alternance

  • LES CENTRES DE FORMATION EN ALTERNANCE IFAPME > CATALOGUE DES FORMATIONS

    L’opérateur wallon de référence pour la formation en alternance annonce de belles nouvelles pour la rentrée : agrandissement, nouvelles formations, insertion sur le marché de l’emploi,…

    Le point sur l’IFAPME,  cet opérateur wallon de référence pour la formation en alternance.

    Les Centres de formation IFAPME : L’IFAPME est présent à Arlon, Braine-le-Comte, Charleroi, Dinant, Gembloux (Les Isnes), La Louvière, Libramont, Liège, Marche-en-Famenne, Mons, Namur, Perwez, Tournai, Verviers, Villers-le-Bouillet, Wavre (Limal)

    Le catalogue des formations

    Le catalogue de l’IFAPME compte près de 200 formations. Cinq nouvelles formations font leur apparition cette année :

    Peintre industriel (Formation pour les jeunes dès 15 ans. Durée : 3 ans. Disponible au Centre IFAPME de MONS). Entrepreneur e-commerce (Formation pour adultes. Durée : 1 an. Disponible au Centre IFAPME de Charleroi, Libramont, Liège, Perwez, Tournai, Huy-Waremme). Conseiller en restauration et rénovation de bâtiments anciens (Formation pour adultes. Durée : 1 an. Disponible au Centre IFAPME de Huy-Waremme). Responsable préparateur vendeur de plats traiteurs (Formation pour adultes. Durée : 1 an. Disponible au Centre IFAPME de Charleroi, Libramont, Liège, Namur, Verviers, Wavre). Styliste créateur de mode (Formation pour adultes. Durée : 1 an. Disponible au Centre IFAPME de Liège).

    L’emploi

    L’alternance, une fois de plus sur le podium des filières qui mènent à l’emploi. Les diplômés du niveau ‘bac’et de ‘l’apprentissage (alternance)’ont le plus de chance de s’insérer sur le marché du travail. C’est ce que souligne le FOREM qui s’est intéressé aux jeunes demandeurs d’emploi wallon ayant terminé leur cursus en 2014. Les filières, d’avantage axées vers un métier et permettant des stages professionnels pendant la formation, obtiennent les taux d’insertion les plus hauts. (Source : Forem août 2015 : https://www.leforem.be/MungoBlobs/582/285/PDF_InsertionJeunesDemandeursEmploi_2014.pdf

    Selon une étude de l’IFAPME, 84% de ses diplômés ont un emploi dans les 6 MOIS après la fin de leur formation ou s’insèrent socio professionnellement. Ils sont 40 % à créer leur entreprise !

    L’excellence

    WorldSkills, le Championnat international des Métiers s’est terminé le 16 août à Sao Paulo, au Brésil. Six candidats belges dont quatre apprenants de l’IFAPME y ont remporté des Médaillons d’Excellence. Ces médaillons sont attribués aux concurrents qui ont obtenu une cotation égale ou supérieure à la moyenne mondiale dans leur métier : Amélie Gillet pour la peinture et décoration, Robin Haquenne pour la Restauration, Antoine Pernuit pour la Charpenterie, William Denayer pour le Service en salle. William a également remporté la médaille « Best of Nation », son score ayant dépassé celle des 22 compétiteurs belges qui concourraient dans diverses catégories.

    Le contrat unique pour la formation en alternance

    Conclu en octobre 2008, il est enfin d’application : l’accord de coopération entre la Région wallonne, la Communauté française et la Commission communautaire française, relatif à la formation en alternance ! Un arrêté portant sur le nouveau contrat d’alternance et le plan de formation sera effectif le 1er  septembre 2015. Parmi les harmonisations  entre l’opérateur de formation et l’enseignement en alternance, on retiendra :

    -Un statut social commun pour tous les apprenants en alternance

    -Les mêmes droits et obligations pour l’apprenant, l’entreprise qui le forme et l’opérateur d’enseignement ou de formation 

    -Les mêmes rétributions pour les apprenants en alternance 

    -Le même agrément des entreprises qui s’engagent dans la formation de jeunes sous contrat d’alternance

    -Les mêmes conditions pour exercer la fonction de tuteur d’un apprenant.

    A l’IFAPME, cette mesure concerne les jeunes en formation apprentissage (dès 15 ans). Le public adulte qui se forme en alternance dans les filières Chef d’entreprise ou Coordination-Encadrement n’est pas impacté.

    Le soutien financier des Fonds européens

    Dans le cadre de la programmation FSE 2013-2020 et de l’Initiative Emploi Jeunes (Garantie Jeunesse), une enveloppe globale de 32 millions d’euros  a été octroyée à l’IFAPME, visant pour l’essentiel à permettre aux jeunes de moins de 25 ans de s’inscrire dans des parcours de formation en alternance. Ce financement permettra aussi une amplification des actions de formation dans le secteur de la construction.

