avenir

  • CONNECTE TON AVENIR EN PARTICIPANT À LA TECHNIFUTUR IT ACADEMY

    Les Technologies de l’Information et de la communication (TIC, ou ICT en anglais) évoluent à une vitesse vertigineuse. 

    En tant que Centre de compétences, TECHNIFUTUR va anticiper et accompagner cette évolution en lançant la TECHNIFUTUR IT Academy, une filière qualifiante à destination des demandeurs d’emploi inoccupés

    Georges Nikolaidis (Directeur), nous explique la genèse du projet: «Une étude récente a montré que 50% des métiers actuels vont disparaître d’ici 2030 (NDLA: étude Fast Forward de CBRE). Cela ne signifie pas qu’il n’y aura plus d’emplois, mais que ceux-ci vont connaître une profonde mutation (hybridation des métiers). D’ici Lire la suite ici ...

    Source > http://www.jobsregions.be

  • METIER D’AVENIR AVEC LE FOREM > DEVENEZ GESTIONNAIRE SMART GRID

    SMART.jpg

    Le réseau intelligent de distribution d’électricité est à l’essai dans certaines entreprises.

    Avec l’arrivée galopante des nouvelles technologies et la sensibilisation croissante des consommateurs aux énergies renouvelables, de nouveaux métiers débarquent chaque semaine sur le marché de l’emploi. Le gestionnaire smart grid est de ceux-là.

    Vous aimeriez adapter – en échange d’un tarif préférentiel si possible – votre consommation ou celle de votre entreprise en fonction de l’électricité effectivement disponible dans le réseau de distribution (voir ci-dessous)? Ce gestionnaire vous conseillera dans toutes vos démarches et attitudes pour que vous réussissiez votre grand saut dans le monde de demain.

    « Cette personne devra se baser sur les analyses et données de consommation de chaque client », explique Cécile Roelandt, analyste du marché de l’emploi au sein du Forem Namur.

    UN GUIDE GLOBAL

     « Son travail consistera à guider celui-ci tant sur la façon d’acquérir, d’utiliser et d’entretenir son nouvel équipement électrique, c’est-à-dire le compteur intelligent, que sur le plan des habitudes de consommation à adopter. Ses compétences seront  multiples puisqu’il devra réunir des connaissances dans les domaines énergétique et technique (en électricité, domotique…), déchiffrer les composantes d’une facture, comprendre la fluctuation des coûts de l’énergie en fonction de la production et – in fino - communiquer de façon claire et simple avec le client. »

    PROFIL IDÉAL: TECHNIQUE ET COMMERCIAL

    Il devra avoir une formation technique solide, par exemple un baccalauréat en électricité ou en environnement, sur laquelle devront venir se greffer des connaissances dans le domaine commercial. « A moins que l’employeur, qui pourra être un fournisseur d’énergie ou un gestionnaire de réseaux comme Ores, préfère engager un jeune ne possédant qu’un diplôme de niveau secondaire supérieur et le former en interne. » Si les smart grids concerneront à l’avenir l’ensemble des consommateurs, il va de soi que les particuliers seront plus lents à opter pour ce nouveau concept que les grosses entreprises, lesquelles amortiront beaucoup plus vite leur investissement grâce aux économies d’énergie réalisées.

    PREMIERS TESTS

     « Les premiers tests ont été lancés récemment, notamment aux CHU de Liège », annonce l’analyste. «L’évolution du concept dépendra de ces résultats, mais aussi de l’attitude des responsables politiques et des subsides qui seront alloués ou non à ceux qui décideront de s’équiper de tels compteurs intelligents… » En Belgique, le concept est au stade du test.

