bon

  • LE SPORT À L'ÉCOLE AIDE À MIEUX RÉUSSIR

    1413873256.jpg

    L’activité sportive contribue à une amélioration des résultats scolaires : les performances physiques et mentales de l’enfant sont étroitement liées.

    Chez l’adulte aussi d’ailleurs, pensons en particulier à toutes ces études réalisées auprès des personnes âgées. Ces recherches-ci (université de Göteborg) se sont concentrées sur quelque cinq cents enfants âgés de 12 ans et ont porté sur une très longue période.

    D’abord, les résultats scolaires des quatre années précédentes ont été évalués et comparés aux données nationales (objectifs généraux d’apprentissage). Ensuite, ces élèves ont doublé leur temps d’activité physique pendant les heures d’école, en passant de deux à quatre heures par semaine, et ceci pendant cinq ans. Chaque année, puis au terme de l’étude, leurs résultats scolaires ont été évalués en tant que tels, par rapport à ceux d’enfants d’autres écoles et au regard des objectifs nationaux.

    L’enseignement majeur, c’est que l’activité physique joue un rôle clé dans la qualité des performances scolaires, avec une amélioration globale des résultats à partir du moment où les heures ont été doublées et une proportion plus importante d’enfants qui ont atteint les objectifs nationaux (en comparaison avec ceux qui n’ont pas intégré ce projet). Et ceci reste vrai en tenant compte de facteurs comme l'environnement socio-économique de l’élève.

    A ce propos, les chercheurs concèdent qu’il est difficile de prendre en compte tous les paramètres qui peuvent influencer le parcours scolaire, mais ils estiment néanmoins que leurs observations sont suffisamment consistantes pour considérer l’activité physique comme un outil permettant d’aider les enfants à mieux réussir. Le sport doit occuper la place qui lui revient dans les programmes scolaires.

    Source: Journal of School Health (http://onlinelibrary.wiley.com/subject/code/FA10/titles) sur > http://www.passionsante.be Photo > http://oreye.blogs.sudinfo.be

  • COMMENT RECONNAITRE UN BON TRAVAILLEUR ?

    Recrutement_Bon-Employe_shutterstock_146633885.jpg

    En tant qu’employeur, comment pouvez-vous minimaliser les risques d’engager une personne qui se révélera finalement un mauvais choix ?

    Il y a plusieurs façons de vérifier si un candidat dispose vraiment des connaissances et des compétences nécessaires à un poste. Mais comment savoir si vous faites une erreur de casting en engageant quelqu’un ? Comment deviner si cette personne sera capable de s’intégrer à l’équipe et de relever les défis qui lui seront confiés ?

    1. Voyez au-delà de la qualification

    C’est bien joli d’être qualifié, mais ces qualifications ne seront vraiment utiles que si le candidat dispose aussi de qualités sociales.

    Si vous concentrez vos recherches sur les hard skills, vous trouverez probablement quelqu’un de très capable, explique  Dorien Lameris, HR Manager de KPN Consulting. Mais ne perdez jamais de vue qu’il faut aussi pouvoir collaborer au sein d'une équipe et pouvoir convaincre les autres. C’est pourquoi les softs skills sont également indispensables. Prenez cela en compte quand vous penserez avoir trouvé le candidat parfait.

    2. Essayez de découvrir comment le candidat réagirait

    Il y a énormément de techniques de recrutement pour découvrir comment une personne réagit dans certaines situations.

    La méthode la plus efficace est la méthode STAR, explique Frank Leenhoven, chef d’équipe chez Evides Waterbedrijf. STAR pour situation, tâche, action et résultat. En posant des questions STAR à un candidat, un recruteur voit facilement comment un candidat réagit à différentes situations.

    3. Soumettez les candidats à un test pratique

    Si vous voulez être certain qu’un postulant pourra faire face aux tâches qui l’attendent, testez-le en pratique.

    Ce que vous aimeriez savoir, c’est si le candidat en question dispose des bonnes connaissances et compétences, pointe Rémon van Riemsdijk, consultant en changement.Une mise en situation de deux ou trois heures est une bonne façon de savoir si le candidat sera ou non un atout pour l’entreprise

    Créez tout d’abord un cadre dans lequel vous pourrez tester les compétences de votre candidat, mais aussi ses softs skills. Cela vous semble peut-être une perte de temps, mais cela peut vous éviter un échec de recrutement. 

