de cette année, le syndicat FGTB a lancé le hashtag #30j. Le but était de rassembler les messages sur la grève générale du 30 janvier, mais très vite les opposants à la grève se sont emparé du hashtag et l’ont utilisé pour affirmer qu’ils ne participeront certainement pas à la grève. Même le logo que la FGTB avait conçu pour l’action a été parodié : "Participez à la grève #30j" est devenu "ne participez pas à la grève #30j".

    3. La glu rose

    En mars, il y a eu de l’effervescence chez les syndicats américains autour de la viande séparée mécaniquement produite par la société Beef Products Inc. (BPI). Il s'agit d'une sorte de pâte obtenue en ôtant les restes de viande des carcasse après le désossage à l'aide d'un appareil à haute pression. A la base, ce produit qui s’appelle officiellement ‘lean finely textured beef’ (LFTB) était utilisé dans la nourriture pour animaux. Mais depuis 2001 il est permis de l’utiliser aux Etats-Unis en tant qu’additif dans des produits alimentaires destinés à la consommation humaine.

    Une série de reportages d’ABC News ont été très virulents envers l’ingrédient d’hamburger et l’ont appelé ‘la glu rose’. Très vite les blogs et les médias sociaux se sont emparé du message, ont créé des pétitions et ont été protester devant les restaurants et les écoles qui utilisaient du LFTB pour leurs repas. Finalement, la campagne a mené au licenciement de presque la moitié des employés de BPI. L’entreprise a introduit une plainte contre ABC et réclame 1,2 milliards de dommages pour diffamation.

    4. “Bonjour les tireurs!”

    Dans le Colorado, cet été, douze personnes sont décédées dans une tragique fusillade pendant une projection du film de Batman ‘The Dark Night Rises’. A peine quelques heures plus tard, American Rifleman, le magazine de l’association des tireurs NRA, a diffusé via Twitter le message "Bonjour, les tireurs. Joyeux vendredi ! Des plans pour le week-end?" Le tweet inadapté à été posté à 9h20 heure locale et a été effacé trois heures plus tard. Un porte-parole de la NRA a expliqué que ce message avait été posté sur Twitter par quelqu’un qui n’avait pas pris connaissance des évènements du Colorado.

    5. Apple Maps

    Quand en septembre Apple a interdit à l’application Google Maps d’être installée sur l’Iphone pour favoriser leur propre alternative "Apple Maps", les plaintes des clients mécontents étaient légion. Les cartes d’Apple Maps s’avéraient en effet pleines de fautes et les fonctions importantes comme les trajets des transports publics manquaient à l’application. Le New York Times l’a même surnommée "le logiciel le plus inutilisable de tous les temps".

    Le CEO d’Apple Tim Cook a été obligé d’avouer la triste vérité : il s’est excusé auprès de ses clients dans une communication et a lui-même conseillé d’utiliser pour l’instant le logiciel de leurs concurrents.

    6. Réductions Sandy

    Lorsque la chaîne de vêtements américaine American Apparel s’est servi de l’ouragan Sandy pour accorder des réductions sur son site Internet, les réactions ont été très négatives. Pour la firme, le fait que des centaines de personnes étaient mortes à cause de la catastrophe et que huit millions d’Américains se retrouvaient sans électricité n’était pas un obstacle pour jouer de la tempête comme d'une action commerciale. Tous ceux qui voulaient acheter en ligne recevaient 20% de réduction en introduisant le code ‘SANDYSALE’. "Au cas où vous vous ennuyez" indiquait la légende.

    American Apparel a finalement décidé d’ignorer toute l’agitation et ne s’est pas excusé après l’incident. D’autres entreprises, comme Gap ou Jonathan Adler, qui avaient aussi joué commercialement avec Sandy, se sont quant à eux excusés.

    Lire aussi

    Source > http://www.references.be