    UN RÉSEAU INTELLIGENT

    Le smart grid est un réseau intelligent de distribution d’électricité, un concept qui n’est encore qu’au stade de test en Belgique mais qui a pour objectif d’optimiser la distribution entre producteurs et consommateurs, de sécuriser le réseau et en réduire les coûts. Il faut savoir que l’éolien et le photovoltaïque créent des pics et des creux de production de façon erratique. Cette surcharge momentanée dans le réseau pose un problème aux distributeurs qui aimeraient avoir la possibilité de renvoyer, à n’importe quel moment de la journée, cette électricité dans les habitations. Par exemple, vers le congélateur, la machine à laver, la batterie du véhicule électrique… Mais pour cela, il faut établir un contrat autorisant le distributeur à enclencher à distance certains appareils pour décharger le réseau ! C’est là qu’intervient le compteur intelligent qui enverra la consommation instantanée au distributeur afin de lui permettre d’agir. Ceux qui signeront ce contrat devront accepter de perdre une partie du contrôle de leur confort en échange d’un tarif préférentiel.

    Source > CHRISTIAN SONON sur > http://www.jobsregions.be

  • LE FOOT À HANNUT DANS LES JOURS, SEMAINES ET MOIS À VENIR

    Projet22.jpg

    Préambule

    La Ville de Hannut est consciente que le football ne représente nullement le seul sport ou l’unique loisir sur l’entité.

    La situation que l’on peut qualifier d’exceptionnelle pour l’instant, justifie à elle seule, le Collège extraordinaire de ce 17 mars et ce communiqué de presse.

    Volonté à moyen terme

    1. Le Collège communal a la volonté clairement affichée de créer une structure « Plan foot 4280 » avec 2 membres du Patro Lensois, RFC Hannut, Wallonia Thisnes, JS Merdorp pour un total de 8 membres.

    La fonction principale de cette nouvelle structure est la collaboration et la création d’une école de jeunes.

    Un « Monsieur » ou « Madame » foot sera désigné(e) et travaillera en étroite collaboration avec le Collège communal et la Régie communale autonome.

    Pour rappel, actuellement, la Ville est propriétaire des 4 installations foot.

    1. A cet égard, une cession progressive de la propriété des installations sera réalisée au profit de la RCA.
    2. Au niveau du délai, la volonté du Collège communal est d’aboutir à un engagement clair en ce sens pour le 31 octobre 2014 au plus tard, afin d’organiser la saison 2015-2016 dans une synergie  « jeunes » de grande qualité.

    Volonté à court terme au niveau RFCH

    1. La Ville de Hannut entend clairement « reprendre la main » et faire appel à celles et ceux qui entendent travailler constructivement pour un nouveau départ, en faisant fi des animosités du passé, dans la volonté de réussir, rassembler, rassurer, joueurs, parents, entraineurs, sympathisants du RFCH.
    2. A titre provisoire, la Ville de Hannut se propose de créer une nouvelle ASBL, que l’on peut qualifier de transitoire.
    • Le Président en sera le Bourgmestre, Hervé Jamar

    • Le 1er Vice-Président en sera l’Echevin des Sports, Emmanuel Douette

    • Le 2ème Vice-Président en sera un membre du parti socialiste

    • Le 3ème Vice-Président en sera Olivier Leclercq, Echevin des Finances

    • Consultant extérieur : Pascal Deprez en sa qualité de Président de la Régie communale autonome

    • Les autres membres fondateurs pourront être complémentairement Vice-Président (nombre non limité), Trésorier, Secrétaire, CQ (correspondant qualifié), membres, responsables des infrastructures, du sponsoring, etc.

    • D’autres membres pourront rejoindre le club, que ce soit pour l’équipe première ou l’équipe senior jouant actuellement en P4 ou l’ensemble des jeunes.

    • Ces personnes devront se déclarer pour le lundi 24 mars à 12h00 au plus tard, soit par pli recommandé, soit par remise en main propre contre accusé de réception au service des sports de la Ville,  soit par téléfax exclusivement au numéro 019/51.93.55.

