augmentation

  • Imprimer

    HUY-WAREMME-HANNUT - ECONOMIE > LE BOOM DE L’EMPLOI À HANNUT

    La plus forte hausse de l’arrondissement : entre 2012 et 2018, il a augmenté de 71,9 % 

    À l’approche des élections communales, Graydon a analysé l’activité économique de chacune des 589 villes et communes belges.

    Nous avons pu nous procurer les chiffres pour les 31 communes de l’arrondissement de Huy-Waremme.  

    Graydon s’est penché sur la santé économique des communes belges pour livrer un aperçu et une évolution des tendances au cours de la législature écoulée (2012-2018) : nombre d’entreprises, nombre de jeunes entreprises et de fermetures, entreprises qui se sont installées dans la commune ou qui se sont installées dans les communes voisines, évolution de l’emploi.

    Qu’en retenir pour les 31 communes de l’arrondissement de Huy-Waremme ? Entre 2017 et 2018, l’évolution du nombre d’entreprises est restée relativement stable. À l’exception de Nandrin et Remicourt qui chutent respectivement de 0,5 % et 1,2 %, toutes les communes voient leur parc augmenter dans une fourchette allant de 0,2 % pour Clavier à 6,3 % pour Berloz.

    Idem pour l’emploi qui entre 2012 et 2018 a progressé partout dans l’arrondissement, excepté à Faimes, Ferrières, Hamoir, Huy, Remicourt, Saint-Georges et Villers-le Bouillet où la population active a baissé de plusieurs dizaines d’unités au cours de la législature écoulée.

    La commune de Hannut se démarque par ses résultats extraordinaires en termes d’emplois : entre 2012 et 2018, une augmentation de 1544 emplois a été enregistrée, soit une hausse de 71,9 %. « C’est effectivement une commune qui se porte bien », abonde l’analyste du Forem Christine Quintin. « Selon nos statistiques, entre 2008 et 2016, le nombre d’entreprises existantes a augmenté de 11,5 % et les emplois de 15 % . »

    Cette bonne santé est attribuée à 3 secteurs d’activité « plus forts que partout ailleurs en Wallonie » : l’Horeca et le tourisme, l’enseignement et l’administration publique. « Selon nos projections, l’Horeca devrait encore prendre de l’ampleur en 2020 avec l’ouverture d’un complexe aquatique ».

    Parallèlement, le nombre de demandeurs d’emplois hannutois a lui aussi fortement chuté, de 21 % entre septembre 2014 à septembre 2018. Soit en chiffres absolus, de 881 demandeurs à 695.

    Globalement, Christine Quintin constate que l’arrondissement de Huy-Waremme se porte plutôt bien. « C’est un de ceux qui a le moins souffert des deux crises de 2009 et 2011 », conclut-elle.

    Source Partielle > Votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 03/10/2018

  • Imprimer

    HANNUT > DÉMOGRAPHIE > UNE ATTENTION AUX INFRASTRUCTURES PUBLIQUES

    Hannut et Waremme à près de 13 %

    Huy reste la ville plus peuplée de l’arrondissement, mais Hannut et Waremme connaissent une prévision forte, près de 13 %.

    Cette croissance de population d’ici 2035 implique une attention aux infrastructures publiques : « Les nombreuses activités des centres urbains attirent.

    Hannut se trouve entre Bruxelles, Hasselt, Liège et Namur. La population augmente avec plusieurs défis », soulève Manu Douette, le bourgmestre : « L’accueil des nouveaux habitants reste important et les infrastructures publiques saturent progressivement.

    On investit raisonnablement dans l’enfance, la culture, l’enseignement et le sport. On planifie beaucoup et on établit des programmes de rénovation. On se dote de chartes de densité, de plan de mobilité, de schéma commercial et d’outils de développement. »

    Source > Julien Marique > Extrait d’un article global Huy-Waremme-Hannut sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 18/07/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/256027

  • Imprimer

    AUGMENTATIONS DE TARIFS AU TEC ET À LA SNCB! > CE QUI CHANGE AU 1ER FÉVRIER

    Les sociétés régionales de transports TEC (Wallonie) et De Lijn (Flandre) augmenteront leurs tarifs le 1er février. Par contre, à Bruxelles, les tarifs de la Stib resteront inchangés.

    La SNCB augmente également certains de ses tarifs le 1er février, conformément aux dispositions contenues dans le contrat de gestion 2008.

