afsca

  • COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’AFSCA UNE INFORMATION DE LA VILLE DE HANNUT·DE CE LUNDI 13 MARS 2017

    Grippe aviaire : prolongation des mesures de prévention avec de nouveaux assouplissements

    Le risque que représente la grippe aviaire étant toujours globalement présent, les mesures de préventions seront prolongées à partir du 11 mars avec certains nouveaux assouplissements pour des situations qui entraînent peu de risque de contact avec les oiseaux sauvages.

    Le ministre de l’Agriculture Willy Borsus : « Alors que le nombre de cas chez les oiseaux sauvages est toujours très élevé dans les pays limitrophes, la tendance est légèrement plus favorable chez les oiseaux captifs. Une analyse de risque spécifique permet de déterminer certains assouplissements dans des circonstances qui présentent peu de risques de contact avec les oiseaux sauvages. Je suis pleinement conscient des contraintes imposées à l’ensemble du secteur. Les éleveurs professionnels entrent dans leur cinquième mois de confinement. C’est une situation inédite dans notre pays mais justifiée par l’ampleur de la situation dans l’ensemble de l’Europe. Les mesures de lutte contre la grippe aviaire sont systématiquement adaptées en fonction des données épidémiologiques actualisées. En l’absence de nouveaux cas détectés en Belgique, de nouveaux assouplissements pourraient intervenir dès le 18 mars. J’encourage cependant les éleveurs d’oiseaux – professionnels et particuliers – à continuer à respecter avec fermeté l’ensemble des mesures indispensables à la protection de la santé animale dans notre pays car le danger n’est pas – encore – totalement derrière nous. »

    Quelle est la situation actuellement ?

    La situation montre qu’alors que le nombre de foyers chez les oiseaux captifs a tendance à diminuer dans les pays voisins, le nombre de contaminations constatées chez les oiseaux sauvages demeure très important. En Belgique, outre le premier cas chez un détenteur amateur d’oiseaux d’ornement, 2 oiseaux sauvages contaminés ont jusqu’à présent été trouvés, le dernier fin février. Le virus de la grippe aviaire est donc toujours présent chez les oiseaux sauvages. Le risque de contamination par la grippe aviaire des volailles et des oiseaux qui peuvent avoir des contacts avec les oiseaux sauvages est donc toujours réel !

    Qu’est-ce qui change à partir du 11 mars ?

    Les mesures préventives pour la grippe aviaire sont à nouveau prolongées de 30 jours, jusqu’au 9 avril. Par conséquent, les volailles et oiseaux doivent toujours être enfermés ou détenus sous filets pour empêcher les contacts avec les oiseaux sauvages.

    Les assouplissements décidés la semaine passée pour le confinement des pigeons et des rapaces sont maintenus. De nouveaux assouplissements concernant les rassemblements (expositions, concours, chanteries, bourses, …) auxquels participent les amateurs sont possibles. Ces rassemblements sont à nouveau ouverts pour tout oiseau et toute volaille. Restent interdits : la vente par les amateurs sur les marchés publics (les marchés organisés par les communes et villes), ainsi que les vols de concours et d’entrainement de pigeons.

    Si aucune nouvelle contamination n’est constatée la semaine prochaine, de nouveaux assouplissements pourraient intervenir dès le 18 mars. En effet, les experts suggèrent une période d’attente de minimum 21 jours à compter de la dernière détection en Belgique, tout en tenant également compte de la situation dans les pays limitrophes.

    L’ensemble des mesures est consultable sur le site internet de l’AFSCA :

    - Toutes les informations concernant la grippe aviaire : www.afsca.be/santeanimale/grippeaviaire/

    - Pour les amateurs : www.favv.be/santeanimale/grippeaviaire/detenteursamateurs.asp

    Source > Ville de Hannut

    Illustration Sudinfo > Photo News/Patrick Forget

  • LA RECETTE DE LA TARTE AU RIZ DANS LE VISEUR DE L'AFSCA QUI DÉMENT

    L’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (AFSCA) souhaite obliger les artisans-boulangers à utiliser du lait pasteurisé à la place du lait de ferme dans la recette de la spécialité verviétoise de la tarte au riz, a annoncé Rudy Wertz président de l’Union professionnelle des boulangers-pâtissiers de Verviers et de la région germanophone.

    L’artisan-boulanger estime que l’AFSCA, en agissant de la sorte, menace un produit artisanal de terroir.

