accidents

  • Imprimer

    LE + D’ACCIDENTS, C’EST À HUY, HANNUT ET WAREMME

    Les communes de Braives, Burdinne et Wasseiges sont, par contre, les moins accidentogènes

    C’est à Huy, Hannut et Waremme qu’il y a eu le plus grand nombre d’accidents avec blessés ces dernières années (2012-2016), selon les statistiques tenues par l’Institut Vias.

    Une observation qui peut notamment s’expliquer par la présence d’axes à grande vitesse (autoroutes et nationales) mais aussi le flux plus important de véhicules et le nombre d’habitants. 

    L’Institut Vias (ancien IBSR, Institut belge pour la sécurité routière) vient de publier ses dernières statistiques en matière de roulage : le nombre d’accidents avec blessés, commune par commune, de 2012 à 2016. Un coup d’œil sur le tableau ci-contre, et vous … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 12/04/2018

    Des axes à grande vitesse

    On constate, en observant ces chiffres, que sur les années ciblées, ce sont nos trois villes qui arrivent « au top » du nombre le plus important d’accidents. Huy en comptabilise 421, Hannut 269 et enfin Waremme avec 252 faits. « Statistiquement, il y a d’office toujours un risque de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 12/04/2018

    Prudent avec l’alcool

    En ce qui concerne les chiffres réservés aux accidents incluant (au minimum) un conducteur sous influence d’alcool, présents dans la seconde colonne du tableau, il faut … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 12/04/2018

    Enfin, a contrario, c’est dans les communes de Braives (11), Burdinne (18) et Wasseiges (24) qu’il y a eu le moins d’accidents sur ces cinq années. Seule la dernière n’est traversée par aucun axe routier à grande vitesse.

    Source > ED sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 12/04/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/217242

  • Imprimer

    SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN WALLONIE > 6 TUÉS ET 328 BLESSÉS …

    C’est le bilan de 10 ans d’accidents liés aux nids-de-poule et aux casse-vitesse 

    Avec sa succession de périodes de gel et de dégel, l’hiver est propice à la dégradation de la chaussée.

    Même s’ils ne sont nullement comparables aux ravages de la vitesse et de l’alcool, les nids-de-poule causent néanmoins des accidents. L’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) a fait le compte.  

     « Les deux-roues – surtout motorisés – et les voitures sont principalement concernés par ce type d’accident », analyse Belinda Demattia de l’AWSR, se basant sur dix années de statistiques (2007-2016) pour la Wallonie. Les banques de données regroupent … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018

    Toujours est-il que l’Agence a comptabilisé 22 accidents corporels en 2016 (derniers chiffres disponibles). C’est nettement moins qu’en 2007 où il y en avait eu 38. Entre-temps, les plans Routes et Infrastructures sont passés par là, et une bonne partie du réseau principal wallon a été refaite ou est en train de l’être.

    En dix ans, il y a eu au total 6 tués et 328 blessés dans un accident lié à un nid-de-poule ou un ralentisseur de trafic. « La proportion de victimes blessées ou tuées est assez faible par rapport à l’ensemble des accidents corporels », note la porte-parole de… La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018 … /…. et ce n’est en rien comparable avec les drames provoqués par la conduite sous l’influence de l’alcool ou de la drogue, la vitesse excessive ou la distraction. La majorité de ces accidents survient sur les routes limitées à 50 km/h.

    Que faire ?

    L’idéal pour limiter les dégâts est d’éviter le nid-de-poule. « Mais il ne faut pas tenter une manœuvre d’évitement si elle risque de cause un accident. … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018

    Le mieux est de prendre une photo des dégâts et si possible de faire constater l’accident par la police. Il reste alors à contacter le gestionnaire de la voirie et de lui présenter la facture.

    Source > Yannick Hallet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018

  • Imprimer

    EXCLUSIF > 20 ACCIDENTS CHAQUE JOUR SANS ASSURANCE

    La lutte contre les conducteurs sans assurance porte ses fruits.