    Lire la suite

  • APPRENDRE LE CHINOIS POUR BOOSTER SA CARRIERE ?

    Chinois_shutterstock_149492390.jpg

    De plus en plus de cadres, attirés par le potentiel économique de la Chine, se décident à apprendre le mandarin. Une langue difficile, qui nécessite un investissement sérieux.

    Des efforts récompensés par des débouchés sur le marché du travail ? Pas si sûr.

    你会说中文吗?Comprenez: Parlez-vous le chinois? Si cette phrase vous en évoque davantage que l’enseigne du resto asiatique du coin ou que le motif du rideau élimé de la chambre à coucher, alors peut-être faites-vous partie de ces travailleurs qui décident de s’attaquer au mandarin dans l’espoir de se voir ouvrir plus facilement les portes de l’Empire du Milieu ou tout simplement celles du marché du travail.

    Dans l’imaginaire collectif, le chinois est fantasmé comme la langue de l’avenir, celle qu’il faudrait absolument dompter le jour où ce pays hors norme imposera définitivement son hégémonie sur l’économie mondiale. Alors, en prévision, certains cadres et directeurs retournent sur les bancs de l’école.

    On a connu un pic particulier entre 2008 et 2010. Aujourd’hui, la demande s’est stabilisée, peut-être en raison du ralentissement de la croissance de la Chine, estime Serge Langerock, directeur du centre de langues Berlitz. Il est vrai qu’il y a un grand engouement ces dernières années, ajoute Fabienne de Voghel, secrétaire de l’Institut des langues vivantes (ILV) de l’Université catholique de Louvain. Non seulement de la part des étudiants, mais aussi d’élèves libres, qui pensent que cela va booster leur carrière. 

    L’apprentissage reste toutefois minoritaire : par exemple, en 2011, Berlitz n’a accueilli que deux stagiaires dans cette option, tandis que 129 étudiants ont suivi les leçons de l’ILV. Contre… 7 800 pour l’anglais, mais 113 pour l’italien.

    Le chinois est-il devenu le sésame pour l’emploi ? Pas aux yeux de Françoise Lauwaert, sinologue et professeur à l’Université libre de Bruxelles. Pour pouvoir s’en servir comme un outil, cela nécessite des années d’apprentissage. Devenir bilingue en suivant des cours du soir, c’est n’importe quoi ! Cela demande un investissement énorme. Je ne pense pas que c’est ce paramètre qui permettra de faire des affaires dans ce pays. Autant prendre un interprète ! Car si on ne maîtrise pas le chinois aussi bien que l’anglais, on risque de se faire rouler. 

    Mieux vaut parler anglais

    C’est surtout une excellente connaissance de l’anglais qui aidera à développer sa carrière, concède Serge Langerock. Mais ce qui est important, c’est d’apprivoiser la culture derrière la langue. Car on ne fait pas des affaires là-bas comme ici. 

    Aux dires des recruteurs, la capacité à parler mandarin semble ne pas être une qualité particulièrement recherchée sur un CV. Ni sur le marché belge ni sur le marché international. Il ne m’est jamais arrivé d’avoir une demande de ce type, raconte Géraldine Braem, Senior Consultant chez Randstad Professionals. Parler une langue européenne, comme l’allemand, l’italien ou l’espagnol, est par contre beaucoup plus recherché. 

    Anna Dal Borgo, consultante chez Manpower Borderless Talent Solution, a reçu depuis le début de l’année quelques demandes pour des profils parlant chinois. C’était un « plus », pas une nécessité absolue. C’est une démarche peu courante. Il est vrai que certaines sociétés japonaises basées à Bruxelles sollicitent souvent des personnes parlant le japonais et connaissant la culture du pays. Mais les entreprises chinoises n’ont pas cette exigence. 