    Dans le cadre de la programmation FEDER 2013-2020, c’est un total de 7 projets introduits par l’IFAPME qui ont été approuvés par le Gouvernement wallon, représentant une enveloppe globale de 13,4 millions d’euros. Elle est destinée au financement d’infrastructures et d’équipements pédagogiques, garantissant une adéquation des formations de l’IFAPME aux évolutions technologiques les plus récentes, en particulier dans les secteurs de la mécanique automobile, de la mécanique agricole et de la construction durable.

    Plus d’informations sur l’IFAPME et ses formations ? T. 0800/90.133 (numéro gratuit) www.ifapme.be

  • L'ALTERNANCE, CET AUTRE PASSEPORT POUR L'EMPLOI

    Alternance_2015_03_16_shutterstock_165341840.jpg

    Plébiscitée en Allemagne, la formation en alternance reste perçue comme un complément, voire une roue de secours chez nous.

    Ses acteurs l'affirment pourtant : en prise directe avec les entreprises, elle constitue une voie royale vers l'emploi.

    De nombreux regards belges se sont tournés vers l'Allemagne, ces 12 et 13 mars, à l'occasion de la visite de travail effectuée par le roi Philippe à Berlin et à Düsseldorf. Accompagné d'une large délégation de ministres, mais aussi de professionnels, le Roi poursuivait l'objectif d'étudier le modèle allemand de formation en alternance, largement plébiscité chez nos voisins et dès lors source d'inspiration dans notre pays.

    De quoi s'agit-il ? D'une forme de collaboration qui renforce les liens entre les mondes de l'enseignement et de la formation et celui de l'entreprise, les étudiants étant amenés à consacrer une partie de leur apprentissage sur le terrain et à y glaner une expérience directement valorisable sur le marché de l'emploi. Les entreprises sont, à l'évidence, en demande : le système leur permet non seulement d'aider les jeunes à mieux se former, mais aussi de prendre le temps de les tester en vue d'une éventuelle embauche. Elles y gagnent en parallèle, dans certains métiers en pénurie, l'assurance de pouvoir disposer des compétences requises pour la poursuite de leur activité.

    L'un des exemples les plus fréquemment cités en la matière – qui a d'ailleurs fait lui aussi l'objet d'une visite royale – est celui d'Audi Brussels. Le constructeur... allemand s'est tourné en 2012 vers deux écoles secondaires, l'Institut Don Bosco de Woluwe-Saint-Pierre et l'école KTA de Hal pour lancer un projet pilote. Des élèves de 5e et 6e, qui y suivent une formation d'électricien automaticien, passent depuis lors plusieurs semaines sur l'année chez Audi, à la fois pour y recevoir une formation complémentaire et y effectuer un stage en production, au sein de l'usine d'assemblage. À l'issue de la 6e, l'élève peut commencer à travailler chez Audi ou se lancer dans une année complémentaire, au cours de laquelle il passera quatre jours par semaine chez le constructeur et un jour à l'école.

    Quelques dizaines d'élèves ont déjà bénéficié de cette forme d'immersion, dont le bilan est apparemment très positif. En septembre 2012, nous avons débuté avec 12 élèves, dont 11 ont réussi la formation : 4 ont commencé à travailler chez nous, 5 effectuent une 7e année et un autre s'est inscrit en études supérieures en informatique, en restant en lien avec nous, commente Wannes Schoeters, responsable de ce programme chez Audi. Et ce, alors que le succès est au rendez-vous également dans les écoles partenaires dont les options font le plein : l'espoir d'un emploi chez le constructeur allemand fait manifestement saliver.

    Mais la formation en alternance ne se limite évidemment pas à cette seule expérience. Rien qu'à l'IFAPME, un acteur incontournable dans ce domaine en Wallonie, ce sont environ 8 000 personnes qui sont en formation selon un principe comparable : une partie du temps sur les bancs de l'école, l'autre partie chez un employeur dans l'horeca, la menuiserie ou encore dans l'immobilier par exemple. Les motivations sont diverses, souvent positives même si, on ne peut pas l'éluder, elles tiennent aussi parfois pour certains jeunes encore en âge de scolarité de la roue de secours

    Mon parcours est un peu chaotique, reconnaît Maxime, actuellement en formation en peinture à Namur. J'avais commencé par étudier la coiffure à l'institut Saint-Joseph à Jambes, mais les cours ne me plaisaient pas, il y avait trop de théorie, et j'ai raté ma 4e. Je me suis ensuite tourné vers l'IFAPME pour retenter la coiffure avant de finalement découvrir la peinture. Je travaille maintenant trois jours par semaine chez un patron qui continue à me former. Et je suis désormais certain de mon choix.

    Source > Benoît July> Texte: Benoît July sur > http://www.references.be