arnaque

  • Imprimer

    FRAUDE INFORMATIQUE > PAYPAL > MÉFIEZ-VOUS DES ARNAQUES !

    Un conseil : suivez les procédures habituelles 

    Face à l’augmentation des escroqueries liées aux comptes Paypal ces derniers mois, la police fédérale met en garde. 

     « Si vous l’utilisez, vous le savez, son principe de fonctionnement est très simple », explique Olivier Bogaert, commissaire de la Computer Crime Unit, l’unité de lutte contre la criminalité informatique de la police fédérale.

    « Lors de la création de votre compte, vous fournissez vos coordonnées et vous choisissez une adresse mail qui deviendra votre identifiant unique. Le service est gratuit si vous l’utilisez pour payer un achat. Il est payant, via le prélèvement d’un petit pourcentage, si vous êtes le vendeur. Dans ce dernier cas, soit Paypal vous fait parvenir une facture que vous payez via votre compte bancaire soit, la société prélève cette commission sur la carte de crédit dont vous avez communiqué les coordonnées. »

    Lorsque vous vendez, l’acheteur demande à régler via Paypal et c’est là que, visiblement, survient de plus en plus un cas d’arnaque bien particulier. Une victime en a fait les frais récemment : « Françoise, alors qu’elle a vendu son objet 100 euros, a vu son compte crédité de 1.000 euros. Son acheteur la contacte, s’excusant, il a fait une erreur de manipulation et demande qu’elle lui retourne les 900 euros qu’il a versés par erreur. Et de demander que ce montant lui soit envoyé en utilisant les coordonnées d’un compte qu’il lui fournit. Confiante et pensant lui rendre service, Françoise s’exécute et verse les 900 euros. »

    Erreur fatale. Elle aurait dû se renseigner et vérifier qu’il s’agissait bien d’une procédure habituelle de Paypal. Ce n’était pas le cas. « Dans le cas d’une vente via ce service, le remboursement pouvait intervenir par un simple renvoi de la somme vers le compte Paypal de l’acheteur. Mais, dans notre histoire, l’acheteur n’était pas le titulaire du compte Paypal, mais bien un escroc qui en utilisait les coordonnées, vraisemblablement obtenues par phishing. Françoise est doublement victime : de la somme qu’elle a envoyée mais aussi de ce même montant que lui réclame désormais le légitime titulaire du compte qui a été utilisé. »

    Tout aussi interpellant, le cas de ce jeune … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 07/04/2018

    Source > J.M. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 07/04/2018

    Autre article connexe sur la page de votre journal > « Les escrocs tentent de profiter des plus fragiles »

  • Imprimer

    DES FRAUDEURS TENTENT DE PROFITER DES PROBLÈMES TECHNIQUES CHEZ ARGENTA POUR ARNAQUER DES CLIENTS

    Des personnes mal intentionnées ont tenté de tirer profit des déboires techniques vécus chez Argenta ces dernières heures.

    Plusieurs clients de la banque ont en effet signalé des tentatives de «phishing» ou hameçonnage. «Nous sommes au courant.

    Notre département Securitymonitoring suit l’affaire de près en permanence et fait fermer les sites de phishing», a réagi une porte-parole de la banque.

    Argenta avertit ses clients de ne pas répondre aux mails leur demandant de communiquer leurs codes. En cas de doute, il est recommandé de … La suite sur > http://www.sudinfo.be/id47129/article/2018-04-04

    Source > Belga sur > http://www.sudinfo.be/id47129

  • Imprimer

    FRAUDE À LA BANQUE EN LIGNE > PLUS DE 2,5 MILLIONS SOUTIRÉS AUX CLIENTS !

    C’est Febelfin qui tire (une fois de plus !) la sonnette d’alarme.

    Ne communiquez jamais vos codes bancaires ! En 2017, 3.205 cas de fraude à la banque en ligne ont été recensés. Leurs auteurs ont réussi, dans ce cadre, à mettre la main sur 2.524.332 euros. Les fraudeurs continuent essentiellement de recourir à la technique de l’hameçonnage (phishing).

    Ils envoient le plus souvent un courriel au nom d’une banque ou d’une autre institution officielle (comme la police ou un Service public fédéral) afin de gagner la confiance de leurs victimes.

    Dans ce courriel figure un lien qui mène vers un faux site internet où la victime est invitée à introduire ses codes bancaires.

    Une fois les codes en leur possession, les fraudeurs peuvent se connecter sur le véritable site de banque en ligne de leurs victimes et signer ainsi des paiements frauduleux.

