berloz

  • Imprimer

    CHAMPAGNE, HUÎTRES & SAUMON FUMÉ AU STAND DU KIWANIS H.G-M > LES 26 & 27 MAI POUR LA FÊTE DU CHAMPAGNE À CORSWAREM

    Retour aux sources pour la fête du Champagne

    Organisée tous les deux ans depuis 1984, la fête du champagne est née du jumelage concrétisé entre Berloz et Verzenay en France le 30 mai 1981 à Berloz et un an plus tard à Verzenay. « Tout a commencé suite à une rencontre touristique à Bruxelles en 1973 entre ma famille et le couple champenois des Secondé.

    On n’a jamais cessé de se voir puis on a eu l’idée d’un jumelage entre nos deux villages. Il y a eu plusieurs activités conviviales entre Berloziens et Bouquins, les habitants de Verzenay, avant que ne naisse la fête du champagne», raconte Joseph Roppe, président du comité de jumelage.

    Un moulin commun

    Et chacun des deux villages possède son moulin. Celui de Corswarem existe depuis 1366, en bois puis en dur au 18e siècle et dépouillé de ses ailes à la fin de la guerre 14-18 durant laquelle il a servi de site d’observation tout comme celui de Verzenay, construit en 1823 et qui a cessé ses activités en 1901, dernier vestige de l’activité meunière de la Montagne de Reims.

    Les Berloziens et les Bouquins se retrouvent donc désormais tous les deux ans à Berloz, à l’exception de 2016 car la fête a été organisée au Marché couvert de Hannut pour des raisons pratiques et financières. Cette année, les 26 et 27 mai, c’est un retour aux sources à Corswarem, là où elle est née, dans la rue. « Notre petite commune rurale d’un peu plus de 3.000 habitants, peut s’enorgueillir du slogan «Le champagne à la campagne». Les viticulteurs aiment la tradition.

    Ils vont à nouveau présenter leur produit artisanal, de tradition et de qualité. Avec la mention «RM» sur l’étiquette, c’est-à-dire Récoltant Manipulant», précise Dominique Hanson, porte-parole.

    « A Verzenay, les champagnes restent une valeur sûre. «Verzenay, y en est qu’un». Les vignes sont classées 100% Grand cru et plongent leurs racines dans un même sol crayeux mais les champagnes, obtenus par un minutieux et long travail en cave durant deux ans, acquièrent un caractère propre qui reflète la personnalité du propriétaire. Passion, amour et savoir-faire s’allient dans l’élaboration des différentes cuvées qui vont titiller les papilles des dégustateurs les plus avertis», ajoute D. Hanson.

    Un bal aux lampions comme avant 

    Début des festivités samedi à 15h et dimanche à 14h avec aussi de l’artisanat et des métiers de bouche). Il y aura un bal aux lampions dans la rue le samedi soir, autre retour de la tradition et une ambiance jazzy le dimanche.

    Un fléchage arborant une bouteille de champagne de Verzenay est prévu depuis la sortie de l’autoroute E40 Berloz/Geer jusqu’à la rue Hinnisdaels.

    Cinq viticulteurs de Verzenay 

    De Carlini : « Installée à Verzenay depuis 1955, cette maison exploite 6,5 hectares et produit 60 à 65.000 bouteilles par an, réparties en 10 champagnes différents, dont certains émanent du réputé pinot noir. Je suis présent depuis 1984 à la fête de Berloz. Aujourd’hui retraité, j’ai cédé le relais à ma fille», précise Jean-Yves De Carlini.

    Mouzon : « Il est difficile de devenir vigneron. Je le suis devenu en épousant Frédérique Mouzon que j’ai rencontrée sur les tatamis des arts martiaux. Le massif forestier protège le village et les vignes sur trois hectares et 46 parcelles. C’est une viticulture raisonnée HVE, à haute valeur environnementale», indique Cédric Lahemade.

    Rousseaux-Fresnet : « Ces deux familles vigneronnes depuis quatre générations travaillent sur 6,5 hectares et produisent 30.000 bouteilles par an de Brut Tradition, Brut Prestige et Brut Rosé», détaille Jean-Brice.

    Vignon : « Ses cinq hectares de vignes produisent environ 16.500 bouteilles par an, dont 30% sont vouées à l’exportation. On utilise aussi des fûts de chêne de la forêt voisine dans le nouveau cellier inauguré en 2006 », explique Stéphane Vignon.

