étudiant

  • AVERTISSEMENT > AVALER DES CAPSULES = LE JEU RISQUÉ DES ÉTUDIANTS

    Deux étudiants de l’Université Catholique de Louvain ont été admis aux urgences de la clinique Saint-Pierre d’Ottignies, dans la nuit de jeudi à vendredi, après avoiravalé la capsule d’une bouteille de bière.

    Cet accident est malheureusement fréquent, suite à l’invention d’un jeu. « C’est une sorte de Beer pong. Sauf qu’à la place d’une balle de ping-pong, les joueurs doivent lancer une capsule, pliée pour gagner de la vitesse, dans l’un des gobelets disposés sur la table. Lorsque l’objet tombe dans une bière, l’autre joueur doit l’affonner », explique Antoine, un ancien étudiant néolouvaniste.

    Il ajoute que ce jeu est pratiqué depuis trois ou quatre ans. « Moi, je pinçais le gobelet de manière à ne pas avaler la capsule. D’autres buvaient la bière mais laissaient un fond, pour que la capsule reste dans le gobelet. Sauf que certains ingurgitent la capsule », précise-t-il.

    Dix interventions par an

    Et puis quand la soirée avance, les guindailleurs oublient que les capsules peuvent traîner dans les verres. « Un ami a déjà avalé la capsule. Elle est restée coincée dans sa gorge et on a dû … La suite, sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 18/02/2017

    Source > P.B. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 18/02/2017

  • RECHERCHE MANUTENTIONNAIRE - ETUDIANT (H/F) - HANNUT

    4331202_12.jpg

    VOTRE FONCTION

     Notre client est à la recherche d'étudiants pour de la manutention.

     Les tâches principales sont :

     démonter des rayons

     soulever des charges.

    VOTRE PROFIL

     Langues : Français. Très bonne connaissance

     Description libre: débrouillard – bricoleur

    VOTRE CONTRAT

     Contrat: Job de vacances

     Date de début: 10/08/2015

     Date de fin: 04/09/2015

     Régime de travail: Temps plein de jour (38h00)

    VOTRE CONTACT

     Pour postuler, veuillez nous contacter

    Mlle Genette Cyrielle (Consultante) cyrielle.genette@tempo-team.be

    Source > https://www.facebook.com Photo > Forem.be

  • COMMENT BIEN CHOISIR SON JOB ETUDIANT ?

    Etudiants_2015_shutterstock_75384757.jpg

    Usine, bureaux, administration, animation, horeca, vente…

    Des jobs étudiants, il y en a vraiment de toutes les sortes.

    Mais ce n’est pas parce que ce n’est qu’un travail temporaire qu’il faut accepter le premier qui se présente. Déterminez vos intérêts afin de choisir le job étudiant qui boostera au mieux votre (jeune) carrière.

    1. Un job adapté

    Dans quoi êtes-vous doué ? Quels sont vos centres d’intérêt ? Quelles sont vos compétences ? Soyez conscient de vos atouts, mais aussi de vos faiblesses : si vous résistez mal au stress, évitez de travailler dans un fast-food. Si vous détestez le travail en intérieur, alors évitez l’archivage et préférez l’animation. Vous êtes mal à l’aise en public ? Il vaut peut-être mieux ne pas devenir promo girl/boy… À moins de justement saisir cette opportunité pour faire des progrès ?

    2. Une ligne sur son CV

    Si vous suivez des études supérieures, choisir un job étudiant en rapport avec votre cursus est une excellente idée. Cela vous permettra de déjà acquérir de l’expérience dans votre domaine et ce sera un atout de plus à ajouter à votre CV. Vous pouvez aussi viser les entreprises dans lesquelles vous comptez postuler une fois votre diplôme obtenu : les RH connaîtront déjà votre tête et votre sens du travail bien fait, même si vous êtes affecté à la distribution du courrier !