    Wertz affirme que le combat actuellement mené par l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire n’est pas sans rappeler celui survenu l’été dernier à Herve contre l’utilisation du lait cru pour la réalisation du fromage de Herve, combat qui avait conduit José Munnix à … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de SP sur > http://www.sudinfo.be

  • ATTENTION: COLRUYT RAPPELLE CE PRODUIT TRÈS CONSOMMÉ, VOICI LA PROCÉDURE POUR SE FAIRE REMBOURSER!

    Les magasins Colruyt et Okay, en concertation avec l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA), rappellent des schnitzels de poulet surgelés de la marque Colruyt en raison de traces de poisson décelées dans le produit lors d’un contrôle interne.

    Cette contamination peut présenter un risque pour les personnes sensibles à cet allergène, souligne le communiqué. La chaîne conseille aux clients de ne pas … Lire la suite ici ...

    Source > Belga sur > http://www.sudinfo.be

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS > LA RUBRIQUE DE BRUNO HEUREUX > 4 ARTICLES D’ACTUALITÉS …

    Projet3.jpg

                    L’actualité - et la vie, tout simplement, - le démontrent régulièrement, l’intelligence n’est liée ni à la fonction occupée ni au nombre de diplômes obtenus.

    Derniers exemples en date : rendre au fabricant son pot de Sirop de Liège parce que cette firme a obtenu la certification « halal » ou ne plus utiliser la moutarde et les produits Bister parce qu’ils ont le « label halal » ne sont pas signe d’une intelligence féconde.

    Halal

                    Le Sirop de Liège est fabriqué selon une recette qui n’a pas (ou très peu) varié depuis plus de 110 ans ; la moutarderie Bister prépare ses produits depuis près de 90 ans. A l’origine, il n’était question pas de produits « halal », « kasher », sans huile de palme, sans conservateurs, sans colorants... Il s’agissait du résultat de recettes artisanales qui, grâce à l’inventivité de leurs créateurs, possédaient une couleur, une texture et une saveur qui plaisaient au consommateur. D’ailleurs, ce dernier se « foutait » du tiers et du quart de savoir comment son sirop et sa moutarde étaient concoctés ; seul comptait pour lui le plaisir éprouvé en les dégustant... Donc tout était parfait pour ces deux firmes belges utilisant des produits belges, selon un savoir-faire belge, pour une clientèle belge, belge, belge !

    Or, horreur, il se fait que les secrets et méthodes de fabrication de ces deux beaux représentants de la cuisine belge respectent, « à l’insu de leur plein gré », les conditions méritant le « label halal ». Quel drame !!! Que ces produits puissent être consommés et appréciés par des musulmans, vendus et renommés dans des pays musulmans, comment est-ce possible, comment en est-on arrivé là, comment nos divers gouvernements peuvent-ils admettre une telle ignominie ? Trop, c’est trop, trop is te veel ! Rendons à César ce qui appartient à César, les pots de Sirop de Liège au Sirop de Liège, les pots de moutarde Bister à Bister!!! J’exagère ? Non ! Car, pareils comportement et réaction dévoilent une intolérance primaire, ridicule parce qu’infondée et, surtout, indigne de citoyens dotés, normalement, d’une capacité de réflexion avérée.

                    Quand la connerie - merci d’excuser ce terme violent, mais il me paraît tout à fait approprié - s’invite jusque dans notre assiette, il est grand temps que l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) fasse son travail d’utilité publique pour que cette connerie ne contamine pas toute une population !!!

    AFSCA

                    A propos de l’AFSCA, personne ne niera qu’elle peut améliorer les conditions d’hygiène dans la fabrication, le transport, la conservation et la consommation des produits que nous mangeons. Par contre, certains de ses comportements rappellent parfois que le mieux est l’ennemi du bien. En effet, comment comprendre que ses agents déversent de l’eau de javel sur des tartes artisanales, confectionnées à des fins philanthropiques selon une recette locale très ancienne, pour les rendre impropres à la consommation ? Comment comprendre que cette institution soit parvenue à décourager un fabricant de fromage de Herve sous prétexte que ses produits sont à base de lait cru, « très dangereux pour la santé ». De mémoire d’homme, de pommier et de vache, il n’est pas d’exemples de personnes mortes pour avoir consommé de la tarte artisanale et/ou du fromage de Herve. Ces comportements de l’AFSCA sont d’autant plus incompréhensibles qu’à côté de cet aspect tatillon de la prévention sanitaire, on laisse les Belges se gaver d’huile de palme, de viandes étrangères « fabriquées » loin des normes d’hygiène exigées de nos élevages, d’alcool et de tabac de toutes natures, pourtant nuisibles à la santé, coûteux pour la sécurité sociale mais qui rapportent gros à l’Etat sous forme de taxes diverses... Deux poids, deux mesures, incohérence, bêtise, hypocrisie... 