    Wolfs-Bovière : « Le vignoble est réparti sur trois hectares. Nous produisons 14.000 bouteilles par an», précise Damien Wolfs.

    Source > MARC Gérardy

    La vidéo de présentation du cru 2018 sur Rtc Liège > https://www.rtc.be/video/info/evnements/retour-la-tradition-pour-la-fte-du-champagne-de-berloz_1498394.html

    L’évènement sur Facebook > https://www.facebook.com/events/519827105084247/

    Notre page K. H-M sur Facebook > https://www.facebook.com/khannut1/

  • Imprimer

    CHAMPAGNE, HUÎTRES & SAUMON FUMÉ AU STAND DU KIWANIS H.G-M > LES 26 & 27 MAI POUR LA FÊTE DU CHAMPAGNE À CORSWAREM

    Retour aux sources pour la fête du Champagne

    Organisée tous les deux ans depuis 1984, la fête du champagne est née du jumelage concrétisé entre Berloz et Verzenay en France le 30 mai 1981 à Berloz et un an plus tard à Verzenay. « Tout a commencé suite à une rencontre touristique à Bruxelles en 1973 entre ma famille et le couple champenois des Secondé.

    On n’a jamais cessé de se voir puis on a eu l’idée d’un jumelage entre nos deux villages. Il y a eu plusieurs activités conviviales entre Berloziens et Bouquins, les habitants de Verzenay, avant que ne naisse la fête du champagne», raconte Joseph Roppe, président du comité de jumelage.

    Un moulin commun

    Et chacun des deux villages possède son moulin. Celui de Corswarem existe depuis 1366, en bois puis en dur au 18e siècle et dépouillé de ses ailes à la fin de la guerre 14-18 durant laquelle il a servi de site d’observation tout comme celui de Verzenay, construit en 1823 et qui a cessé ses activités en 1901, dernier vestige de l’activité meunière de la Montagne de Reims.

    Les Berloziens et les Bouquins se retrouvent donc désormais tous les deux ans à Berloz, à l’exception de 2016 car la fête a été organisée au Marché couvert de Hannut pour des raisons pratiques et financières. Cette année, les 26 et 27 mai, c’est un retour aux sources à Corswarem, là où elle est née, dans la rue. « Notre petite commune rurale d’un peu plus de 3.000 habitants, peut s’enorgueillir du slogan «Le champagne à la campagne». Les viticulteurs aiment la tradition.

    Ils vont à nouveau présenter leur produit artisanal, de tradition et de qualité. Avec la mention «RM» sur l’étiquette, c’est-à-dire Récoltant Manipulant», précise Dominique Hanson, porte-parole.

    « A Verzenay, les champagnes restent une valeur sûre. «Verzenay, y en est qu’un». Les vignes sont classées 100% Grand cru et plongent leurs racines dans un même sol crayeux mais les champagnes, obtenus par un minutieux et long travail en cave durant deux ans, acquièrent un caractère propre qui reflète la personnalité du propriétaire. Passion, amour et savoir-faire s’allient dans l’élaboration des différentes cuvées qui vont titiller les papilles des dégustateurs les plus avertis», ajoute D. Hanson.

    Un bal aux lampions comme avant 

    Début des festivités samedi à 15h et dimanche à 14h avec aussi de l’artisanat et des métiers de bouche). Il y aura un bal aux lampions dans la rue le samedi soir, autre retour de la tradition et une ambiance jazzy le dimanche.

    Un fléchage arborant une bouteille de champagne de Verzenay est prévu depuis la sortie de l’autoroute E40 Berloz/Geer jusqu’à la rue Hinnisdaels.

    Cinq viticulteurs de Verzenay 

    De Carlini : « Installée à Verzenay depuis 1955, cette maison exploite 6,5 hectares et produit 60 à 65.000 bouteilles par an, réparties en 10 champagnes différents, dont certains émanent du réputé pinot noir. Je suis présent depuis 1984 à la fête de Berloz. Aujourd’hui retraité, j’ai cédé le relais à ma fille», précise Jean-Yves De Carlini.

