analyste

  • INFO BOULOT > L’ANALYSTE BUSINESS INFORMATIQUE EN TÊTE DU TOP

    Analyste_0.jpg

    Agoria a publié le Top 3 des postes vacants dans les entreprises technologiques. Zoom sur ces métiers

    La fédération des entreprises technologiques, Agoria, a constaté en juin dernier une pénurie structurelle importante concernant une douzaine de métiers.

    Le plus recherché est l’analyste business (ICT Business Analyst), en tête du Top 3 des postes vacants parmi les digital experts.

    C’est le marché du travail des « digital experts », autrement dit des experts informatiques qui a été analysé dans le cadre de cette étude menée par Agoria et le groupe de banques et assurances Axa. Au total, 12 professions ont été passées au peigne fin : cela va des web designers aux développeurs, en passant par les business ICT analysts & consultants ou les customer service & helpdesk officers. Parmi ceux-ci, épinglons l’analyste business, archétype du digital expert, qui identifie « où les TIC peuvent soutenir les affaires » et a pour mission de traduire les besoins des intervenants afin d’identifier une solution informatique pour augmenter l’efficacité de l’entreprise. Il assure l’interface entre le client et les professionnels de l’informatique. «Dans la chaîne des métiers informatiques, il se trouve plutôt au niveau de l’accompagnement, l’analyse et la gestion de projets, tout comme le chef de projet informatique », explique Samuel Martin, pilote Job Focus au Forem.

    Ce job se trouve, dans l’étude d’Agoria, en première position du Top 3 des postes vacants, devant le développeur et l’Infrastructure Operations and Maintenance Engineer, que nous aborderons lors des deux prochaines éditions de JobsRégions.

    D’après Agoria, le nombre d’experts informatiques continue de progresser dans notre pays, malgré la crise, pour se positionner à 160.500 places en 2012. Pourtant, quelque 11.753 postes sont restés vacants la même année.

    1500 POSTES EN WALLONIE

    Ces métiers constituent donc bien une fonction critique, avec un déséquilibre entre la demande et l’offre de profils TIC. La Flandre compte près de 8.000 fonctions TIC non satisfaites, contre 2000 à 3000 en Région bruxelloise et 1000 à 1500 en Région wallonne. «La fonction TIC est une fonction critique, ce qui est dommageable pour notre économie », affirme Baudouin Corlùy, directeur d’Agoria ICT. «Ces experts numériques sont en effet indispensables pour le bon fonctionnement de nos entreprises et administrations », ajoute-til, précisant que si nous étions en mesure de satisfaire toutes les fonctions TIC ouvertes en ce moment, notre pays augmenterait son PIB de 1,3 milliard d’euros.

    La solution ? Sensibiliser davantage les jeunes et les enseignants pour développer plus les aptitudes TIC dans l’enseignement.

    Agoria, par exemple, a mis en place l’opération « 100 informaticiens dans 100 écoles » ainsi que des visites d’entreprises. Les TIC pourraient également représenter de nouvelles opportunités de carrière pour les travailleurs les plus âgés à condition d’avoir plus de soutien en matière de formation continue et une vision plus souple des horaires et temps de travail.

    SALAIRE ET FORMATION

    En se basant sur trois métiers d’experts informatiques (développeur, analyste business et gestionnaire d’exploitation informatique), on peut se référer à la commission paritaire 218 et prendre pour modèle un célibataire sans enfants à charge, avec moins d’un an d’ancienneté : son salaire mensuel net sera d’environ 1394 euros, pour un brut de 1854 euros et un coût patronal de 2600 euros. A partir d’un an d’ancienneté, le salaire net atteindra 1413 euros pour un brut de 1917 euros et un coût patronal de 2680 euros. (Source : guichet d’entreprises HDPPartena).

    Le métier d’expert informatique exige le passage par une haute école (un baccalauréat de 3 ans en informatique de gestion, par exemple, ou un master de 5 ans en sciences de l’ingénieur industriel) ou l’université (master de 4 ou 5  ans, par exemple, en ingénieur informatique ou de gestion).