    3. Des horaires aménagés

    N’oubliez pas que le travail principal d’un étudiant est… d’étudier. Le petit boulot est très utile pour gagner un peu d’argent, mais il ne doit pas empiéter sur les heures d’études ou de cours. Veillez donc à choisir un job avec des horaires pratiques ou flexibles, qui s’adaptent à votre style de vie.

    4. Et un bon salaire ?

    En tant qu’étudiant, le salaire est évidemment une question primordiale. Le point positif étant que vous serez très peu taxé sur vos revenus. Si votre priorité est de gagner beaucoup d’argent rapidement, en vue d’un voyage par exemple, vous serez évidemment moins regardant sur les conditions de travail ou sur l’expérience professionnelle qu’il peut vous apporter.

    Source & Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    job d'étudiant / Job étudiant / Choisir / Fonctions

     Sur ce blog > COMBIEN PEUT GAGNER UN ETUDIANT ? (BON A SAVOIR !)

    Sur ce blog > VOICI COMBIEN GAGNE, EN MOYENNE, UN ÉTUDIANT JOBISTE CET ÉTÉ EN BELGIQUE

  • COMBIEN PEUT GAGNER UN ETUDIANT ? (BON A SAVOIR !)

    Job_etudiant_2015_shutterstock_195176249.jpg

    « En août, je travaillerai pendant un mois dans un job étudiant. Combien puis-je gagner en tant qu'étudiant ? »

    La réponse de SD Worx.

    En général, L'étudiant peut prétendre au salaire minimum en vigueur dans le secteur où il travaille, en tenant compte de la qualification professionnelle et l'âge.

    Pour déterminer le salaire de l’étudiant, il faut donc tout d’abord examiner quel est le salaire fixé par la CCT pour le secteur dans lequel travaille l’étudiant ou par les barèmes de l’entreprise. Certains secteurs ou barèmes d'entreprise prévoient un salaire minimum spécifique pour les étudiants ou les jeunes. D'autres secteurs prévoient un pourcentage de dégressivité qui doit être appliqué au salaire barémique du secteur.

    Si ceux-ci ne sont pas déterminés, mais que le secteur prévoit un salaire minimum mensuel garanti pour les plus de 21 ans (SMMG), ce SMMG doit être appliqué pour les plus de 21 ans. Pour ceux qui ont moins de 21 ans, les pourcentages suivants sont appliqués au SMMG (voir l’aperçu plus bas).

    Ces pourcentages ne doivent être appliqués que pour les étudiants qui travaillent au minimum un mois. Pour ceux qui travaillent moins d’un mois, rien n’est prévu.

    S’il n’y a pas de règlement des salaires spécifique pour le secteur, l’étudiant a droit à un pourcentage du salaire minimum garanti national s’il est engagé pour au moins un mois (montant en euros depuis le 1er janvier 2014).

     

    Âge 

    %

      Salaire mensuel 

    21 ans

    100%

    1 501,82 €

    20 ans

    94%

    1 411,71 €

    19 ans

    88%

    1 321,60 €

    18 ans

    82%

    1 231,49 €

    17 ans

    76%

    1 141,38 €

    16 ans

    70%

    1 051,27 €

     En collaboration avec SD Worx

    Source > Texte: SD Worx sur > http://www.references.be

    cct / horaire / job d'étudiant / salaire / jeunes /allocations familiales / belgique / Salaires / Job étudiant

     

  • VOICI COMBIEN GAGNE, EN MOYENNE, UN ÉTUDIANT JOBISTE CET ÉTÉ EN BELGIQUE

    photonews_10485454-018.jpg

    Quelque 469.000 étudiants ont presté 10,3 millions de journées de travail en 2014, soit une nouvelle augmentation par rapport à 2013 qui constituait déjà une année record, indiquent les statistiques de l’Office national de sécurité sociale (ONSS) et de l’Office des régimes particuliers de la sécurité sociale (ORPSS). L’augmentation concerne autant le nombre de jobistes (+2,8%) que la quantité de journées de travail déclarées (+5%). Il s’agit de la cinquième année consécutive de hausse pour le nombre de jours prestés par les jobistes.