    Tout au plus la maîtrise de cette langue serait-elle un gage, aux yeux d’un potentiel employeur, de volonté et de détermination. La majorité des diplômés en interprétariat peineraient par ailleurs à décrocher un job. Le chinois comme potion magique pour trouver de l’emploi ou donner un coup de fouet à sa carrière semble ne pas (encore ?) avoir fait ses preuves…

     « La connaissance du métier prime, pas celle de la langue » Lire la suite ici ...

    Source > Mélanie Geelkens sur > http://www.references.be

  • 6 RAISONS POUR LESQUELLES LE SOLEIL EST BON POUR VOTRE CARRIERE

    shutterstock_101457976.jpg

    On les a longtemps attendu, les voici enfin : les premiers vrais rayons de soleil de l’année. Ils sont accueillis avec grand enthousiasme bien sûr, et on le remarque directement: le soleil a une influence sur nous à divers niveaux.

    Les effets bienfaisants de la lumière du soleil sont connus. Grâce à la vitamine D, l'absorption du calcium dans notre métabolisme est facilitée, notre système immunitaire se renforce et le risque d’attraper certains cancers diminue. La lumière du soleil est aussi bonne pour le cœur et la pression artérielle, et elle a aussi un effet très bénéfique sur le moral, qui permet de lutter contre les dépressions.

    Mais saviez-vous que le soleil était également bon pour votre carrière ? Dépêchez-vous donc d’en profiter !

    1. De meilleure humeur au travail

    Au cœur de l’hiver, quand il fait froid et sombre, il n’est pas rare que vous arriviez bougon au travail et que vous deviez faire de grands efforts pour ne pas engueuler vos collègues, s’ils osaient ouvrir la bouche. Mais maintenant que le soleil est là, vous vous sentez un autre homme. Vous allez au bureau en chantonnant, discutez gaiement avec chacun de vos collègues et remarquez que tout se déroule de façon plus agréable.

    2. Productivité

    Bien sûr, votre nouvelle joie de vivre ne va pas travailler à votre place. Cependant, grâce au soleil, vous vous sentirez plus concentré sur vos tâches et vous travaillerez plus vite que pendant les jours de pluie. Peut-être même que votre productivité sera tellement haute que vous serez prêt plus tôt, histoire d’aller boire un verre en terrasse avec vos collègues ?

    3. De meilleures affaires

    Si vous vous sentez bien et que vos associés aussi, vous pourrez conclure les marchés plus vite et plus facilement. Vous ne discutaillez plus des détails insignifiants, vous allez droit au but et passez un marché où tout le monde se retrouve.

    4. Plus de succès grâce à votre apparence

    Grâce au soleil, vous avez maintenant un merveilleux teint hâlé. Et c’est apprécié ! Un teint bronzé fait plus sain qu’un visage pâle, et ce nouveau look peut vraiment faire la différence. Il est en effet de notoriété publique que les gens qui ont une belle apparence ont plus de succès dans leur vie en général et dans leur carrière en particulier.

    5. Moins malade

    Sous l'influence de la vitamine D due au soleil, votre système immunitaire se renforce, et vous êtes donc moins souvent malade. Vous devenez un travailleur fidèle au poste tous les jours, qui peut tranquillement travailler sur ses projets, et qui fait bonne impression à son patron.

    6. Nouveau printemps, nouveau départ ?

    Les rayons de soleils annoncent l’arrivée du printemps (cette année, plutôt de l’été). Tout comme la nouvelle année, c’est une période propice pour faire le bilan et prendre un nouveau départ. Vous sentez-vous prêt pour autre chose ? Il est peut-être temps de chercher un autre job ou de lancer enfin votre propre affaire!

    Source > http://www.references.be

  • DANSER, ÇA FAIT BEAUCOUP DE BIEN AU MORAL

    danse-de-couple.jpg

    La pratique de la danse améliore les scores de santé physique et psychologique chez les adolescentes.

    C’est une étude très originale – et aux implications pratiques fort intéressantes - qui a été conduite par cette équipe de l’université suédoise Orebro. Les physiothérapeutes ont porté leur attention sur un groupe d’une centaine de jeunes filles, âgées de 12 à 19 ans, qui avaient fait part à de multiples reprises de plaintes comme des maux de tête, des douleurs dans les épaules, des épisodes d’angoisse… Des troubles psychologiques et à caractère psychosomatique (le mal-être engendre des répercussions organiques).

