baisse

  • Imprimer

    BILAN TOURISTIQUE MAUSSADE EN PROVINCE DE LIÈGE POUR CES VACANCES DE PÂQUES

    Les lieux d’hébergement et les sites touristiques en province de Liège n’ont pas connu la grosse affluence en ces vacances de Pâques qui touchent à leur fin.

    En cause, les conditions météorologiques peu clémentes, indique-t-on à la fédération du tourisme de la Province de Liège.

    Alors que le taux d’occupation des lieux d’hébergement, tous types confondus, affiche une baisse de 1,3 % par rapport à l’an dernier, les sites touristiques ont vu chuter leur taux de fréquentation de 10,3 %. Des résultats qui, selon les gestionnaires, sont liés au «  temps frisquet rencontré durant les premiers jours de cette période de congés  ».

    À la fédération du tourisme de la Province de Liège, on tempère tout de même ce bilan en précisant qu’il a été établi sur base des résultats des vacances de Pâques 2017, qui se sont avérées être un cru exceptionnel en raison d’une météo radieuse, avec une augmentation du public de 5,2 % au sein des établissements d’hébergement et de 17 % pour les sites touristiques. Aussi, «  si on compare à 2016 plutôt qu’à 2017, année exceptionnelle, les vacances de printemps 2018 se situent dans la norme saisonnière  », souligne Paul-Émile Mottard, président de la fédération du tourisme.

    Parmi les différents types d’hébergement ayant répondu à l’enquête, ce sont les centres de tourisme social qui ont connu la chute du taux d’occupation la plus importante, avec une baisse de 25,3 % par rapport à la même période il y a un an. Une tendance négative étonnante sachant que leur fréquentation était «  très positive en 2017 avec une hausse de près de 10 % par rapport à 2016  ». À l’inverse, le secteur hôtelier affiche une belle progression depuis deux ans, soit une augmentation de 3,8 % durant ces vacances de Pâques.

    Du côté des 25 sites touristiques ayant répondu au questionnaire, la baisse du taux de fréquentation est générale même si certains avancent de bons résultats comme les navettes fluviales à Liège, le château de Jehay à Amay, le château de Modave ou encore le musée de la ville d’eaux à Spa en raison, notamment, de son exposition permanente totalement renouvelée.

    Source libre de Belga sur > http://www.sudinfo.be/id48784/article/2018-04-14

  • Imprimer

    HUY-WAREMME-HANNUT > 5,8 % DE DEMANDEURS D’EMPLOI EN 2017 ! (Statistiques du FOREM)

    C’est mieux que la moyenne provinciale. Grâce à, notamment, une plus grande mobilité des candidats

    Le Forem vient de publier le bilan 2017 de la demande d’emploi pour le territoire de Liège-Huy-Verviers et les déclinaisons par bassin. À Huy-Waremme-Hannut, le nombre de demandeurs d’emploi a diminué de 5,8 % (une baisse plus forte que la moyenne provinciale de 4,4 %) pour atteindre 10.012 postulants.

    Le taux de chômage est lui aussi « meilleur », à 10,8 %. Cela s’explique par l’embellie économique mais aussi par la forte mobilité des demandeurs d’emploi de notre arrondissement. 

     « Huy-Waremme-Hannut a toujours eu des indicateurs au beau fixe », introduit Christine Quintin, analyste du marché de l’emploi et de la formation au Forem de Liège. Cela se vérifie encore en 2017 où l’année s’achève sur un nouveau recul du nombre de demandeurs d’emploi. En moyenne, sur l’ensemble de l’année, il diminue de 5,8 % par rapport à 2016. À titre de comparaison, la baisse est de 4,4 % dans la province, de 5,5 % à Verviers et de 3,9 % rien qu’à Liège. Le bassin de Huy-Waremme compte ainsi, en 2017, 10.012 demandeurs d’emploi inoccupés, soit 616 de moins en un an. Cette chute se confirme … La suite sur votre journal LA MEUSE HY/W de ce mercredi10/01/2018

    Un taux de chômage à 10,8 %

    Qu’est-ce qui explique ces bons résultats à Huy-Waremme-Hannut? « D’abord, l’embellie économique qui fait que les offres d’emploi ont augmenté de manière significative dans cet arrondissement. Ensuite, la forte mobilité qui caractérise ces demandeurs d’emploi. À Liège et Verviers, ces derniers ont tendance à travailler sur leur territoire. Ceux de Huy-Waremme-Hannut, sans doute de par leur position géographique, sont prêts à aller travailler à Namur, Liège, Bruxelles et bénéficient ainsi de possibilités d’emploi », décrypte-t-elle. Notre arrondissement … La suite sur votre journal LA MEUSE HY/W de ce mercredi10/01/2018

    On observe un taux de chômage en 2017 à 10,8 % à Huy-Waremme-Hannut, contre 17 % à Liège et 13,5 % à Verviers. Le taux d’emploi est également bon : 62,5 % chez nous, 53,5 % à Liège et 59,4 % à Verviers.