    Mouzon : « Il est difficile de devenir vigneron. Je le suis devenu en épousant Frédérique Mouzon que j’ai rencontrée sur les tatamis des arts martiaux. Le massif forestier protège le village et les vignes sur trois hectares et 46 parcelles. C’est une viticulture raisonnée HVE, à haute valeur environnementale», indique Cédric Lahemade.

    Rousseaux-Fresnet : « Ces deux familles vigneronnes depuis quatre générations travaillent sur 6,5 hectares et produisent 30.000 bouteilles par an de Brut Tradition, Brut Prestige et Brut Rosé», détaille Jean-Brice.

    Vignon : « Ses cinq hectares de vignes produisent environ 16.500 bouteilles par an, dont 30% sont vouées à l’exportation. On utilise aussi des fûts de chêne de la forêt voisine dans le nouveau cellier inauguré en 2006 », explique Stéphane Vignon.

    Wolfs-Bovière : « Le vignoble est réparti sur trois hectares. Nous produisons 14.000 bouteilles par an», précise Damien Wolfs.

    Source > MARC Gérardy

  • Imprimer

    CHAMPAGNE, HUÎTRES & SAUMON FUMÉ AU STAND DU KIWANIS H.G-M > LES 26 & 27 MAI POUR LA FÊTE DU CHAMPAGNE À CORSWAREM

    Retour aux sources pour la fête du Champagne

    Organisée tous les deux ans depuis 1984, la fête du champagne est née du jumelage concrétisé entre Berloz et Verzenay en France le 30 mai 1981 à Berloz et un an plus tard à Verzenay. « Tout a commencé suite à une rencontre touristique à Bruxelles en 1973 entre ma famille et le couple champenois des Secondé.

    On n’a jamais cessé de se voir puis on a eu l’idée d’un jumelage entre nos deux villages. Il y a eu plusieurs activités conviviales entre Berloziens et Bouquins, les habitants de Verzenay, avant que ne naisse la fête du champagne», raconte Joseph Roppe, président du comité de jumelage.

    Un moulin commun

    Et chacun des deux villages possède son moulin. Celui de Corswarem existe depuis 1366, en bois puis en dur au 18e siècle et dépouillé de ses ailes à la fin de la guerre 14-18 durant laquelle il a servi de site d’observation tout comme celui de Verzenay, construit en 1823 et qui a cessé ses activités en 1901, dernier vestige de l’activité meunière de la Montagne de Reims.

    Les Berloziens et les Bouquins se retrouvent donc désormais tous les deux ans à Berloz, à l’exception de 2016 car la fête a été organisée au Marché couvert de Hannut pour des raisons pratiques et financières. Cette année, les 26 et 27 mai, c’est un retour aux sources à Corswarem, là où elle est née, dans la rue. « Notre petite commune rurale d’un peu plus de 3.000 habitants, peut s’enorgueillir du slogan «Le champagne à la campagne». Les viticulteurs aiment la tradition.

    Ils vont à nouveau présenter leur produit artisanal, de tradition et de qualité. Avec la mention «RM» sur l’étiquette, c’est-à-dire Récoltant Manipulant», précise Dominique Hanson, porte-parole.

    « A Verzenay, les champagnes restent une valeur sûre. «Verzenay, y en est qu’un». Les vignes sont classées 100% Grand cru et plongent leurs racines dans un même sol crayeux mais les champagnes, obtenus par un minutieux et long travail en cave durant deux ans, acquièrent un caractère propre qui reflète la personnalité du propriétaire. Passion, amour et savoir-faire s’allient dans l’élaboration des différentes cuvées qui vont titiller les papilles des dégustateurs les plus avertis», ajoute D. Hanson.

    Un bal aux lampions comme avant 

    Début des festivités samedi à 15h et dimanche à 14h avec aussi de l’artisanat et des métiers de bouche). Il y aura un bal aux lampions dans la rue le samedi soir, autre retour de la tradition et une ambiance jazzy le dimanche.

    Un fléchage arborant une bouteille de champagne de Verzenay est prévu depuis la sortie de l’autoroute E40 Berloz/Geer jusqu’à la rue Hinnisdaels.

    Cinq viticulteurs de Verzenay 

    De Carlini : « Installée à Verzenay depuis 1955, cette maison exploite 6,5 hectares et produit 60 à 65.000 bouteilles par an, réparties en 10 champagnes différents, dont certains émanent du réputé pinot noir. Je suis présent depuis 1984 à la fête de Berloz. Aujourd’hui retraité, j’ai cédé le relais à ma fille», précise Jean-Yves De Carlini.