    • Les nouveaux statuts seront signés le 25 mars 2014 à 18h30, à l’Hôtel de Ville

    • Des exclusives de projets ou de personnes ne seront évidemment pas les bienvenues, dès lors que la Ville a pu constater qu’en dépit d’efforts soutenus et mêmes aboutis à un certain moment, des décisions ou réunions collatérales en décidaient autrement…

    1. Si la Ville constatait un défaut d’adhésion à ce qui se veut être un projet rassembleur et apaisant, avec le concours de la Régie communale autonome, elle fera tout pour que les infrastructures soient affectées au sport, à la jeunesse et aux loisirs.
    2. Un collège communal ou une autorité publique n’ayant nullement la gestion de clubs ou comités de nature sportive, culturelle, sociale ou autre, son mandat sera limité dans le temps.
    3. Le Collège communal tient à préciser qu’il s’agit d’une proposition de restructuration du RFCH et en aucun cas d’un refinancement. Par ailleurs, toute dépense du club supérieure à 1000€ sera co-signée par le 3ème Vice-Président et Echevin des Finances.

     Source > Com de presse. Ville de Hannut

  • LES 10 MÉTIERS LES PLUS DEMANDÉS EN EUROPE

    institutrice.jpg

    La Commission Européenne a publié son rapport trimestriel European Vacancy Monitor.

    Dans ce rapport, on découvre entre autres quels métiers connaissent le développement le plus rapide sur le marché du travail européen. Les résultats sont basés sur les chiffres de différents bureaux de statistiques et de services de médiation du travail. Les chiffres sont une comparaison du deuxième trimestre de 2013 et du deuxième trimestre de 2012.

    Les métiers dont l’effectif augmente rapidement chez les employés :

    • •Instituteurs primaire et maternelle
    • •Développeurs d'applications, de logiciels et analystes
    • •Professionnels du secteur de la finance
    • •Professionnels des soins de santé
    • •Avocats et professionnels du secteur social

    Les métiers dont l’effectif augmente rapidement chez les ouvriers :

    • •Travailleurs des déchets
    • •Conducteurs de camions et de bus
    • •Travailleurs de la sylviculture, agriculture et pêche
    • •Travailleurs des soins de santés
    • •Cuisiniers

    Les secteurs avec le plus d’emplois vacants :

    • •Secteur des mines et de la construction
    • •Travail ouvrier peu qualifié
    • •Secteur créatif et artistique
    • •Soins de santé
    • •Agriculture, sylviculture et pêche

    Source : European Vacancy Monitor via > http://www.references.be

  • MÉTIER D’AVENIR AVEC LE FOREM: POSEUR D’ISOLANT : UN JOB UNIQUE

    imagesSBKJ0NJH.jpg

    La réglementation PEB fait évoluer les métiers et les compétences du secteur de la construction 

    Avec les évolutions environnementales qui touchent, depuis quelques années, le secteur de la construction, la pose d’isolant est devenue un métier à part entière. Un métier appelé à évoluer et qui va créer de l’emploi dans les années à venir. 

    Il y a 3 ans, la Wallonie a commencé à prendre en compte la performance énergétique des bâtiments (PEB) pour construire ou rénover une maison, un appartement, un bâtiment commercial ou autre. Cette réglementation a entraîné des changements dans l’évolution des métiers et des compétences du secteur de la construction.
    « Les prescriptions en termes d’isolation, d’étanchéité, de ventilation du bâti ont mené à l’apparition de nouveaux produits requérant une adaptation des compétences attendues des travailleurs », explique Christine Dalla Valle, analyste du marché de l’Emploi et de la Formation au Forem.
    Les nouvelles exigences pour des bâtiments à énergie positive élargissent la gamme des compétences recherchées dans certains métiers (*). De plus, le développement de nouvelles technologies s’accompagne de l’introduction sur le marché de matériaux ou de techniques innovantes.
    Chaque fois qu’un processus de fabrication évolue ou qu’un nouveau produit est mis au point, les travailleurs doivent acquérir de nouvelles compétences spécifiques.

    UN ENORME POTENTIEL
    C’est le cas dans le domaine de l’isolation où le métier de poseur d’isolant/monteur en isolation est désormais à considérer comme un nouveau métier, un métier émergeant, par le Forem. Il existe en effet un énorme potentiel de rénovation du bâti en Wallonie et l’isolation est un des postes important si on souhaite diminuer la facture d’énergie. En effet, les isolants évoluent : on travaille à réduire leur épaisseur tandis qu’on cherche à mettre au point des nouveaux matériaux plus interactifs, performants et écologiques.