                    Quand la connerie - merci d’excuser ce terme violent, mais il me paraît tout à fait approprié - s’invite jusque dans l’AFSCA, il est grand temps que le bon sens fasse son travail d’utilité publique pour que cette connerie ne contamine pas toute une population !!!

    Respect animal

                    Un mot, encore, sur l’abattage des bêtes sans les avoir assommées préalablement. J’ai assisté, dans ma jeunesse, et il n’y a pas si longtemps encore, à la saignée de canards, de porcs, à la décapitation d’oies et de poules sans que ces animaux aient été « endormis ». Ce qui n’a pas empêché qu’ils aient été préparés, cuits et consommés pour le plus grand plaisir des convives et que personne n’en soit mort. Pourtant, depuis quelques années, la cause animale a développé des exigences plus restrictives, que l’on peut comprendre dans une société civilisée et qui doivent être respectées par toutes celles et tous ceux qui y vivent ou viennent s’y installer.

    Société civilisée

                    Je disais « société civilisée » Mais est-ce vraiment le cas ? Une société qui légifère pour que les animaux soient respectés, qu’ils vivent et meurent dans la dignité et qui, en même temps, refuse les mêmes droits à certaines catégories de ses citoyens, est-elle vraiment civilisée ? Quand elle ferme les yeux sur les conditions de vie des sans-abris, quand elle impose à certains de ses membres de devoir choisir entre se nourrir ou se chauffer ou se soigner ou se loger, quand un belge sur cinq flirte avec le seuil de pauvreté ou est carrément en dessous, est-elle vraiment civilisée ? Quand la générosité des citoyens (Télévie, Cap 48, Action Damien, Îles de Paix, 11.11.11...) doit pallier les insuffisances de cette société dans des domaines fondamentaux où celle-ci a pourtant le devoir d’être présente et efficace... est-elle vraiment civilisée ?

                    Quand le manque de bon sens - j’allais dire connerie - pollue la hiérarchie des valeurs au coeur même d’une société, il est grand temps que chaque membre de celle-ci fasse, à son niveau, action d’utilité (personnelle et) publique pour remettre l’essentiel en tête de liste de nos préoccupations collectives. Sensibilité et respect à l’égard des animaux ? C’est nécessaire ! Mais humanité avec nos voisins du village, du pays, de la planète entière, c’est prioritaire, indispensable pour que notre société, celle que nous fabriquons, mérite  le label de société civilisée.

    Source & Texte > Bruno Heureux.

  • VOICI COMMENT CONSULTER LES RÉSULTATS DES INSPECTIONS DE L’AFSCA

    1101468253_B975946993Z_1_20150630151019_000_GV04PBEN2_2-0.jpg

    Restaurants, boucheries, supermarchés : les résultats sont accessibles à tous sur le site internet de l’Afsca.

    Depuis ce 30 juin, les consommateurs peuvent consulter les résultats d’inspection de l’Afsca des établissements qui vendent des denrées alimentaires, comme les restaurants, les boucheries, les supermarchés ou encore les hôpitaux.

    Les consommateurs désirant connaître l’évaluation de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire de son boulanger ou de son traiteur favori peuvent désormais se renseigner via l’application Foodweb sur le site de l’Agence. «Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes », peut-on lire sur le site internet. Il s’agit aussi de permettre à un établissement de mieux identifier ses fournisseurs.

    Tous les établissements d’une même rue

    Pour avoir accès aux informations recherchées, il vous faudra au moins remplir un des critères suivants : le numéro de l’opérateur, la dénomination, le numéro d’agrément recherché, le numéro de smiley, le type d’établissement, le code postal. Il est aussi possible de connaître les résultats de tous les établissements situés dans la même rue, par exemple.

    Pour chaque établissement, vous aurez accès à ses autorisations, son « smiley » et le résultat de l’inspection exprimé en « fourchettes».

    L’ensemble des détails sur le site source >http://www.lesoir.be/923774

    Le site de l’AFCA >http://www.favv-afsca.be/consommateurs/

    A consulter aussi sur le même sujet : (Avec vidéo)

    Foodweb.be: le site de l'Afsca dénonce-t-il les restaurants? Sur > http://www.rtbf.be

    « Test-Achats » souhaite que les scores de l'Afsca soient affichés par les établissements. Sur > http://www.rtl.be

  • RÉSULTATS DES CONTRÔLES AFSCA À HANNUT ET WAREMME

    1741614999.jpg

    Contrôles AFSCA à Hannut et Waremme : 78 % de résultats positifs... et un établissement fermé

    L’AFSCA a publié les résultats de l’action de contrôle annoncée menée dans les villes de Hannut et Waremme du 15 au 19 avril 2013.