    Mouzon : « Il est difficile de devenir vigneron. Je le suis devenu en épousant Frédérique Mouzon que j’ai rencontrée sur les tatamis des arts martiaux. Le massif forestier protège le village et les vignes sur trois hectares et 46 parcelles. C’est une viticulture raisonnée HVE, à haute valeur environnementale», indique Cédric Lahemade.

    Rousseaux-Fresnet : « Ces deux familles vigneronnes depuis quatre générations travaillent sur 6,5 hectares et produisent 30.000 bouteilles par an de Brut Tradition, Brut Prestige et Brut Rosé», détaille Jean-Brice.

    Vignon : « Ses cinq hectares de vignes produisent environ 16.500 bouteilles par an, dont 30% sont vouées à l’exportation. On utilise aussi des fûts de chêne de la forêt voisine dans le nouveau cellier inauguré en 2006 », explique Stéphane Vignon.

    Wolfs-Bovière : « Le vignoble est réparti sur trois hectares. Nous produisons 14.000 bouteilles par an», précise Damien Wolfs.

    Source > MARC Gérardy

    La vidéo de présentation du cru 2018 sur Rtc Liège > https://www.rtc.be/video/info/evnements/retour-la-tradition-pour-la-fte-du-champagne-de-berloz_1498394.html

    L’évènement sur Facebook > https://www.facebook.com/events/519827105084247/

    Notre page K. H-M sur Facebook > https://www.facebook.com/khannut1/

  • Imprimer

    HANNUT - FÊTE DU CHAMPAGNE > UNE PLUIE DE BULLES AU MARCHÉ COUVERT

    Vers un retour à Berloz en 2018 ?

    Pour sa 17ème édition, la Fête du champagne en Hesbaye a quitté Berloz pour la toute première fois.

    Durant deux jours, c'est le marché couvert de Hannut qui a accueilli les viticulteurs venus présenter leurs délicieux breuvages.

    Alors que cette traditionnelle «Fête du champagne» de Berloz a bien failli ne pas voir le jour cette année, le comité des « Amis du champagne » a mis tout en œuvre pour que l'événement ait finalement bien lieu. « Nous l'organisions traditionnellement à Berloz. Les premières années, l'édition se déroulait dans les rues. Mais, au fil du temps, les mentalités ont changé et les gens ne voulaient plus de cette fête dans leurs rues, on a donc changé la formule pour provoquer un électrochoc », lance Sonia Roppe, nouvelle présidente du comité, qui reprend la succession de Joseph Roppe, son papa. Le marché couvert de Hannut était libre en ce dernier week-end du mois de mai, ce qui coïncide parfaitement avec la Fête du champagne.

    Malgré le mauvais temps et les matchs de football du samedi, le public a répondu présent. Les cinq viticulteurs se sont donc retrouvés tous ensemble accompagnés de différentes mises en bouche proposées par des artisans locaux tels que Macarons-nous ou la ferme de Goffin. Ajoutez à cela, une animation musicale proposée par deux artistes (père et fils) qui se promenaient parmi les tables afin d'offrir un côté « Montmartrois» aux dégustations.

    La commune de Berloz étant jumelée avec celle de Verzenay, tous les viticulteurs issus de cette région française proche de Reims se connaissent tous très … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 31/05/2016

    Source > CEDRIC MONTULE sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 31/05/2016

  • Imprimer

    FÊTE DU CHAMPAGNE PROCHAINEMENT À HANNUT !

    BERLOZ DEMENAGE A HANNUT > Dix-septième Fête du Champagne les samedi 28 et dimanche 29 mai 2016

    Marché couvert de Hannut rue des Combattants, 1

    Samedi 28 mai dès 15 heures & Dimanche 29 mai de 11 à 21 heures

    Site Web : www.berloz-champagne-verzenay.be

    Fête du Champagne en Hesbaye

    La Fête du Champagne à Berloz, bien connue des amateurs du divin nectar, anime tous les deux ans la petite commune de 3.000 âmes avec la présence de vignerons de Verzenay en Champagne.