    Huit fois plus > Inquiétant, en 2016, Febelfin n’avait détecté « que » 475 fraudes … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/03/2018

    Source > M.SP. Sur > votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/03/2018

  • Imprimer

    DES MALFRATS PROFITENT DE LA PANNE PROXIMUS > RISQUE DE VOLS DE VOS DONNÉES

    Après l’importante panne qui a touché lundi et mardi de nombreux clients de Proximus, tout est rentré dans l’ordre pour une grande majorité d’entre eux.

    Certains rencontrent toutefois encore des problèmes lors du redémarrage des modems et décodeurs.

    Le service clientèle de l’opérateur reste accessible en cas de besoin. Il faudra toutefois être patient. « Depuis ce mardi, nous conseillons les clients sur ces redémarrages, ce qui règle généralement la situation », a affirmé ce mercredi le porte-parole de Proximus, Jan Margot. « Certains clients ne le savent pas. Si plusieurs centaines d’entre eux contactent les centres d’appels, ces derniers sont vite saturés. »

    Face aux désagréments rencontrés, l’entreprise va offrir une compensation à ses abonnés TV. Ils recevront gratuitement durant deux semaines, un accès illimité à l’offre télévisée de leur opérateur. > Voir > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/10

    Du Phishing…

    Des malfaiteurs profitent de cette panne pour arnaquer des clients. … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 11/01/2018

    … /… Nouvelle tentative de phishing pour les clients Proximus. Si vous êtes client chez l’opérateur et que vous recevez le mail ci-dessous, ne cliquez pas sur « Cliquer ici ». Il s’agit d’une tentative de phishing ( vol de vos données de connexion) » , a-t-elle mis en garde sur sa page Facebook.

    Le courriel incriminé est floqué du logo Proximus. Il vous fait croire que votre compte client a été bloqué et vous revoit vers un lien où vous devez introduire vos données client. Une fois introduites, elles peuvent alors être volées.

    Source > Alison Vlt. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 11/01/2018

  • Imprimer

    HESBAYE > RAPPEL > ATTENTION ARNAQUE > PAS DE PORTE-À-PORTE POUR LES POMPIERS

    L’arnaque avait déjà été repérée l’an dernier… et il semble qu’elle se réitère encore cette année.

    Des habitants de Hesbaye, principalement sur l’entité de Berloz jusqu’à présent, ont signalé la présence de personnes faisant du porte-à-porte dans les habitations. Elles se présentent comme membres ou proches des pompiers de la zone de secours de Hesbaye et disent récolter des fonds pour nos pompiers ou leurs familles.

    Outre la collecte de numéraire, ces démarcheurs peuvent aussi vendre « des cartes de membre, de soutien, des abonnements ou des revues se revendiquant liés à la zone de secours », évoque un témoin.

    Il s’agit là d’une démarche tout à fait illégale ! Car ces individus n’ont bel et bien aucun lien quelconque avec nos hommes du feu mais en utilisent la notoriété et le travail quotidien pour s’attirer la sympathie des riverains.

    Ils appartiennent toutefois à une ASBL, nommée « Enssa », qualifiée de « caisse d’entraide pour venir en aide aux familles de policiers et pompiers décédés » mais dont le fonctionnement, la composition et les missions concrètes sont extrêmement flous. Malgré de multiples tentatives, nous ne … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 16/12/2017

    L’an dernier, … / … « Et si cela devait toutefois être le cas, nous serions équipés de nos uniformes, nos badges, et en possession d’une carte pouvant attester de notre profession. »

    Soyez donc prudents !

    Source E.D.>Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 16/12/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale >http://huy-waremme.lameuse.be/166968

  • Imprimer

    ATTENTION, UNE NOUVELLE ARNAQUE AU DIGIPASS A DÉJÀ FAIT PLUSIEURS VICTIMES: VOICI COMMENT LES ESCROCS S'Y PRENNENT!

    L’arnaque au digipass est un nouveau type d’escroquerie à la mode.

    La police vient d’ailleurs de lancer une nouvelle alerte. Le mode opératoire de ces escrocs est simple… et peut vous faire perdre beaucoup d’argent ! Voici comment ils procèdent.

    «  Voici une arnaque qui sévit actuellement et pour laquelle nous devons déplorer des victimes sur notre zone de police  », explique la zone de police Haute-Meuse sur sa page Facebook dans une communication partagée notamment par le bourgmestre de Dinant, Richard Fournaux (MR). «  Quelqu’un vous appelle au téléphone et se présente comme membre de la Commission Européenne.

