50km

  • SÉCURITÉ ROUTIÈRE > ZONES 50 : HAUSSE DES PETITS EXCÈS DE VITESSE

    « Un piéton a 95 % de chance de survie lors d’un choc à 30 km/h, 53 % à 50 km/h et 20 % à 60 km/h », souligne d’emblée Belinda Demattia, de l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR).

    À 70 km/h, c’est la mort quasiment assurée. L’AWSR a passé au crible les statistiques de la police des excès de vitesse en agglomération depuis 2008.

    Premier constat, les Wallons ont eu le pied moins lourd dans les zones 50 en 2016 : 292.672 infractions contre 336.570 en 2014, année record.

    Le plaisir de la vitesse

    Bonne nouvelle : les très gros excès de vitesse supérieurs à 30 km/h au-dessus de la limite ne représentent plus que 5 % du total. Les années précédentes, ce pourcentage oscillait entre 7 et 9 %. Les conducteurs sont-ils plus prudents ou les avertisseurs de radars leur évitent-ils d’être pris ? « Selon une enquête que nous avons menée, les conducteurs qui disent utiliser un avertisseur sont ceux qui … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 08/11/2017

    Pas grave ?

    Selon l’enquête de l’Agence, 26,2 % des Wallons disent prendre du plaisir à rouler vite et 78 % du panel interrogé jugent que rouler moins vite que le trafic environnant est dangereux.

    Pis, plus de 10 % des sondés estiment qu’un « bon conducteur » peut se permettre de rouler vite.

    Le risque, … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 08/11/2017

    Source > Yannick Hallet sur votre journal en .PDF > http://journal.sudinfo.be/journal.php

  • VITESSE BIENTÔT LIMITÉE À 50 KM/H SUR LES AIRES DE REPOS AUTOROUTIÈRES

    511px-Regulaory_road_sign_max_50_km_h_svg.jpgLes 57 aires de repos situées le long des autoroutes de Wallonie passent en zone 50. D’ici la fin de l’année, toutes seront équipées de panneaux limitant la vitesse à 50km/h.

    Le Conseil d’administration de la SOFICO a ratifié la proposition de la CWEA (Commission wallonne des équipements autoroutiers), organe consultatif de la SOFICO, gestionnaire du réseau structurant et de la Direction Générale des Routes et Bâtiments (DGO1) du Service Public de Wallonie (SPW).

    L’objectif de cette généralisation de la zone 50 est de limiter les risques d’accidents dans les parkings autoroutiers.

    En abaissant la vitesse autorisée, on réduit les risques pour les piétons et tout particulièrement les enfants qui se déplacent dans ces aires utilisées, notamment, comme espace de repos ou desserte. Le facteur risque sera moindre également pour les automobilistes eux-même puisque la configuration des aires n’est pas adaptée à des vitesses au-delà de 50 km/h.

    Source > Sudpresse