    Les étudiants travaillent d’abord via le secteur de l’intérim (33%). Le commerce (20%) et l’horeca (14%) constituent leurs autres points de chute favoris. L’été représente naturellement la saison pendant laquelle le travail des étudiants est le plus populaire. Pas moins de 59% des jours prestés le sont pendant le troisième trimestre (juillet-septembre).

    L’ONSS constate également que le travail des étudiants lors des trois autres trimestres a augmenté de 3,4% en 2014.

    Le salaire moyen d’un jobiste atteint 1.616 euros. Au total les rémunérations étudiantes déclarées à l’ONSS s’élèvent à 759 millions d’euros. Ils peuvent travailler jusqu’à 50 jours par an avec une réduction des cotisations sociales (2,71%).

     «Quelque 5% des étudiants ont épuisé leur contingent de 50 jours», précise l’ONSS. En moyenne, un étudiant travaille 22 jours par an.    

    Source > (Belga) sur > http://www.jobsregions.be

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    job / étudiant / Belgique / ONSS / intérim / commerce / horeca.

  • 5 FAÇONS DE DÉCROCHER UN JOB FIXE APRÈS VOTRE STAGE

    25_1102.jpg

    Un stage réussi est la plus efficace des candidatures, entend-on parfois.

    Et selon une étude récente, ce serait effectivement le cas. Ces 5 conseils vous aideront à obtenir un poste fixe sur votre lieu de stage.  

    Aux Etats-Unis, une récente étude de la  ‘National Association of Colleges and Employers’ révèle que plus de 61% des stagiaires payés dans le secteur privé se voient proposer un poste fixe après l’obtention de leur diplôme.

    Ce pourcentage est remarquablement élevé, surtout quand l’on sait que la crise reprend et que de nombreuses entreprises ont interrompu les recrutements.  

    Effectuer un stage dans une entreprise n’offre aucune garantie d’y décrocher un emploi par la suite, mais confère tout de même un avantage indéniable par rapport à d’autres candidats.  Les 5 conseils suivants augmenteront en tout cas sensiblement vos chances de décrocher un CDI à la fin de votre stage.  

    1. Acceptez le feedback

    Heather Krasna, coach carrière et auteur de livres sur la recherche d’emploi, souligne l’importance de demander du feedback pour pouvoir améliorer son travail: “Demandez si ce que vous faites est bien ce qu’ils attendent ou si vous devez changer quelque chose. Vous devez leur montrer que vous voulez toujours faire de votre mieux.”

    Le but d’un stage est d’apprendre et la meilleure façon d’y arriver est de demander autant de feedback que possible. Ce feedback ne sera peut-être pas toujours positif, mais acceptez-le et prenez leurs conseils au sérieux.  

    2. Restez en contact

    Après la fin de votre stage, trouvez des raisons de continuer à appeler votre maître de stage ou à lui envoyer des e-mails, conseilles Krasna.

    “Vous devez faire en sorte d’être la première personne à laquelle ils pensent lorsqu’un poste se libère”, dit-elle. “Lorsque la fin de votre stage approche, annoncez que vous êtes à la recherche d’un emploi et que vous aimeriez rester en contact pour poser votre candidature quand un poste se libèrera.”

    3. Prenez des initiatives

    Selon Nicole Feldhues, responsable RH à la Duquesne University à Pittsburgh, vous devez faire bonne impression dès votre premier jour de stage, en montrant que vous savez prendre des initiatives.

    “Naturellement, vous devez effectuer les tâches que l’on vous confie le mieux possible, mais il est aussi important de montrer votre intérêt pour d’autres projets autour de vous. Dites aussi les compétences que vous souhaitez développer et essayez d’être impliqué sur des projets qui peuvent vous y aider. Apprenez avec les pros.”

    4. Construisez votre réseau professionnel

    On ne choisit généralement pas son maître de stage, mais le meilleur choix serait quelqu’un qui travaille avec vous sur un projet, qui peut superviser votre boulot ou  qui fait le genre de boulot que vous aimeriez faire. Il est également important que cette personne puisse vous présenter à beaucoup de gens intéressants. Heureusement, dans la plupart des entreprises, les employés aident volontiers les stagiaires et partagent leur expérience.

