assasinat

  • BRAIVES : 8 PERSONNES DEVANT LES ASSISES POUR L'ASSASSINAT D'ANDRÉ CORNET

    1019554532_ID7862829_cornet_185356_H3Y1FJ_0.JPGSa compagne est accusée d’avoir commandité le meurtre

    La chambre des mises en accusation de Liège a ordonné jeudi le renvoi des huit personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’assassinat d’André Cornet, un bijoutier opticien de Braives tué en juin 2010. Sa compagne ainsi que les deux tueurs présumés ont été renvoyés détenus pour cette affaire qui sera jugée au début de l’année 2013.

    Huit accusés devront donc répondre des faits liés à la mort d’André Cornet. Cinq d’entre eux devront répondre d’une accusation d’assassinat tandis que trois autres devront répondre de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

    Rita Bigattini, la compagne d’André Cornet, est la principale accusée dans le dossier. Cette institutrice de Grâce-Hollogne aurait commandité l’homicide d’André Cornet. Elle aurait recruté deux tueurs, des marginaux de Seraing, en s’adressant à un intermédiaire.

    André Cornet avait été abattu le 17 juin 2010 à son domicile de Ciplet (Braives) d’un coup de feu et de plusieurs coups portés à la tête. Son cadavre avait été retrouvé dans un bois de Seraing quelques semaines plus tard. Selon l’enquête, cinq personnes se trouvaient chez lui le soir des faits.

    En savoir plus ce jour dans votre journal

    Source > Sudpresse > Publié le Jeudi 28 Juin 2012 à 18h55 belga

  • BRAIVES: LA MÈRE DE BRUNO AMAND REVIENT SUR SA DÉNONCIATION

    575121784_ID7818493_assises_155012_H3X7VG_0.JPGLa maman de Bruno Amand a été entendue vendredi par la cour d’assises de Liège. L’accusé répond de l’assassinat d’Isabelle Hody. L’enquête l’avait confondu après les révélations de sa propre mère qui prétendait en 2010 avoir reçu ses aveux. Mais devant la cour d’assises, la septuagénaire s’est rétractée de ses précédentes déclarations.

    Bruno Amand, un Hannutois de 40 ans, est accusé d’avoir commis l’assassinat de sa compagne Isabelle Hody et d’avoir maquillé son décès en suicide le samedi 4 août 2007.

    En 2010, l’enquête avait évolué de manière spectaculaire lors des révélations de la mère de l’accusé. Elle avait soutenu, lors de nombreuses auditions devant des enquêteurs et un juge d’instruction, que son fils avait commis les faits et lui avait fait des confidences.

    La mère de Bruno Amand avait donné de nombreux détails qui ont pu être confirmés et recoupés par les enquêteurs.

    Dans ses déclarations lors de l’instruction, la mère de Bruno Amand parlait des appels téléphoniques à des heures précises, de la localisation des blessures occasionnées à la victime et de l’endroit où il avait caché les vêtements.

    Mais la maman de l’accusé, entendue sous serment, nie désormais l’implication de son fils. “Si j’ai dit tout cela à l’époque, c’est parce que j’étais menacée par ma fille. Elle voulait la peau de mon fils car elle avait la rage contre lui. Je ne pense pas que mon fils aurait pu faire cela”, a annoncé le témoin.

    La mère de l’accusé a été confrontée par la présidente Konsek à ses contradictions. Sur le fait, notamment, que sa fille a toujours affirmé lors de l’enquête que Bruno Amand n’était pas coupable de l’assassinat d’Isabelle Hody. La position de la fille, par rapport à l’accusation qui repose sur Bruno Amand, serait donc totalement contraire à ce que prétend la mère de l’accusé.

    La maman de Bruno Amand a également contesté avoir fait des confidences précises auprès du personnel d’un hôpital où elle avait été soignée durant un mois. “C’est encore ma fille qui m’a fait incarcérer chez les fous durant cette période!“, a-t-elle soutenu.

    En savoir plus dans votre journal ce ce jour

    Source > Sudpresse > Publié le Vendredi 15 Juin 2012 à 15h53 > Photo (Th.V.A)

  • BRAIVES : OUVERTURE DU PROCÈS DE BRUNO AMAND

    51378909_ID7794615_amand_171224_H3WT4W_0.JPGLe procès de Bruno Amand s’ouvrira lundi devant la Cour d’assises de Liège. Mais le Braivois sera-t-il reconnu coupable de l’assassinat d’Isabelle Hody ? L’accusé nie les faits. Un constat de mort par suicide qui avait été réalisé. Mais des questions subsistent.

    Rarement un procès en Cour d’assises aura débuté par autant de questions auxquelles il est difficile de répondre avec certitude. S’il était apparu, au soir du 4 août 2007, qu’Isabelle Hody s’était donné la mort en se mutilant au couteau, l’enquête a depuis été émaillée de plusieurs rebondissements spectaculaires. À tel point qu’au bout de la procédure d’instruction, Bruno Amand apparaît comme celui qui pourrait être l’auteur... d’un assassinat. Entre la thèse du suicide et celle de l’assassinat, il existe une sérieuse marge d’incertitude!

    Plus de détail dans votre journal de lundi !

    Source > Sudpresse > Publié le Samedi 9 Juin 2012 à 09h00 NICOLAS GIMENNE >  (Photo: Archives)