andré mottet

  • LE LIVRE D’ANDRE MOTTET « SI THISNES EN HESBAYE M’ETAIT RACONTE »

    2014 04 13  A  Mottet sur la passerelle-3.jpg

     Raconter son village au cœur de la dernière guerre et des années 50, au fil d’étapes historiques, de témoignages « d’anciens » des lieux et d’anecdotes ravivées, c’est le cadeau qu’André Mottet nous offre grâce à « Si Thisnes en Hesbaye m’était raconté », une superbe œuvre de mémoire de 250 pages.

    Un Thisnois de souche

                    Thisnois pur jus, ce retraité portant la moustache noble et grisonnante, a le caractère affirmé des gens du cru, qui aiment et travaillent avec amour la terre hesbignonne ; une terre qu’il connaît par cœur mais qu’il arpente encore avec le regard attentif d’un notaire évaluant la valeur d’un bien dont il hume les senteurs rurales ; une terre d’où il contemple, avec fierté et émotion, son église ainsi que les sillons, chemins de terre, chapelles, rues et maisons qui l’ont vu naître et grandir. Digne descendant d’une famille dont l’arbre généalogique déploie déjà ses branches à Thisnes au 17ème siècle, André Mottet est fier des gènes paysans qui l’imprègnent, hérités d’ancêtres cultivateurs.

    Au service de l’Histoire

                    L’ouvrage de notre Thisnois est d’abord le résultat d’un vrai travail d’historien, ne rapportant que des faits cent fois vérifiés et corroborés par de solides références, parfois rédigées en latin, reprises dans une bibliographie bien fournie. Le respect scrupuleux de la vérité et de la simple vraisemblance lorsque l’authenticité d’un événement n’était pas totalement avérée, a été la ligne de conduite de l’auteur, conférant ainsi à son travail le label d’ouvrage sérieux et digne de foi.

                    Les souvenirs des derniers contemporains de la période ciblée ajoutent une dimension humaine au récit très détaillé de l’auteur. Ils viennent préciser certains points, redessiner la géographie plus boisée du village à l’époque, permettant de mieux imaginer certaines scènes incompréhensibles dans la configuration du Thisnes actuel.

                    Enfin, des anecdotes savoureuses et quelques remarques personnelles d’André Mottet pimentent le récit. Elles confirment également que l’Histoire, rapportée dans les encyclopédies et associée aux grands noms politiques et militaires, n’est que le puzzle réussi de toutes les « petites » histoires locales, vécues par des gens ordinaires, souvent courageux, parfois tenaillés par la peur.

                    Elles révèlent enfin combien l’auteur a été profondément marqué par une période qui a laissé des traces indélébiles dans l’histoire de son village, de celle du monde et du XXème siècle. Ce qui lui permet d’oser la comparaison entre cette époque et la nôtre et d’en tirer des réflexions nostalgiques parfois mais toujours imprégnées d’un bon sens « paysan » renforcé au fil de l’âge.

    Pourquoi ce travail ?

                    Comme le dit lui-même André Mottet, durant toute a carrière au service de l’Administration, la déontologie lui a imposé le silence même lorsqu’il occupait des fonctions très importantes. Avec la retraite, lui est revenue la liberté de parole, critique quand il le faut, parfois caustique.

                    « Rescapé » d’une grave maladie, le Thisnois s’est posé des questions essentielles sur le sens de la vie, sur sa propre histoire. Depuis, l’anime au quotidien la motivation de transmettre réflexions et valeurs à ses enfants et petits-enfants pour leur éviter, si possible, ses propres erreurs du passé.

                    Enfin, évoquer les années 50, celles de sa jeunesse, avant que n’en disparaissent les derniers témoins, avant aussi que lui-même n’ait peut-être plus l’énergie de mener à bien son projet, a conduit André Mottet à se lancer à corps perdu dans la rédaction du livre qu’il propose aux lecteurs depuis quelques semaines.

    Anecdote

                    Ouvertement ou en sous-main, notre écrivain thisnois ne ménage pas notre époque qui, très souvent par intérêt à court terme, par manque de courage et d’imagination créatrice, ferme les yeux sur des réalités qu’elle devrait prendre en considération et/ou combattre. D’où son humour voilant mal la rage de voir notre monde livré aux mains d’irresponsables et/ou d’incapables. Pour preuve, cette dernière anecdote livrée alors que se terminait notre entretien.

                    « Les avions qui passent au-dessus de nos têtes rejettent gaz d’échappement et pulvérisations de latrines. Preuves à l’appui, des experts ont formellement constaté que ces retombées nocives provoquent une forte augmentation de cancers divers. Comment les ¨autorités¨ vont-elles réagir ?  S’inquiète André. Interdire les avions ? Interdire les analyses médicales ? Noyer le poisson ? Obliger la population à déménager ? Dire que les Thisnois sont idiots, chétifs, des empêcheurs de tourner en rond ? Interdire MOTTET de publication ? » !!! Risible ? Caricatural ? Pas sûr, car, sous cette forme dérisoire, sont évoqués tant les réels dangers de la pollution aérienne que ceux, tout aussi menaçants, d’une catégorie de dirigeants incapables de gérer sainement les problèmes de notre époque.

    Se procurer le livre

                    Rencontrer André Mottet au travers de son livre ne laisse pas indifférent. Vous y êtes invités en vous procurant l’ouvrage chez l’auteur, rue de la Vallée, 31, à Thisnes, ou en passant commande par téléphone et/ou par fax au n° 019/63.76.46. Le paiement de 35€ (port compris) se fait par versement sur le n° de compte BE27 08318000 9973.

    Source & Texte > Bruno Heureux.

    JCD> Voir aussi > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2014/04/10/hannut-tourisme-promotion-ouverture-de-la-saison-touristique-107023.html