apprendre

  • HANNUT: UNE SEMAINE POUR APPRENDRE À CRÉER SON PROPRE JEU VIDÉO

    Le centre d’information jeunesse Cool Zone, en collaboration avec Action Médias Jeunes et Infor Jeunes, propose pendant cinq jours aux jeunes de créer leur propre jeu vidéo.

    Le centre d’information jeunesse Cool Zone, à Hannut, va organiser du 27 février au 3 mars un stage de création de jeux vidéo. Une activité organisée en partenariat avec Action Médias Jeunes et Infor Jeunes, et reliée à un projet d’éducation aux médias.

    «  On est intéressé de donner aux jeunes un rôle d’acteurs  », explique Claire Sturam, animatrice au Cool Zone. «  On souhaite qu’il s’interroge sur la durée de leurs parties, leur manière de jouer, mais également la façon dont les créateurs de jeux vidéo cherchent à les rendre addict.  »

    Cool Zone a déjà lancé un stage similaire il y a trois ans. Celui-ci était toutefois bien plus long, puisqu’il durait deux mois. «  Nous avions alors perdu quelques jeunes en cours de route, car ils avaient abandonné  », indique-t-elle.

    L’ASBL espère former un groupe d’une dizaine de jeunes. «  On est soumis au décret jeunesse, donc c’est ouvert entre 12 et 26 ans. Mais on a ... … La suite pour les abonnés à l’édition digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/45748

    Le stage se déroulera au Cool Zone, situé au 51, route de Tirlemont. Le stage se déroule du lundi 27 février au vendredi 3 mars de 10h à 16h. La participation revient à 10 euros. Plus d’informations au 019/63.05.30.

    Source J.G. sur > http://huy-waremme.lameuse.be

  • 5 ASTUCES POUR APPRENDRE FACILEMENT UNE NOUVELLE LANGUE

    C’est un fait : les langues sont un atout primordial sur le marché du travail.

    Être bilingue ou trilingue offre bien davantage d’opportunités de carrière !

    Envie d’apprendre une langue ? Félicitations, c’est une excellente idée. Mais attention, les prétextes sont nombreux pour baisser les bras... Voici quelques astuces qui vous rendront plus efficace et motivé.

    Trouver un correspondant

    « Je n’arriverai pas à me motiver si je suis seul » Pour apprendre une langue, il faut la pratiquer. Hormis les cours classiques, utiles mais un peu rébarbatifs et chronophages, pourquoi ne pas vous trouver un correspondant ? Certains forums proposent de mettre en relation deux personnes souhaitant améliorer leur maîtrise d’une langue, via Skype par exemple. Le but est de mener des conversations normales : les paires se corrigent mutuellement.

    Mettre le temps perdu à profit

    « J’adorerai apprendre une nouvelle langue, mais avec mon travail, je n’ai pas le temps » En êtes-vous sûr ? Pour vous rendre au travail, vous passez beaucoup de temps dans les transports en commun chaque matin, ou dans votre voiture, à l’arrêt dans les embouteillages. Optimisez ce temps perdu ! Téléchargez une application pour votre smartphone ou votre tablette numérique, procurez-vous une méthode sur CD pour votre autoradio... Il faut un peu de volonté pour se lancer seul, mais c'est une solution très pratique.

    S'imprégner de la culture de la langue

    « Cela demande trop d'efforts, c'est fastidieux et démotivant » Langue et culture sont très liés. Intéressez-vous à la production musicale, littéraire et cinématographique de la langue que vous étudiez, ce sera bien plus facile de vous passionner. Regardez vos films en version originale : filmographie d'Almodovar pour l'espagnol, d'Eric Van Looy (Loft, De zaak Alzheimer) ou de Felix Van Groenigen (De helaasheid der dingen) pour le néerlandais... Vous ferez ainsi de jolies découvertes culturelles ! Regardez aussi les journaux télévisés dans cette langue, ceux de la BBC ou de la VRT, par exemple, et écoutez la radio : vous prendrez plaisir à apprendre.

    Se lancer un défi !

    « Je n’aurai pas assez de volonté pour faire tous ces efforts » C’est le temps des bonnes résolutions ! Apprendre une langue demande effectivement de la volonté, ainsi que de la patience. Ne baissez pas les bras. Lancez-vous plutôt un défi, et mettez tout en oeuvre pour réussir. Faites-en une question de fierté personnelle, et parlez-en autour de vous : il vous sera moins facile de faire marche arrière ensuite.