    L’année dernière, 7.489 dossiers ont été ouverts auprès du Fonds commun de garantie belge, contre 7.529 en 2016, soit une baisse de 0,5 %. « C’est la troisième année consécutive que nous observons une diminution. La situation semble désormais sous contrôle et on peut espère un nouveau recul en 2018 », se réjouit Johan Muyldermans, sous-directeur du Fonds.

    Le FCGB intervient pour les accidents de la route où l’un des conducteurs ne disposait pas d’une assurance en responsabilité civile ou que l’assureur de l’une des parties était en défaut. Le but est de dédommager les victimes (automobiliste, passagers, piétons ainsi que les mutuelles intervenant pour le compte d’autrui). Le Fonds se retourne ensuite vers le conducteur non assuré pour récupérer les sommes versées.

    Grâce aux enquêtes

    La baisse est d’autant appréciée que le parc automobile ne cesse d’augmenter. « Cette diminution des dossiers trouve notamment son origine dans … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 03/02/2018

    Source > Yannick Hallet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 03/02/2018

  • Imprimer

    AUTANT SAVOIR ! > DES JOUETS INTERDITS À CAUSE DES AIMANTS

    Dangereux pour les enfants, quatre jeux ont été retirés du marché

    Le SPF Économie a mené un grand contrôle visant les jouets.

    Principalement visés : les jouets contenant de petits aimants, et qui peuvent présenter une high_d-20170624-3FG4DE.jpgmenace non-négligeable en cas d’ingestion. Verdict : quatre jeux ne répondaient pas aux normes et ont été interdits chez nous.

    Un petit aimant qui se détache d’un jeu, un enfant qui l’ingère. Et des conséquences médicales qui peuvent être très sérieuses. Voilà ce qui a poussé le SPF Économie a lancé une vague de contrôles visant les jouets aimantés, afin de voir s’ils satisfaisaient aux normes de sécurité.

    Les petits jeux de construction, les pêches aux canards aimantées… Autant de jouets qui peuvent paraître sans risque, mais qui représentaient en fait une menace pour leurs jeunes utilisateurs.

    « Examiner de petits aimants dans des jouets peut paraître insignifiant, mais c’est souvent dans le détail que l’on rencontre le diable » , a réagi Kris Peeters, le ministre fédéral des Consommateurs. « Les aimants trop petits et trop puissants dans les jouets peuvent facilement être ingérés par les enfants, et s’attirer mutuellement dans l’organisme, entraînant un risque de dommage aux organes. Nous ne voulons courir aucun risque lorsqu’il s’agit des enfants » .

    La sonnette d’alarme a en effet été régulièrement tirée chez … La suite sur votre journal 7dimanche du25/06/2017

    Source > L.P. Sur votre journal 7dimanche du25/06/2017

  • Imprimer

    BEAUCOUP TROP DE CYCLISTES TUÉS SUR NOS ROUTES ! > LE GRACQ TIRE LA SONNETTE D’ALARME

    Le Groupe de recherche et d’action pour les cyclistes au quotidien (GRACQ) s’est penché sur les statistiques officielles des accidents de vélos sur les routes en 2016.

    Ses conclusions ne sont malheureusement pas rassurantes pour les deux-roues. L’an dernier, 54 cyclistes ont perdu la vie dans les accidents de la route répertoriés par la police fédérale (qui relève les accidents les plus graves et mettant en cause un tiers).

    Le chiffre est très légèrement à la baisse par rapport à 2015 (-2) mais cette courbe descendante est loin de suivre la baisse spectaculaire du nombre de tués sur la route sur le même laps de temps (-83).

    Blessés plus nombreux

    La déception est d’autant plus grande pour les adeptes du vélo qu’en 2016, on a répertorié 9.457 cyclistes blessés sur les routes pour 9.225 en 2015 !

    Une augmentation de 2,5 % alors qu’on enregistre pour la même année une diminution globale de 1,4 % du nombre de blessés sur la route (voitures, motos et piétons compris).