    « Quand l’ouvrier pose de l’isolant dans une maison en construction, il se fie aux indications de l’architecte ou du chef d’équipe.  Quand il s’agit d’une rénovation, c’est parfois plus compliqué car il n’y a pas d’architecte. Quand on pose de l’isolant dans une maison, c’est relativement aisé. Par contre, quand vous voulez isoler par l’extérieur, il y a parfois des prescriptions urbanistiques à respecter et cela rend parfois les choses plus compliquées. Bref, le métier évolue », poursuit l’analyste.
    Il y a donc de plus en plus une spécialisation de la tâche : la pose d’isolant devient un métier unique et a permis de mettre sur le marché de nouvelles formations. Objectif ? Former les monteurs en isolation de demain et répondre à la demande d’un marché  en pleine évolution.

     L.B. 

    À NOTER (*) Source : « Métiers d’avenir. Etats des lieux sectoriels et propositions de
    futurs. Recueil prospectif », publié par le Service d’Analyse du Marché de l’Emploi et
    de la Formation du Forem, en septembre 2013.

    DES FORMATIONS DE 8 OU 16 HEURES

    Le poseur d’isolant ou monteur en isolation est un pro capable de poser  l’isolation intérieure et/ou extérieure dans les bâtiments neufs ou en rénovation et d’assurer l’étanchéité à l’air des parois.

    Différents corps de métier qui se chargent de l’isolation pourraient se spécialiser, dont le maçon, le couvreur ou le plafonneur et/ou le cimentier-façadier. Il existe des formations centrées sur l’isolation qui s’intègrent dans un cursus «construction » au  sens large. A titre d’exemple, il existe des formations pour les maçons qui ont envie d’actualiser leurs compétences de mise en oeuvre de l’isolation thermique des murs, en conformité avec les nouvelles exigences PEB. Elle est dispensée en 16 heures dans différents centres dont Formation

    PME Luxembourg, FormatPME Namur/Créalys, Formation PE Liège-Huy-Waremme, CFPME Dinant et dans des centres IFAPME. Il y a également des formations dans les Centres de compétence ConstruForm de Liège et du Hainaut, sur le thème de l’isolation des toitures (8h) pour ouvriers, indépendants et patrons.

    Source > http://www.jobsregions.be

  • AGENDA >HANNUT > EXPOSITION > EXPLORER L’INVISIBLE

    flyer US_explorer_Hannut_DEF.jpg

    Plus de détails demain !

  • OPEN BEACH D’HANNUT > PERSPECTIVE D’AVENIR


    Projet303.jpg

    Pour la première année, l’Open Beach Hannut se déroulera sur 2 week-ends (30 juin et 1er juillet, et 6,7 et 8 juillet). Nous espérons à l’avenir exploiter le site durant les 5 jours qui séparent les deux week-ends Beach. Actuellement, les délais d’organisation très courts pour la manche nationale ne nous ont pas permis de nous disperser dans d’autres activités durant cette période.

    Un accord passé avec Pro7A (organisateur du Belgian Beach Volley Tour) nous permet de bénéficier d’une « option » pour l’édition 2013. Nous sommes donc prioritaires pour réorganiser la manche nationale dans des conditions similaires l’année prochaine.

    Mais pour cela, nous désirons d’abord que toutes les parties soient satisfaites de l’édition 2012 (Ville de Hannut, VBC Hannut, Pro7A mais également les joueurs).

    Dans la positive, en 2013, nous prendrons le temps d’évaluer la situation pour pouvoir proposer d’autres activités.

    Par ailleurs, nous ne négligeons pas la possibilité, voire la nécessité d’intégrer activement d’autres acteurs dans l’évènement (échevinat des sports ou autres associations sportives) car les ressources humaines du VBC Hannut (60 membres) ne sont pas illimitées.