    Ici comme ailleurs, la plupart des demandeurs … La suite sur votre journal LA MEUSE HY/W de ce mercredi10/01/2018

    Source > Annick Govaers sur votre journal LA MEUSE HY/W de ce mercredi10/01/2018

    Autre article sur votre journal > Témoignage d’un ex-chômeur « Il est difficile de trouver un travail à long terme » 

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/175376

  • Imprimer

    GASOIL DE CHAUFFAGE ET DIESEL EN BAISSE CE VENDREDI: UN RECORD DEPUIS 2009 POUR LE GASOIL

    Le prix maximum du diesel et du gasoil de chauffage sera en baisse ce vendredi 04/12, annonce le SPF Economie dans un communiqué.

    Le prix du gasoil de chauffage est au plus bas niveau depuis mai 2009, tandis que la baisse du diesel est limitée par le système de cliquet.

    Les commandes de moins de 2.000 litres de gasoil de chauffage se paieront au maximum 0,505 euro par litre, soit près de 4 cents de moins qu’aujourd’hui. Les commandes de plus de 2.000 litres s’élèveront à 0,478 euro par litre.

    Le diesel à la pompe est en baisse, à … Lire la suite ici ...

    Source Belga via > http://www.sudinfo.be/1436845 > Photo NEWS

  • Imprimer

    LES FACTURES DE GAZ ET D’ÉLECTRICITÉ BIENTÔT RÉDUITES ?

    3759128-d-39-affaires-baisse-diagramme-fleche-rouge.jpgLa CREG a proposé ce mardi de nouveaux critères pour établir l’indexation des prix du gaz et de l’électricité. Cela pourrait permettre au consommateur d’économiser jusqu’à 450 euros.

    La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) a proposé ce mardi une série de critères pour l’élaboration par les fournisseurs d’énergie des paramètres d’indexation des prix du gaz et de l’électricité. Les prix seraient désormais calculés uniquement sur la base de cotations boursières et non plus des prix du pétrole, ce qui pourrait permettre aux consommateurs d’économiser jusqu’à plusieurs centaines d’euros.

    Actuellement, nombre de fournisseurs d’énergie utilisent des paramètres d’indexation des prix qui n’ont rien à voir avec les coûts réels d’approvisionnement, ce qui peut entraîner une hausse artificielle de la facture du consommateur, surtout pour le gaz. Pour 60 % des consommateurs wallons et flamands et pour 85 % des consommateurs bruxellois, la facture de gaz se base sur les prix pétroliers et la facture d’électricité se base sur les prix du pétrole, du charbon et du gaz.

    Selon la CREG, cela conduit à une différence pouvant aller de 50 euros (pour l’électricité) à 400 euros (pour le gaz) par an et par ménage entre ces clients et ceux dont la facture est basée sur les prix de l’électricité ou du gaz.

    Le régulateur du secteur énergétique avance dès lors une « liste exhaustive de critères auxquels tout paramètre d’indexation » autorisé pour l’électricité et le gaz doit répondre. Le régulateur propose ainsi que les paramètres d’indexation définis par les fournisseurs actifs sur les marchés belges de l’électricité et du gaz « évoluent uniquement en fonction de l’évolution des coûts réels d’approvisionnement ». Serait dès lors interdit « tout paramètre évoluant en fonction d’autres coûts tels que, notamment, les charges de personnel, les charges d’amortissement ou les charges d’exploitation, ou encore les coûts liés aux certificats verts ou aux certificats de chaleur-force ».

    La CREG propose également que les paramètres d’indexation définis par les fournisseurs soient « calculés uniquement sur la base de cotations boursières relatives au marché européen » de l’électricité ou du gaz.

    La proposition de la CREG a été soumise au gouvernement fédéral, auquel il revient le cas échéant d’adopter un arrêté royal. « La proposition est en faveur du consommateur », conclut le régulateur.

    G.My avec Belga

    Source > Sudpresse > mardi 11 septembre 2012, 18:20 Belga