boss

  • 5 ASTUCES POUR IMPRESSIONNER VOTRE BOSS

    Superman_shutterstock_121409479.jpg

    Nous avons tous envie d’entrer dans les faveurs de notre boss.

    Ceci est d’autant plus vrai si nous avons un boss charismatique, que nous admirons et que nous avons envie de rendre fier de nous à notre tour. Un petit compliment, un sourire, un regard bienveillant ou carrément de sincères félicitations pour le travail accompli... et voilà notre éego et notre motivation regonflés à bloc. Voici 5 astuces qui pourront vous aider à impressionner votre patron.

    1. Accomplissez les tâches dont les autres ne veulent pas

    La première étape est de faire votre travail et de le faire bien. Acquittez-vous de toutes vos tâches. Si vous pouvez en accomplir quelques-unes de plus, n’hésitez pas. Si vous accomplissez votre job, si vous honorez toutes les tâches qu’il implique, y compris celles qui sont plus difficiles ou moins attrayantes et si vous savez prendre sur vous celles que vos collègues ont tendance à négliger, vous serez très vite perçu comme quelqu’un avec qui il est facile de travailler.

    Évidemment, il ne s’agit pas de se porter volontaire pour tout et de faire toutes les choses que les autres n’ont pas envie de faire sans rechigner. Mais si vous respectez votre part du contrat et si vous vous appliquez sans vous plaindre, votre boss le remarquera et l’appréciera. Oui, cela peut inclure le fait de faire du café alors que tout le monde en boit et laisse la cafetière vide, et de remplir de feuilles la photocopieuse alors que celui avant vous vient de faire 3000 copies pour son dossier et ne se soucie pas d’avoir vidé le réservoir.

    2. Apprenez votre job et faites-le bien

    Cela peut sembler abruti comme conseil, mais vous seriez étonné du nombre de vos collègues qui ne savent pas comment gérer les transactions clients, qui relèvent pourtant des attentes quotidiennes. Respectez vos échéances et vos engagements, faites attention à votre orthographe, à votre grammaire et à la ponctuation dans vos documents écrits et coopérez avec ceux qui dépendent de votre boulot pour faire correctement le leur.

    3. Connaissez votre boîte. Ayez une vision globale

    Même si vous êtes dans une entreprise dans laquelle vous ne prévoyez pas de rester jusqu’à la fin de vos jours, vous devez connaître à fond votre boîte. Posez-vous la question « Comment cette entreprise gagne-t-elle de l’argent ? Qu’est-ce que nos clients veulent et attendent de nous ? Quels sont nos produits et nos services ? Comment fonctionnent les systèmes avec lesquels nous travaillons ? » 

    C’est ce que vous faites tous les jours, autant être le faire du mieux possible. Cela implique le fait de connaître la boîte, de garder un œil sur les nouveaux développements dans votre domaine ou dans les entreprises similaires.

    Cette prise de conscience de l’« image plus globale » vous permettra d’accéder à des conversations au sujet d’opportunités d’avenir ou de risques qui affectent le business. Cette connaissance et cette perspective assoiront votre crédibilité et vous serez peut être vu comme un candidat potentiel pour des jobs ou des postes futurs qui demandent une telle perspective et une telle initiative personnelle. Donc, si un article paraît dans les journaux au sujet de votre entreprise ou d’une boîte travaillant dans le même secteur, copiez-le (ou scannez-le, si c’est en version papier) dans un e-mail et envoyez-le aux membres de votre équipe et à votre boss.

    4. Mettez de l’ordre dans votre espace de travail

    Quel que soit votre espace de travail, il doit être organisé et avoir une allure « professionnelle ». Votre bureau révèle une partie de votre personnalité. Il faut trouver un juste équilibre : il doit être ni surchargé ni trop épuré. Si aucun papier ou aucun outil de travail ne traîne sur votre bureau, vous donnerez l’impression de ne pas travailler. Mais si votre bureau est inondé de feuilles, vous ne donnerez pas non plus l’impression de travailler. Votre désorganisation pourrait faire croire que vous ne maîtrisez pas du tout votre job.

    Lorsque vous quittez le travail, prenez quelques minutes pour ranger vos dossiers afin de retrouver un bureau impeccable le lendemain matin.