    En ce mois de mai 2016, les Berloziens seront privés de leur animation bisannuelle

    Dans un vaste endroit couvert équipé de commodités. A la date habituelle, dernier week-end de mai, le Marché Couvert de Hannut a été choisi pour recevoir l’évènement festif rebaptisé : Fête du Champagne en Hesbaye.

    La nouvelle asbl « Amis du Champagne » dans le cadre du Jumelage Berloz-Verzenay, ne pourrait-elle pas tourner dans la région hesbignonne ?

    L’asbl « Amis du Champagne » vient de naître à Berloz sous la présidence de Sonia Roppe, la fille de Joseph, auteur du rapprochement des deux communes en 1981. Ce choix réside dans la volonté du groupement de garder au sein des relations familiales franco-belges un nom connu tant à Verzenay qu’à Berloz.

    L’actuel équipage, regroupant Jumelage Berloz-Verzenay et Amis du Champagne, fort d’une trentaine de personnes, est dirigé par un conseil d’administration :

    Sonia Roppe, présidente ; René Goreux, secrétaire ; David Watrin, trésorier et Joseph Roppe, chargé de relations. On peut dire de ce quatuor, composé de sang neuf, une femme et un homme confortés de la confiance de deux as de l’organisation.

    Métiers de bouche

    Le marché couvert accueille une diversité suffisante de petits métiers de bouche pour satisfaire les envies des bonnes fourchettes. Au fil des heures, quand se creuse l’appétit, ces stands ne sont jamais très loin et des tables et des bancs en deux espaces communs sont disponibles pour tout un chacun.

    Gastronomie

    Cinq stands gastronomiques rivaliseront de savoir-faire pour présenter aux gourmets les saveurs et les délices de leurs préparations.

    Musique

    L’organisation a pensé à l’adage que la musique est le plus cher de tous les bruits. Toutefois, cette maxime est étrangère à la bonne musique pratiquée en douceur par de vrais musiciens. Ambiance montmartroise tout le week-end…

    Soirée dansante

    Comme il s’agit d’une fête et non d’un salon, le programme ne peut s’imaginer sans partie dansante. La clôture des festivités étant fixée à 21 heures le dimanche, les danseurs n’auront que le samedi soir pour échanger quelques pas avec leur belle…

    Musique oui, bruit non ! Converser debout, se parler à table ou conter fleurette en dansant est la priorité absolue de la Fête du Champagne en Hesbaye, flûte en main.

    Cinq viticulteurs Alors là, ça n’est pas nouveau, quoique ! Depuis 1984, année de sa création, la Fête du Champagne à Berloz s’honore de la présence indispensable de viticulteurs de Verzenay. Nombreux lors des toutes premières éditions, la loi du commerce a joué son rôle : cinq d’entre eux sont restés fidèles à l’organisation depuis plus de vingt-cinq ans. L’automne dernier, Jean-Paul Morel (âge de la retraite) et

    Manuel Janisson (maison en plein essor) s’étant désistés, ont été remplacés par Jean-Brice Rousseaux et Damien Wolfs, tous deux désireux de participer à l’aventure belge aux côtés des champagnes Jean-Yves De Carlini, Jean-Claude Mouzon et Michel Vignon, trois maisons habituées. Avec le stand des Amis du Champagne, ce sont donc six comptoirs qui s’implantent sur le pourtour du Marché Couvert. Champagne !

    20 € la bouteille Assurément un tour de magie de la part des partenaires champenois et hesbignons que de présenter sur une fête animée des bouteilles de champagne au prix de 20 €.

    Pour mémoire, en 2014, dans chaque stand la bouteille de brut se vendait à 22 € !

    4 € la flûte Ce n’est pas nouveau, quoique ! A 4 € depuis des lustres, le prix du champagne au verre est entré dans les us et coutumes. Mais plutôt que le servir dans les petits canons traditionnels, le jeune comité des « Amis du Champagne » a opté pour l’élégance inconditionnelle de la flûte. Marquée aux armes de Verzenay et distribuée à l’entrée du Marché Couvert, il s’agit à coup sûr d’un plus pour les consommateurs.

    7 € le droit d’entrée Un droit d’accès modéré au vu de ce qui se pratique couramment dans nos campagnes. Et afin de répondre à la demande d’une double fréquentation durant le week-end, un billet à 10 € est émis pour les deux jours. A son entrée, le visiteur reçoit, avec la flûte, une vignette « Tombola » à compléter et à déposer dans l’urne au bar-champagne de l’organisation. Chaque heure, celui ou celle, dont le nom est tiré au sort, emportera un lot de choix. For amusement only !