    Axa, un des plus gros employeurs de digital experts en Belgique (6.000 collaborateurs dont 600 postes TIC), prévoit d’engager 100 collaborateurs de façon annuelle, notamment pour répondre aux besoins digitaux.

    Source > http://www.jobsregions.be

  • INFO BOULOT > ANALYSTE BUSINESS: L'INTERFACE QUI VOIT CLAIR ET SUGGÈRE

    Analyste.jpg

    Grâce à son esprit d’analyse affûté, il améliore la performance d’une entreprise

    L’analyste business est une sorte d’interface entre le client et les professionnels de l’informatique. Concrètement, il doit comprendre et traduire les besoins des intervenants afin d’identifier une solution informatique qui visera à augmenter l’efficacité de l’entreprise. Ce qui implique qu’il identifie et définisse les opportunités de simplification, d’amélioration ou d’adaptation des processus métiers en s’appuyant sur des solutions informatiques.

    De manière plus spécifique, s’il ne travaille pas dans l’informatique, l’analyste business accompagne le changement, il sensibilise le client aux risques potentiels pour la continuité et l’intégrité du business et encadre une équipe. Pour faire clair, son rôle est, en se basant sur ses capacités analytiques, de comprendre finement les mécanismes financiers et marketing de l’entreprise et du marché au sein duquel elle évolue pour identifier les lacunes et les opportunités dans l’organisation.

    En informatique, son rôle sera spécifiquement d’étudier le domaine d’affaires, avant de proposer une solution, qui ne sera pas automatiquement technologique. Son travail s’arrête là où commence celui de l’analyste fonctionnel, qui, lui, doit proposer des solutions informatiques en vue du développement. Il arrive parfois qu’une même personne fasse les deux rôles.

    Dans la gestion administrative, le “business analyst” procède à l’analyse des données, l’identification d’actions correctives au niveau du processus de facturation et de collection et la participation aux projets liés à ce domaine. Dans ce cadre, il peut être amené à interagir avec les entités de finance et de marketing.

    CONCENTRATION

    Les avantages du métier sont nombreux. Dans une banque, par exemple, l’analyste business aura généralement droit à un salaire compétitif et de nombreux avantages (chèques repas, couverture hospitalisation, assurance pension, jours de congés extralégaux...) sans oublier les possibilités d’évolution et de nombreuses formations professionnelles. C’est un métier qui demande de la concentration, de la patience (car il faut savoir dialoguer et travailler avec autrui) et une capacité à gérer le stress.

    Les inconvénients? Peut-être les heures supplémentaires. S’il y a un problème avec un système informatique dans une société, on peut très bien demander à l’analyste business en informatique de rester plusieurs heures pour régler ça. Une banque ne peut se permettre de stopper ses activités durant la semaine et une panne peut causer de fortes pertes. «

    + L.B.

    LES FORMATIONS DANS NOTRE REGION de LIEGE

    > Remarque: Les formations dans le domaine de l’informatique sont les plus indiquées pour accéder à la fonction. Des connaissances en gestion et/ou en électronique, la connaissance d’outils tels que MS-Project ou la formation en gestion de projets sont des atouts.

    > Enseignement supérieur de type long en Hautes Ecoles: bachelier de transition + master en ingénieur industriel en informatique à l’HEPL à Liège (Tél. : 04/344 63 29).

    > Enseignement supérieur dans les Universités: bachelier de transition + master en sciences informatiques (master en 1 ou 2 ans ; master en 1 an à horaire décalé) à l’Université de Liège; master en ingénieur(e) civil(e) en informatique à l’ULg; master en bioinformatique et modélisation à l’ULg .

    > Forem: www.leforem.be

    > Centres de compétence: Gestion de projet - méthodologie PMI, Microsoft Project , guide méthodologique de sélection d’une solution TIC et gestion de changement lié à l’outil ; Microsoft Visio, etc. chez Technifutur à Liège (Tél: 04 382 45 45).

    > Opérateurs de formation sectorielle: ICT/Technical Business Analyst, Cloud Specialist, Coordinateur ICT... chez Formatic à Liège (Tél: 078 05 50 88)

    Infos: www.siep.be

    Les autres régions > ICI

    Source générale > http://www.jobsregions.be