    Comment expliquer ce contraste ? …

    Pas toujours responsables

    En l’absence d’analyse précise dans notre pays, il faut s’en référer à différentes études menées à …

    … L’article complet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 03/05/2017

    Source M.R. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 03/05/2017

  • Imprimer

    LES 10 CAUSES LES PLUS FRÉQUENTES DES ACCIDENTS DU TRAVAIL

    ongeval_91104128.jpg

    Malgré les nombreuses mesures de sécurité, certains métiers et environnements de travail demeurent vraiment dangereux.

    Bien sûr, il y a aussi des employés téméraires, qui n’ont pas froid aux yeux.

    Dès lors, il n’est pas surprenant de voir les accidents du travail se produire trop souvent. Selon les chiffres les plus récents du Fonds des Accidents du Travail, en 2011, il y a eu 147.854 accidents en Belgique. Ce chiffre représente une baisse de 2% par rapport à l’année dernière.

    Le Fonds reprend aussi des statistiques relatives aux différentes causes à l’origine de ces accidents. Avec 22%, la perte de contrôle est la cause la plus fréquente des accidents du travail. Dans la plupart des cas, cela concerne les objets portés ou manipulés (8,4%), l’outillage manuel (6,6%) et les moyens de transport et d’acheminement (3,2%).

    Tout en bas de la liste, nous retrouvons l’explosion, qui est donc la cause la moins fréquente des accidents du travail. Elle fut à l’origine de 131 accidents (0,1%).

     

    Cause

    Cas en 2011

       %

    1

     Perte de contrôle d’une machine, d’un moyen de transport, d’un objet ou d’un animal

    32.481

    22%

    2

     Mauvais mouvements corporels

    26.970

    18,2%

    3

     Glissade, trébuchement et chute

    26.083

    17,6%

    4

     Soulever, pousser ou déposer une charge

    19.412

    13,1%

    5

     Quelque chose qui casse, tombe ou s’effondre

    17.923

    12,1%

    6

     Un produit qui se déverse (fuite, écoulement, évaporation …)

    8.067

    5,5%

    7

     D’autres événements inhabituels

    6.799

    4,6%

    8

     Violence, agression, surprise et peur

    4.749

    3,2%

    9

     Cause inconnue

    4.460

    3%

    10

     Panne d’électricité, explosion ou incendie

    910

    0,6%

     

    Total

    147.854

    100%

     

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    HANNUT: DEUX ACCIDENTS AVEC BLESSÉS

    1035475042_ID7808678_accident_102304_H3X392_0.JPGDeux accidents se sont produits à Hannut. Le premier s’est passé hier, à 17 h 45, à la rue des Charrons. Il implique une camionnette transportant deux ouvriers. Le véhicule a fait des tonneaux, et un ouvrier a été transporté à l’hôpital, ses jours ne sont pas en danger. Le second accident s’est produit cette nuit, au rond-point du contrôle technique. Le conducteur a dû aller à l’hôpital Notre-Dame de Waremme.

    Plus de détails dans votre journal.

    Publié le Mercredi 13 Juin 2012 à 10h29 (Photo prétexte T.L.)

  • Imprimer

    VENDREDI, LE JOUR DE LA SEMAINE OÙ IL Y A LE PLUS D'ACCIDENTS

    150995024_ID7793075_web-accident_124520_H3WT40_0.JPGLa majorité des accidents surviennent le vendredi. C’est ce qui ressort d’une analyse faite par Touring Mobilis des données de plus de 2.000 accidents survenus en Belgique entre février et mai dernier.

    L’étude indique que 17,7 % des accidents se produisent le vendredi, ce qui est interpellant puisque le vendredi n’est pas le jour de la semaine où le trafic est le plus dense. Les trois jours où le flux routier est le plus important (le jeudi, le mardi et le lundi) occupent les places 2, 3 et 4 dans la hiérarchie des jours comptabilisant le nombre d’accidents le plus élevé avec respectivement 17,0 %, 16,8 % et 16,5 % des accidents.

    Il ressort également de cette étude que 11 % des accidents se produisent entre 17h et 18h, ce qui permet de la considérer comme l’heure la plus dangereuse de la journée. A cet égard, les heures de pointe matinales semblent aussi être dangereuses.

    Source > Sudpresse > Publié le Vendredi 8 Juin 2012 à 14h57 Belga > Photo  (E.G.)