     

    Une amélioration spectaculaire

     Les adolescentes ont été réparties en deux groupes : les unes ont pratiqué la danse deux fois par semaine (à raison d’une bonne heure par séance) et les autres pas. A l’entame, les scores de santé physique et psychologique (estime de soi, en particulier) étaient similaires de part et d’autre. Mais progressivement - après huit, douze et vingt mois de suivi - une grande différence, favorable au groupe « danse » (avec 90% de participantes très satisfaites), a été observée dans l’évolution de ces paramètres. La danse est un facteur de bonne santé, pour les adolescentes connaissant ou non des problèmes. Et on ajoutera pour les ados, mais pas seulement.

     

    [Source: Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine]Via > http://www.passionsante.be

  • JOUER AU FOOT, C'EST EXCELLENT CONTRE L'HYPERTENSION

    Football_trip.jpg

    La pratique du football constitue un exercice tout indiqué pour les hypertendus.

    L’activité physique est reconnue de longue date comme une démarche importante pour faire baisser la tension artérielle. Le problème consiste à motiver les patients à se lancer et à tenir sur la durée.

    Ces chercheurs des universités d’Exeter (Royaume-Uni) et de Copenhague (Danemark) se sont donc intéressés de près au foot, sous une forme récréative. Deux groupes de patients légèrement à modérément hypertendus (âgés de 31 à 54 ans) ont été constitués, sachant qu’aucun n’avait pratiqué de sport (de manière régulière) durant l’année écoulée. Environ 70% étaient sous traitement médicamenteux.

    Dans le premier groupe, les participants ont joué au football à raison de deux séances d’une heure par semaine, et ceci durant six mois. Les seconds ont bénéficié d’un suivi médical classique, avec des recommandations sur l’importance de l'activité physique et des conseils nutritionnels. Les chercheurs ont évalué une série de paramètres physiologiques à l’entame, après trois mois et donc à l’échéance de six mois.

    Une amélioration remarquable

     « Les résultats s’avèrent impressionnants », indique Santé Log. « Les membres du groupe football affichent une pression artérielle significativement plus faible et une condition physique sensiblement améliorée par rapport au groupe conseils. »

    Pressions systolique et diastolique, consommation maximale d’oxygène, fréquence cardiaque au repos, perte de masse grasse : sur tous ces points, le bénéfice lié au football est qualifié de remarquable.

    Dès lors, sachant qu’il s’agit d’un sport particulièrement convivial et apprécié par les hommes, les auteurs considèrent qu’il constitue un excellent moyen de les inciter à pratiquer une activité physique régulière. Et d'ailleurs, ajouterons-nous, il n'y a pas de raison que le foot ne bénéficie pas aussi aux femmes qui aimeraient cela.

    Ces recherches ont été publiées dans la revue « Medicine and Science in Sports and Exercice ».

    Source > http://www.passionsante.be

  • BON A SAVOIR > LE CHOCOLAT PROTÈGE LE CERVEAU

    charlotte20au20chocolat.pngLa consommation régulière de chocolat exerce un effet préventif contre l’accident vasculaire cérébral.

    Un bienfait modéré, mais manifeste, qu’il s’agisse d’ailleurs de chocolat noir ou au lait. Cette étude, conduite par une équipe du Karolinska Institutet(http://ki.se/) , s’est penchée sur les habitudes alimentaires de quelque 37.000 Suédois, âgés de 50 à 75 ans.

    Résultat : les amateurs de chocolat (la moyenne s’établit à une soixantaine de grammes par semaine) voient leur risque d’AVC réduit de 17% par rapport à ceux qui n’en mangent jamais.

    L’explication ? Les flavonoïdes et leurs propriétés anti oxydantes, anticoagulantes et anti-inflammatoires, expliquent les chercheurs.

    Dans la revue « Neurology » (http://www.neurology.org/) , ils indiquent avoir examiné les résultats de plusieurs études antérieures, qui aboutissent à des observations similaires.

    Réagir à cet article > ICI

    Source » > http://www.passionsante.be