    S'intégrer dans une communauté

    « Apprendre seul n'est pas assez efficace » Si vous avez les moyens et le temps pour cela, il ne tient qu'à vous d'effectuer un séjour linguistique. Ceux-ci ne sont pas réservés aux jeunes étudiants et représentent véritablement la meilleure manière d'apprendre une langue. Avec ou sans cours, quelques semaines, quelques mois, ou simplement le temps de vos vacances, installez-vous dans un pays où on parle la langue que vous apprenez. Et osez parler avec les autochtones !

    Source > Texte: Magali Henrard > http://www.references.be

    Liens utiles > connaissance des langues / langues / compétences / formation / Evoluer / Formations / Travailler à l'étranger / Compétences

  • EN REUNIONS : APPRENEZ L’ASSERTIVITE

    Presentation_shutterstock_144904975.jpg

    Vous arrive-t-il un peu trop souvent de vous faire couper la parole par les autres ?

    Ou de voir un collègue félicité pour une idée que vous lui aviez soufflée ? Voici quelques pistes pour éviter ce type de frustrations.

    Préparez-vous

    Quel que soit son type (décision, brainstorming, etc.), une bonne réunion est souvent une réunion bien préparée. Pour ce faire, vous avez besoin de certaines informations, quitte à les solliciter si elles ne vous sont pas fournies : objectifs et sujets, ordre du jour, type, participants, date, durée, lieu, supports…

    Développez l'assertivité

    Les mots vous manquent au moment où vous devriez exposer votre point de vue ? Si une forme d’introspection peut vous aider à découvrir les motifs de votre anxiété, on s’en tiendra à rappeler ici les quatre grands comportements possibles : soumission, domination, manipulation et assertivité.

    Seule la personne qui adopte l'attitude d'assertivité exprime son point de vue et ses besoins sans détours, tout en manifestant de la considération pour l'autre. C'est l’attitude la plus constructive en groupe (ou en couple), par laquelle jeter les bases d'un dialogue constructif avec une réelle écoute réciproque.

    La position de vie de l'assertif correspond au « je suis OK, vous êtes OK ». Il postule le respect réciproque des opinions : ce n'est pas parce que moi j'aime telle chose que les autres ont tort de ne pas l'aimer. La structure de communication est basée sur le message en « je » plutôt qu’en « tu », c’est-à-dire sur l’expression de ses sentiments.

    Voyons un exemple de méthode à suivre.

    La méthode DESC

    L’objectif de la méthode DESC est de trouver un compromis dans une situation problématique ou conflictuelle, notamment en réunion. Un comportement assertif s'exprimera en respectant le plan suivant :

    1. Décrivez les faits

    Tentez de vous en tenir aux  éléments qui posent problème : faits, enchaînements, circonstances, contexte… Il est essentiel de viser ici à l’objectivité, de manière à dissocier la personne du problème.

    « La journée de travail s’achève régulièrement à 19 heures. »

    2. Exprimez vos sentiments

    À présent, mentionnez les conséquences négatives de la situation pour vous, exprimez vos sentiments engendrés par le problème ainsi que votre opinion. La clé consiste ici à vous en tenir au « je » plutôt qu’au « vous » : cela vous permettra de faire savoir aux autres comment vous vous sentez à un moment donné à propos d'une situation particulière. Vous vous déchargerez également de vos émotions négatives sans pour autant déclencher une discussion en escalade.

    « Lorsque j’arrive à la maison, mes enfants sont déjà couchés. »

    3. Suggérez des solutions

    Spécifiez vos attentes relatives à l'action de l'autre. Tentez de proposez une solution satisfaisante pour chacun.

    « Je souhaite recourir au télétravail le mercredi. Cela vous convient-il ? »

    4. Conséquences positives pour chacun

    Faites part des aspects positifs, pour chacun, de la solution que vous proposez.  Dites les bénéfices que tout le monde peut en tirer, même s’il s’agit d’un compromis. À ce moment, vous pouvez être amené à utiliser également le « tu » (ou le « vous »), mais celui-ci porte sur des comportements et non sur l'identité de la personne.

