3 appartements

  • Imprimer

    HANNUT Av de THOUARS > 3 APPARTS POUR REVENUS MODESTES EN VENTE 30% MOINS CHERS

    À Hannut, trois familles aux revenus modestes vont pouvoir réaliser leur rêve de devenir propriétaire.

    Pour la première fois en Wallonie, le Collectif Logement, une association hannutoise, met en vente 3 appartements neufs et basse énergie pour un montant inférieur (de 30 %) au prix du marché traditionnel ! Une séance d’information et une visite des appartements (obligatoires pour prétendre à ces logements) auront lieu les 11 et 15 septembre prochains.

    Nous avons déjà largement évoqué ce projet pilote développé à Hannut par l’ASBL Collectif Logement. En région bruxelloise, il a déjà été mené à Etterbeek en 2008/2009. En Wallonie, c’est une première. Le but : faire face à la hausse des prix immobiliers et faciliter l’accès à la propriété à des personnes généralement exclues du marché acquisitif en leur permettant d’acheter un bien dans les limites du crédit social.

    Ce projet de 700.000 euros a vu le jour grâce à un appel à projet de la Région Wallonne. Il consiste en la construction de trois appartements passifs de trois chambres (de 90 à 125 m²), avenue Thouars, au centre de Hannut, sur un terrain appartenant à l’ASBL Collectif Logement.

    Le chantier qui a démarré en mars 2016 est à présent clôturé. «  La réception des travaux est prévue dans les prochains jours  », se réjouit Benoît Boucquiau, en charge du projet au sein de l’ASBL.

    La vente des appartements peut donc commencer.

    Le prix se situe entre 120 et 140.000 euros (soit 30 % moins cher que le prix du marché traditionnel) selon un mécanisme appelé le « droit de superficie » qui limite le droit de propriété à une durée de 50 ans.

    Pour faire simple, ce droit de superficie n’est pas très différent d’un bail emphytéotique. «  La seule différence, c’est qu’en cas de vente, les compteurs ne sont pas remis à zéro. L’appartement est revendu au prorata des années restantes du droit de propriété et, moyennant l’indexation du cours de la vie, au prix où il a été acquis. C’est une manière d’éviter toute spéculation  », indique Benoît Boucquiau qui rappelle que l’entretien du bien revient au superficiaire. Lequel est tenu de rendre l’appartement dans l’état où il l’a trouvé à son arrivée, «  en tenant compte de l’usure normale, bien entendu  »

    Que se passe-t-il à l’issue des 50 ans ? «  Logiquement, les appartements reviennent à l’ASBL qui soit accorde un nouveau droit de superficie, soit les revend, mais ce n’est pas le but. Nous n’avons en tout cas rien cadenassé pour l’instant. Et puis, en 50 ans, il peut se passer beaucoup de choses…  »

    Les acheteurs seront sélectionnés sur base de plusieurs critères. «  Exemples : bénéficier d’un revenu maximum/ménage pour rester dans le public-cible, ne pas être déjà propriétaire, être sensible à la philosophie du projet », énumère Benoît Boucquiau qui ajoute qu’une attention particulière sera portée aux familles monoparentales.

    Séances d’information et visites

    Le mécanisme de vente étant particulier, deux séances d’information sur la procédure, la philosophie du projet, mais aussi sur la manière de remplir son dossier de candidature sont prévus le mardi 11 septembre, à 19h et le samedi 15 septembre à 10h. Y participer est une obligation pour prétendre à l’acquisition de ces logements. Ces séances seront complétées par une visite des lieux.

    Renseignements : ASBL Collectif Logement, 019/51 09 79.

    Source libre de Marie-Claire GILLET sur > http://huy-waremme.lameuse.be

    B9716803056Z.1_20180903152326_000+G4IBV7A16.1-0.jpg

  • Imprimer

    HANNUT > 3 LOGEMENTS PUBLICS RUE DE HUY

    L’ancienne gendarmerie de Hannut cède sa place au projet de 54 appartements, dans lesquels s’insèrent trois logements publics.

    Ces derniers ont été inaugurés ce vendredi et s’inscrivent dans une démarche unique à Hannut. La Ville a en effet octroyé davantage d’appartements au promoteur en échange de proposer des logements publics.

    Trois logements publics ont été inaugurés ce vendredi soir à Hannut. Situés dans l’ancienne gendarmerie, rue de Huy, l’un d’entre eux comporte trois chambres, les deux autres en comptent deux.

    « Ce ne sont pas des logements d’urgence », indique le bourgmestre de la Ville, Manu Douette. « Leur objectif est de permettre à de jeunes couples qui se lancent dans la vie ou à des familles monoparentales de se stabiliser. »

    Neufs, ces appartements disposent de matériaux de qualité, d’une bonne isolation et de la lumière, indique Carine Renson, échevine du logement. « Ils sont d’une qualité irréprochable », ajoute-t-elle.

    L’idée est d’effectuer un turnover entre les locataires, ceux-ci partant après quelques années une fois stabilisés. Le loyer de ces habitations oscille par ailleurs entre 400 et 450 euros. « Rien à voir avec les loyers habituellement excessifs autour de 750 euros pour un deux chambres », commente Mélanie Lazzari, directrice du CPAS de Hannut. « Dans ces conditions, ce n’est pas … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 12/06/2017

    Source > JÉRÔME GUISSE sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 12/06/2017

    L’article complet avec photos pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/91511