    Feldhues conseille: “Profitez de chaque occasion pour discuter avec des employés de l’entreprise, même si vous ne travaillez pas directement avec eux. De cette façon, vous apprenez à connaître l’organisation et découvrez les opportunités de carrière possibles.”

    Pour les plus timides, elle donne également un conseil : “Forcez-vous à parler aux gens. Parlez de vos intérêts personnels et construisez de nouvelles relations.”

    5. Faites de votre mieux

    Feldhues affirme qu’il faut considérer son stage comme un entretien d’embauche avec tests de sélection sur le long terme: “Pendant votre stage, l’entreprise vous voit ‘en action’ et vous devez donc en permanence vous donner au maximum. Vous n’avez pas droit à l’erreur, ni dans votre boulot, ni dans votre communication, ni dans votre tenue. Vous devez continuellement transmettre une image professionnelle.”

    Le message est donc clair: vous devez faire de votre mieux. Vous devez faire en sorte que le manager dans l’entreprise où vous réalisez votre stage ne vous voit pas comme un stagiaire, mais comme un employé potentiel.  

    Source: schools.com. Via > http://www.references.be

  • COMMENT DÉCROCHER LE STAGE IDÉAL?

    shutterstock_104333480.jpg

    Le stage reste l’un des meilleurs moyens de s’assurer un emploi à la sortie des études, ou en tout cas une expérience probante sur son CV.

    Pour ce faire, l’étudiant doit bien sûr réussir son stage; mais avant toute chose, il faut le choisir avec soin. Mode d’emploi.

    Tomber sur un "mauvais stage" (tâches insignifiantes ou sans rapport avec la spécialité de l'étudiant, mauvais encadrement, peu de considération...) signifie pour l'étudiant perdre son temps et également une belle opportunité de progresser dans ses compétences.

    "Cela peut arriver qu’un étudiant ne se plaise pas dans un stage. Si le travail est trop administratif ou ne correspond pas à sa spécialité de dernière année, par exemple." explique Pascale Slocque, responsable des stages à HEC-Ulg.

    Pour éviter cela, la meilleure chose à faire est de bien choisir son stage. Comment faire pour s'assurer un stage de rêve, avec une possibilité d’embauche à la clé ou au pire une bonne expérience qui fera mouche sur votre CV?

    • Définir ses objectifs

    Choisir un stage de dernière année, c’est aussi choisir la direction que l'on veut faire prendre à sa future carrière. Il s'agit donc de réfléchir avant toute chose à ses aspirations et à ses attentes, pour être préparé à négocier un stage qui sera vraiment bénéfique en fonction de vos envies.

    Si vous êtes un peu perdu quand à la suite de votre carrière, le stage peut aussi être l’occasion d’y voir un peu plus clair en "testant" les vocations que vous pressentez.

    • S’y prendre bien à l’avance

    La procrastination est typiquement estudiantine, mais repousser le moment où vous entamerez vos démarches de recherche est le meilleur moyen de vous retrouver avec un stage décevant. Pour vous assurer un bon stage, ou même vous offrir le luxe d'en refuser un qui ne répond pas tout à fait à vos attentes, commencez vos recherches bien à l'avance.

    Par ailleurs, tout au long de votre cursus (conférences, travaux, networking, contacts), ne négligez aucune opportunité de vous faire des contacts décisifs dans le monde de l'entreprise. Ils pourront se révéler utile le moment venu.

    • Savoir où chercher

    Si vous n'avez pas une idée précise de l'entreprise dans laquelle vous souhaitez effectuer votre stage, plusieurs possibilités s'offrent à vous.

    Tout d'abord, les universités et hautes écoles mettent souvent à disposition des élèves un registre d'entreprise qui cherche des stagiaires. "Pour choisir son stage, mieux vaut une entreprise demandeuse, qui a déjà accueilli des étudiants de l’école, et qui sait comment ça fonctionne" explique Pascale Sloque. "Pour HEC-Ulg par exemple, je dispose d'un registre avec toutes les entreprises qui sont demandeuses de stagiaires. Il est consultable par tous ceux qui le souhaitent."