    « En étant davantage présent pour ma famille en milieu de semaine, ma vie sera mieux équilibrée, sans perdre de temps de travail. Mes dossiers en souffrance pourront être traités ce jour-là, ce qui me dégagera l’esprit pour les réunions de fin de semaine. »

    Entraînez-vous

    1. Songez à un problème que vous souhaitez ou devez aborder avec quelqu’un (collègue, supérieur, partenaire…), prenez un stylo et cherchez à suivre, par écrit, les quatre phases de la méthode DESC.

    2. Faites le même exercice en revenant sur une réunion ou un entretien qui vous a laissé un sentiment de frustration.

    Source > Cy.P. > Texte: Laurent Depré sur > http://www.references.be

  • APPRENDRE LE CHINOIS POUR BOOSTER SA CARRIERE ?

    Chinois_shutterstock_149492390.jpg

    De plus en plus de cadres, attirés par le potentiel économique de la Chine, se décident à apprendre le mandarin. Une langue difficile, qui nécessite un investissement sérieux.

    Des efforts récompensés par des débouchés sur le marché du travail ? Pas si sûr.

    你会说中文吗?Comprenez: Parlez-vous le chinois? Si cette phrase vous en évoque davantage que l’enseigne du resto asiatique du coin ou que le motif du rideau élimé de la chambre à coucher, alors peut-être faites-vous partie de ces travailleurs qui décident de s’attaquer au mandarin dans l’espoir de se voir ouvrir plus facilement les portes de l’Empire du Milieu ou tout simplement celles du marché du travail.

    Dans l’imaginaire collectif, le chinois est fantasmé comme la langue de l’avenir, celle qu’il faudrait absolument dompter le jour où ce pays hors norme imposera définitivement son hégémonie sur l’économie mondiale. Alors, en prévision, certains cadres et directeurs retournent sur les bancs de l’école.

    On a connu un pic particulier entre 2008 et 2010. Aujourd’hui, la demande s’est stabilisée, peut-être en raison du ralentissement de la croissance de la Chine, estime Serge Langerock, directeur du centre de langues Berlitz. Il est vrai qu’il y a un grand engouement ces dernières années, ajoute Fabienne de Voghel, secrétaire de l’Institut des langues vivantes (ILV) de l’Université catholique de Louvain. Non seulement de la part des étudiants, mais aussi d’élèves libres, qui pensent que cela va booster leur carrière. 

    L’apprentissage reste toutefois minoritaire : par exemple, en 2011, Berlitz n’a accueilli que deux stagiaires dans cette option, tandis que 129 étudiants ont suivi les leçons de l’ILV. Contre… 7 800 pour l’anglais, mais 113 pour l’italien.

    Le chinois est-il devenu le sésame pour l’emploi ? Pas aux yeux de Françoise Lauwaert, sinologue et professeur à l’Université libre de Bruxelles. Pour pouvoir s’en servir comme un outil, cela nécessite des années d’apprentissage. Devenir bilingue en suivant des cours du soir, c’est n’importe quoi ! Cela demande un investissement énorme. Je ne pense pas que c’est ce paramètre qui permettra de faire des affaires dans ce pays. Autant prendre un interprète ! Car si on ne maîtrise pas le chinois aussi bien que l’anglais, on risque de se faire rouler. 

    Mieux vaut parler anglais

    C’est surtout une excellente connaissance de l’anglais qui aidera à développer sa carrière, concède Serge Langerock. Mais ce qui est important, c’est d’apprivoiser la culture derrière la langue. Car on ne fait pas des affaires là-bas comme ici. 

    Aux dires des recruteurs, la capacité à parler mandarin semble ne pas être une qualité particulièrement recherchée sur un CV. Ni sur le marché belge ni sur le marché international. Il ne m’est jamais arrivé d’avoir une demande de ce type, raconte Géraldine Braem, Senior Consultant chez Randstad Professionals. Parler une langue européenne, comme l’allemand, l’italien ou l’espagnol, est par contre beaucoup plus recherché. 

    Anna Dal Borgo, consultante chez Manpower Borderless Talent Solution, a reçu depuis le début de l’année quelques demandes pour des profils parlant chinois. C’était un « plus », pas une nécessité absolue. C’est une démarche peu courante. Il est vrai que certaines sociétés japonaises basées à Bruxelles sollicitent souvent des personnes parlant le japonais et connaissant la culture du pays. Mais les entreprises chinoises n’ont pas cette exigence. 

