air polué

  • PAS TOP, LA QUALITÉ DE L’AIR À HUY-WAREMME HANNUT!

    30 communes dépassent la moyenne wallonne. C’est à Saint-Georges que l’air est le plus pollué

    Surprise en découvrant les récentes statistiques publiées par l’AWAC au sujet de la qualité de l’air ambiant en Wallonie.

    Notre arrondissement, que l’on croyait globalement épargné par la pollution de l’air, obtient une mauvaise note.

    De 2013 à 2015, trente communes de notre arrondissement obtiennent un indicateur supérieur à celui de la moyenne wallonne. Saint-Georges est même la commune de Wallonie avec la qualité de l’air la plus médiocre. Engis et Verlaine complètent le trio de tête. Seule Ferrières tire son épingle du jeu, mais reste loin derrière Burg-Reuland.

    En région wallonne, 23 stations de mesure de la qualité de l’air en temps réel ont été installées. À Huy-Waremme, on en compte une, placée à Engis. Sur base des différents résultats récoltés entre 2013 et 2015, l’Agence wallonne de l’air et du climat a pu calculer, commune par commune, la qualité de l’air par rapport à la moyenne wallonne pour trois types de polluants parmi les plus problématiques en termes de santé humaine : ozone, oxydes d’azote et particules fines. Plus l’indicateur est négatif, meilleure est la qualité de l’air en référence à la qualité de l’air moyenne régionale (égale à zéro). Inversement, plus l’indicateur est positif, moins bonne est la qualité de l’air.

    Premier constat, la commune où l’air est le plus pollué de Wallonie est Saint-Georges (avec 1,01), devant Engis et Flémalle (0,94), Verlaine (0,84) et Amay (0,82). Il ne faut évidemment pas en imputer la faute à seulement Dumont-Wautier, l’air étant un fluide gazeux qui par définition se déplace. L’environnement industriel qui entoure la commune explique très largement ce mauvais résultat. D’ailleurs, Engis est à quelques centièmes près derrière St-Georges, une différence peu significative. Épinglons toutefois une éclaircie dans le ciel gris : si on ne prend en compte que les particules en suspension inférieures à 10 microns, soit les particules fines, la situation s’améliore ces dernières années. « Une directive européenne limite la moyenne annuelle à 40 microgrammes par m³, elle est respectée partout. Pour ce qui est de la moyenne journalière de 50 microgrammes par m³ à ne pas dépasser plus de 35 fois par an, à Engis, on était au-dessus encore en 2014. Ce n’est plus le cas en 2015 et ne le sera pas non plus en 2016 », nous indique-t-on à l’Institut Scientifique de Service Public.

    Deuxième constat : l’air est globalement moins bon à Huy-Waremme (la moyenne des … La suite sur sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 14/10/2016

    Source > ANNICK GOVAERS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 14/10/2016