    5. Arrivez tôt, rentrez tard

    Il faut arrêter d’arriver pile à l’heure, lorsque la pendule indique 9 h et de préparer vos clés en mode « starting-blocks » lorsqu’elle s’approche furieusement de 17 h. Votre patron aura l’impression que vous n’avez pas vraiment envie d’être là. Il vous suffit de faire un petit effort, de 10 à 15 minutes de chaque côté, pour changer cette image et vous attirer les faveurs de votre patron. Vous ne donnerez plus l’impression de souffrir d’être là et d’être prêt à donner n’importe quoi pour filer chez vous, mais vous serez plutôt perçu comme un investissement qui porte ses fruits. Votre patron pensera que vous êtes motivé par votre boulot, ce qui vous distinguera de vos collègues.

    Source: Ezine Articles > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 5 ASTUCES POUR IMPRESSIONNER VOTRE BOSS

    shutterstock_121409479b.jpg

    Nous avons tous envie d’entrer dans les faveurs de notre boss.

    Ceci est d’autant plus vrai si nous avons un boss charismatique, que nous admirons et que nous avons envie de rendre fier de nous à notre tour. Un petit compliment, un sourire, un regard bienveillant ou carrément de sincères félicitations pour le travail accompli, et voilà notre égo et notre motivation regonflés à bloc. Voici 5 astuces qui pourront vous aider à impressionner votre patron.

    1. Accomplissez les tâches dont les autres ne veulent pas

    La première étape est de faire votre travail et de le faire bien. Acquittez-vous de toutes vos tâches. Si vous pouvez en accomplir quelques-unes de plus, n’hésitez pas. Si vous accomplissez votre job, si vous honorez toutes les tâches qu’il implique, y compris celles qui sont plus difficiles ou moins attrayantes et si vous savez prendre sur vous celles que vos collègues ont tendance à négliger, vous serez très vite perçu(e) comme quelqu’un avec qui il est facile de travailler.

    Évidemment, il ne s’agit pas de se porter volontaire pour tout et de faire toutes les choses que les autres n’ont pas envie de faire sans rechigner. Mais si vous respectez votre part du contrat et si vous vous appliquez sans vous plaindre, votre boss le remarquera et l’appréciera. Oui, cela peut inclure le fait de faire du café alors que tout le monde en boit et laisse la cafetière vide et de remplir de feuilles la photocopieuse alors que celui avant vous vient de faire 3000 copies pour son dossier et ne se soucie pas d’avoir vidé le réservoir.

    2. Apprenez votre job et faites-le bien

    Cela peut sembler abruti comme conseil, mais vous seriez étonné(e) du nombre de vos collègues qui ne savent pas comment gérer les transactions clients, qui relèvent pourtant des attentes quotidiennes. Respectez vos échéances et vos engagements, faites attention à votre orthographe, à votre grammaire et à la ponctuation dans vos documents écrits et coopérez avec ceux qui dépendent de votre boulot pour faire correctement le leur.

    3. Connaissez votre boîte. Ayez une vision globale

    Même si vous êtes dans une entreprise dans laquelle vous ne prévoyez pas de rester jusqu’à la fin de vos jours, vous devez connaître à fond votre boîte. Posez-vous la question « Comment cette entreprise gagne-t-elle de l’argent ? Qu’est-ce que nos clients veulent et attendent de nous ? Quels sont nos produits et nos services ? Comment fonctionnent les systèmes avec lesquels nous travaillons ? » 

    C’est ce que vous faites tous les jours, autant être le faire du mieux possible. Cela implique le fait de connaître la boîte, de garder un œil sur les nouveaux développements dans votre domaine ou dans les entreprises similaires.

    Cette prise de conscience de l’« image plus globale » vous permettra d’accéder à des conversations au sujet d’opportunités d’avenir ou de risques qui affectent le business. Cette connaissance et cette perspective assoiront votre crédibilité et vous serez peut-être vu(e) comme un(e) candidat(e) potentiel(le) pour des jobs ou des postes futurs qui demandent une telle perspective et une telle initiative personnelle. Donc, si un article paraît dans les journaux au sujet de votre entreprise ou d’une boîte travaillant dans le même secteur, copiez-le (ou scannez-le, si c’est en version papier) dans un e-mail et envoyez-le aux membres de votre équipe et à votre boss.