    Bus

    En Wallonie, le TEC privilégiera désormais les recharges sur cartes MOBIB/MOBIB basic aux achats dans les véhicules. Les billets vendus à bord des véhicules et les tickets uniques seront désormais soumis à une majoration de respectivement 0,50 euro et 0,30 euro par rapport au même titre de transport chargé sur une carte MOBIB/MOBIB basic. La carte MOBIB basic sera délivrée gratuitement jusqu’au 28 février afin d’inciter les voyageurs à se munir d’une carte rechargeable.

    En ce qui concerne les tarifs des voyages, le parcours « NEXT » (trajet court sur 1 ou 2 zones contigües) passera de 1,90 euro à 2,00 euros. Les abonnements Next, Horizon (tout le réseau sans les lignes express) et Horizon+ (tout le réseau, lignes express y compris) augmenteront de 0,40 euro à 7 euros en fonction des formules choisies. Un abonnement semestriel Next, Horizon et Horizon+ sera par ailleurs créé pour les 12-24 ans, qui continueront de bénéficier de tarifs réduits sur l’ensemble des formules d’abonnement.

    En Flandre, De Lijn augmentera également certains tarifs. Les prix des abonnements « Buzzy Pazz » et « Omnipas » seront indexés. Un ticket unique valable 60 minutes coûtera 3 euros (2,15 euros par sms ou 1,80 euros pour un m-ticket via les applications pour smartphone). Le prix de la carte 10 voyages passera de 15 à 16 euros avec désormais une possibilité de paiement via une application pour smartphone.

    À Bruxelles, la Stib a par contre décidé de ne pas augmenter ses tarifs.

    SNCB

    La SNCB augmente certains de ses tarifs le 1er février, conformément aux dispositions contenues dans le contrat de gestion 2008. La compagnie ferroviaire évoque une « adaptation à l’index » calculée notamment sur base de l’indice santé qui s’est élevé en 2017 à 2,02 %. Dans les faits, certaines formules tarifaires augmenteront davantage que l’index tandis que les tarifs de certains billets spécifiques n’augmenteront pas.

    Les abonnements scolaires et les abonnements domicile-travail verront leur prix progresser de 2,49 % tandis que les autres produits augmenteront en moyenne de 1,49 %.

    Le tarif de certains billets reste inchangé : le Go Pass 10, le Rail Pass et la carte vélo d’un jour.

    Source libre en ligne de BELGA sur > http://www.sudinfo.be/2051183

  • Imprimer

    HUY-WAREMME-HANNUT : LA POPULATION VA AUGMENTER DE 30% D’ICI 2060

    Plus de 58.000 nouveaux habitants d’ici 2060 : l’arrondissement Huy-Waremme-Hannut va connaître une croissance démographique parmi les plus élevées du pays.

    «  La population belge passe de 11,3 millions d’habitants en 2016 à 13 millions en 2060  », annonce d’emblée le Bureau Fédéral du Plan. Si, à l’échelle nationale, la croissance démographique apparaît moins soutenue que celle observée sur les trois dernières décennies, la situation diffère pour l’arrondissement Huy-Waremme qui connaît une croissance importante, supérieure à 30 %, entre 2016 et 2060. «  Cette croissance démographique relativement élevée ne concerne que six arrondissements administratifs, parmi lesquels Huy et Waremme en province de Liège.  » Le seul autre arrondissement wallon à croître autour de 30 % est Nivelles (Brabant wallon), à l’instar de Hal-Vilvorde (Brabant flamand), Malines (Anvers) et Saint-Nicolas (Flandre orientale) en Flandre.

    58.322 personnes en plus

    La migration interne explique cette augmentation de population. Il s’agit principalement de citoyens déjà établis sur le territoire belge qui quittent un arrondissement pour un autre. «  Le phénomène de périurbanisation, c’est-à-dire la migration des villes vers la périphérie, contribue pour une part importante à cette croissance démographique à Huy-Waremme. Les probabilités de déménagement dans cet arrondissement poursuivent les tendances observées sur les dix dernières années  », précise le Bureau Fédéral du Plan. La position centrale de notre arrondissement, à proximité de villes comme Liège, Namur et Bruxelles, constitue un atout pour l’attractivité de migrants internes.

    En observant les chiffres de 1991 à 2015, l’instance fédérale donne ses prévisions pour les 43 prochaines années en tenant compte des décès et naissances, ainsi que des migrations tant internes qu’externe : 58.322 personnes en plus dans l’arrondissement d’ici 2060. La population passe de 157.436 habitants en 1991 à 193.202 cette … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce lundi 13/03/2017

    La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be

    Source > JULIEN MARIQUE dans votre édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/55854

    Sur cette page, d’autres articles sur le sujet :

    200 centenaires en 2060

    Nombre moyen d’enfant par femme en hausse d’ici 2060

    Migrations du Limbourg en Hesbaye

  • Imprimer

    TWITTER MODIFIE LA LIMITE DES 140 CARACTÈRES

    Le réseau social Twitter a annoncé mardi plusieurs modifications pour offrir à ses utilisateurs un peu plus d’espace pour s’exprimer dans certains cas.