    Verzenay peut s’enorgueillir du titre de « 100% Grand cru ». Charpenté, son champagne est remarquable pour son éclat, sa fraîcheur, sa virilité et sa corpulence ; des qualités dues aux trois cépages champenois : chardonnay, pinot noir et pinot meunier. Du vin oui, mais différents des autres élaborés ailleurs, grâce à la champagnisation (ou prise de mousse) qui s’opère via une seconde fermentation en bouteille. Toujours élégamment habillée, son étiquette porte, outre le nom du producteur, toutes les indications nécessaires à préciser le type du contenu et obligatoirement : « Champagne ». Ici, n’ayant pas d’appellation d’origine contrôlée (AOC), parce que tout champagne l’est par définition,

    Fête du Champagne en Hesbaye > Communauté sur facebook > https://www.facebook.com/Fête-du-Champagne-en-Hesbaye-945473858840578/

    Site Web > www.berloz-champagne-verzenay.be

  • Imprimer

    LA FETE DU CHAMPAGNE QUITTE BERLOZ ET DEMENAGE AU MARCHE COUVERT DE HANNUT

    En 2014, la fête du champagne de Berloz soufflait ses 30 bougies sur l’esplanade de la Ferme de Hesbaye à Corswarem.

    Faute de moyens, cet événement bisannuel a bien failli ne pas être de retour cette année.

    Finalement, pour continuer à exister, il s’exile au Marché Couvert de Hannut et est rebaptisé « fête du champagne en Hesbaye »

    Organisée tous les deux ans depuis 1984 dans le cadre du jumelage de Berloz avec Verzenay, la fête du champagne est programmée le week-end des 28 et 29 mai 2016. Une bonne nouvelle pour les nombreux amateurs du divin … Lire la suite ici ...

    Source > Christophe Caubergh sur > http://www.lameuse.be

  • Imprimer

    CE WE > FÊTE DU CHAMPAGNE À BERLOZ AVEC LE KIWANIS HANNUT !

    Projet1.jpg

  • Imprimer

    BRAIVES: UNE BENNE DE TERRE RENVERSÉE, L'OUVRIER DE BERLOZ ENSEVELI

    1784462397_B971920347Z_1_20140131204052_000_G4H1SE0KL_1-0.jpg

    Vendredi matin, on a frôlé le drame sur un chantier de maisons en constructions, rue de Cortil à Braives.

    Une équipe de terrassement de l’entreprise Wery à Geer était occupée sur un terrain très pentu. Une grue était sur le site et retirait la terre en surplus pour la construction à venir. Une benne était aussi sur les lieux pour évacuer les matériaux retirés. Une fois la benne pleine, le conducteur du tracteur qui la tirait a tenté de remonter la pente afin de regagner la route

    Mais un incident technique s’est produit. Apparemment, le moteur de l’engin a calé et il a été impossible de le redémarrer. Selon la police de la zone Hesbaye-Ouest, il a alors perdu le contrôle du véhicule. Le tracteur, sous le poids de la benne, a commencé à glisser dans la pente.

    Voyant qu’il risquait de tomber avec l’engin, le conducteur, un Berlozien de 31 ans, a sauté hors du véhicule. Cette décision a bien failli lui coûter la vie. En effet, il est tombé sur le côté de sa cabine, au moment où l’engin et son chargement sont partis en ciseau.

    La benne s’est renversée et son contenu, essentiellement des gravats et de la terre, s’est renversé sur l’ouvrier. Il s’est retrouvé pratiquement enseveli.

    Les secours ont été aussitôt appelés sur les lieux. Au départ, les collègues de l’ouvrier avaient de grandes craintes pour son état de santé. L’hélicoptère médical a été appelé sur les lieux. Finalement, les ambulanciers se sont aperçus en arrivant sur place que ses jours n’étaient pas en danger. Il a pu être dégagé rapidement, mais il a toutefois été conduit à l’hôpital Joseph Wauters à Waremme, légèrement blessé.

    Source > Rédaction en ligne de A.BT. via > http://www.sudinfo.be/924141