    Tout au plus la maîtrise de cette langue serait-elle un gage, aux yeux d’un potentiel employeur, de volonté et de détermination. La majorité des diplômés en interprétariat peineraient par ailleurs à décrocher un job. Le chinois comme potion magique pour trouver de l’emploi ou donner un coup de fouet à sa carrière semble ne pas (encore ?) avoir fait ses preuves…

     « La connaissance du métier prime, pas celle de la langue » Lire la suite ici ...

    Source > Mélanie Geelkens sur > http://www.references.be

  • 5 IDEES REÇUES SUR L’APPRENTISSAGE DES LANGUES

    Langues_shutterstock_193327349.jpg

    Nombreux sont les élèves à être rebutés par leurs cours de néerlandais, d’anglais, d’allemand ou d’espagnol.

    Mais en grandissant, ce désamour pour les langues se transforme généralement en un gros handicap pour la carrière…

    Avez-vous déjà vu des jobs de rêve vous passer sous le nez simplement parce que vous ne parliez pas assez bien une autre langue ? D'ailleurs, saviez-vous que parler une autre langue booste votre salaire?

    Voici quelques mauvaises excuses qui devraient vous faire réaliser qu’il est temps de reprendre votre apprentissage !

    1. "Je suis trop bête"

    Apprendre une langue n’est pas une question d’intelligence. Il s’agit plutôt d’avoir la curiosité de s’intéresser aux autres et à leur culture, et d’arriver à inhiber ses peurs et sa timidité. Le plus important reste la motivation et la ténacité : il ne faut pas abandonner à la première difficulté venue. Des caractéristiques à la portée de tous, pour peu qu'on fasse preuve de volonté.

    2. "Je suis trop vieux"

    Il n’est jamais trop tard pour maîtriser une langue étrangère. De plus, cette excuse est utilisée par des gens de plus en plus jeunes ! Il ne faut pas être un enfant pour assimiler mieux une langue, loin de là. Si un enfant intègre effectivement plus vite le vocabulaire et l’accent, un adulte aura bien plus de facilités à maîtriser les structures grammaticales et les conjugaisons.

    3. "Je n’ai pas le temps"

    On pense souvent que le temps nécessaire pour maîtriser une langue est le même qu’à l’école : des années et des années. En réalité, iIl est possible d’apprendre plus efficacement et donc bien plus rapidement. En allant à l’essentiel (et en faisant preuve de plus de bonne volonté qu’en étant ado), on peut facilement résumer six années en une seule.

    Trouver du temps, bien sûr, est une question de priorités. Il suffit parfois simplement de passer moins de temps devant la télé ou sur internet, ou de simplement mettre à profit ses trajets domicile-travail.

    4. Je ne veux pas aller à l’étranger

    Bien sûr, l’immersion est une excellente façon de progresser dans une langue. Mais il s’agit avant tout d’arriver à faire l’effort d’aller vers l’autre : cette démarche, vous pouvez aussi la faire en restant ici. Si vous ne voulez pas dépenser de temps ou d'argent en partant à l’étranger, regardez autour de vous : la Belgique est un pays multiculturel qui compte en plus trois langues nationales !

    Votre entourage compte certainement des native speakers en anglais, néerlandais ou allemand. Pourquoi ne pas inviter ces personnes à discuter régulièrement avec vous dans leur langue d’origine, ou encore chercher un correspondant linguistique prêt à converser sur Skype ?

    5. Je ne suis pas doué pour les accents

    Il est effectivement un peu plus compliqué de dompter les accents à l’âge adulte. Les enfants ont plus de facilités car ils sont moins habitués aux fréquences sonores de leur langue natale, contrairement aux adultes qui ont beaucoup de mal à s’en détacher. Pour rééduquer votre oreille, écoutez dès que vous en avez l’occasion la télé, les films, les séries, les chansons et la radio dans la langue que vous apprenez. Imprégnez-vous de la langue (rythme, prononciation, intonation) jusqu’à ce qu’elle vous soit naturelle.