    Les noms d’autres utilisateurs ou les attachements de vidéos ne seront ainsi plus comptabilisés dans la limite des 140 caractères.

    Les modifications interviennent alors que l’entreprise se trouve sous une pression croissante de ses actionnaires pour attirer de nouveaux utilisateurs.

    En cas de réponse à un tweet, le nom de l’utilisateur n’entrera plus dans le calcul des 140 caractères. La même mesure s’appliquera aux médias attachés à un tweet.

    Par ailleurs, un utilisateur pourra désormais se re-tweeter lui-même. Enfin, les messages commençant par le symbole @ seront désormais … Lire la suite ici ...

    Source > Agence Belga via > http://www.sudinfo.be Illustration > PhotoNews

  • Imprimer

    QUEL EST LE MEILLEUR MOMENT POUR DEMANDER UNE AUGMENTATION ?

    La fin de l’année approche, votre entretien d’évaluation aussi, vous êtes content de votre travail dans l’année écoulée…

    Vous sentez qu’il est temps de négocier une augmentation, et vous avez préparé des arguments pour convaincre votre patron de vous l'accorder.

    Reste une question cruciale à régler : quel est le meilleur moment pour demander une augmentation salariale ?

    Bien choisir son heure permet de mettre plus de chances de votre côté, ou même de pouvoir espérer recevoir plus d'argent que prévu. Mode d’emploi.

    Les moments à éviter

    Le climat n'est pas toujours favorable à entamer la démarche d'une augmentation. Mieux vaut éviter ces périodes...

    -Les périodes de crise pour votre entreprise : recul du chiffre d’affaires, plan de restructuration, départ de collaborateurs, chute des actions... Si votre société va mal, votre patron hésitera davantage à vous augmenter. 

    -Les moments de crise personnelle dans la vie de votre supérieur : divorce, maladie, problèmes familiaux... Gardez une certaine finesse et évitez ces périodes pour le solliciter. C'est également valable pour vos propres crises personnelles

    -Enfin, ne demandez jamais une augmentation au retour d’un long congé. Votre patron risque de vous trouver un peu trop audacieux : remettez-vous d'abord au travail !

    Choisir le moment naturel

    La clé est de faire en sorte que votre requête semble naturelle et légitime à votre patron. Pour cela, plusieurs techniques sont possibles...

    -Tout d'abord, renseignez-vous sur la politique salariale en vigueur au sein de votre entreprise. Souvent, les salaires de l’année suivante sont décidés à un moment précis. Agissez en conséquence : évitez de demander une augmentation en avril si les salaires sont adaptés en décembre

    -Vous pouvez bien sûr demander une augmentation après avoir accompli avec brio une mission que l’on vous a confiée ou lorsque vous changez de poste ou de statut

    -Prenez l'initiative de remettre sur le tapis des moments qui ont été prévus à l’avance (et que vous n’avez pas oubliés). Votre supérieur vous avait vaguement promis de renégocier votre salaire à la fin de votre période d’essai, mais il n'en parle plus maintenant qu'elle arrive à son terme ? N’hésitez pas à demander un entretien pour lui rappeler ce qui était prévu. 

    -Vous ne trouvez aucune occasion ? Rabattez-vous sur les dates anniversaires. Celle de votre précédente augmentation ou celle de votre entrée en service, par exemple.

    Et pendant l’entretien annuel ?

    La saison des entretiens de fonctionnement approche. Beaucoup d’employés pensent que c’est le moment idéal pour demander une augmentation. Est-ce le cas ? Oui et non.

    En effet, l’entretien doit surtout servir à faire le point sur vos compétences, établir le bilan de l’année écoulée et évoquer les challenges qui vous attendent. Certains managers préfèrent ne pas y associer directement la rémunération. Vous pouvez aborder le sujet lors de cet entretien, mais préférez convenir d’un autre rendez-vous pour discuter de l’augmentation en elle-même et pour développer tranquillement votre argumentation.

    Votre patron aura ainsi le loisir d’analyser vos résultats à son aise et sera plus enclin à vous accorder cette hausse salariale (si les résultats jouent en votre faveur, cela va sans dire !).