    Et pour connaître les coulisses des stages proposés, renseignez-vous parmi les étudiants des années précédentes. Interrogez-les sur leur stage, ce qu'ils ont pu retirer de la formation, et qui parmi eux a reçu une proposition d'emploi ensuite. Comme ils se trouvent à présent dans la vie active, ils peuvent également vous renseigner sur les entreprises qui cherchent à engager de jeunes talents.

    • Oser être exigeant

    Gardez toujours à l'esprit que ce n'est pas parce que vous êtes encore un étudiant que vous n'avez rien à offrir à l'entreprise. Vous avez fait des études, vous avez de la valeur, et vous n'êtes pas obligé d'accepter le premier stage que l'on vous propose. "C'est une erreur que trop d'étudiants font" déclare Marie, étudiante en dernière année de relations publiques. Pour son stage de fin de cursus, Marie a postulé dans une boîte de communication qui l'intéressait beaucoup. Là-bas, on lui a proposé un stage qui ne l'intéressait pas: "J'étais sûre de pouvoir trouver mieux ailleurs, même si la boîte était géniale. Je l'ai refusé et j'ai expliqué que mes attentes étaient différentes. Finalement, on m'a donné le stage dont je rêvais."

    Mieux vaut donc faire attention au département auquel la société veux vous confier, bien analyser le contenu de la fonction proposée et  ne pas se laisser impressionner par les responsables de l'entreprise. "Au final, je suis ravie d'avoir osé refusé cette première offre" ajoute Marie. "La personne qui en a finalement hérité est d'ailleurs très déçue."

    Ne foncez jamais tête baissée sur le premier stage que l'on vous propose, et n’hésitez pas à le refuser ou à le renégocier. Si vous avez mené une large recherche et que vous vous retrouvez avec plusieurs offres, prenez le temps de les examiner à tête reposée. Pesez le pour et contre, et prenant en compte la culture d’entreprise et votre projet de carrière à long terme, pour enfin choisir l’endroit qui vous apportera le plus.

    Découvrez nos offres de stages!

    Source > http://www.references.be

  • 10 CHOSES À FAIRE SI VOUS NE TROUVEZ PAS DE TRAVAIL APRÈS VOS ÉTUDES

    shutterstock_103468721.jpg

    En France (mais la situation belge est très semblable), l’âge moyen d’accès à un CDI est passé de 20 à 27 ans entre 1975 et aujourd’hui.

    Avec l’économie actuelle, trouver un emploi directement une fois son diplôme en poche est de plus en plus rare. Nombreux sont les étudiants qui doivent patienter de longs mois avant d’entrevoir une possibilité d’embauche.

    Résultats : les jeunes diplômés sont stressés, sous pression, déprimés. Ils envoient frénétiquement des CV à gauche et à droite ou au contraire se découragent et perdent toute motivation. Vous venez de finir vos études et cette perspective vous angoisse ? Voici 10 conseils à mettre en pratique si vous ne trouvez pas d’emploi.

    1. Restez optimiste

    Ne vous énervez pas sur la situation : elle est normale. Garder le moral pendant vos recherches est très important. Vous avez réussi à obtenir votre diplôme à force de persévérance : vous finirez bien par décrocher un emploi.

    Il faut bien sûr que vous passiez du temps à postuler, mais réservez-vous au moins une heure par jour où vous faites quelques chose que vous aimez vraiment (sport, lecture, sortie…) et où vous ne pensez plus à cela. Maintenir cette "positive attitude" vous aidera à garder le cap.

    2. Réduisez votre train de vie

    Puisque vous n’aurez aucun revenu pendant un laps de temps encore inconnu, il va falloir réduire vos dépenses. Vous pouvez par exemple revenir habiter chez vos parents. En échange, participez aux tâches de la maison (lessive, cuisine, nettoyage). Etablissez un budget serré et tenez-vous-y.