    Cette personne vous explique que vous avez été victime d’appels intempestifs et que ces « sociétés harceleuses » avaient été condamnées par la justice. Suite à ces condamnations, le montant des amendes payées va être redistribué aux victimes dont vous faites partie. Pour ce faire, l’auteur vous demande de faire des manipulations sur votre digipass. L’appel est transféré à un complice qui vous explique la marche à suivre et les opérations bancaires à effectuer pour recevoir l’argent.  »

    En fait, les auteurs se connectent sur le site de votre banque et débitent votre compte bancaire. « Vos codes sont secrets et doivent le rester ! », rappelle la police ! Bref, si vous recevez un appel de ce genre, raccrochez tout de suite !

    Pour ce faire, l’auteur vous demande de faire des manipulations sur votre digipass. L’appel est transféré à un complice qui vous explique la marche à suivre et les opérations bancaires à effectuer pour recevoir l’argent. Suite à ces manipulations, les auteurs prennent le contrôle de votre ordinateur et débitent votre compte bancaire. Même une réaction rapide de votre part n’empêche pas le débit de votre compte > VOS CODES SONT SECRETS ET DOIVENT LE RESTER !

    Vous avez été victime d’une arnaque : ce qu’il faut faire !

    Si vous pensez avoir été victime d’une arnaque à la consommation, ou si vous soupçonnez une arnaque, vous pouvez signaler les faits en ligne via le Point de contact du SPF Économie. Vous devez également déposer une plainte auprès de la police.

    Source libre de > Guillaume Barkhuysen sur > http://www.sudinfo.be/2004573

  • Imprimer

    TROIS INDIVIDUS ARRÊTÉS POUR «ARNAQUE AU TARMAC»

    Ils proposaient d’asphalter les cours et allées de garage à des prix qui, finalement, s’avéraient exorbitants.

    Le tout, sans facture et avec un maximum de pression sur les personnes âgées, notamment.

    Ils sévissaient dans la région de Clavier & Hannut depuis quelque temps déjà. Lundi dernier, le 27 novembre, trois escrocs ont été privés de liberté dans le cadre d’une arnaque au tarmac.

    Un individu se présentait chez des particuliers en proposant de goudronner ou d’asphalter leur cour, allée de garage ou accotement pour la somme de 15 € le mètre carré. Sans facture, évidemment. C’est l’un des habitants de la rue du Roi Albert, à Clavier, qui a donné l’alerte. Le 22 novembre dernier, l’homme, âgé d’une soixantaine d’années, avait accepté la proposition. Mais alors que l’addition pour les mètres carrés asphaltés devait s’élever à 2.775 €, les ouvriers lui réclamaient, tout d’un coup, 3.900 €. L’homme avait alors marqué sa désapprobation et avait signalé les individus à la police avec un descriptif précis d’un homme et du véhicule dans lequel il circulait, un camion immatriculé en Grande-Bretagne.

    Sous pression > Lors de son audition en tant que victime, il avait … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/159394

    Si vous avez été victimes de ces faits ou d’autres agissements suspects, n’hésitez pas à vous manifester auprès des services de la zone de police du Condroz.

    Relire notre « MISE EN GARDE » du février 2017 sur ce blog > PRUDENCE & BON A SAVOIR > DES ARNAQUEURS « AU TARMAC » RÔDENT SUR HANNUT ! Sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

  • Imprimer

    ARNAQUES > BOOM DES PLAINTES SUR LE COMMERCE EN LIGNE

    Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas.

    Avec, comme chaque fois, un rush à attendre pour le commerce en ligne.

    Mais le secteur n’est pas exempt de tout reproche. Ni de tout danger. Les plaintes à son encontre ne cessent d’augmenter. Elles sont mêmes en plein boom, selon les données recensées par l’Inspection économique.

    En 2016, le site internet «https://pointdecontact.belgique.be», ouvert à la fin février, en avait recueilli 1.693. Sur les six premiers mois de cette année 2017, il en est déjà à 3.245. Toutes ces démarches visent à dénoncer une non-livraison d’un bien ou d’un service suite à une commande passée par voie électronique.

    Le ministre en charge de la Protection des consommateurs, Kris Peeters, relative à peine le constat. Tout juste fait-il remarquer que la forte hausse peut s’expliquer par un rush de dénonciations en Flandre, suite à une seule et même affaire. À elle seule, elle aurait entraîné la réception de 2.035 signalements, en ce début d’année.

    Rien n’indique que cela soit amené à s’atténuer, que du contraire. C’est d’autant plus vrai que le point de contact concerné facilite le dépôt de plainte. Et comme le SPF Économie prend grand soin de le renseigner dans un maximum de ses communications, cela devrait aider à son utilisation accrue.

    L’Europe ne s’énerve pas

    De façon … La suite en ligne pour les abonnés à version .PDF en ligne > http://journal.sudinfo.be/journal.php ou sur votre journal H/W de ce jeudi 16/11/2017

    Source > Ch. C.> http://journal.sudinfo.be

    Illustration > jobsregions