    Source: Latribune.fr > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    Liens utiles > augmentation salariale / stratégie / négociation / Evoluer / Salaires / Augmentation / Promotion

  • Imprimer

    HANNUT > L'IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES ET LE PRÉCOMPTE IMMOBILIER ONT-ILS AUGMENTÉ

    Projet5.jpg

    Les communes wallonnes n’ont pas le choix, elles doivent augmenter les principaux prélèvements sur leurs habitants.

    Additionnels sur l’impôt des personnes physiques et sur le précompte immobilier sont en hausse en moyenne. Mais les taux pratiqués par les communes révèlent de très grosses disparités. Autant le savoir, si vous cherchez une nouvelle commune de résidence.

    Lire la suite ici ...

    L'impôt des personnes physiques et le précompte immobilier ont-ils augmenté chez vous? Découvrez-le sur notre carte interactive, commune par commune

    Dans la commune de Hannut, le taux de l'Impôt des Personnes Physiques (IPP) en 2012 était de 8,8%, et celui de 2015 est de 8,8%.

     La différence est donc de 0 %.

    Le précompte immobilier de la commune était de 2.700 euros en 2012, et est de 2700 euros en 2015.

     La différence est donc de 0 euro(s).

    Source > http://www.sudinfo.be/1237988 Photo > Photonews

  • Imprimer

    LES DEVELOPPEURS D'APPS ONT TRIPLE EN DEUX ANS

    ICT_apps_2015_03_04_shutterstock_100494691.jpg

    Convaincue de son potentiel, la fédération de l'industrie technologique Agoria veut davantage soutenir le secteur des applications pour mobiles et autres objets connectés.

    Un secteur qui se serait sensiblement professionnalisé.

    Combien sont-ils, ces développeurs d'applications mobiles (« apps ») pour smartphones et tablettes ? Quelque 1 200 en Belgique, dénombre la fédération de l'industrie technologique Agoria, qui vient d'en dresser le profil. En février 2013, il y a deux ans à peine, on n'en dénombrait que 400.

    En réalité, le nombre d’emplois concernés serait encore plus élevé, selon la fédération qui souligne qu'après le développement de ces applications, il faut aussi créer des fonctions spéciales dans les entreprises qui les utilisent ainsi que dans le marketing et la vente de ces produits. Côté entreprises, la Belgique compterait désormais 200 sociétés spécialisées dans les apps, certaines d’entre elles ayant gagné en solidité et occupant plusieurs dizaines de collaborateurs, d'autres ayant été rachetées et intégrées dans des entreprises médias ou TIC classiques.

    Ce qui frappe, c’est la rapidité à laquelle le secteur s’est professionnalisé, relève Agoria. Le développeur amateur disparaît à un rythme accéléré (6 %). Les développeurs indépendants (18 %) et surtout les salariés (68 %) dominent désormais. Quant aux applications, elles s'adressent bien évidemment aux smartphones (92 %) et tablettes (80 %) mais aussi, dans une mesure croissante, aux accessoires connectés (26 %). Enfin, ce ne sont pas les jeux (10 %) mais les applications B2B (64 %), dédiées aux entreprises, qui représentent le principal débouché. Les apps pour les médias (28 %), l’apprentissage mobile (26 %), les entreprises (24 %), les loisirs (20 %), la santé et le fitness (16 %) constituent autant d'autres marchés en croissance.

    Le secteur a atteint sa maturité, estime Marc Lambotte, CEO d'Agoria. Il ne se cantonne plus aux jeux et aux gadgets. Ce sont désormais des produits stratégiques, utilisés dans les milieux professionnels et faisant partie de notre quotidien. Il s’agit par exemple d’outils permettant d’améliorer la productivité (suivi d’informations en temps réel) et la sécurité (accès aux données internes) dans les entreprises, de gérer notre consommation énergétique à domicile (domotique, internet des objets), de surveiller notre santé (mobile health, applications fitness…) ou encore de gérer nos comptes bancaires (mobile banking).

    Convaincue de son potentiel, la fédération dit étendre son soutien à ce secteur par le biais de sa plateforme Agoria Mobile ICT. Nos entreprises souhaitent se développer à l’international. Forte de sa large expérience dans le domaine de la promotion des exportations, Agoria s’avère le partenaire idéal, assure Marc Lambotte. Par ailleurs, nous allons aider nos entreprises concernant des sujets importants, tels qu’une réglementation praticable en matière de respect de la vie privée, l’approche BYOD (Bring Your Own Device), le déploiement et la gestion des smartphones et apps dans les entreprises, et l’organisation d’événements de réseautage. Agoria a également rédigé une charte éthique (code de conduite déontologique) qui vise à faciliter la relation entre les développeurs et leurs clients.

    Source > Benoît July > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be