    3. Passez du temps à entretenir votre réseau

    C’est très souvent grâce à son entourage et au bouche-à-oreille que l'on apprend les opportunités d’emploi. Le networking professionnel n’est donc pas à négliger en période de recherche d’emploi. Partez dans différentes directions. Voici quelques exemples :

    • Le cercle Alumni de votre université ou les organisations professionnelles
    • Les événements de networking, conférences et séminaires
    • Les salons de l’emploi, comme le Salon Références Talentum & inscrivez-vous sur Linkedin

    4. Retournez à l’école

    Si vous pensiez effectuer un autre Master "plus tard", pensez peut-être à le faire maintenant que vous avez fini vos études et que vous ne trouvez pas de boulot. D’ici-là, l’économie ira peut-être mieux.

    Si en revanche vous vous réjouissiez de rentrer dans la vie active, ne prétextez pas de faire de nouvelles études juste pour vous occuper : reprendre des études prend de l’argent, de l’énergie et de la volonté.

    5. Occupez-vous

    On dit souvent que chercher du travail est un emploi à plein temps. Mais votre vie peut malgré tout continuer : inscrivez-vous dans une agence d’intérim pour faire des petits jobs, conservez vos loisirs, faites des formations…

    6. Elargissez vos critères de recherche

    En sortant des études, vous avez sans doute une idée très précise du travail que vous vouliez obtenir. C’est tout à votre honneur de rester concentré sur vos critères de recherche au début (secteur, entreprises, salaire, temps de trajet) mais si après plusieurs mois votre recherche n’a pas aboutie, élargissez-les et soyez plus ouverts aux possibilités de carrière. L’important est de mettre un pied dans le marché du travail, fut-ce pour un job alimentaire.

    7. Continuez à améliorer vos compétences

    A chaque entretien d’embauche ou à chaque refus de candidature, n’hésitez pas à demander au recruteur un feedback sur votre profil. Quelles sont les points faibles de votre candidature ? Quelles compétences (soft ou non) devriez-vous améliorer ?

    8. Faites du volontariat ou des stages

    Effectuer un stage non-rémunéré dans une entreprise est une bonne façon de s’y faire connaître dans l’espoir d’obtenir ensuite un job payé. Au pire, cela vous fera gagner de l’expérience, un réseau et une ligne sur votre CV.

    Si vous êtes intéressé par le volontariat, vous pouvez également vous engager aux côtés d’une ONG. Ne perdez cependant pas de vue que cela nécessite du temps et de l’engagement.

    9. Démarrez votre entreprise

    Aucune entreprise ne peut vous engager mais vous débordez d’idées et d’énergie? Si vous avez la fibre de l’indépendant, sautez le pas et démarrez votre propre start-up. Vous pouvez également devenir consultant dans un domaine ou vous avez beaucoup d’expertise. Il existe en Belgique beaucoup de structures qui aident les jeunes à lancer leur business, n’hésitez pas à y faire appel !

    10. Créez votre blog ou votre site internet

    Vous êtes passionné par un sujet précis et vous souhaitez partager cela ? Créez un blog pour écrire sur la cuisine japonaise, les finances personnelles, le badminton, les bon-plans modes ou encore les gadgets technologiques. Pour fidéliser votre lectorat, vous devrez notamment apprendre à utiliser les médias sociaux. Au final, cela sera une bonne expérience et une source de notoriété voire de revenus.

    Bonus : n’oubliez pas d’en profiter malgré tout

    Une fois que vous aurez enfin décroché le job de vos rêves, vous repenserez avec nostalgie à ces moments où vous aviez tout votre temps libre à employer à votre guise. Il faudra attendre la retraite pour en retrouver autant ! Pendant cette période, gardez en tête que cela ne sert à rien de vous laisser étouffer par le stress : vous allez finir par trouver un job, car vous faites ce qu'il faut pour en obtenir un.

    Source: moneycrashers.com Via > http://www.references.be

    Lire aussi