    4. Mettez de l’ordre dans votre espace de travail

    Quel que soit votre espace de travail, il doit être organisé et avoir une allure « professionnelle ». Votre bureau révèle une partie de votre personnalité. Il faut trouver un juste équilibre : il doit être ni surchargé, ni trop épuré. Si aucun papier ou aucun outil de travail ne traine sur votre bureau, vous donnerez l’impression de ne pas travailler. Mais si votre bureau est inondé de feuilles, vous ne donnerez pas non plus l’impression de travailler. Votre désorganisation pourrait faire croire que vous ne maîtrisez pas du tout votre job.

    Lorsque vous quittez le travail, prenez quelques minutes pour ranger vos dossiers afin de retrouver un bureau impeccable le lendemain matin.

    5. Arrivez tôt, rentrez tard

    Il faut arrêter d’arriver pile à l’heure, lorsque la pendule indique 9h00 et de préparer vos clés en mode « starting blocks » lorsqu’elle s’approche furieusement de 17h00. Votre patron aura l’impression que vous n’avez pas vraiment envie d’être là. Il vous suffit de faire un petit effort, de 10 à 15 minutes de chaque côté, pour changer cette image et vous attirer les faveurs de votre patron. Vous ne donnerez plus l’impression de souffrir d’être là et d’être prêt(e) à donner n’importe quoi pour filer chez vous, mais vous serez plutôt perçu(e) comme un investissement qui porte ses fruits. Votre patron pensera que vous êtes motivé(e) par votre boulot, ce qui vous distinguera de vos collègues.

    Source: Ezine Article > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • COMMENT M’ADAPTER À L’ARRIVÉE D’UN NOUVEAU BOSS ?

    Comment m’adapter à l’arrivée d’un nouveau boss ?

    images.jpgC’est déjà pas drôle tous les jours, avec les prévisions catas, les chiffres qui plongent, tout le monde qui se demande qui va sauter, et quand ce sera son tour, et voilà que débarque un nouveau supérieur ! Bon, le précédent, il avait mille travers mais, au moins, on savait comme il fonctionnait. Et on pouvait y trouver un intérêt. Mais là, maintenant ? Un nouveau boss ? En pleine période de crise ! Tous aux abris ? « Laissez-lui du temps », conseille Aniana Taelman, Talent Acquisition Manager chez Securex (1). « Trois mois. Pour qu’il comprenne les rouages du service, de l’entreprise, pour que vous compreniez aussi, vous, ce qu’il attend de l’équipe, de vous, ses objectifs, sa vision générale et surtout son style de communication. Lorsqu’on sait tout ça, on s’adapte plus facilement. Parce que le but, c’est que les employés s’adaptent au nouveau chef, pas l’inverse. » Ne pas le condamner tout de suite, donc. Et si, au bout, désolé, mais on estime que celui-ci aussi – évidemment – est incompétent ?

     « Contrôlez-vous. Avant de juger le patron, jugez-vous, vous-mêmes. Parfois, ceux qui critiquent le plus le nouveau chef, c’est qu’ils voulaient le job ! Donc, évaluez ‘‘l’incompétence’’ présumée du patron. Elle peut n’être que jalousie ou préjugés sur le background du nouvel arrivant (son précédent employeur, le secteur dans lequel il officiait…). Il ne faut pas se mentir. Important aussi : demander conseil à des collègues, ou des personnes de confiance hors de l’entreprise. Si, là, les avis confirment votre impression, votre conviction, alors allez en parler au service des ressources humaines, mais pas avant. »

    Et en parler au chef du chef ? « Hum, non, plutôt pas. Ça peut-être contre-productif. images (1).jpg
    Le boss a quand même toujours plus de pouvoir que l’employé. » D’accord. Mais, allez, entre nous, honnêtement : un homme ou une femme qui vient d’ailleurs, pour être tout de suite au-dessus de nous, c’est suspect, non ? Méfiance quand même ? « Pas du tout ! En général, c’est très positif. C’est un apport de nouvelles idées, d’une nouvelle vision. Et comme, en ces temps de crise, toutes les entreprises doivent ‘‘changer’’ quelque chose, c’est très sain d’avoir quelqu’un qui n’a pas connu les stratégies précédentes, les habitudes. Il peut aider à changer plus vite que quelqu’un qui est dans les meubles depuis dix ans ou plus. » Bon, ben, bienvenue alors. Et à votre dispo.

    Source > http://www.references.be/carriere > Texte: Max Denver