    Source & Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • 10 TRUCS ET ASTUCES POUR APPRENDRE UNE LANGUE (VIDÉO)

    matthew-the-polyglot.jpg

    Matthew Youlden parle 9 langues couramment et en comprend 12 de plus.

    Comme on travaille dans le même bureau à Berlin, je l’entends constamment passer d’une langue à une autre tel un caméléon qui change de couleurs. En fait, pendant très longtemps je ne me suis même pas rendu compte qu’il était anglais.

    Quand j’ai raconté à Matthew mes difficultés pour apprendre ne serait-ce qu’une seconde langue, il m’a donné plusieurs conseils. Si vous pensez que vous ne pourrez jamais devenir bilingue, lisez bien la suite !

    1. AYEZ DE BONNES SOURCES DE MOTIVATION

    Cela peut paraître évident pour beaucoup, mais si vous n’avez pas une bonne raison d’apprendre une langue, vous aurez moins de chances de rester motivé sur le long terme. Essayer d’impressionner des anglophones avec votre français n’est, par exemple, pas une très bonne source de motivation; par contre apprendre le français pour pouvoir communiquer avec des français dans leur langue maternelle est une excellente raison d’apprendre une langue. Peu importe vos motivations, une fois que vous avez choisi la langue que vous voulez apprendre, il est crucial de s’engager à ne pas lâcher : “OK, j’ai décidé d’apprendre cette langue et je vais faire tout mon possible pour qu’elle envahisse

    Bon, une fois que vous vous êtes engagé, comment faire ? Y a-t-il une façon d’apprendre qui soit plus efficace qu’une autre ? Matthew recommande l’approche “360°” : peu importe la méthode utilisée, il faut pratiquer une nouvelle langue tous les jours. “J’ai tendance à absorber autant que possible dès le départ. Si j’ai décidé d’apprendre une langue, j’y vais à fond et j’essaie de l’utiliser un peu tous les jours. Au fur et à mesure que les jours passent, j’essaie de penser, écrire et même de me parler à moi-même dans cette langue. Pour moi, il s’agit avant tout de mettre en pratique ce que j’ai appris - que ce soit dans un email, en me parlant à moi-même, en écoutant de la musique ou la radio. S’entourer, s’immerger dans la culture associée à cette langue est extrêmement important.“ Rappelez-vous que la meilleure chose qui puisse arriver lorsque vous essayez de parler une langue étrangère, c’est que l’on vous réponde dans cette langue. Être capable d’avoir ne serait-ce qu’une conversation simple est une récompense incroyable.

    Atteindre un objectif tel que celui-ci assez rapidement permet de rester motivé et de continuer à pratiquer: “Je garde toujours à l’esprit qu’adapter ma façon de penser à celle des natifs de cette langue est la clé du succès. Bien sûr, il n’y a pas une seule manière de penser correspondant à tous les hispanophones, à tous les hébréophones ou à tous les néerlandophones, mais le but est d’utiliser la langue apprise comme un outil pour construire votre univers linguistique, avec ses codes et spécificités.” …. Lire la suite ...

    Source > De de John-Erik Jordan > Matthew The Polyglot > Traduit par Pauline Beneat sur > http://fr.babbel.com

  • HANNUT CE 11/09 > ACL - ATHLÉ COURSE LOISIR > APPRENEZ A COURIR 5KM A VOTRE VITESSE

    1157708_10202719575217701_1359901263_n_2.jpg

    Apprenez à courir 5km à votre vitesse et votre cadence et cela en 10 semaines.

     Le jeudi 11 septembre 2014 à 19h30

    Piste d'athlétisme de Hannut.

     Prix : 25€

    Renseignements : Michel Heusicom > 0496/06.03.81 >  michel.heusicom@hotmail.com

    Source > https://www.facebook.com

  • HANNUT > ACL - ATHLÉ COURSE LOISIR > APPRENEZ A COURIR 5KM A VOTRE VITESSE

    1157708_10202719575217701_1359901263_n.jpg

    Apprenez à courir 5km à votre vitesse et votre cadence et cela en 10 semaines.

     Le jeudi 11 septembre 2014 à 19h30

    Piste d'athlétisme de Hannut.

     Prix : 25€

    Renseignements : Michel Heusicom > 0496/06.03.81 >  michel.heusicom@hotmail.com

    Source > https://www.facebook.com