    Quinze contrôleurs de l’Unité provinciale de Contrôle de Liège ont contrôlé 212 établissements du secteur de la distribution actifs dans la chaîne alimentaire. La collaboration avec les autorités communales a été excellente et une campagne d’information efficace a été préalablement menée avec les autorités communales de Hannut et Waremme et 96 participants ont assisté aux sessions de formation.

    56% des établissements contrôlés faisaient partie du secteur horeca (restaurants, cafés, friteries, cuisines de collectivité, …). 12 boulangeries, 6 boucheries, 3 poissonneries, 33 commerces de détail et 37 étals de marché ont également été contrôlés.

    78 % des établissements inspectés ont obtenu un résultat favorable. Malgré la bonne campagne d’information, 38 avertissements et 8 procès-verbaux ont été dressés. Les infractions qui ont donné lieu à ces mesures concernaient principalement des non-conformités en matière d’infrastructure et d’hygiène et le non-respect des températures.

    Notre premier article à ce sujet (04/04) > ICI

    Un établissement a dû être fermé en raison d’un danger imminent pour la santé publique.

    Source > http://www.sudinfo.be/709599

  • L’ A.F.S.C.A. A HANNUT > GRANDE OPÉRATION DE CONTRÔLE !

    755575072.jpg

    A l’attention de tous les opérateurs de la distribution de denrées alimentaires

    L’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire – AFSCA – annonce une grande opération de contrôle concernant tous les opérateurs du secteur de la distribution des denrées alimentaires situés dans l’entité hannutoise.

    QUAND ?  > Du lundi 15 au vendredi 19 avril 2013

    Pour vous aider au mieux à vous préparer à cette opération, une séance d’information est organisée par les agents de l’Afsca en collaboration avec le service des Affaires économiques de la Ville, lors de laquelle il vous sera expliqué comment se déroulent les contrôles et ce à quoi vous devez être vigilants.

    Cette réunion préparatoire aura lieu le mardi 19 mars 2013, à 20h00, dans la salle de concert de l’Académie J. Gerstman, rue des Combattants.

    Informations :

    Echevinat des Affaires Economiques – 019/51.93.88

    Unité provinciale de contrôle de Liège – 04/224 59 70

     

    Site A.F.C.A. > http://www.favv-afsca.fgov.be

    Des brochures sont disponibles au Service « Accueil » de l’Administration communale

    Communiqué de presse de l’AFSCAlogo_favv_afsca.jpg

    Action de contrôle annoncée à Hannut et Waremme

    La semaine du 15 avril 2013, l’Agence alimentaire organisera une action de contrôle annoncée dans les villes de Hannut et de Waremme. Ce type d’action est organisée 10 fois par an dans différentes villes du pays.

    19 contrôleurs et inspecteurs de l’Unité provinciale de contrôle de Liège contrôleront environ 300 établissements du secteur de la distribution commercialisant des denrées directement aux consommateurs (bouchers, boulangers, commerces de détails, restaurants, cuisines de collectivité, marché, …)

    L’Agence alimentaire organisera, en collaboration avec les villes de Hannut et de Waremme, des sessions de formation : le 19 mars, à Hannut, à 20 heures et le 20 mars, à Waremme, l’une à 15h00 pour l’HORECA et l’autre à 20h00 pour les autres secteurs.

    La cellule de vulgarisation de l’AFSCA donnera une formation sur les bonnes pratiques d’hygiène, la traçabilité et la notification obligatoire. L’UPC de Liège donnera des informations sur le déroulement des contrôles et comment s’y préparer au mieux.

    Les check-lists utilisées lors de ces contrôles se trouvent sur le site web de l’AFSCA (www.afsca.be > professionnels > check-lists « inspections » > distribution).

    La brochure « En route vers la réussite d’un contrôle AFSCA » peut être téléchargée sur www.afsca.be > Publications > Publications thématiques > Divers.

    En cas de constatation d’infractions, les mesures adéquates seront prises. Ce sont les mêmes que lors de contrôles non-annoncés.

    Aussi rapidement que possible après l’action, l’Agence alimentaire communiquera les résultats globaux.

    Source > http://www.hannut.be