agrandissement

  • ZONE DE SECOURS DE HESBAYE > POMPIERS HANNUT : LES PLANS DE LA FUTURE CASERNE

    Le projet d’agrandissement de la caserne hannutoise prend forme : 550m² de surface sont prévus

    Trop à l’étroit dans la caserne hannutoise, qui renferme les services administratifs de la zone de secours, les pompiers avaient besoin de place ! Solution : une nouvelle construction, annexée à l’actuelle, verra le jour. Les travaux devraient débuter au printemps prochain.

    Le projet avait été annoncé, voilà qu’il est maintenant sur de (très) bonnes voies ! La caserne des pompiers de Hannut (zone de secours de Hesbaye) sera prochainement agrandie… de près de 550m²! Un besoin qui était devenu primordial depuis l’élaboration des zones, en janvier 2015.

    « Auparavant, les casernes étaient dépendantes administrativement des communes où elles étaient situées. Maintenant, elles sont devenues indépendantes dans ces services. Tout ce qui était donc du domaine du secrétariat, de la facturation, de la comptabilité, etc. est passé des administrations communales à la zone directement. Il y avait d’ailleurs eu un détachement du personnel à ce niveau, à l’époque », introduit Manu Douette, bourgmestre de Hannut et président du Collège de la zone de Hesbaye. « Mais ces services prennent de l’ampleur… et donc, de la place. Petit à petit, ils ont empiété sur l’espace de vie des pompiers. Des vestiaires ont dû être transformés en bureaux, par exemple. Le réfectoire est souvent occupé pour des réunions… Les pompiers se retrouvent donc à l’étroit. Il faut absolument leur trouver de l’espace. »

    Face à ce constat, mais aussi dans l’optique de mettre en place un centre de crise performant (cf. encadré), l’idée a donc été de créer un espace complémentaire à la caserne actuelle. Cette nouvelle structure va pallier le manque de place en doublant quasiment la surface de la structure actuelle. Qu’y trouvera-t-on ? Des bureaux, principalement, pour les services précités et le commandant, mais aussi une grande salle de réunion de 85m², divisée par une cloison amovible. « Selon les besoins, nous pourrons donc … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 08/08/2017

    Source > EMILIE DEPOORTER sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 08/08/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/111474

    Autres articles connexes sur la page > Quelques chiffres > Un futur centre de situations d’urgence > 1ers coups de pelle …

    Notre premier article sur le sujet le16/12/2016 > sur ce blog > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive

  • HANNUT: AVIS NEGATIF POUR L'ORCHIDEE PLAZA

    282235249_B973369857Z_1_20140818185149_000_GRC2VS7U5_1-0.jpg

    Pascal Delfosse ne désespère pas de voir le projet aboutir.

    Suite à l’avis défavorable rendu par le comité national de la distribution, le promoteur Store Invest ne désespère pas de voir son projet d’extension de l’Orchidée Plaza aboutir. La décision du Collège hannutois d’accorder ou non le permis socio-économique est attendue à la mi-septembre.

    «  Si nous avons des craintes ? Bien sûr », confesse Pascal Delfosse, en charge du projet développé rue de Huy, à Hannut, par la société flamande Store Invest (de Bree, Limbourg). « Mais cette extension (sur 8.000 M2) de l’Orchidée Plaza, n’est pas pour autant compromise », assure-t-il. «  Nous allons en rediscuter avec le Collège hannutois et voir comment nous pouvons l’adapter en fonction des éléments qui sont ressortis ».

    L’élément majeur qui est reproché au promoteur est de ne pas compléter l’offre existante, et surtout, d’augmenter le nombre de magasins vides. «  Ce qui est proposé, regrette Martine Cornelis de la Gestion Centre-ville, ce sont des transferts d’enseignes, comme Aldi, actuellement implantées au cœur de l’Orchidée Plaza I qui souhaiteraient s’installer à l’Orchidée Plaza II. Ou encore Zeeman et Orchestra qui quitteraient le centre-ville pour s’implanter en périphérie. Chacun de ces départs laisserait une cellule vide. Or, il y en a déjà plusieurs dans le zoning commercial actuel. Qu’il remplisse d’abord celles-là. »

    Autre critique : le manque d’aboutissement du projet. «  En plus de ces transferts d’enseignes, poursuit Martine Cornelis, le promoteur annonce des enseignes de type Kruidvat. « De type de », cela veut dire tout et n’importe quoi  ».

    Le permis socio-économique ayant été introduit fin juin, le Collège a encore un mois pour décider de l’accorder ou non.

    Le reportage complet dans la Meuse Huy-Waremme de ce mardi 19 août.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be/1081626