    Etant donné l’intérêt de plus en plus important que portent les commerçants à notre évènement, il sera peut-être aussi utile d’envisager des synergies avec l’UCCH (Union des

    Commerçants du Centre de Hannut).389167_320310218056547_292425236_n.jpg

    L’Open Beach Hannut semble donc plus ouvert que jamais.

    FAQ

    • Pourquoi ne pas organiser le Beach-Volley sur la grand place ?

    Nous sommes conscients de l’intérêt que portent les commerçants hannutois au Beach-Volley, surtout compte-tenu du succès que remporte la combinaison « Braderie & Beach-Volley » chez nos voisins waremmiens.

    De notre côté, la situation est différente, nous disposons d’un outil formidable qu’est le Marché Couvert (terrains couvert, accès au réseau électrique, eau courante, bar, etc.) et nous ne voyons aucune raison de nous en séparer.

    • Pourquoi organiser la manche nationale sachant que Waremme a abandonné l’organisation pour des raisons de rentabilité ?

    Nous ne connaissons pas les détails de la raison de l’abandon de Waremme. Il est vrai que le cahier des charges du Belgian Beach Volley Tour est assez lourd à remplir. Mais Sacha Koulberg (Pro7A) nous a permis de l’alléger vu les délais d’organisation assez courts.

    Enfin, il est important de rappeler que notre priorité n’est pas le tout au profit.

    Accueillir un évènement de prestige à Hannut constitue déjà un bénéfice à nos yeux et nous avons donc saisi l’occasion.

    • Vous avez attribué une wildcard à la paire Roeul/Papageorgiu , qui sont-elles ?

    Projet101.jpgOcéane Roeul & Nadège Papageorgiu sont deux joueuses de N2 liégeoise. L’an passé, elles ont tenté leur chance à un tournoi de pré-qualification mais ont échoué de peu sur le score de 18/21. Elles ont remporté de championnat AIF de Beach-Volley (Championnat Francophone) en 2010 et sont actuellement en tête du championnat 2012. C’est parce qu’Océane Roeul est encore aux études qu’elles ne se sont pas inscrites au Belgian Beach Volley Tour 2012. Voici donc l’occasion pour elles de participer tout de même à une manche !


    Contact : Nadège Papageorgiu - papageorgiu_nadege@yahoo

  • LIÈGE REPREND SON AVENIR EN MAIN

    Liege.jpgSans faire de fixation sur une région sinistrée par l’abandon progressif de l’activité sidérurgique, Liège et sa province souffrent. Pourtant les initiatives favorables à l’emploi et les compétences ne manquent pas chez nous.

    Le secteur des soins de santé est un des principaux pourvoyeurs d’emplois de la région. Le souci: il continue à souffrir d’une carence de vocations.

    Avec une université de qualité, notamment dans les domaines techniques, en science et en ingénierie, avec plusieurs pôles de compétences ou de recherche, Liège ne subit plus sa mutation, elle la construit! D’autant que de nombreuses écoles tentent d’adapter leur enseignement pour se rapprocher des besoins réels des entreprises.

    Logistique, biotechnologies, mécanique de précision, agroalimentaire, construction, enseignement et même tourisme et Horeca: ce sont des secteurs qui ont su trouver leur place et créer de l’emploi.

    Et puis il y a les “ victimes de l’acier ” qui, plutôt que d’émarger au chômage, ont choisi de se lancer comme patrons, le plus souvent avec succès.

    Du coup, le tissu économique liégeois est de plus en plus maillé de PME et de TPE.

    Selon Didier Van Caillie, professeur à HEC ULg, l’avenir de l’emploi à Liège est nettement moins incertain aujourd’hui qu’hier: “ Il y a de nombreux défis à relever, notamment dans les secteurs des technologies de pointe, dans les métiers techniques et dans notre capacité à conserver le savoir-faire dans la région.

    Les Liégeois ont repris les choses en main, c’est une bonne chose pour l’avenir.

    L’énorme difficulté qu’il faut affronter aujourd’hui, c’est de parvenir à donner le goût du travail aux très jeunes générations, qui ont souvent vu un de leurs parents au chômage.

    Source > Sudpresse > Publié le 06/06/2012Tags : Liège *